7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2012

Les éducateurs sociaux révèlent en vous ce qui est beau.

19:52 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., Blog, CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., Film, LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

26/06/2012

Les deux enfants disparus en Gironde retrouvés morts

20minute.fr Breaking News
.
. Les deux enfants disparus en Gironde retrouvés morts .
.
. Lire l'article en entier .
.
Toute l'info sur 20minutes.fr

10:28 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., LES BLOGS AMIS., PRESSE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

20/10/2011

COMMENT EST MORT KADHAFI ?

20:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., POLITIQUE., PRESSE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

07/08/2011

Conflits au Congo : une vallée de larmes de sang.

16:11 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

18/02/2011

Éric Zemmour a été condamné pour provocation raciste.

Éric Zemmour a été condamné ce jour pour provocation raciste à la discrimination, à la violence ou la haine.

Le 6 mars 2010 dans l'émission "Salut les terriens" diffusée sur Canal Plus, Éric Zemmour avait déclaré à propos des contrôles au faciès: "Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait".

Le  même jour, sur France Ô, il avait estimé, en réponse à une question qui  lui était posée, que les employeurs "ont le droit" de refuser des Arabes  ou des Noirs. 

 

C'est une victoire pour la République et ses valeurs universelles, au premier rang desquelles se  trouve le droit à l'égalité. Le tribunal a sanctionné Éric Zemmour qui a  cru pouvoir stigmatiser les individus à raison de leurs origines  ethniques. En ce sens, la justice rappelle que l'expression raciste  n'est pas une opinion mais un délit.

17:11 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., CHRONIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

16/02/2011

UN TARIF SOCIAL POUR L'EAU.

eau.jpg

Après le gaz, l'électricité, les transports, l'eau aura aussi un tarif spécial destiné aux foyers en difficulté à compter du 1er janvier 2012.

Votée par l'Assemblée nationale en fin d'année 2010, puis par les sénateurs en janvier dernier,la loi instaurant un tarif social de l'eau vient d'être promulguée. Après des mesures similaires concernant legaz et l'électricité, cette avancée sociale était passée un peu inaperçue comme le rappelle ce mardi Le Parisien-Aujourd'hui en France. Elle sera appliquée à compter du 1er janvier 2012.

Depuis la consécration du «droit à l'eau pour tous» par la loi du 30 décembre 2006, plusieurs voix s'étaient levées pour que ce droit soit assorti d'une aide financière garantissant que toute personne physique puisse accéder à l'eau potable pour son alimentation et son hygiène, dans des conditions économiquement acceptables. L'idée d'instaurer un tarif social avait été reprise dans un rapport du conseil économique, social, et environnemental (CESE) en avril 2009. Le rapport soulignait alors que le nombre de dossier d'impayés traités par les distributeurs d'eau publics comme privés était en augmentation : 33.500 dossiers de particuliers incapables de payer leurs factures d'eau avaient ainsi dû être examinés en 2008.

Même si l'eau reste moins chère en France que dans la plupart des pays de l'Union européenne, à 3,40 euros le m3 en moyenne contre 5,16 euros par exemple en Allemagne,une récente étude de l'Observatoire des services publics d'eau et d'assainissement confirmait récemment que le prix de l'eau avait augmenté plus vite que l'inflation ces dernières années, de 3,3% en moyenne chaque année depuis 2004. Pionnière, la ville de Libourne en Gironde a pris les devants en instaurant un tarif très bas à 0,10 euro pour les 15 premiers mètres cubes puis une augmentation progressive du prix jusqu'à 200 m3.

Le tarif social instauré par le texte publié au journal officiel le 8 février ne fixe pas le prix qui devra être appliqué par mètre cube d'eau consommé puisqu'en France chaque commune est chargée d'assurer le service public de l'eau. Le texte proposé par le député UMP Christian Cambon prévoit que les services gestionnaires des services d'eau reversent 0,5% de leurs recettes au fonds départemental de solidarité pour le logement (FSL) qui centralise et distribue les aides en matière de logement et d'énergie et de téléphone. L'objectif est donc d'aider les ménages en difficulté à payer leurs factures. Les FSL seront par ailleurs dotés de 50 millions d'euros supplémentaires à partir de 2012. Le gouvernement s'est également engagé à mettre en place un système préventif d'aide aux familles en situation d'impayé.

Source : Le Figaro.

11:18 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., LES BLOGS AMIS., SOCIAL. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

15/02/2011

Refus net au souhait de Sarkozy de transférer Florence Cassez.

Les autorités mexicaines opposent un refus net au souhait de Nicolas Sarkozy de transférer Florence Cassez en France et annoncent leur retrait de l'Année du Mexique organisée en France et dédiée à la détenue.

 

florence.jpg

Depuis de longs mois, le dossier empoisonne les relations franco-mexicaines, et celles-ci ne sont pas prêtes de se détendre. Le gouvernement mexicain a en effet annoncé lundi soir qu'il n'avait nullement l'intention de transférer Florence Cassez en France, contrairement à la requête formulée par Paris. «Le procès de Florence Cassez a démontré sa culpabilité», a ainsi assuré le ministère mexicain des Affaires étrangères.

Mexico est allé plus loin encore en pointant directement du doigt l'implication de Nicolas Sarkozy dans toute cette affaire. «Il est vraiment surprenant qu'un chef d'État prenne une décision de politique extérieure affectant les liens entre deux peuples et deux gouvernements en consultant une personne condamnée par la justice mexicaine pour des délits de nature particulièrement grave»,a ainsi poursuivi le ministère mexicain.

 

«Une affaire d'État» selon Mitterrand

 

En guise de désapprobation, le Mexique a donc annoncé dans la foulée son retrait de l'organisation de l'année du Mexique en France, qui faisait pourtant figure de symbole aux yeux de la Française incarcérée depuis maintenant plus de cinq ans pour «complicité d'enlèvements». «Le gouvernement du Mexique ne permettra pas que les artistes et créateurs, ainsi que les entrepreneurs et autres participants à ce programme, soient exposés à des manifestations étrangères aux objectifs qui les avaient mobilisés à l'origine et qui empêcheraient une appréciation adéquate de leurs œuvres et de leurs contribution», a ainsi fait valoir Mexico.

Pourtant, Nicolas Sarkozy avait annoncé un peu plus tôt dans la journée son intention de maintenir cette évènement en France, mais en le dédiant à Florence Cassez. «Le peuple de France est ami avec le peuple du Mexique» et «nous faisons la différence entre le peuple mexicain et certains de ses dirigeants», a affirmé le président français, qui a reçu pour la dixième fois consécutive les parents de Florence Cassez et s'est entretenue «longuement» par téléphone avec la jeune femme lundi. «Supprimer l'année du Mexique en France serait faire offense au peuple mexicain» et serait «inapproprié», a-t-il argué. Une décision partagée par le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, qui a réagi, mardi, à la décision mexicaine : «Cela n'est pas bien quand un État prend la culture comme instrument d'action» (...), «On est plus dans une affaire de culture mais une affaire d'État».

 

« Le pire serait l'oubli» 

 

Arrivés vers 18 heures lundi accompagnés par leur avocat Franck Berton et Thierry Lazaro, député maire (UMP) de Phalempin, Charlotte et Bernard Cassez avaient exprimé leur vive inquiétude après le rejet en bloc de l'«amparo» déposé en août dernier, ultime pourvoi en cassation de leur fille. Cette décision définitive, promulguée jeudi dernier, n'a fait que cristalliser le refroidissement diplomatique entre les deux pays. La ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, avait fustigé un «déni de justice » avant que les ambassadeurs deux pays ne soient convoqués dans les capitales respectives.

Ne cessant de clamer son innocence depuis son arrestation en 2005, Florence Cassez n'était pas favorable au boycott des festivités de l'année du Mexique en France. La plus célèbre prisonnière française redoute par-dessus tout deux choses. «Le pire qui pourrait m'arriver, c'est l'oubli», martèle-t-elle. Par ailleurs, Florence Cassez actuellement détenue dans une prison pour femmes à Tapepa, au sud de Mexico, refuse d'être transférée dans des geôles d'où elle risque de ne jamais ressortir. «Elle est terrorisée à l'idée d'être transférée dans une prison de haute sécurité, a confié son avocat Franck Berton. Elle a déjà connu pendant plusieurs mois l'enfer du pénitencier de Santa Marta, et on parle même d'une île prison, très célèbre en Amérique, où elle pourrait être transférée. Dans ce cas, elle craint pour sa vie, tout simplement…» Nicolas Sarkozy, entouré des parents de la jeune fille et de Michèle ­Alliot-Marie, a solennellement demandé aux autorités mexicaines de «veiller à la sécurité» de la jeune femme. Il devrait prochainement s'entretenir avec le président mexicain Felipe Calderon et publier une tribune dans la presse mexicaine.

Source : Le parisien.

10:41 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

14/01/2011

LE PRÉSIDENT BEN ALI AURAIT QUITTÉ LA TUNISIE.

ben ali.jpg

La crise tunisienne atteint un nouveau palier ce vendredi. Au lendemain d'un discours où il s'était engagé à quitter le pouvoir d'ici 2014, le président tunisien Ben Ali a annoncé le limogeage de son gouvernement.

 

Dans le centre de Tunis, des milliers de manifestants ont réclamé le départ du président. L'état d'urgence a été décrété vers 17 heures. Suivez minute par minute le récit de cette journée.

 

18h35. Le président Ben Ali a quitté la Tunisie, selon des sources proches du gouvernement.

18h33. BFM TV, reprenant une information de la chaîne Al Jazeera, indique que Ben Ali aurait quitté le pays. Fouad Mebazaâ, le président du Parlement, prendrait le pouvoir avec l'armée.

18h30. Sur Twitter, de nombreux internautes tunisiens assurent que l'annonce à venir concernerait un coup d'Etat par les militaires. Une information impossible à confirmer ou à infirmer pour l'instant... 

18:58 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., HOMMES POLITIQUES. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

05/10/2010

MORT DE L'ÉCRIVAIN BERNARD CLAVEL.

bernard clavel.jpg

L'écrivain français Bernard Clavel est décédé mardi à l'âge de 87 ans, a annoncé son éditeur Albin Michel, prévenu par sa famille. Auteur d'une centaines de romans, dont des sagas à grands succès, son oeuvre était nourrie de réalisme social. 

Né le 29 mai 1923 à Lons-Le-Saulnier (Jura) dans une famille modeste, il devient apprenti pâtissier à 14 ans avant de se former en autodidacte en exerçant les métiers les plus divers et de devenir journaliste dans les années 1950.

Soutenu lors de sa sortie par Hervé Bazin et Marcel Aymé, son premier roman, «L'ouvrier de la nuit», publié en 1956, marque le début d'une oeuvre importante, riche d'une centaines de titres, avec des contes et nouvelles pour la jeunesse, près de 40 romans, dont plusieurs sagas, des essais et des poèmes.

 

En 1968, il avait obtenu le prix Goncourt pour «Les fruits de l'hiver». Elu à l'Académie Goncourt en 1971, il en démissionnera six ans plus tard. Plusieurs de ses oeuvres ont été adaptées au cinéma et à la télévision. 
 

 

18:57 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., ARTISTES., CHRONIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

01/12/2008

Les enfants ont des droits.

La Convention internationale des droits de l'enfant :

Les droits de l'enfant sont exprimés dans la "Convention internationale relative aux droits de l'enfant" (CIDE). L’UNICEF a joué un rôle prépondérant dans l’adoption de cette Convention. Préparée pendant 10 ans avec des représentants de différentes sociétés, religions et cultures, elle a été adoptée le 20 novembre 1989 et constitue un instrument international majeur en matière de droits de l'homme.

La Convention relative aux droits de l'enfant a été ratifiée par 193 États depuis que l'Assemblée générale des Nations unies l'a adoptée à l'unanimité en novembre 1989. C’est le traité international le plus ratifié au monde : Deux pays seulement - les États-Unis d'Amérique et la Somalie - ne l'ont toujours pas adoptée.

En ratifiant la Convention, les États s'engagent à respecter un code d'obligations contraignantes envers leurs enfants. Grâce à la Convention, les droits de l'enfant sont aujourd'hui le fer de lance de la lutte en faveur des droits de l'homme; la société des adultes se doit de les garantir en tant qu'obligation légale, impératif moral et priorité du développement.

En vertu de la Convention, l'UNICEF a l'obligation juridique de promouvoir et de protéger les droits de l'enfant en soutenant les travaux du Comité des droits de l'enfant. Plus précisément, l'article 45 charge l'UNICEF des tâches suivantes :

  • Participer à l'examen des rapports des États parties;
  • Donner des avis spécialisés sur l'application de la Convention;
  • Soumettre au Comité des droits de l'enfant des rapports sur l'application de la Convention;
  • Donner suite aux demandes que lui adresse le Comité au sujet des conseils ou de l'assistance technique à apporter à un État partie.

C’est la première fois qu’un traité de défense des droits de l'homme associe à son application une institution spécialisée des Nations unies.

Les droits de l’enfant en France
La France est le deuxième pays à avoir ratifié la
Convention relative aux droits de l'enfant. Ce traité international est entré en vigueur dans notre pays le 2 septembre 1990. La France n'est cependant pas à l'abri de tous les maux qui peuvent toucher les enfants dans les pays industrialisés : pauvreté, précarité, maltraitance. Parfois, l'accès aux services de base leur est même refusé.

L’UNICEF France qui est garant de l’application de la Convention dans notre pays, cherche à accompagner les acteurs de la société dans son application en proposant conseils, partenariats et accompagnement. Ainsi, depuis 2002, l’initiative « Ville amie des enfants » valorise les bonnes pratiques des Villes en faveur des enfants et des jeunes.

Par ailleurs, l’UNICEF France organise, avec ses partenaires institutionnels, des conférences et des débats sur l’enfance en France pour ouvrir des voies nouvelles à l’application de la Convention. De la même manière, l’UNICEF France a créé en 2000 une commission consacrée à l’Enfance en France. Depuis 2007, Il a mis en place une Mission « Enfance en France » qui lui donne une expertise sur la question du respect des droits de l’enfant sur le territoire français et lui permet de prendre position sur une question aussi cruciale que la récidive des mineurs par exemple.

19:15 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |