7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2006

Une politique de la ville en faveur des quartiers en difficulté.

La crise des banlieues de l'automne dernier a fait l'effet d'un électrochoc sur le gouvernement et l'opinion publique. Au plus fort des violences, M. de Villepin avait débloqué 100 millions d'euros supplémentaires en faveur des associations dans les quartiers, revenant sur une baisse des subventions de l'Etat en 2004 et 2005. Après cette mesure d'urgence, l'Etat affiche une nouvelle ambition pour la politique de la ville et l'égalité des chances. Les décisions du Comité interministériel des villes et du développement social urbain annoncées le 9 mars vont dans le sens d'une volonté de résoudre les problèmes des banlieues. Un certain nombre de mesures ont été prises. la mise en place d'un cadre contractuel unique pour les interventions de l'Etat en faveur des quartiers en difficulté. Un « contrat urbain de cohésion sociale », de 3 ans, signé entre l'Etat et le maire, qui se substitue au contrat de ville à compter du 1er janvier 2007 sur une géographie prioritaire redéfinie. Autre priorité, le renforcement des moyens en faveur des associations et l'amélioration de la formation des professionnels de terrain. Il s'agit de renouveler le partenariat entre l'Etat et les associations comme promis par M. de Villepin lors d'une première Conférence nationale de la vie associative le 23 janvier dernier. Dans le cadre de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances, les financements seront simplifiés et sécurisés. Une mobilisation prioritaire des services territoriaux de l'Etat en faveur des quartiers les plus en difficulté sera de mise avec la création des préfets délégués à l'égalité des chances et un élargissement de la mission des sous-préfets. Enfin, il sera mis en œuvre une évaluation systématique des projets, appuyée sur l'Observatoire national des zones urbaines sensibles. Dans ce cadre, le comité interministériel a retenu 5 champs prioritaires pour l'intervention de l'Etat en faveur des quartiers en difficulté : l'accès à l'emploi et le développement économique, l'amélioration de l'habitat et du cadre de vie, la réussite éducative et l'égalité des chances, la citoyenneté et la prévention enfin l'accès à la santé. Plus d'une cinquantaine de nouvelles mesures ont été arrêtées dans ces champs prioritaires, qui témoignent de la mobilisation des différents ministères sur le champ de la politique de la ville.
Source : Sezame.

11:03 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans Projets éducatifs et sociaux. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Commentaires

salut à tous,

voilà ce qu'on m'a raconté sur la mobilisation d'aujourd'hui contre le
CPE sur Paris.
Manif qui aurait abouti à la Sorbone, dans le quartier latin. Très vite,
vers 17h, charges, matraquages et gazages par les CRS.

Un peu plus tard, un groupe d'entre 30 et 50 fachos, d'après ce qu'on
m'a dit plutôt du Front National Jeunesse, a attaqué le cortège
étudiant, tous armés de barre de fer qu'ils auraient peu utilisées, et
de gazeuses. Pour tabasser les étudiants mobilisés, ils ont été aidés
dans leur sale besogne par des CRS qui se
sont à peine interposés, et continuaient par moments à réprimer les
étudiants.
Est-ce que ce sont les mêmes que nous avons empêchés de manifester
dimanche, toujours place de la Sorbone (ceux là étaient du RED,
rassemblement des étudiants de droite) ? Est-ce qu'il y a une
recrudescence de l'extrême-droite dans les facs ? Sur Paris ?

une chose est sûre : il va falloir maintenant se préparer à ce genre
d'événement.

fraternellement
Simon

Écrit par : simon | 15/03/2006

Les commentaires sont fermés.