7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2016

L’évangile selon le néo-libéralisme.

Theologie-de-la-liberation_theme_image.jpg

L’évangile du néo-libéralisme prêche la trinité du capital (dieu le père), du marché (le messie) et de la libre initiative (l’esprit). Elle annonce la réalisation d’une logique bienfaitrice pour tous, délégitimant et déclassifiant les opposants comme autant de démons à exorciser. Si l’on observe le langage néo-libéral, on y perçoit des termes religieux camouflés, particulièrement l’exigence d’un sacrifice pour un paradis futur.

 

A partir de sa compréhension de Dieu, la théologie de la libération réfléchit théologiquement sur l’économie, où prospèrent les idoles qui envahissent la politique et la culture . Elle démonte les « théologies » à l’œuvre dans nos systèmes économiques, pour les justifier et les légitimer. Il existe une « religion économique » dans le capitalisme, d’essence sacrificielle, sans transcendance. Cette religion falsifie les rêves et les désirs de la société traditionnelle, en lui annonçant le salut immanent dans l’abondance de biens de consommation. Le Dieu des pauvres, le Dieu de la vie, se transforme en une catégorie critique des faux dieux du système.

La chute du socialisme a permis « la messianisation du marché », la naturalisation des structures historiques du présent et la reprise du discours sur « la fin de l’histoire », de caractère théologico-eschatologique.

 

L’évangile du néo-libéralisme prêche la trinité du capital (dieu le père), du marché (le messie) et de la libre initiative (l’esprit). Elle annonce la réalisation d’une logique bienfaitrice pour tous, délégitimant et déclassifiant les opposants comme autant de démons à exorciser. Si l’on observe le langage néo-libéral, on y perçoit des termes religieux camouflés, particulièrement l’exigence d’un sacrifice pour un paradis futur.

 

Les riches accumulent davantage de biens, satisfaisant les désirs éveillés par une technologie fantastique qui provoque de nouveaux désirs. Les pauvres accentuent leur sacrifice, dans l’espoir illusoire de la satisfaction de leurs nécessités et de leurs rêves. C’est une spirale sans fin. La théologie de la libération démasque cette perversion, qui bénit les riches et punit les pauvres. C’est un dieu aux antipodes du Dieu de la vie, du Dieu des pauvres et de la tradition biblique et christique.

 

La mondialisation économique néo-libérale rencontre des critiques très vives de la part de la théologie de la libération, à cause de ses conséquences sur les pauvres : augmentation de la pauvreté, chômage, migration interne et externe de populations.

 

En réponse, elle propose une mondialisation de la solidarité.

 

 

Bruno LEROY.

17:33 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

04/08/2016

Seule la Beauté de la Vie peut parler au chagrin.

priere (1).gif

Nous devons admettre l'existence de puissantes forces de chaos et d'incertitudes et pourtant affirmer que du chaos peut venir la destruction, mais aussi la créativité. Seule la poésie peut parler au chagrin. Pour cela, nous devons élaborer un nouveau langage du mot et de l'action.

Le désespoir engendre le fondamentalisme, le fanatisme et le terrorisme. Un monde d'abondance réellement partagée serait un monde plus sûr. Les politiques des multinationales capitalistes n'ont pas donné vie à ce monde. Elles ont été éprouvées et ont démontré leurs insuffisances. Nous devons les remplacer par notre vision à nous.

Nous devons nourrir nos échanges les uns avec les autres, ne pas offrir seulement une solidarité politique, mais aussi de la chaleur humaine et de l'attention.

Pour les militants qui ont une pratique spirituelle recensée comme telle, c'est le moment maintenant de la pratiquer réellement !

La nouvelle route n'est ni balisée ni répertoriée. Elle est inconnue, exaltante, dangereuse mais libre. Nous sommes nés pour nous frayer ce chemin, et les grandes puissances de la vie et de la créativité marcheront à nos côtés à la rencontre de cet avenir viable. La peur remplit notre espace mental et émotionnel de rage, d'impuissance qui nous coupent des sources de vie et d'espoir.

En nous ouvrant en conscience à la beauté du monde, en choisissant d'aimer un autre être ténu et fragile, nous commettons un acte de libération.


Bruno LEROY.

11:33 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

01/08/2016

Vacances vécues dans la profondeur de l'Être.

vuedelhimmalaya.jpg

 

Je ne sais plus quel écrivain disait que partir c'était mourir un peu. Si je n'ai guère retenu son nom cela est probablement dû au fait que je considère cette maxime complètement idiote. En effet, je pense tout à fait le contraire. Pour moi, partir c'est revenir vers Soi.
 
Vous allez me dire et alors revenir, c'est quoi exactement ?
Revenir, c'est se retrouver dans un autre décor tout en gardant son Moi intègre et spirituellement stabilisé.
Revenir, c'est revoir les autres avec un nouveau regard, celui de l'intérieur.
Comment des Vacances peuvent à ce point transformer, métamorphoser l'homme d'autrefois ?
C'est la façon dont nous vivons nos Vacances qui est essentielle pour l'aventure spirituelle.
Et le retour est-il un retour vers la routine, les habitudes ?
La personne qui sait vivre l'instant présent s'aperçoit rapidement que les secondes se suivent sans se ressembler.
 
Les gestes meurent dans l'espace dès qu'ils sont formés.
Les paroles aussi, seuls les écrits demeurent figés dans la mémoire pour la modifier.
La vie est mouvement, tempêtes, vents, soleils, rires, larmes, cris, apaisements, marche en avant.
 
Que nous soyons loin de notre habitation où logent les fausses habitudes.
Nous devons inspirer la Vie à pleins poumons telle une énergie intarissable.
Ou bien les forces de mort viendront remplacer ce que nous ne sommes pas capables de remplir.
 
Oui, je reviens avec d'autres destins à m'inventer sur les chemins de l'Humanité.
Les vacances peuvent durer toute l'année, c'est une question de spiritualité.
La nostalgie du temps qui passe est faite pour ceux qui s'amusent à le regarder passer.
Je suis dans le temps au centre, dans l'oeil de son cyclone.
Je passe avec lui. J'habite dans ses entrailles. J'en suis ravi...
Puisse votre Amour de la Vie vous donner chaque jour cette puissance d'exister pleinement !
 
Mais comment être en Vacances toute l'année ?
 
Voici, une petite "recette " chrétienne ou simplement de bon sens :
 
Si être en vacances,
ce n'est pas courir toute la journée comme un dingue,
Si être en vacances,
c'est savoir regarder vivre ses enfants
et jouer avec eux,
Si être en vacances,
c'est savoir réduire l'abus de télé ou de radio,
Si être en vacances,
c'est prendre un peu de distance par rapport aux soucis,
Si être en vacances,
c'est savoir regarder l'oiseau qui vole,
ou le bout de bois qui flotte le long d'un fil d'eau,
Si être en vacances,
c'est savoir prendre un livre et le lire calmement,
Si être en vacances,
c'est pouvoir être enfin soi-même,
Alors pourquoi ne pas se mettre en vacances toute l'année ?
Car c'est toute l'année qu'il faudrait ne pas courir, regarder vivre ses enfants, s'écouter entre époux, etc...
Bref, les vacances étant par définition le temps propice à la qualité de la Vie, il serait dommage de se résigner à n'être un humain que quatre semaines par an.
C'est-à-dire pendant le douzième de sa Vie !
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
* Je dédie ce texte à ceux et celles qui n'ont pas eus l'opportunité de partir en vacances afin qu'ils comprennent que nous pouvons les vivre chaque jour de l'année sans pour autant bouger.
Ce qu'il faut et ce qui est fondamental dans l'existence d'un être, c'est d'avancer dans sa spiritualité pour avancer vers Dieu.
 
Bruno LEROY.

18:18 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les Vacances cette plage intérieure de ressourcement.

VACANCES_image.jpg

Que nous soyons sur des contrées perdues à contempler la splendeur du paysage, le murmure du vent, le temple majestueux que la nature nous offre. Ou que notre horizon se limite à notre appartement ou notre maison en essayant d'échapper aux bruits de la ville. La démarche n'est-elle point commune, identique au cœur de ces Vacances?

 

Se retrouver pour mieux se connaître et s'apprécier. Telle devrait être la période de repos octroyé, une plage intérieure de ressourcement pour quitter le personnage social que nous jouons, chaque jour. Mais, les conventions ont les mains lourdes, il nous est difficile d'abandonner notre vieille peau...

 

Pourtant, sachons savourer le silence du temps comme un instant d'éternité. Et puis, ouvrons notre conscience aimante face à chaque être rencontré. Nous rencontrer vraiment dans l'authenticité de ce que nous sommes. Les Vacances servent à nous reconquérir. peu importe l'endroit. Si, cette période vous est pénible, mon cœur est près de vous.

 

N'hésitez pas à écrire vos émotions profondes. Je vous retrouverai en Septembre. En attendant, je vous souhaite de trouver la paix harmonieuse puisée aux confins de vos sources Humaines.

 

Bruno LEROY.

 

17:45 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/07/2016

Les petits frères des Pauvres.

A Paul…( il se reconnaîtra ) et aux autres bénévoles dignes de leurs fonctions, c'est-à-dire de l'amour et du dévouement envers les plus pauvres.

 

Voici l’historique des petits frères des Pauvres. La racine qui fit grandir cet arbre de la Fraternité porte un Nom peu connu du grand Public : Armand Marquiset.

Un homme exceptionnel ayant une ferveur spirituelle lui permettant de franchir tous les obstacles en semant de l’Amour. Les petits frères ne sont point religieux contrairement à ce que nous pourrions penser. Ils sont laïcs et retissent du lien social dans une démarche fraternelle.

 

Les petits frères des Pauvres sont riches de valeurs fraternelles. Je dédie ce Vidéogramme à tous les Bénévoles et salariés qui vivent authentiquement les convictions prônées par Armand Marquiset. Longue vie à cette Association au cœur immense pour ses 70 ans ! 

Bruno LEROY.

À l'aide de séquences tournées sur place, de passionnants, divertissants et émouvants témoignages ainsi que de très nombreux documents d'archives, ce film retrace, en se gardant de tout misérabilisme, la belle et riche histoire de l'association Les petits frères des Pauvres, dont l'action s'accomplit depuis 1946 autour des valeurs fondamentales du respect et de la fraternité auprès des personnes âgées. Un film choc, empreint d'une sensibilité bouleversante, qui témoigne de l'affectueuse complicité qui rapprochent au quotidien, en France mais aussi à travers le monde, des milliers de bénévoles et celles et ceux que nous appelons pudiquement nos aînés. Une fantastique épopée. Une merveilleuse histoire d'amour. Des rencontres inoubliables.

Un film qui nous plonge dans l'univers joyeux des petits frères des Pauvres d'hier à aujourd'hui, qui savent, eux, que le monde n'est pas un spectacle à contempler, mais une oeuvre à faire.Un document exceptionnel, nourri d'espoir et d'espérance, reflet d'une solidarité intergénérationnelle qui fait chaud au cœur.
Un véritable moment de grâce qui confirme que Victor Hugo avait bien raison de dire que « la beauté de l'âme se répand comme une lumière mystérieuse sur la beauté du corps ».

19:46 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Donne ton cœur à ton meilleur Ami.

je-peux-compter-sur-toi.jpg

En ces moments émouvants levons les yeux vers l’Absolu,

Cherchons dans le visage d’autrui la présence du Christ,

Dans les sourires ou les larmes au coin de chaque rue,

Cherchons inlassablement la Lumière de l’Amour,

Dans les roses virginales cherchons le Tendre risque,

Celui qui vient se planter au tréfonds de ton cœur,

Comme une alliance d’union entre Marie et Jésus,

Entre la terre mère et la réalité d’aimer en vérité,

N’attendons plus demain pour nous tendre la main,

Cherchons même dans la souffrance des espérances,

Nous sommes Forts profondément et l’ignorons souvent,

La prière cet oxygène nous donne entrain et allant,

Notre Ami Jésus-Christ dans Son amour t’entend,

Et te répond par signes qu’il te faut déchiffrer,

Une rencontre imprévue ou la nature enchantée,

Parle au vent, au soleil, aux oiseaux, aux fleurs,

Elles te dévoileront peut-être leurs mystères,

Parle aux étoiles qui dansent dans l’éther,

Elles te livreront les secrets de leur cœur,

Ta vie n’est pas une tombe où sommeille la peur,

Ta vie est la saveur des instants même inquiétants,

Ta vie est celle de l’enfant que Christ demande,

Un chant d'éblouissements dans la clameur du Monde.

Tu ne seras jamais seul si tu veux ton existence féconde.

 

Bruno LEROY.

17:47 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Guy Gilbert et la communion des saints.

christianisme,foi,spiritualite-de-la-liberation,spiritualite,action-sociale-chretienne

( photo: Bruno Leroy et Guy Gilbert. )

Je m’aperçois avec beaucoup d’intensité que nous sommes tributaires du passé. Non point un temps mort qui ravive la nostalgie mais, des instants essentiels qui ont construit notre personnalité.

Les chrétiens, quelle que soit leur obédience, possèdent dans leur cœur un Témoin de Dieu ayant marqué l’histoire. Pourquoi ? La réponse doit être précise et tranchante car, il ne s’agit nullement de substituer notre Amour pour Christ en faveur d’un humain vivant le souffle de l’Esprit. Non, il s’agit d’un être référent, transmetteur d’une vision spirituelle.

Notre monde basé sur le matérialisme le plus insidieux et l’individualisme le plus méprisant ; nous fait presque systématiquement entrer en sympathie avec des êtres qui partagent nos valeurs et le sens de notre Vie. Combien de chrétiens ( nes ) noirs subissant des discriminations humiliantes ne se réfèrent à Martin Luther King afin, de puiser dans ses prises de positions, les justes réactions face aux insultes.

 Nos sociétés perdent progressivement cette saveur spirituelle exigeante issue de la Bible.

Chacun semble s’accommoder d’une spiritualité selon son inspiration propre. C’est alors, que Dieu n’est plus le grand Libérateur de notre humanité mais, le juge suprême. Ces comportements interdissent toutes recherches spirituelles et peuvent mener à des pathologies graves, telles la schizophrénie ou la paranoïa.

Cet essaim de Témoins qui nous ont précédés doivent nous parler dans leur façon sans concessions de vivre l’Évangile.

Force est de constater qu’il existe très peu de Témoins chrétiens dans l’univers éducatif de l’envergure de Guy Gilbert. Il est pour les éducateurs chrétiens celui qui voit les yeux du Christ dans le regard d’un loubard.

Un loubard est un jeune délinquant ayant perdu ses repères sociaux faute d’avoir rencontré sur son chemin des adultes forts de leurs convictions en l’amour de la Vie. Guy Gilbert n’est pas un prêtre atypique comme nous aimons le dire souvent. Il est un Homme de Dieu ayant pris en considération le phénomène d’inculturation. Il ressemble de par son look aux loubards dont il s’occupe. Signe pour lui de montrer son Amour envers ce peuple meurtri. C’est pour cette raison que je le surnomme souvent : le loubard de Dieu.

 

Il va jusqu’au bout d’un jeune dans les pires dérives sans jamais baisser les bras. Il écoute leurs désirs profonds et, c’est dans cette attitude de respect que naquit d’une ruine la Bergerie de Faucon faite entièrement par la volonté, les mains de ces jeunes qui ne pensaient qu’à détruire. Notre Loubard de Dieu fait confiance en la Providence pour déceler la part de cristal qui scintille en chaque adolescent.

 

Mais, n’ai-je point écrit suffisamment d’articles sur ce chrétien affirmé sans devoir narrer de nouveau son histoire. Dieu nous envoie des Témoins de Son Amour, tels des anges pour nous guider et Guy Gilbert en fait partie.

 

Chacun possède sa personnalité et il n’est point question de devenir un clone de Guy. Ce serait négliger le messager prioritaire qui n’est autre que Christ ayant donné son sang pour nous. Il s’agit de rejoindre une certaine sensibilité des approches que nos témoins ont de l’existence en général et de Dieu en particulier. Pour moi, depuis des années, je regarde vivre le Loubard de Dieu et l’écoute nous interpeller. Puissiez-vous rencontrer un ange de Dieu vous indiquant où se trouve la Lumière pour faire de vous des chrétiens Heureux. Mais, seule la prière nous donnera cette joie immense de vivre selon les desseins de Christ.

 

Si tous les chrétiens pouvaient se donner la main, notre monde aurait un visage plus Humain.  Il s’agit simplement d’une amitié spirituelle, comme le disait Paul, dans une atmosphère plus propice aux antipathies, aux racismes, aux exclusions, aux discriminations, aux rejets de l’Autre. Ce que nous appelons théologiquement, la Communion des Saints, cette fusion des âmes dans un Unique Corps.

Bruno LEROY.

La joie chrétienne prend la forme de l’engagement.

E001447_LRG.gif
 

On rit et on rit beaucoup. On rit pour se détendre. On rit pour se dégager de l’anxiété et du stress que nous causent les activités quotidiennes. On rit pour fuir, un instant, les dures réalités de la vie. On rit pour faire la fête.

Dans une lettre aux chrétiens de Thessalonique, saint Paul lance cette invitation : « Soyez toujours dans la joie ! » ( 1 Thessaloniciens 5, 16). La tradition liturgique l’a pris au sérieux : elle a même institué un « dimanche de la joie » en plein cœur du temps de l’Avent. « Soyez toujours dans la joie ! » Pas seulement le temps d’un numéro d’humour, pas seulement le temps d’un spectacle comique, mais perpétuellement :

Pourtant, il y a des jours dans la semaine, et même des heures dans la journée où nous n’avons pas le goût de rire. Nous sommes touchés par des événements qui sont loin de susciter l’humour. Ces jours-ci, nous nous sommes souvenus de ces femmes assassinées à l’École polytechnique, il y a quelques années. La télévision nous a montré des otages à Bagdad, menacés de mort par des terroristes résolus. Nous avons vu aussi des enfants en Orient qui travaillent durement dans des conditions inhumaines et pour des salaires dérisoires au profit de la chaîne de magasins Wall-Mart. On parle de prisons secrètes dans certains pays du monde, au service du gouvernement américain, des prisons où on pratique la torture. Ailleurs, même ici, des familles vivent misérablement, dans le dénuement total. Des étudiants, même à l’Université, ne mangent pas à leur faim. Des couples connaissent la violence conjugale.

La joie que souhaite saint Paul ne peut pas ignorer la misère humaine. Elle trahirait le Christ. Le Christ n’est-il pas toujours au côté des malheureux ? N’est-il pas mort pour les pauvres et les petits ? La joie chrétienne ne peut être une simple distraction dans notre quotidien. Elle ne peut se réduire à quelques farces d’humoriste.

La joie chrétienne découle avant tout de la foi, et de la foi pascale. Nous reconnaissons que la mort du Christ est porteuse de vie. Nous avons confiance en sa fécondité. Nous croyons en la résurrection du Seigneur au point de considérer que toute situation humaine, même le pire désastre, peut déboucher sur la vie. Nous croyons en la victoire du Christ sur le mal et sur la mort. Nous portons au fond de nous-mêmes une joie que rien ne peut nous ravir, pas même une détresse extrême, puisque nous sommes appelés à la Vie.

La joie chrétienne découle de la confiance en la présence de l’Esprit dans nos initiatives comme dans le déroulement de la vie du monde. Jean-Baptiste annonçait le Christ en disant : « Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas. » (Jean 1, 26) Nous pourrions reprendre cette Parole pour annoncer l’Esprit parmi nous. Cet Esprit collabore à notre tâche d’édification de la société humaine. Dans toute sa puissance, il nous réconcilie les uns avec les autres. Il nous fait dépasser les obstacles qui jonchent la route de nos fraternités et de nos entreprises de justice sociale. Voilà pourquoi sa présence est source de joie pour nous.

Par conséquent, la joie chrétienne est témoignage d’hommes et de femmes qui croient en Dieu et en son action dans le monde comme dans nos vies. Nous témoignons de notre foi en la fidélité de Dieu qui tient ses promesses et demeurent à nos côtés tout au long de l’existence. Témoignage qui demande souvent du courage quand nous avons l’impression de nous retrouver seuls avec nos drames et nos problèmes.

Finalement, la joie chrétienne prend la forme de l’engagement pour les autres. La joie qui habite le croyant annonce aux pauvres la bonne nouvelle d’un Dieu qui prend parti pour eux. Elle accompagne des gens au cœur brisé, elle annonce la libération aux prisonniers de toute sorte et la liberté aux captifs.

C’est donc pas drôle, la joie ! C’est même très sérieux ! Et saint Paul a raison de nous dire : « Soyez toujours dans la joie ! »

Bruno LEROY.

10:19 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

28/07/2016

L’été est la saison du Bonheur.

fond_mezenc_2.jpg

L’été est la saison du Bonheur. Il arrive même que le soleil pleure de joie en se mirant dans les océans et les forêts. Alors, une pluie chaude coule sur notre peau tel un baume bienfaisant.

En été, la lumière parfume nos désirs d’éternité et s’enflamment en nous des besoins sexuels, des envies de goûter aux plaisirs de la vie.

L’été attise nos fantasmes inassouvis. Certains sont positifs pour notre équilibre et d’autres plus néfastes. Il nous faut un discernement de chaque instant pour ne point sombrer dans les déplaisirs qui culpabilisent et enlèvent toute joie.

L’été doit demeurer la saison du ressourcement intérieur et non de la dépravation sans retenue. Regardez les plages, la viande la plus charnue se laisse bronzer au feu des apparences.

L’été peut être vécu dans une allégresse profonde à condition de ne pas en faire une recherche de l’extériorité absolue pour épater les amis.

L’été est aussi la chaleur du cœur qui se plonge dans celui d’autrui. Comme les autres saisons mais avec davantage d’intensité. L’été devrait éclairer nos pensées plutôt que les aveugler.

Face aux paysages montrant leurs atours avantageux. L’émerveillement doit nous éveiller instantanément. La contemplation doit oxygéner nos passions et notre raison.

Et pourtant, l’été semble devenu la saison la plus fatigante de l’année !

Combien de vacanciers rentrent usés de leur séjour. Les yeux cernés par la fatigue de la route.

Les nerfs à fleur de peau à cause des embouteillages. L’été c’est l’enfer du repos.

Les vacances que vous prenez vous prenne votre énergie pour le reste de l’année.

Et vous avez le toupet de me demander pourquoi vous n’êtes pas heureux ?

Je vous répondrais simplement mais, fermement «cessez de vivre comme des imbéciles » et vous connaîtrez certainement le Bonheur inaltérable et indicible qui vous habite.

Sinon, vous serez condamnés toute votre existence au désespoir provenant de votre ignorance.

Que ce soit l’été ou l’hiver. J’envie les personnes qui savent voyager dans leur espace intérieur. Ils savourent la joie de vivre dans le silence de leur être.

 

 

Bruno LEROY.

20:53 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Un parfum de Vacances.

12.24.jpg

Le repos est le bouquet de roses que la vie nous offre, en échange de nos activités parfois à la limite de l’extrême. Dans tout ce que nous faisons, notre rôle premier et prioritaire est de chercher, conquérir notre liberté, notre dignité Humaine. C’est ainsi que Christ veut regarder le chrétien vivre pleinement. Il le contemple alors et voit que ses actions ne sont pas inutiles.

 

Dans son incommensurable Amour, il aimerait constater une réelle liberté chez tout Homme.

Hélas, nous demeurons enchaînés par nos déterminismes qui décomposent notre vraie liberté christique.

 

Alors, il nous reste, le fond du récipient, pouvant méditer et prier pour que vienne le vent de l’Esprit. Et par des injonctions étoilées, l’Esprit répond à notre esprit.

 

Les fleurs aux senteurs de bonheur étalent leurs visages accueillants, l’eau des ruisseaux laisse courir sa rivière de diamants et les oiseaux chantent au soleil un chant nouveau.

 

Les vacances doivent nous donner le sens de l’émerveillement. Sinon, à quoi nous servirait-il de nous évader dans les champs où les blés tendent leurs bras, sans obtenir de réponse de notre part ? La nature est un temple sacrée mis à notre disposition par Dieu. Nous n’en sommes aucunement propriétaires, mais locataires. Veuillez laisser les lieux dans la même splendeur que vous les avez trouvé en arrivant. Et si vous considérez que ceux-ci sont pollués, veuillez nettoyer, s’il vous plaît.

 

Ah ! comme la conscience, ce sanctuaire où Dieu se trouve, peut nous parler tant de fois. Et nous feignons de ne point entendre de peur de devoir agir ou par manque de silence.

 

Voilà, ce que je vais chercher en Vacances, ce silence intérieur avec lequel j’écris des mots qui me parviennent d’un ailleurs et scintillent parfois comme le diamant.

 

Je pars en Vacances pour mieux me retrouver et retrouver ceux et celles que j’aime.

Je m’aperçois que le Seigneur m’a donné un trop petit cœur pour y loger tout l’amour demandé. Et de ce fait, je ne puis que faire mal sans le vouloir vraiment…

 

Il me souvient d’un Monsieur que j’avais rencontré dans une gare, il y a quelques années, qui m’interpella en me disant : « Monsieur, je vous connais, vous êtes Bruno L., l’éducateur qui m’a tiré de la m...de, il y a plusieurs années ». Cela ne me rajeunissait pas ! En effet, cet homme bien vêtu et de bonne mise était un ancien délinquant dont j’avais évité l’emprisonnement pour plusieurs années. Il m’expliqua avec allant qu’il était désormais Directeur mais, que malheureusement, il divorçait. Il me dit avec insistance, je ne comprends ma femme et moi, nous nous entendions si bien. De plus, elle dit m’aimer encore et n’avoir pas d’amant, qu’en penses-tu, Bruno ?

Je lui répondis que dans un couple il ne suffit pas de s’entendre pour être heureux ensemble, mais de s’écouter. Il me regarda fixement dans les yeux et me rétorqua brutalement : j’ai une idée ! Je ne le revis jamais puisqu’il partit promptement, sans doute vers son épouse…

 

Hé bien, la Vie, les Vacances, la pluie, le vent, le soleil, les abeilles, les papillons…tout cela doit être écouté dans un silence profond. J’allais écrire, qu’il faut boire, en quelques sortes, le paysage. Ce paysage est le visage de Dieu.

 

Ne passons pas nos temps de délassement comme des touristes assoiffés de sensationnel.

Cela ne nourrirait nullement notre existence. Au contraire, savourons chaque instant, afin qu’il s’incruste dans notre mémoire, tel un Eden toujours présent.

Sinon, nous ne pouvons pas avoir une démarche spirituelle mais, au contraire vulgairement banale, sans résonance intérieure.

N’oublions pas que nous restons, où que nous soyons des témoins joyeux de l’amour de Dieu.

Témoigner de Dieu par sa vie est plus puissant que de Le donner tout cuit à certains, comme une marchandise.

Donner cette liberté d’aimer par notre témoignage d’Homme libre et debout, vaut tous les discours religieux du Monde.

Dans la Vie tout se respecte et surtout la vie elle-même quand nous la considérons à travers autrui.

Les Vacances sont peut-être dans votre jardin, chez votre voisin ou dans les relations que vous aurez avec les commerçants et d’autres personnes.

Alors, Bonnes Vacances à Toutes et Tous !

Bruno LEROY.

20:40 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |