7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2015

Je t'Aime...!

15/10/2014

Black Spirit.

21:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans GOSPEL, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

BLACK SPIRIT.

20:18 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CULTURE., GOSPEL, LE REGARD DE BRUNO., Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

01/09/2013

Peu importe le temps...

voie-lactee-734521.jpg

La vie avance à petits pas,
Pour nous mener loin parfois,
Elle est émerveillement,
Chaque jour de se sentir vivant.
  
Peu importe le temps,
Il faut vivre l'instant,
Savourer le présent,
Avec un regard d'enfant.
  
Ceux que l'on dit vieux,
Ont perdus l'espérance,
Et sont tristes plus que joyeux,
Ceux que l'on dit vieux,
Ne savent plus être heureux.
  
La jeunesse est dans l'esprit,
Un rire qui s'épanouit au miroir de la vie,
La jeunesse est une façon de regarder,
Les événements qui peuvent arriver,
Et discerner les importants des futiles.
  
Les années enneigent nos cheveux,
Et nous donnent Sagesse,
A transmettre aux plus jeunes,
Pour leur montrer qu'on peut être Joyeux,
Même si les ans défilent tel un souffle de Dieu.
  
L'Amour a toujours rajeuni même les plus vieux d'entre-nous !
 
 
 
 
Bruno LEROY.

10:32 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., GOSPEL, LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

16/06/2013

Hommage à tous les pères de la Terre.

amour%20rose.jpg
Le père que nous donne Dieu devrait être le reflet de notre Père des cieux. Beaucoup ont cette vocation d'Amour qui nous fait grandir en liberté. Le rôle du père est de nous donner la Force de vivre et d'affronter les adversités. Nous avons tous des pères, au moment de l'adolescence et parfois plus loin dans l'existence, il existe un homme, voire une femme à laquelle nous nous identifions, pour grandir. La Fête des Pères est une fête Universelle d'Hommage à la Vie. Ce jour là, n'oublions pas qu'Il est un Père qui nous Aimera Toujours avec une Tendresse Infinie. Dieu Père et Mère nous demande d'honorer universellement la vie dans sa dimension d'Amour. L'Amour seul pourra nous rendre ce que nous pensions avoir perdu de tous temps, le geste gratuit de la Tendresse en sa plus simple Harmonie. Aimons nos papas qui construisent avec nous cette existence pour un regard Universel et peu importe qu'ils soient vivants, c'est l'héritage de leur vie qui est le bien précieux.
Ce modeste poème pour vous en Hommage à tous les pères de la Terre.



Dans ton coeur secret j'ai construit mon nid,
Pour sortir des longues nuits vers la vie,
Je suis apparu dans l'espace d'un cri,
Pour te dire que je te devais ma venue,
Ce souvenir que ta mémoire n'a pas perdue,
Pour ma part ce jour est une vague confondue,

Sur la mer tous les rivages ont disparus,
Mais je sais au fond de moi les instants,
Où la joie grave encore son printemps,
Comme un jour qui ne disparaîtra plus.
Je te dois cette vie au souffle infini,
Je dois mes rires et mes larmes aussi,
Je te dois les bonheurs de l'enfance,
Passés dans le coeur de ta présence,
Je te dois l'assurance de grandir,
De sortir pour construire l'avenir.

Oui, Papa tu m'as donné l'Amour,
Pour consoler mes rêves d'un jour,
Maintenant j'appartiens à demain,
Aux couleurs chaudes du firmament,
Et je te donne en cadeau mon destin,
Celui qui te dira je t'Aime sans fin.

Bonne Fête Papa !!!
Mon existence aura le parfum,
D'un Amour que je te dois,
Que je répands autour de moi,
Tel un Hommage à ton exemple,
D'aimer toujours d'une âme ample,
Transmettre l'Amour autour de soi.

C'est l'éducation que tu m'as offert,
Et qui devient ma raison de vivre,
Grâce à toi je suis devenu libre,
De choisir ma place dans l'univers,
De savourer Dieu dans mon âme,
Comme un reflet de tes flammes,
D'Amour qui consument mes jours,
Pour te rendre gloire pour toujours.

Heureuse Fête des pères !!!
Papa que j'Aime tant pour longtemps,
Je suis Ton fils Bruno ancré dans ta peau,
Comme une étoffe qui me rend fier et Beau,
Je t'Aime Papa et ce n'est pas un vain mot.
C'est un cri qui vient telle une naissance,
De m'avoir donné Vie à ta ressemblance.

Bruno LEROY. 

13:22 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., GOSPEL, LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

21/03/2013

Ton regard émerveillé sur les beautés de la Vie.

2854885247.2.jpg

Dans le parfum du printemps naissant,

 

J'ai pris ta main d'enfant-adolescent,

Je t'ai fait découvrir les couleurs des feuilles,

La lenteur du temps que l'on cueille,

Je t'ai fait renaître à la vie,

En cette période de silence intense,

J'ai ressuscité toutes tes envies.

 

Ton regard émerveillé sur les beautés,

Les teintes qui s'allument tel un soleil d'été,

L'instant qui consume tes rêves secrets,

Embrase tes yeux d'un enthousiasme heureux.

Merveilleux est le moment de tes admirations,

Il redonne à la brise des chants d'inspirations.

 

Oui, les oiseaux chantent au plus haut,

Pour toi ce sont les chants les plus beaux,

Mélodies sacrées venues d'un ailleurs,

Dont tu ne sais le nom mais tu entends le cœur,

Battre en toutes saisons même celles dites mauvaises.

 

Souviens-toi autrefois tu étais un hiver froid,

Ta lumière brillait comme une lame de couteau,

Celui que tu utilisais pour voler tous ces salauds,

Les personnes étaient des pions dans tes chaos,

Maintenant tu vois le Monde sous un aspect nouveau.

L'existence il faut la respecter car elle nous est donnée,

Par un Absolu dont nous ne cesserons jamais,

De chercher les traces pour toujours avancer.

 

Vers la joie, l'allégresse, le bonheur d'être sur terre,

A contempler les souffles éternels qui nous font respirer,

Sur cette planète si belle et qui parfois pleure,

De ne pas être aimée comme toi autrefois,

Quand l'existence semblait te glisser entre les doigts.

Tu as trouvé de bonnes raisons de vivre,

De ton passé il faut que tu te délivres,

Pour être enfin un homme debout et libre.

 

 

Je t'accompagnerai vers ce destin chaque matin

Que Dieu fait.

 

Bruno LEROY.

 

20:15 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., GOSPEL, LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

06/07/2012

Sortir de l'enferment mortifère des habitudes.

75665_167773066590958_100000747973427_371705_4543564_n.jpg

Quand les torrents viennent me sortir du lit des habitudes,

Je résiste inlassablement contre ces incertitudes,

Tu fais jaillir en moi les résistances dont je me nourris,

Tu m'as révélé tant de beautés qui honorent ma Vie,

Ton éducation fut celle de la force à jamais épanouie,

En chaque individu murmure une source sacrée,

Sur les chemins perdus je me suis toujours retrouvé,

Grâce à tes gestes d'Amour qui ne jugeaient jamais,

Mais qui ouvraient mes horizons aux lendemains enchantés,

Tu m'as Tout donné au fil des années,

Que pourrais-je t'offrir en toute dignité ?

Des lambeaux de mon âme aux simples reflets,

Je ne pourrais te rendre ce que tu m'as offert,

A l'Humanité je sèmerai tes sourires au sortir de l'enfer,

Partager au monde entier tes valeurs insufflées,

Voilà donc mon chemin depuis longtemps indiqué,

Donner ton regard de tendresse toujours émerveillé,

Sur les divers aspects de l'existence donnée,

Tel un fruit savoureux qu'il nous faut croquer,

Oui, tu m'as appris que les jours sont rayons de lumière,

Qu'il faut vivre l'instant présent comme ultime mystère,

Même les larmes purifient la vie de ses scories,

Ta force d'aimer infusée en moi me grandit,

Tu m'as donné la terre pour que je puisse,

Faire mon nid avec honneur face aux vilenies,

Comment pourrais-je rendre l'océan spumeux,

Aux éclats d'or et d'argent tel que tu as su le faire,

Par-delà les cieux des hommes ombrageux,

Sinon, donner à ton éducation la culture de la raison,

Et parfumer les autres de tes vérités acquises,

Qui feront de moi un être sans convictions assises,

Mais, un homme à ta ressemblance bouillant de liberté,

Celle d'un humain sachant aimer sans l'ombre d'un préjugé,

Oui, sachant regarder l'autre sans confusions tel qu'il est,

Pour tous ces soleils qui brûlent en mon corps,

Et que tu m'as fait découvrir sans imposer,

Pour tout ce qui consume ma joie de respirer,

Face à cette société aux senteurs de mort,

Pour ce coeur radieux qui hante le merveilleux,

Pour ce Bonheur inoculé qui forge mon destin,

Grâce à tes pensées et tes rires sans fin,

Qui font élever la pâte vers davantage d'Amour.

Pour Tout cela et plus encore...

Mon Dieu, je serai Ton Fils pour l'éternité et à jamais,

Désormais mon sang irrigue une juste spiritualité,

Libérée de toutes entraves aux seuls soucis d'aimer.

 

Bruno LEROY.

 

17:18 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., GOSPEL, LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

25/04/2012

LE BLUES DU CHÔMEUR.

4_17.jpg

Il ne sort plus de chez lui,
Le téléphone ne peut le déranger,
Il demeure toujours muet.

Il ne sort plus de chez lui,
Ainsi les voisins ne sauront pas,
Il ne fait presque pas de bruit,
Les voisins ne devineront rien de sa vie.

Il fait parfois ses courses aux heures,
Où le monde travaille pour son bonheur,
Puis, il rentre vite dans son antre,
Pour que les voisins n'entendent pas chanter
Son ventre affamé...

Il s'endort sur le canapé de sa solitude,
Ses yeux trahissent une douloureuse lassitude,
Il ne sort plus de chez lui,
Depuis que ses mains ne servent à rien.
Pour du boulot, il verra bien demain.

Dans cette aventure sa femme,
Ne lui a pas tenue la main,
Elle est partie pour un autre destin,
Avec les enfants au petit matin.

D'ailleurs il ne saurait plus donner d'amour,
Lui qui se déteste tant depuis que son âge,
A sonné le glas du chômage.

Ce n'est pas facile de retrouver,
Et surtout de reconstruire une existence,
Bousillée par les lois économiques,
Des années de labeur parties en fumée,
Sans parler de ceux qui prétendaient l'aimer.

Que reste-t-il dans cette putain de société,
L'augmentation des prix n'augmente pas ses indemnités,
Il ne peut rester enfermé à gémir sur son passé,
Il faut se remettre debout ou se tuer,
Là est la question fondamentale.

C'est décidé il ira puiser ses forces,
Dans l'ignorance de ce que peuvent penser,
Les autres qui ne sont pas passés sur ce chemin.
Et puis, il goûtera le vent aux parfums mystérieux,
Il s'extasiera devant l'éclatement d'une rose,
Se régalant de joie aux rayons de lumière.

Qu'importe les tares de notre monde immonde,
Il scintille en son sein les plus subtiles émeraudes.
Oui, il a décidé que les petites joies quotidiennes,
Assemblées au fil du temps lui feront connaître le bonheur vraiment,
Une sorte d'Espérance de combattant.

L'avenir aura le visage qu'il lui donnera,
Un sourire enfanté aux passants qui ne font que passer,
Un éclat de rire pour une blague racontée,
Le fera surgir de sa léthargie sociétale,
Où le travail seul semble recommandable,
Mais qu'ont-ils fait de cette valeur,
Ces assoiffés du pognon ces chacals de malheur.

Point n'est besoin d'épouser les délires d'une société,
Pour se sentir exister,
Il suffit dans sa peau de mettre du bon sens,
Pour devenir guerrier d'une soudaine espérance,
Une paix intérieure telle une réjouissance.

Bien-sûr, la situation reste dans le même état qu'autrefois,
Mais la façon de l'aborder et de la regarder est différente,
Elle met de la chaleur dans les plaies,
Et une liberté d'esprit de ne pas vouloir être jugé par autrui,
C'est la notion du respect, de la dignité et de la force des projets.
Ne pas être un mouton bêlant face à une situation non voulue.

Il sort désormais de chez lui pour aider ses voisins,
Leur montrer que la solidarité est une pépite à partager,
Il s'occupe des autres et s'oublie si souvent,
Les malheurs sont plus grands vécus par les autres.

Il se croyait seul à tourner dans sa tête,
Et s'aperçoit que d'autres ne veulent plus même virevolter,
Ils veulent sombrer définitivement sombrer,
Dans les abîmes de leur présent imparfait.

Il faut les soutenir pour qu'ils ne coulent pas,
Se dit-il dans sa conscience élargie,
Où les joies et les pleurs ont cheminés,
Pour laisser place à un vrai bonheur,
Celui d'aimer et d'être aimé,
N'est-il pas plus authentique vérité ?
Pour avancer et faire avancer cette société,
Loin du paraître impalpable.



Bruno LEROY.

11:09 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., GOSPEL, LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

03/04/2012

Chaque saison renferme ses secrets.

flo18.gif

Chaque saison renferme ses secrets.

 

 

L’été nous éclabousse de ses feux mystérieux,

L’hiver se vêt d’un somptueux manteau frileux,

L’automne déshabille les arbres trapus dépeignés,

Le printemps compose sa renaissance enchantée.

 

Ce printemps où la vie refleurit passionnément,

Ce temps où chantent les bourgeons dans un éclatement,

Est la saison de ton Anniversaire que chantent les oiseaux,

Comme un nouveau concert sous un superbe chapiteau.

 

Tu as savouré tant de saisons aux charmes différents,

Aujourd’hui tu conserves encore ton âme d’enfant,

Tes quatre vingt trois ans demeurent ton premier printemps,

Et certainement tu en goûteras d’autres avec ravissement.

 

Certes, les années passent mais les projets que tu accomplis,

Font la bienveillance du temps qui danse délicatement dans l’autan,

Ton regard sur la vie ancré dans la réalité est une vue de présent,

Qui ne suspend point ses rêves d’antan et désire un avenir épanoui.

 

Tu es fasciné par tout ce qui palpite, bouillonne et frémit,

Exister pour toi ne se conçoit que dans un perpétuel mouvement,

Le soleil, la pluie, les gémissements du vent sont des signes de vie,

En ce jour d’Anniversaire je te souhaite de nouvelles saisons profusément .

 

Puisses-tu trouver dans chaque instant des raisons d’émerveillements,

Pour que l’existence ne devienne point un tourbillonnement stéréotypé,

Par la routine, les habitudes des jours qui ne font qu’avancer sans enchantement,

Au contraire continue de concéder à tes aurores la fraîcheur purifiée de la rosée.

 

 

Chaque matin est un clin d’œil du destin pour renaître à la Vie commençante.

 

 

JE TE SOUHAITE UN HEUREUX ANNIVERSAIRE OU LE BONHEUR VIENDRA HABITER L’ INTIMITÉ DE TON CŒUR DE SÉRAPHIN AUX 83 PRINTEMPS !!!

 

 

Ton Fils Bruno qui t’Aime de TOUT son être !

 

19:28 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., GOSPEL, LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

18/02/2012

COMME UN CRI DANS LA NUIT.

9b.png

Comme un cri dans la nuit ta prière hurle,

Comme une larme sur tes joues elle bouscule,

Elle parle à Dieu bien-sûr, aux bien-pensants aussi,

Elle transcende ta vie de toutes ces impressions moisies.

 

Et tu penses qu’un jour viendra la paix intérieure,

Lorsque tu auras du travail et un peu moins peur,

Des lendemains incertains qui se greffent en ton cœur,

Où l’argent fait du bien loin de tes rancoeurs.

 

Et tu t’aperçois que la prière n’est pas magique,

Qu’elle s’absente souvent de tes rêves chimériques,

Il sert donc à quoi de parler dans le vide sidéral,

Et d’espérer que le monde devienne amical ?

 

Tu sais, la prière est le langage de l’Amour gratuit,

Tu respires les fleurs que Dieu sème dans ta Vie,

Tu chemines doucement vers la vérité vraie,

Pour donner à tes jours une couleur de sincérité.

 

C’est tout,

La prière donne la grâce d’être joyeux toujours,

Même lorsque dans ta brume tu sens les vautours,

La prière donne la force de les affronter sans regrets,

Puisque cette Force te vient de Dieu voilà ton secret.

 

L’espérance est la puissance d’amour que tu mets chaque jour dans tes moindres gestes, tes moindres sourires. Et dans l’admiration que tu as de la divine Nature qui te fait contempler la splendeur de Dieu.

 

Bruno LEROY.

 

12:13 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., GOSPEL, LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |