7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2011

Tous saints nous le voulons bien mais comment fait-on ?

E001521_LRG.gif

Le soir vient lécher les carreaux de mon appartement. Les étoiles n'ont pas encore mis leur tapis de diamants dans la sacoche du firmament. Les oiseaux ne chantent plus, effrayés par les phares des automobiles, qui leur font croire que le jour est encore vivant. Ils ne sont point dupes des sortilèges des hommes et préfèrent laisser dormir le ciel.
J'espère que, votre quotidien fut empli de l'Universel. De ces valeurs fécondes qui font avancer le monde, sans faire de bruit. Dans le silence de la conscience. Ou le sourire d'un visage aimant. Dans un geste fragile qui se tend vers celui qui va couler dans les abysses de l'éternité.
Enfin une vie où Dieu chante doucement en vous. Des harmonies qui dansent avec le cosmos tout entier, comme le faisait notre frère François. La joie au bout du cœur comme un battement de lèvres sur la bouche de Dieu. Une puissance intérieure, une énergie branchée sur l'électricité que peut fournir l'Esprit-Saint lorsqu'il nous habite. Même dans les plus grandes fatigues, Il sait apaiser le poids que notre corps ne peut plus supporter.
Tous saints, dit-on, nous le voulons bien mais comment fait-on ?
Il suffit de poursuivre la route entamée. Et se demander chaque soir si notre Foi a changée. Est-ce la même depuis des années, depuis hier ? Si elle ne semble pas avoir grandie en nous, il est évident que le Christ à laisser Sa place à notre surmoi trop développé. Il faut Lui demander de revenir loger au fond de notre âme afin d'incarner véritablement le présent. Nous ne pouvons évoluer dans la douceur, la bonté, la force et le pardon, sans sa Présence de chaque instant. Nous le savons et l'oublions si souvent. Tel est mon péché. Tel est le vôtre, peut-être...!
La sainteté est un long chemin d'abnégations et d'humilité. La prière nous aide à respirer l'oxygène de Dieu, sans lequel nous serions cyanosés.
Et les athées cherchent dans l'introspection des sentes tout autant respectables.
Les autres religions sont les fleurs que Dieu a semé dans les différents pays. Elles transpirent de Son amour et de Sa tendresse.
Soyons des combattants de la juste tolérance. Surtout, lorsque celle-ci est une prière d'Adoration envers cette Terre-mère et ses entités spirituelles.
Je vous souhaite une Toussaint joyeuse en sachant que celle et ceux qui sont dans la Lumière sont heureux. En cultivant une spiritualité de la résurrection assumée.
Alors, l'allégresse viendra vous réchauffer au tréfonds de votre être. Et vous serez en osmose avec la nature et ses subtils parfums secrets.
Puisse la force d'aimer la Vie vous alimenter chaque jour avec ce lâcher-prise qui nous conscientise sur la mort et ses possibles perspectives.
Celui qui ne craint plus la mort, ne craint pas la Vie !
Ce sera, humblement et dans la prière, notre cheminement effectué, pas à pas, vers la sainteté.
Bonne Toussaint à Toutes et Tous vécue dans un esprit de tendresse infinie pour ceux qui sont déjà partis. Ma mère est décédée à 51 ans, en 1983 d'une longue maladie, comme l'on dit. Son souvenir est devenu joyeux dans ma mémoire. Je sais qu'un jour, je la verrai de nouveau. Car, avec Jésus-Christ, tout est toujours et inlassablement nouveau.
Merci, Seigneur ! Amen !
 
 
Bruno LEROY.

21:09 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., CONVERSIONS, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.