7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2012

Un parfum de Bonheur.

jeremie_33_3.jpg

Puisque le jour éclate dans la douceur des mains du matin. Puisque le vent vient caresser mes joues comme un appel à la tendresse de la vie. Puisque les fleurs semblent me regarder avec un silence profond. Puisque les parfums de la campagne ouvrent leurs bras à ma présence.

 

Je sens partir en moi ce corps figé vers une autre destinée. Le silence, les parfums, les fleurs infiniment se répondent. Oui, le silence du matin qui maquille son ciel de beautés nouvelles.

Le silence des splendeurs végétales qui invite à la prière. Ce silence intérieur qui sourit et parfois, pleure dans la conscience.

 

Tout est remis dans le cœur de Dieu silencieux et merveilleux. Dans ce silence, j’entends le murmure de Sa voix. Je vois Sa présence dans le tréfonds de mon âme. Il faut parler à l’esprit de Jésus-Christ pour comprendre que la prière est une fabuleuse expérience.

 

La Foi est d’abord une relation évidente avec Dieu. Un Dieu personnel et libérateur venant nous rendre de plus en plus heureux. Dans cette lumière du bonheur rejaillit cette indéfectible joie de vivre sur les autres. Nous voici rayonnant de Joie !

 

Pour cela, Mes Amis ( es ), il faut un lâcher-prise qui vous recentre ne serait-ce que quelques jours. Relativiser les problèmes quotidiens pour les confier à l’Esprit saint.

Un poids en moins sur la conscience encombrée inutilement par des lourdeurs ou futilités.

 

Mon carême sera donc celui du silence savouré. En effet, je pars quelques jours pour me ressourcer dans une cellule de liberté monastique.

 

Prier, contempler, admirer un coucher de soleil qui fait taire les chants mélodieux des oiseaux.

Puis, les nuages rougeoyants mettent leur pyjama pour dormir dans le lit du firmament.

Voilà, tout ce que l’on peut vivre dans cette intimité sans fin avec le Christ.

Partir certes, redécouvrir ce silence intérieur  mais en vue de rentrer apaisé comme un lac calme que rien ne pourrait troubler.

 

Et puis, ces retraites m’ont toujours données la force de renaître au combat social pour les plus petits, les plus pauvres, les largués du capital.

 

Si vous ne pouvez pas vous rendre dans un Monastère ou un lieu qui accueille le silence. Une solution consiste à faire un petit autel chez soi où vous pouvez, dans la journée, vous recueillir pour prier. Un endroit rien qu’à vous pour rejoindre l’Absolu. Et votre semaine sera ponctuée de paix face aux turpitudes de l’existence. Je vous souhaite une méditation qui vous fasse entrer en relation profonde avec Dieu. Si vous pensez que Dieu n’existe pas. Essayez au moins de pratiquer une introspection fructueuse. Dieu est un éblouissement de bonheur dans ma vie. Je n’hésite pas à le dire et le dirai sans cesse à la personne qui me le demande.

Dieu est le feu qui brûle et consume mon être de Son amour pour le transmettre aux autres.

Au plaisir de vous lire avec les yeux du cœur. Dans vos mots palpitent les émotions et sentiments ensuite, viennent les interrogations pour améliorer la saveur de votre vie. Votre démarche est déjà spirituelle, qui s’en plaindrait ? La spiritualité donne de l’air frais aux instants qui passent. Vivre l’instant présent comme si le passé était mort et l’avenir pas encore venu. Voilà, le secret d’un mental équilibré qui cherche toujours la tempérance et le juste milieu en toutes choses.

 

Je vous souhaite de cultiver cette spiritualité chrétienne dont le Christ sera l’unique centre de votre existence.

Je vous souhaite également un excellent week-end vécu dans le cœur de Dieu telle une complicité répétée chaque seconde. Vous n’êtes jamais seul même face aux pires difficultés.

Vivre en chrétien non de mots mais d’actes en cette période de carême et pour toujours est essentiel pour affronter les adversités et goûter aussi aux milliards de signes prodigieux que Dieu nous envoie pour que nous soyons pleinement heureux. Puissiez-vous appréhender ses sourires. Ils sont d’une incomparable beauté et provoquent la joie parfaite même au sein des tristesses et lassitudes. Ils sont notre énergie de vie. Ils feront se questionner autrui sur cette étrange vitalité qui vous habite. Et vous deviendrez contagieux ( se ) !

 

Votre Frère, Bruno.

QDVB UDP.

 

11:06 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.