7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2005

A MARIE.



A MARIE.

Marie, mère Divine, mon refuge, ma tendresse
Vous qui avez aimé plus que tout être sur terre
Faites des plus petits des êtres de Lumière
Donnez aux pauvres la richesse de l’Amour
Donnez aux réfugiés des foyers de tendresse
Offrez-leur des milliers de mains qui se tendent
Les mains de l’humanité, solidaire, toute entière…
Faites de ceux qui souffrent des modèles de courage
Faites de nous tous des modèles de partage….. Je n’ai besoin de rien, Marie, vous êtes dans mon cœur,
Je vous aime,
Je vous salue...

Bernadette Dagorne.










14:10 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans Prières | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

27/04/2005

L'HUMOUR C'EST SÉRIEUX !


L'humour a rarement droit de cité dans les recherches psychologiques ou philosophiques. Cependant, les personnes qui travaillent sur le terrain dans différentes cultures et même quelques pédagogues reconnaissent son importance.

L'humour est beaucoup plus que le simple amusement. Un ami, toujours gai et heureux, mais qui a énormément souffert au cours de sa vie, m'a fait remarquer que l'humour peut masquer une souffrance. L'humour est souvent preuve que nous sommes conscients de l'imperfection, de la souffrance, mais que nous les intégrons de manière positive, par le sourire, dans notre vie. Peut-être ne pouvons-nous pas éliminer cette souffrance, mais du moins ne la laissons-nous pas nous abattre.

Le véritable humour serait donc quelque chose de plus subtil qu'un simple mécanisme d'évasion : s'évader signifie fuir une réalité déplaisante, tandis que l'humour intègre cette réalité à la vie et la transforme en un élément plus supportable et positif. Il peut en découler une force immense. L'humour peut donc se manifester sous plusieurs formes, du simple amusement au sourire que nous gardons dans l'adversité. Une personne qui maîtrise l'art difficile de rire d'elle-même gagne en liberté et en force intérieures.

L'humour n'est pas un grand voyageur. Il est très lié à la culture où il se pratique. L'humour français est très différent de l'humour anglais, mais tous deux peuvent être très drôles si l'on connaît bien la culture dans laquelle ils se développent. Je n'ai jamais entendu parler d'une culture qui ne connaîtrait pas une forme d'humour, et il semble que les enfants font preuve d'humour dès leur tendre enfance. L'humour se manifeste d'abord simplement par le sourire et le rire, puis, avec l'âge et l'expérience, devient parfois très sophistiqué. Il est possible d'identifier certaines composantes de l'humour : la tendresse envers l'imperfection, l'acceptation réfléchie de l'échec, un renversement de perspective, le paradoxe, la confiance même quand tout va mal, le jeu, la créativité, l'imagination...La liste n'est pas exhaustive.

L'exemple qui suit me vient d'une religieuse qui travaille avec les enfants employés domestiques en Inde et montre de quelle manière l'humour peut fonctionner. Elle m'a expliqué comment l'humour aidait ces enfants à conserver un minimum d'estime de soi. Les domestiques subissent une énorme pression pour rejeter leurs origines et remplacer leurs valeurs par des valeurs matérialistes petites-bourgeoises ; ils se protègent en tournant ces valeurs petites-bourgeoises en ridicule. L'humour peut devenir ainsi agressif. Il s'agit d'un cas extrême, qui frôle une perversion de l'humour : l'ironie, la dérision, le cynisme...qui sont des tueurs. Le sarcasme et la dérision peuvent être très nocifs, non seulement pour la personne visée, mais également pour la personne qui en fait usage car cette personne se protège de la réalité et s'isole.

Ce n'est pas un hasard si les peuples opprimés développent parfois un extraordinaire sens de l'humour qui se rit de l'oppresseur. Cela s'est produit sous des dictatures, de gauche comme de droite, en Amérique Latine ou dans les pays d'Europe de l'Est par exemple. Ce qui n'excuse pas l'oppresseur, mais montre comment l'humour peut être un moyen d'intégrer des réalités extrêmement déplaisantes à la vie, sans se laisser abattre. Si, à un moment donné, cette réalité déplaisante peut être modifiée, ce n'en est que mieux.

Nous pouvons comprendre que certains craignent de voir une compréhension superficielle de l'humour mener à des amusements légers qui empêchent d'accéder à la profondeur. Ceci nous met en mémoire la célèbre phrase : Nous nous amusons à en mourir. Mais cela ne doit pas nous détourner des vertus de l'humour, ce sourire à travers les larmes. Après tout, l'humour est un sujet trop sérieux pour être négligé dans notre vie.
BRUNO LEROY.
ÉDUCATEUR de RUE.

15:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans PENSÉES PERSONNELLES | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

24/04/2005

JE DONNE MA VIE.

medium_324gpoesie.jpg

Je donne ma Vie à la Beauté du monde
qui s'inscrit dans la nature des éléments
et des êtres Humains.

Je combattrai avec la Force de l'Esprit-Saint
toutes Injustices portant atteinte à la dignité
de l'Homme et son intégrité.

Je sais que Dieu est Amour
et que toutes formes d'amour
restent sous son regard vigilant et plein de Bonté.

En demeurant toute mon Existence
dans les bras du Christ
et en suivant les injonctions
que révèle ma conscience,
je sais que rien ne peut atteindre
l'essence même de ma Vie.

Je remets mon existence
dans le Souffle de la Divine Providence
pour devenir Témoin de l'Espérance
et combattant inlassable pour la Justice Sociale.

Je mets toute ma confiance en Dieu
pour rendre perfectible ma spiritualité
vers une mystique de l'Amour.

Je conjuguerai en un accord parfait
le spirituel et le charnel,
afin de vivre en Harmonie avec tout être rencontré.

Puisse Dieu, par son Esprit, indiquer le chemin
qui éduquera mon âme
pour faire de mon existence une longue route
vers l'Amour en ses multiples dimensions.

Toujours dans la pureté des relations sans préjugés
afin de venir en aide aux frères et soeurs blessés par la Vie.

Chaque jour sera pour moi
un approfondissement spirituel
dans la prière, le recueillement
pour puiser à la Source l'inaltérable Force
ainsi que la Foi indéfectible en Dieu d'Amour
pour ne jamais désespérer de l'Humain
et Toujours Témoigner du Feu intérieur qui m'anime.
Bruno LEROY.

21:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POÉSIE | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

19/04/2005

THÉOLOGIE DE LA LIBÉRATION.


Le drapeau de la théologie de la libération continue à flotter au vent de l'histoire.

Il signale que pour l'histoire de la Foi s'ouvre aujourd'hui la troisième grande époque, celle de la construction.

En effet, la Foi a déjà exercé par le passé une fonction de contestation : aux premiers siècles du christianisme, au temps de l' Église des Apôtres, des martyrs et des vierges. Ensuite, avec l'entrée dans la grande période constantinienne, la foi a joué un rôle de conservation de l'ordre social, consacrant le statu quo et acceptant de collaborer avec les pouvoirs de ce monde.

Aujourd'hui, la Foi assume avec décision une fonction de construction : elle conteste l'ordre établi, et par là elle se rapproche de l'Église primitive, mais en allant au-delà, c'est-à-dire en exerçant sa responsabilité historique pour conformer la société à l'utopie du Royaume.

Par conséquent, la théologie de la libération manifeste son impatience et lutte pour une société nouvelle dès maintenant en ce monde : pour une société alternative à la société capitaliste, mais réellement alternative, et qui aille donc bien au-delà des socialismes existants, mais dans le sens de leurs projets et de leurs potentialités intrinsèques, car ceux-ci trouvent une profonde résonance dans la tradition de la Foi.

La théologie de la libération a l'intuition que, la Foi ne peut perdre sa chance de dire une parole nouvelle dans l'histoire ; elle ne peut pas retomber dans les sentiers déjà battus par les sociétés et dont on sait où ils mènent.

A partir de l'utopie absolue du royaume, la Foi peut contribuer à indiquer des chemins nouveaux vers une société nouvelle, une société alternative au capitalisme et alternative de socialisme, une société plus accomplie et plus humaine, société libre et libérée, en un mot, une société d'hommes libérés.

Tentons de définir les traits fondamentaux de ceux qui sont dès maintenant à l'œuvre pour faire progresser le rêve de cette société d'hommes libérés :

a) Homme solidaire :

Exactement comme le bon Samaritain penché sur le voyageur tombé, pour que tous deux ensuite se relèvent ensemble. Il n'est pas de lutte de libération qui ne soit aussi sa lutte, car il est attentif aux formes les plus diverses de soutien et même d'identification, il en accepte toutes les conséquences, parfois très lourdes, qui peuvent en découler.

b) Homme prophétique :

Doué d'un esprit critique lucide, il dénonce les mécanismes créateurs d'oppression, il détecte les intérêts secrets qui se cachent derrière les projets des groupes dominants, il annonce en parole et en pratique l'idéal d'une société de frères et d'égaux, et ne négocie jamais avec la vérité.

c) Homme engagé :

C'est l'action inspirée par une droite compréhension qui transforme la réalité. Voilà pourquoi l'engagement auprès des opprimés pour leur libération n'est digne de ce nom que lorsqu'il se concrétise dans un cheminement aux côtés de ceux qui partagent le même rêve, y appliquent toute leur énergie et y dépensent leur Vie avec générosité.

d) Homme Libre :

Il cherche à se libérer des schémas et des illusions imposés par le système, afin d'être libre pour créer avec les autres des façons plus appropriées de vivre, de travailler, d'être chrétien ; il s'efforce d'être libre de lui-même afin d'être plus libre et plus disponible pour les autres, et même disposé à mourir en témoignage pour la justice de ce Royaume de Dieu qui envahit l'histoire dans la noble lutte des opprimés pour leur dignité et le droit à la Vie.

e) Homme jovial :

Se définir clairement en faveur des pauvres et pour leur libération soulève des conflits. L'effort pour réaliser l'avènement évangélique en soi-même, dans les structures de la société et à l'intérieur de l'Église engendre fréquemment des tensions et de douloureuses ruptures. Assumer avec jovialité de telles situations, comme prix à payer pour la libération intégrale, constitue un signe de maturité et une caractéristique de l'esprit des béatitudes, ainsi que le montrent tant et tant de chrétiens engagés avec le peuple.

f) Homme contemplatif :

Malgré la lutte, il ne perd pas le sens de la gratuité, de la valeur propre attachée à chaque dimension de la vie humaine, l'amour, la fête, la célébration et les relations fraternelles. Tout comme jésus, il sait se recueillir, le cœur dépouillé, pour prier ; il sait contempler la présence de Dieu dans l'histoire des hommes, en particulier dans les luttes et les résistances des humbles. Il apprécie autant la tendresse d'un enfant que le courage d'un militant, et sait se montrer magnanime, sans servilité, devant ses adversaires.

g) Homme utopique :

Il ne se repose pas dans les succès, il ne perd pas courage dans les revers. Il traduit l'Espérance eschatologique du Royaume de Dieu en espérances historiques dans son environnement personnel, social, dans le monde de la santé, du travail, de la culture. La "petite utopie", voir le monde manger au moins une fois par jour, la " grande utopie ", une société sans exploitation et fondée sur la participation de tous, et finalement " l'utopie absolue ", la communion avec Dieu dans une création totalement rachetée, habitent le cœur de celui qui s'engage pour une libération intégrale.

La libération sociale ne peut s'établir sur terre que si les hommes, imprégnés de Foi et de passion pour l'Évangile, unis à tous les assoiffés et affamés de justice, en ont auparavant créé les dispositions humaines et préparé les conditions matérielles. Alors seulement la terre ne sera pas une autre terre et le ciel un autre ciel, mais plutôt un ciel nouveau et une terre nouvelle. L'ancien avec ses oppressions aura passé. Le nouveau sera don de Dieu et conquête de l'effort humain. On verra continuer dans l'éternité ce qui aura commencé dans l'histoire : le Royaume des hommes libérés, frères et sœurs, dans la grande maison du Père.

Bruno LEROY.

12:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SCIENCES HUMAINES | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

18/04/2005

L'ESPRIT CRITIQUE...


L'esprit critique, on l'a ou on ne l'a pas, nous diront certains ! Je crois surtout qu'on le cultive ou on ne le cultive pas ! Il me paraît important de dire tout de suite que le mot " critique " n'est pas forcément négatif. Il signifie " S'appliquer à discerner les qualités et les défauts d'une œuvre ". Il ne s'agit pas là de ce que nous connaissons bien par ailleurs, " critiquer son prochain dans le but de lui nuire " ! Nous ne devons pas confondre l'esprit critique avec l'esprit de critique.

Cela dit, avançons un peu ! L'esprit critique c'est d'abord à cela que les sectes ou les systèmes politiques dictatoriaux s'attaquent. Il est devenu inutile au peuple ou aux adeptes de penser par eux-mêmes, puisque les dirigeants ou le gourou pensent pour eux, réfléchissent pour eux et décident pour eux ! Alors à quoi bon !

Je crains par-dessus tout ce système de " pensée unique ", ce devoir qui consiste à ne pas penser autrement que les autres ; c'est souvent le début de la dérive sectaire ! L'Évangile nous laisse des exemples simples de gens qui ne pensaient pas comme les autres ; avant tout Jésus lui-même, qui n'est jamais entré dans le moule de la pensée unique religieuse ; mais aussi les apôtres qui refuseront de penser comme les autorités de l'époque : " Il vaut mieux obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes ! "

Qu'avons-nous à perdre ou à craindre en favorisant l'esprit critique ? Justement rien ! Par contre, une fois disparu, il n'y a plus aucune balustrade, tous les dérapages sont permis et c'est ainsi qu'on assiste à des dérives gravissimes qui salissent l'Évangile de Jésus-Christ, qui font qu'on associe l'Évangile prêché dans certains milieux à une secte (1 Pierre 5.3).Je doute que le dénommé Diotrèphe (3 Jean 1.9) ait été quelqu'un favorisant l'esprit critique chez ses auditeurs, loin de là même ; s'il avait favorisé cela, il risquait de perdre sa prédominance et de ne plus être le premier, ce qu'il aimait tant !

Dans le descriptif fait par Paul, du fruit de l'Esprit (Galates 5.22) il y a " la maîtrise de soi " et je me demande si l'esprit critique n'en fait pas partie justement. Jamais Dieu n'a voulu annihiler la pensée des êtres humains, bien au contraire.

L'esprit critique permet de juger de tout (1 Corinthiens 2.15), sereinement et objectivement ; il évite de tomber dans des pièges grossiers concernant certains enseignements inquiétants, (fausses doctrines dit-on chez moi) ; il permet de retenir ce qui est bon (et de faire la part avec ce qui l'est moins ou pas du tout) (1 Thessaloniciens 5.21).

Travailler à la destruction de l'esprit critique, sous quelque prétexte que ce soit, revient à fragiliser ceux et celles qui en sont les victimes.

On a le sentiment étrange avec certains, qu'il est impossible de penser autrement qu'eux sans quoi les flammes de l'enfer seront votre lot ! J'ai encore vu cela récemment avec le débat concernant le film de Mel Gibson, " La passion " ! Quelques points de vue définitifs ne laissent pas aux autres la moindre chance de penser autrement ! C'est grave !

Pour moi la réponse à ma question du départ est donc la suivante : l 'esprit critique est spirituel. Ce qui ne l'est pas par contre c'est de travailler à le supprimer par la peur, les menaces, les injonctions ou encore le rejet !

Bénissons Dieu pour cette capacité qu'il nous a donnée à juger de tout ! Entretenons notre esprit critique, il nous rendra service.
Bruno LEROY.
ÉDUCATEUR de RUE.

16:40 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans RÉFLEXIONS ET PENSÉES | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

14/04/2005

Pourquoi les mots ?





Les mots véhiculent les pensées et la poésie permet de dévoiler la Beauté suggestive de l'âme ainsi, nous pouvons élever notre esprit et nous défaire progressivement de la grisaille qui aveugle parfois notre regard. Les poètes sont les prophètes qui annoncent par la subtilité du langage et de l'expression, que le monde a encore des raisons d'espérer et que la splendeur des tréfonds du cœur demeure à jamais. En effet, la poésie est éternelle pour ceux et celles qui savent aimer la Vie afin de lui redonner son Harmonie originelle. La poésie sera toujours une source d'Espérance intarissable dans laquelle les Hommes puiseront la fraîcheur d'exister et le sens de l'émerveillement, sans toutefois se dessaisir de la Réalité.

Bruno LEROY.

16:40 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans RÉFLEXIONS ET PENSÉES | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

13/04/2005

GUY GILBERT GUIDE DE VIE SPIRITUELLE.

Le Père Guy Gilbert est un prophète de notre temps qui suit les injonctions de sa conscience selon la Foi qui l'anime. Certes, des personnes bien-pensantes trouveront dans son comportement quotidien des pointes d'anticonformisme qui collent mal avec l'image habituelle d'un homme d'Église. Et pourtant, si nous étudions de plus prêt, la vie des saints, nous sommes surpris par le fait que les critères de sainteté ne correspondent nullement à ce que notre culture nous a inculquée depuis des siècles. Le spirituel est un homme libre des contingences sociales et qui pourtant les respecte car, elles ne lui pèsent pas. Si, je parle du Père Guy Gilbert en termes de sainteté et d'homme hautement spirituel, c'est à mes yeux ce qu'il représente. Son Unique référence reste Dieu envers et contre Tout, même s'il lui arrive de douter par ses expériences de terrain que, les loups peuvent demeurer longtemps des carnassiers indomptables et que les techniques éducatives employées ne semblent pas faire effet dans l'immédiat. La Force de Guy Gilbert est de savoir que le Christ lui offrira toujours une porte d'Espérance où ses efforts pour un monde meilleur trouvera la Lumière nécessaire. Guy Gilbert a voulu s'identifier au peuple dont il a la charge et c'est le premier aspect de sa spiritualité. Pour mieux comprendre l'homme et ses ambiguïtés ainsi que son espace intérieur, il nous faut avoir la même densité spirituelle. Cela représente déjà un long parcours. Il est un exemple également pour les éducateurs qui cherchent un Sens à leur mission. Chaque jour, je m'efforce de mettre mes pas sur ses traces et sans le savoir Guy Gilbert m'a fait avancer et me fait toujours avancer. Sa vision du monde est Haute dans ses splendeurs désirées, il voudrait tant que l'Amour soit présent partout et en tous lieux. Le seul hommage que nous puissions lui rendre est de s'élever quelque peu avec lui, pour chercher cette dimension spirituelle qui nous manque cruellement et peut-être trouver Dieu dans chaque être rencontré et notamment auprès des blessés de la Vie !.

BRUNO LEROY. ÉDUCATEUR DE RUE.

15:30 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans TÉMOINS DE CE TEMPS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

11/04/2005

LA MORALE EST RÉVOLUTIONNAIRE.


La morale est en quête de révolution. Cette affirmation peut étonner. Cependant, l'engagement moral s'arc-boute sur le refus d'un destin dicté d'avance par des fonctionnements et des structures établis. Il parie sur la liberté des hommes capables d'écrire leur propre histoire.Il leur demande de répondre d'eux-mêmes plutôt que de se laisser dicter par d'autres leur manières de vivre.
L'effort moral s'inscrit donc, au coeur de l'expérience humaine, comme un acte de résistance aux données qui détruisent la liberté des choix et des comportements humains.

Lorsque des hommes s'éprouvent meurtris par les injustices qui les écrasent eux-mêmes ou leurs semblables, ils aspirent à une véritable révolution des rapports entre eux. Les changements qu'ils veulent faire advenir ne se réduisent pas à un meilleur accord entre tous. Les conflits dans les usines ne se résolvent pas simplement par des augmentations de salaires. Il s'agit de rompre avec des manières d'être et de vivre qui maintiennent et renforcent l'injustice des relations humaines.

Il est important de souligner ce dynamisme révolutionnaire de la vie morale. Le risque serait de voir seulement en elle l'intime consolation donnée par de bonnes intentions.La visée de la morale s'exprime tout au contraire dans le refus d'en rester là. Sa force est de convertir ces louables intentions en des décisions et des actes qui les mettent en oeuvre. La morale se heurte au monde tel qu'il est pour dévoiler et briser son injustice ; elle veut faire grandir concrètement les hommes en leur dignité. En ce sens, la morale est porteuse d'une certaine rigueur et d'un sens de l'Absolu ; elle ne transige pas avec le respect de tout homme dans la vie sociale.

Révolutionnaire, la morale l'est donc aussi dans sa portée universelle. Elle ne se confond pas avec les intérêts individuels, ni avec la recherche du profit pour une catégorie sociale. Elle prépare chacun, de l'intérieur de lui-même, au renoncement à son propre intérêt ou à ses avantages immédiats, pour que grandisse le règne de la justice pour tous. La morale fait participer les hommes au travail d'enfantement d'une humanité nouvelle. Elle ne se contente pas de proposer une série d'obligations, mais elle invite à une conversion du désir et du regard à travers le service de l'épanouissement de tout homme quel qu'il soit. elle se veut créatrice de conditions d'existence qui permettent à chacun de trouver quotidiennement les chemins de sa véritable humanité.

Il est un test sûr de cet élan révolutionnaire dans lequel nous implique la morale : l'attention privilégiée qu'elle suscite à l'égard du plus démuni et du plus faible d'entre les hommes. L'exigence morale en effet ne s'impose pas au nom de la puissance qui contraint de l'extérieur. Elle s'enracine davantage dans la souffrance des hommes qui appelle à lutter contre le mal. Elle traduit le cri de la souffrance en révolte contre les pouvoirs et structures sociales qui exercent leur domination maléfique sur la société des hommes. En ce sens, elle est recherche constante d'une écologie mentale et sociétale et approfondissement d'un équilibre psychologique par refus d'enfermement sur soi qui génère les névroses, mais surtout par un discernement humain personnel et collectif. La qualité, la justesse et la lucidité d'un discernement sont décisives pour notre capacité à apporter bonheur ou destruction dans la vie commune. Il s'agit soit de reconnaître comme positives des pratiques qui se développent, soit d'exclure celles qui porteraient atteinte à la dignité des hommes.Puissions-nous chaque jour développer cette capacité de discernement moral pour ne point sombrer dans un nihilisme destructeur qui porterait atteinte à notre psychisme et l'équilibre moral de l'humanité.
Bruno LEROY.

12:15 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans RÉFLEXIONS ET PENSÉES | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

10/04/2005

MYSTIQUES DE L'AMOUR.

medium_muguetdelesperance.gif
Pour te donner le Bonheur j'inventerai des horizons,
Des superlatifs pour enrober de fleurs tes passions,
Des mots réalistes pour rendre au présent tes projets,
Et donner vivants aux ciels tes rêves emmurés,
Je donnerai mon âme aux sourires de ton coeur,
Et le feu de mes flammes pour détruire tes malheurs,
J'entrerai en prières et invoquerai les anges,
Pour qu'ils gardent à jamais ta joie d'exister,
Que tes éclats de rire enchantent et dérangent,
Les Hommes dont le regard fait souvent pleurer,
Je passerai toutes les mers oubliées,
Dans les cimetières de nos pensées,
Et j'inventerai des couchers de soleils,
Où les scintillements deviendront réels,
A force de vouloir t'inventer des histoires,
Je te ferai princesse ou fée selon les bribes,
Qu'il reste en mon domaine de mémoire,
Je te donnerai ce souffle de l'être libre,
Qui vient du profond de moi-même,
Comme une semence qui germe,
Dans cette vérité de notre Amitié,
Rien ne saurait nous séparer pas même,
Les routes et les ruissellements des années,
Non rien ne saurait interdire de s'aimer,
Dans cette pureté cristalline de l'Amour,
Celle qui commet les plus intenses audaces,
Que le temps de sa main jamais ne menace,
Le présent de l'amitié, l'amour, la respiration,
Est l'instant vécu dans l'éternité,
Là où les mots perdent leur réalité,
Pour devenir des hymnes de tendresse,
Que l'espace seul imagine en caresses,
Pour donner du Bonheur à profusion,
Dans les corps consistants de la raison,
J'inventerai un paysage paradisiaque,
Pour te redire à quel point je ne puis mentir,
Les sentiments sont des ombres maniaques,
Qui veulent servir la Vérité sans la trahir,
Cette certitude d'aimer et d'oser le dire,
C'est toujours la Joie réciproque qui entre,
Et ne ferme jamais la porte pour laisser le Vent,
S'imprégner de cette ultime mystique du chantre,
L'Amour est une allégresse qui progressivement,
Enchante le monde en lui offrant tel un Hommage,
La certitude que la vie vaut la peine d'être vécue,
Mais pas sans Toi ma douce et splendide inconnue,
Dont je connais pourtant les plus divins secrets,
Ceux qui font que tu demeures toujours dans la dignité,
Cette force de voir le jour et de regarder ses aspérités,
Ne jamais baisser les bras face aux multiples adversités,
Toi seule est capable de t'inventer un Bonheur,
J'avais imaginé moult desseins pour ton coeur,
Et je sais que ta puissance d'Aimer tout être rencontré,
Donnera à ta Vie tant de Joies que j'avais espérées,
Et qui sont déjà en toi de toute éternité...
je savais que l'Amour te donnerait des ailes,
Tu t'envoles désormais vers les merveilles,
Le tréfonds des bruissements de tes convictions,
Donnent à ton amour oblatif toutes raisons,
Elles font partie de toi comme un battement,
Permanent et harmonieux cependant,
Elles étaient cachées pour ce monde matériel,
Elles se révèlent en ta dimension spirituelle,
Mystiques de l'Amour nous resterons toujours,
Pour Témoigner qu'il existe une Présence d'Amour,
Le Bonheur ne se trouve qu'en Soi au creux des vagues,
Nacrées par les rosées où les pensées semblent divaguer,
L'équilibre d'être en possession de soi-même,
Se trouve dans l'amitié, l'amour , la Vérité,
De s'aimer et se savoir aimé sans intérêt,
Par gratuité savoir que nous sommes précieux,
Nous rend étrangement et invinciblement Heureux.
BRUNO LEROY.

16:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POÉSIE | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

03/04/2005

GUY GILBERT TÉMOIN DE NOTRE HUMANITÉ.



Guy Gilbert, ce prêtre éducateur hors du commun est profondément humain, il est constamment ouvert aux réalités de ce monde. Profondément Homme de Dieu, comblé des dons de l'Esprit Saint, il vit "comme s'il voyait l'invisible". Ces deux aspects se sont fondus dans un projet de vie d'une profonde unité : le service des jeunes. Guy Gilbert le réalise avec une constante fermeté au milieu des obstacles et des fatigues, et avec toute la sensibilité d'un coeur généreux. Une présence parmi les jeunes marquée par la raison, la religion et le coeur.

Guy Gilbert a donné son coeur, son âme aux Jeunes défigurés par une existence où la violence avait toujours le dernier mot. Son évangélisation se pratique par le Témoignage de Vie, par cet Amour donné sans mesure aux plus pauvres dans le partage des valeurs évangéliques. Guy dit toujours que sa seule Force vient de la prière et je veux bien le croire moi, qui suis également éducateur de Rue. L'Esprit-Saint donne cette puissance d'aimer sans jamais baisser les bras pour aller jusqu'au bout de l'individu, de l'ado qui s'exprime par des agressions inouïes car, il ne connaît pas d'autre langage.

Guy Gilbert fait appel non pas aux contraintes aliénantes, mais aux ressources de l'intelligence, du coeur et du désir de Dieu que tout homme porte au plus profond de lui-même. Il associe dans une même expérience de vie éducateurs et jeunes en un climat de famille, de confiance et de dialogue. Il accompagne, depuis des années, ces Jeunes multirécidivistes, pour que mûrissent en eux, de solides convictions et deviennent progressivement responsables du délicat processus de croissance de leur humanité. Cheminement dynamique qui promeut la participation active des jeunes, notamment à la Bergerie de Faucon où ils retrouvent un authentique contact avec la nature.

Sa pratique éducative et humaine exige de nous une attitude de fond : la sympathie et la volonté de contact avec les Jeunes. Être fraternellement présents au milieu des jeunes, d'une présence active et amicale qui favorise de leur côté toute initiative pour croître dans le bien et qui les encourage à se libérer de toutes les servitudes, afin que le nihilisme ne domine pas leur fragilité. Cette présence nous ouvre à la connaissance vitale du monde des jeunes et à la solidarité avec tous les aspects authentiques de son dynamisme. Mais, bon sang, il serait temps que d'autres se lèvent pour assumer également cette fantastique mission éducative dans l'esprit de Guy avec le même dynamisme, la même Espérance, la même Foi en Christ pour inventer le monde de demain avec des repères plus sûrs. Guy n'est pas un gourou, il nous indique les sources auxquelles nous pouvons puiser la Force d'Aimer sans retour et tel Don Bosco, il pourrait nous dire : j'ai imaginé les dessins et c'est à vous de mettre les couleurs, maintenant... Oui, nous mettrons les couleurs au monde selon nos talents, ce sera notre façon de te rendre hommage Guy, bien plus que de longs discours sur l'homme de très grande valeur que tu représentes aux yeux de tous.

Nous redonnerons le sens de la Beauté des animaux et des plantes sans pour autant imiter par un mimétisme malsain, la Bergerie de Faucon. Nous trouverons bien d'autres Bergeries qui émaneront de notre coeur, notre Foi pour rendre le monde meilleur. Tes actions ne resteront pas lettres mortes, mon Cher Guy, nous t'en faisons la Promesse devant Dieu-Amour !. Ce sera notre façon de devenir des étoiles du Berger, à notre tour. Chaque homme laisse une trace dans l'humanité, la tienne est imitable à l'infini, puisqu'elle provient d'un plus grand que toi qui murmure en ton âme. Laissons l'écho de sa voix emplir nos consciences et suivre le chemin indiqué, jusqu'au bout de notre Humanité.

BRUNO LEROY. ÉDUCATEUR de RUE.

18:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans TÉMOINS DE CE TEMPS. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |