7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2011

J'exprime ma solidarité à toutes les femmes agressées.

DSK aurait tenté de violer une femme de chambre dans un hôtel de New York.

 

Une partie des politiques, prompt-es à condamner les petits voleurs ou les supposé-es fraudeurs du RSA, crient à la présomption d’innocence. D’autres vont à la curée, trop heureux et heureuses de voir disparaître un concurrent de poids. On en trouve même pour déplorer un piège qui nuit à l’image de la France.

 

Et personne pour rappeler qu’il s’agit d’abord d’un problème d’oppression sociale et patriarcale, lorsque des hommes riches et de pouvoir agissent selon ce qu’il croient être leur bon droit, agresser sexuellement une travailleuse qui les côtoie.

 

J'exprime ma solidarité à toutes les femmes agressées et à toutes les femmes de chambre que les hommes de pouvoir pensent faire partie des meubles. Et regarde avec mépris le cirque médiatico-politique qui démarre autour d’enjeux électoraux dont nous n'avons rien à attendre.

 

Bruno LEROY.

09:27 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., COUPS DE GUEULE., HOMMES POLITIQUES. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

03/05/2011

Hommage à Patrick Roy.

Quand la maladie devient ciment d'amitié par-delà les clivages politiques.
retour Patrick Roy par Samuellegoff

10:44 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans HOMMES POLITIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

14/01/2011

LE PRÉSIDENT BEN ALI AURAIT QUITTÉ LA TUNISIE.

ben ali.jpg

La crise tunisienne atteint un nouveau palier ce vendredi. Au lendemain d'un discours où il s'était engagé à quitter le pouvoir d'ici 2014, le président tunisien Ben Ali a annoncé le limogeage de son gouvernement.

 

Dans le centre de Tunis, des milliers de manifestants ont réclamé le départ du président. L'état d'urgence a été décrété vers 17 heures. Suivez minute par minute le récit de cette journée.

 

18h35. Le président Ben Ali a quitté la Tunisie, selon des sources proches du gouvernement.

18h33. BFM TV, reprenant une information de la chaîne Al Jazeera, indique que Ben Ali aurait quitté le pays. Fouad Mebazaâ, le président du Parlement, prendrait le pouvoir avec l'armée.

18h30. Sur Twitter, de nombreux internautes tunisiens assurent que l'annonce à venir concernerait un coup d'Etat par les militaires. Une information impossible à confirmer ou à infirmer pour l'instant... 

18:58 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., HOMMES POLITIQUES. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/11/2010

Ségolène Royal candidate aux primaires.

segolene.jpg

L'ex-candidate socialiste à l'Elysée fait voler en éclats le «pacte Aubry-DSK-Royal» qui a tant fait parler de lui il y a quelques jours. , présidente du conseil régional de Poitou-Charentes, annonce en effet sa candidature aux primaires du Parti socialiste dans un entretien à paraître mardi dans «la Nouvelle République du Centre Ouest» et «Centre Presse».

 

 

A la question «Etes-vous candidate aux primaires du Parti socialiste», Ségolène Royal répond : «J'ai longuement réfléchi et beaucoup consulté. Le moment est venu d'avancer dans la clarté et la simplicité : ma réponse est oui.»

«La droite est déjà en campagne»

«Je sais d'expérience qu'il faut plus que quelques mois pour se préparer et pour rassembler», poursuit-elle, soulignant que «la droite est déjà en campagne» et qu'«elle ne s'en cache pas». «Je vais continuer à faire de ma région un laboratoire économique, social, écologique, éducatif, je vais accepter les invitations à la rencontre des Français, ceux qui souffrent comme ceux qui espèrent», ajoute encore la présidente de région dans les colonnes de «Centre Presse», journal d'informations locales de la Vienne.

Ségolène Royal dit vouloir «écouter les Français (...) pour agir juste et les convaincre que nous devons et pouvons ensemble prendre notre destin en mains, avec un espoir de progrès pour eux, pour leurs enfants, et pour relever la France».

 

20:45 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans HOMMES POLITIQUES., POLITIQUE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

07/10/2010

Nicolas Sarkozy doit rencontrer Benoît XVI.

Pour sa deuxième visite au Vatican, vendredi, Nicolas Sarkozy sera accompagné d'une délégation plus consensuelle que la fois précédente. Le "curé des loubards" Guy Gilbert et l'humoriste Jean-Marie Bigard, dont la présence avait détonné lors de sa précédente audience papale en décembre 2007, ne seront pas du voyage.

Ils cèdent la place au politologue Patrick Buisson, un ancien journaliste d'extrême droite aujourd'hui conseiller écouté du chef de l'État, et à l'ancien patron de La Croix Bruno Frappat. Le premier, qui dirige la chaîne de télévision Histoire, se présente comme un "catholique de tradition", alors que le second est plus représentatif des catholiques de gauche.

Les écrivains Denis Tillinac et Alix de Saint-André accompagneront également le chef de l'État, de même que l'ancien ministre et commissaire européen Jacques Barrot, aujourd'hui membre du Conseil constitutionnel, archétype du démocrate-chrétien à la française. Nicolas Sarkozy doit rencontrer Benoît XVI en tête-à-tête pendant une demi-heure. Il s'entretiendra ensuite avec le cardinal Bertone, le secrétaire d'État du Vatican. Suivra une visite à la basilique Saint-Pierre, avec un arrêt prévu à la chapelle de Sainte-Pétronille où le cardinal français Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, prononcera une "prière pour la France". Le président achèvera sa visite par un déjeuner à la villa Bonaparte, l'ambassade de France auprès du Saint-Siège, en présence de trente hauts prélats, dont les cardinaux Bertone et Tauran.

19:23 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUES., HOMMES POLITIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

14/06/2007

DÉSINFORMATION - La toile s'enivre.

Le nouveau président français arrive en retard et essouflé a une conférence de presse liée au G8. Rien de tel pour enflammer la toile.

Un vrai baptème du feu ! Jeudi 7 juin 2007, pour sa première conférence de presse internationale, avec oreillette de traduction simultanée, le président Sarkozy se serait donné du courage en partageant une vodka avec le président Poutine... C'est du moins ainsi que le journaliste Belge Eric Boever a présenté une vidéo montrant le petit Nicolas plein de tics, sourire gêné qui se dandine d'un pied sur l'autre durant les premières secondes de son interview.

Il n'en faut pas plus pour que la toile s'enbrase. En 4 jours, rien que sur
Youtube, la soixantaine de vidéos montrant ces 30 secondes a été visionnée plus d'un million de fois. Tous les médias ont relayé "l'affaire", aussi bien sur la toile que dans la vraie vie.

S'il est de notoriété publique qu'il ne boit pas, le président français n'était apparemment pas dans son état normal. De là sont parties toutes sortes de conjectures, depuis un moment intime avec Madame, un souci lié à son syndrome
Iznogoud, jusqu'à des problèmes de digestion. Chacun a son interprétation.

Toujours prompt à crier au scandale, l'internaute en pantoufle a bien évidemment dénoncé la non diffusion de ces images par la télévision française. LCI, qui a diffusé l'interview en direct s'explique sur le site de 
l'Express : "Prévue à 19h, la conférence de presse de Nicolas Sarkozy a commencé avec une trentaine de minutes de retard. Lorsque le Président prenait la parole, LCI finissait la diffusion d'une émission de secours et enchaînait avec une page de publicité incompressible. Lors de la prise d'antenne, il était déjà trop tard."

Devant la surmédiatisation de sa boutade, Eric Boever a pour sa part présenté ses excuses :
"(...)Le 'Douze minutes' est un journal [de la nuit] destiné au public belge et vous nous connaissez un peu, nous avons la faiblesse de cultiver le sens de la dérision, et de l'autodérision bien sûr. Je ne voulais évidemment pas heurter la sensibilité nationale française, d'autant que je suis moi-même français par ma mère.
Bref, je suis désolé de voir cette affaire tourner à l'incident diplomatique alors qu'elle ne mérite qu'une tempête dans un verre... d'eau !"

Une semaine après, tout le monde sait que Poutine et Sarkozy se sont vus en privé, et que Sarko était en retard à sa conférence de presse. Mais peu sont capables de dire que celle-ci a duré plus d'une demi-heure et qu'elle a essentiellement portée sur le réchauffement de la planête et autres problèmes politiques et diplomatiques.

Allez, sans rancune et bienvenu dans le monde virtuel, mister president...

Article par Cécile - Hoaxteam
http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/hoax.php?idArticle=58...

10:10 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans HOMMES POLITIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne, politique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

12/06/2007

TOUTES LES VALEURS SONT RESPECTABLES.

890ebadf098aebb464f3020dc48ce872.jpg

François Bayrou raconte la naissance de l’UMP. Pour l 'ex candidat à la présidentielle, vouloir réunir dans un même parti, la droite et le centre comme si c’était le même électorat, c’est ne rien connaître de l’Histoire de France. François Bayrou reproche aux architectes de l’UMP d’avoir voulu créer un système politique à l’Américaine. Un sytème où il n’y aurait plus que deux grands partis qui font semblant de s’opposer. En réalité, ils défendent les mêmes intérêts. Aux Etats-Unis, l’argent nécessaire pour mener une campagne électorale tient les deux principaux partis. François Bayrou a estimé qu’il était de son devoir de résister et il est allé le dire devant 7000 personnes lors du fameux meeting de Toulouse de février 2002.

"Que quelqu’un puisse croire qu’on peut prendre les grandes familles politiques françaises, du centre français et de la droite française, il faut vraiment ne rien connaître à l’Histoire pour penser que ces familles, c’est la même chose, c’est le même électorat. Ducon. C’est le même électorat parce que personne ne défend des idées. Qu’on puisse les mettre ensemble autour de Jacques Chirac, et de [Jérôme] Monod, [Alain] Juppé et [Philippe] Douste-Blazy, et les faire disparaître par une manœuvre absolument concertée et dont même à Toulouse, je ne voyais pas quelle était la mécanique, je n’avais pas tout vu mais j’avais vu l’inspiration. Et que d’un coup de baguette magique, tout ça va être réglé, c’était pour moi de l’ordre du combat… C’était Galilée. Comme l’univers entier perd la boussole, au fond, il vous revient de dire : "Mais pas du tout, le Nord n’est pas là, il est là !". C’est la défense de la plus élémentaire vérité sur laquelle repose la démocratie. Derrière tout cela, il y a au fond l’idée que c’est l’Amérique qui a raison. On va faire deux partis, mon pote. On fera comme s’ils s’étaient opposés. Mais en réalité ils représenteront les mêmes intérêts. La même sécurité pour un certain nombre de puissances qui tiendront tout. Parce que c’est pas mal aussi quand l’argent tient les deux. Ce qui est la vie politique américaine : elle repose sur le nombre de dizaines de millions de dollars que vous êtes capable de récupérer, donc il faut bien être copain avec les détenteurs des millions de dollars. Alors on va faire le système américain en France : un parti qu’on appellera socialiste et un parti qu’on appellera UMP mais en réalité les mêmes relations. Avec les mêmes candidats identiquement construits médiatiquement. Ce qu’ils disent n’a plus d’importance parce qu’au fond ils disent la même chose. Alors vous faites ça et vous allez imposer ça à la France, avec l’Histoire de la France, avec les vicissitudes de la France, avec les cicatrices de la France. Eh bien, il était de mon devoir, aussi faible que j’ai été à cette époque-là - et Dieu sait que ça a été dur parce qu’au moment où cela se produit je suis entre 2 et 3 dans les sondages en février 2002 - mais simplement il faut pouvoir se regarder dans une glace. Donc je décide tout seul - parce que mes proches et mes amis ne sont pas enthousiasmés par cette idée - mais je décide parce que je ne peux pas faire autrement que j’irai à Toulouse puisqu’ils avaient invité tout le monde et que je leur dirai ce que j’avais à leur dire. Donc j’y suis allé dans une grande ambiance de Corrida avec 7000 personnes en face de moi d’un avis et défendant tout seul l’autre avis, pour leur dire ce que je n’ai jamais cessé de penser : "Vous dites qu’on pense tous la même chose mais si on pense tous la même chose c’est qu’on ne pense plus rien". Précisément la démocratie c’est qu’on ne pense pas tous la même chose, il est sain qu’on essaie d’accorder les avis différents, les convictions différentes. Je suis allé plus loin depuis cette époque... Un pays a besoin de tout le monde ! La France a besoin des valeurs de gauche parce qu’elles sont des valeurs républicaines, respectables et importantes. Par exemple, il y a beaucoup d’enseignants qui ont ces valeurs-là, ils méritent qu’on les écoute et qu’on les entende. La France a besoin des valeurs de droite. Les gens qui disent que le mérite, l’ordre et la sécurité, c’est important… Ils ont raison. La France a besoin des valeurs du centre : de la tolérance et d’équité. La France ne pourra s’en sortir que si tous ceux-là son reconnus et se sentent bien dans l’effort national".


François Bayrou.

14:51 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans HOMMES POLITIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne, politique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

25/05/2007

"Seuls des adultes qui s’assument sont en situation de transmettre".

f2c79a52754b3b354e0d1a431c357a7d.jpg

François Bayrou et son dernier fils, André.

Elisabeth et François Bayrou ont eu six enfants (« nous en souhaitions douze ! six, ce n’est pas si mal ») : Hélène, Marie, Dominique, Calixte, Agnès et André.

 

« La naissance de mon premier enfant – nous avions vingt ans, ma femme et moi – je n’avais pas imaginé que cela aurait cette force. C’est un moment extraordinaire.

Mes enfants m’ont apporté des joies tous les jours, et quelques soucis. Mais j’ai aimé même les soucis. Péguy dit cela mieux que moi : ‘le père de famille, aventurier du monde moderne’.

Ma famille est ma vie privée, pas ma vie publique. Cela nous a permis d’élever nos enfants à l’abri de ce maelström de vanité, de ce déballage …

Dans la vie, il n’y a qu’une seule question : comment voulez-vous élever vos enfants ? La seule question politique, c’est celle-là. Je veux pour mes enfants une société qui donne davantage de place à l’idée qu’il faut faire du juste. Je souhaite que tout autour d’eux les invite à sonner juste.

Seuls des adultes qui s’assument, comme parents, comme éducateurs, comme politiques, sont en situation de transmettre. »

 

François Bayrou.

 

19:30 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans HOMMES POLITIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

23/05/2007

LA MÉMOIRE D'UN PEUPLE.

816ff03fadccaefd5ba479f67f77269c.jpg

François Bayrou nous énonce ce que représente la mémoire d'un peuple à ses yeux : "Il y a une mémoire dormante des peuples. les hommes politiques doivent vivre avec la conscience que le peuple dont ils ont la charge n'existe pas depuis le jour où ils se sont installés."

"Il y a des gens qui croient que l'histoire appartient au passé. Moi je crois que l'Histoire c'est le passé, le présent et l'avenir. Il n'y a pas de rupture, il n'y a pas de solution de continuité comme on dit. Il n'y a pas de rupture. Et les gens qui croient aux ruptures sont naïfs. Je ne dis pas cela pour la politique actuelle uniquement... Mais en même temps il y a quelque chose de cela vous voyez ?
Moi je crois que les peuples ont une identité comme les personnes. Je crois même que les peuples ont un inconscient comme les personnes. Je crois qu'il y a une mémoire inconnue dormante des peuples qui a emmagasiné tout ce qu'ils ont vécu de tragédie, d'enthousiasme et de déception... Il y a une mémoire dormante des peuples qui ramène tout ce qui est souterrain, qui s'achemine sous terre...Pendant des siècles s'il le faut et puis ça ressort. Et c'est très puissant. Et donc, comme pour une personne avec son inconscient, quand  l'inconscient vous empoisonne, quand il pèse trop lourd, quand il y a quelque chose que vous ne savez pas ... Et qui vous étouffe, qui vous oppresse et vous ne pouvez pas respirer : il y a une chose à faire, c'est essayer de comprendre. C'est-à-dire entrer dans votre propre histoire et vous interroger vous-même pour savoir où est l'écharde dans l'inflammation. Ce qui me terrifie vraiment, au sens propre, c'est que nous sommes dans un temps où les gouvernants ont l'air de totalement ignorer l'Histoire. On ne leur demande pas d'être historiens, ce n'est pas du tout cela. On leur demande de vivre avec la conscience que le peuple dont ils ont la charge n'existe pas depuis le jour où ils s'installent et où ils croient qu'on passe de l'ombre à la lumière, "bêtes-à-sous" qu'ils sont ! Cela me terrifie ! Parce que du coup cela conduit à toutes les bêtises, à toutes les erreurs, à tout... Donc, moi, j'ai toujours regardé le peuple français comme cela... Comme une unité au travers du temps. Par exemple Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn, chacun à sa manière, a dit pendant la crise en Irak "la France a été arrogante". Et donc elle n'aurait jamais dû se comporter comme cela... "Mon pote", si la France n'est pas arrogante, elle n'est pas la France !"

François Bayrou.

20:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans HOMMES POLITIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne, politique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

10/04/2007

QUESTIONS D'UNE SUBTILE DÉBILITÉ !

Nicolas Sarkozy a une nouvelle fois posé la question de l'inné et de l'acquis en matière de pédophilie, mardi, faisant le parallèle avec le suicide et les cancers liés au tabagisme.

Propos extrêmement graves, selon Buffet
"Qui peut me dire que c'est normal d'avoir envie de violer un petit garçon de trois ans ? Est-ce que c'est normal ? Est-ce que c'est un comportement...", s'est interrogé le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle sur France 2. "Je voudrais apporter un témoignage personnel, ça ne m'a jamais traversé l'esprit", a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy a été vivement critiqué ces derniers jours par Ségolène Royal, François Bayrou, Jean-Marie Le Pen et des spécialistes, pour avoir déclaré dans un entretien à Philosophie Magazine qu'il inclinait "à penser qu'on naît pédophile".

"Quelle est la part de l'inné et quelle est la part de l'acquis ?", s'est-il à nouveau interrogé sur France 2. L'ancien ministre de l'Intérieur a d'abord fait le parallèle avec le suicide, déclarant : "Je ne veux pas qu'on complexe les parents : tout jeune qui se suicide ce n'est pas exclusivement la faute des parents, il y a un terrain".

Il a ensuite parlé du cancer, soulignant qu'"il y a des tas de gens qui fument deux paquets de cigarettes et qui n'auront jamais de cancer et puis il y a des malheureux qui ne fument jamais, les fumeurs passifs, et qui auront le cancer, pourquoi ? (...) Il y a un terrain qui est plus propice et plus fragile".

"Ce sont des propos extrêmement graves, ça veut dire qu'on revient sur tout ce qui a été l'évolution des sciences dans notre société", a réagi mardi matin Marie-George Buffet sur RMC et BFM TV.

"C'est-à-dire reconnaître que chaque homme, chaque femme est libre et non pas qu'il est prédestiné ou que dans ses gènes il y aurait déjà toute sa vie qui serait inscrite et qu'il serait incurable", a ajouté la candidate communiste.

Source: L'Express.

21:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans HOMMES POLITIQUES. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |