7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2013

QUAND LA MÉMOIRE S'EN VA IL FAUT QUE L'AMOUR DEMEURE...

Commentaires

Je désire vous remercier pour le très beau commentaire que vous avez fait sur mon interprétation de la pièce pour le piano Saint François d'Assise, La Prédication aux oiseaux, de Franz Liszt, que j'ai jouée il y a une dizaine d'année, et qui est maintenant sur You Tube. En fait, je crois que Liszt, lorsqu'il composait, avait une grande pureté d'âme et d'intention. Il aurait aimé être prêtre, et il a consacré beaucoup de temps à la prière, et prenait même des temps d'arrêt, à travers sa carrière tumultueuse, pour s'isoler dans l'ascèse et le recueillement. Je crois que ses histoires amoureuses dont on fait tout un plat trop souvent, ne sont pas si imprégnantes dans sa vie, et personne ne sait ce qui arrivait lorsqu'il fermait la porte de ses appartements. Je lui prête d'excellentes intentions en tout à travers sa vie, et j'y crois. Allan Walker, le grand biographe de Liszt, simplifie et fait la vérité sur toutes sortes de supposés scandales qui ne sont bien souvent parties que de fausses rumeurs, qu'il défait avec preuves à l'appui. Si les gens veulent aller écouter et voir cette vidéo que vous avez écoutée vous-même, monsieur Bruno, il peuvent aller sur: www.annemariedubois.com. Ils verront tout de suite comment y accéder. Merci beaucoup encore, mes salutations respectueuses à vous et à vos lecteurs. Anne-Marie Dubois, pianiste.

Écrit par : Anne-Marie Dubois | 05/11/2013

Chère Anne-Marie,
Je suis en plein accord avec ce que vous écrivez concernant la spiritualité, voire la mystique de Liszt. Celui-ci considérait que l'amour physique était en harmonie avec l'amour de Dieu
Je possède un bon nombre de Biographies et d'études sur Liszt et je pense vraiment que ses relations avec certaines Dames ne remettent pas en cause l’intensité de sa Foi et de sa générosité naturelle.
Lorsque je vous ai entendu jouer mon âme fut transportée par la pureté et la beauté de votre interprétation. Vos notes coulent comme une source limpide et subtile qui nous pousse à vous écouter en une sorte d'introspection joviale.
Vous reflétez sur les touches de votre clavier les sonorités délicatement métaphysiques et spirituelles de Franz Liszt.
La foi chante au bout de vos doigts délicats comme un frisson d'ivoire.
Pour cet enchantement de l'esprit, je vous remercie de nous partager des moments divins et paradisiaques.
Continuez, Chère Anne-Marie, à nous émouvoir comme vous le faites au-delà de l'imaginable. Vous transcendez le temps qui passe.
Merci pour ce que vous êtes !!!
Vous écouter est un vrai régal...!
Bien Fraternellement, Bruno.

Écrit par : Bruno LEROY. | 25/11/2013

Les commentaires sont fermés.