7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2010

Pardon mon Amour !

amour grand.jpg

Les mots s'expriment à votre place,
Et vous révélez des pensées insensées,
Des situations qui dérapent dans l'escalier,
De vos valeurs que vous défendez tenace,
Depuis des années...
 
 
Le froid vient glacer vos idées soudainement,
Le sang coule dans vos veines mais vous ment,
Et vous savez subrepticement que le menteur,
C'est vous avec votre faux sourire de rancœurs.
 
Vous n'imaginiez point en arriver,
A cette extrémité de vous-même,
Une parole s'envole au vent mauvais,
Et vous ramène sur le sable de la réalité.
 
Tout ce que vous avez dit avec calme,
N'était que mensonge pour vous faire aimer,
Aimer de toi comme un ru qui se noie,
Aimer de la vie tel un océan infini.
 
Les mots dits sont maudits,
Et rien ne saurait les effacer,
De la mémoire de l'aimée,
Celle pour laquelle tout s'enflammait.
 
Même les neiges ne pouvaient résister,
A cet amour qui faisait face aux éternels glaciers,
Pardon de m'être emporté trop loin de toi,
Dans le désert aride d'un monde trop froid.
 
Oui, le désert peut devenir froid comme la mort,
Lorsque d'un langage mal discerné on tue le corps,
D'un baiser de tendresse jailli de l'amour,
Nous refusons de le faire vivre à l'entour.
 
Ah ! ces arrières pensées qui jamais ne pensent,
N'ont-elles point d'autres secrets que d'inventer,
Des phrases blessantes telles des lames indécentes,
Pardon pour ces sonorités sans harmonie,
Le temps les a chassées sans un déni.
 
Et de mes pleurs de sang je ne puis dire,
Dans un sourire d'enfant pur à mourir,
Que je t'aime plus que ma vie en désire,
Que tu es l'humaine présence sans laquelle,
Je ne serais qu'une ombre sombrant dans l'absence.
 
Je t'aime ma fleur d'oranger aux multiples parfums,
Je t'aime ma goutte de rosée aux formes inachevées,
Je t'aime plus que tu ne puis l'imaginer selon mes faits,
Tu es la sculpture da mes nuits quand les nuages parlent,
De notre Amour qui ne saurait finir pour quelques réflexions,
Qui ne sont désormais que stricte illusion et vraie demande de pardon.
 
 
Bruno LEROY

21:15 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LA POÉSIE DE LA VIE, POÉSIE DE L'INSTANT., POÉSIE SPIRITUELLE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.