7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2012

A Toutes ces mères, tous ces pères qui n’auront que mépris pour réponse...

fete-des-peres011-fuseau-roses.jpg

Combien de larmes coulent comme des fleuves pollués et abîmés par un destin indéterminé. Toutes ces mères, tous ces pères qui n’auront que mépris pour réponse à leurs fêtes. Puis, les enfants qui cherchent vainement au tréfonds de cette absence terrestre, un soupçon de présence céleste.

Si nous regardons les événements de cette façon, nous partons perdants dans tous les cas de figures.

Je peux admirer le monde avec des yeux tristes qui sont les pleurs de Dieu.

Mais, je peux aussi contempler la Vie avec sa beauté fragile qui en fait sa préciosité.

Tout est histoire de regard. Une position intérieure permet de voir les choses en leur profondeur.

Les fêtes non fêtées sont-elles pour autant des désastres pour votre personnalité ?

Ils sont juste une déficience de rituels dont l’expression étant de dévoiler son amour et sa tendresse pour sa mère ou son père.

S’il ou elle est décédée, nous pouvons lui parler en pensées et donner une saveur affective à ses pensées d’un instant. Mais, le fait de libérer le flux interne de notre affection sur un sujet donné, nous permet d’alléger notre peine.

Quant aux parents qui attendent un coup de téléphone ou un mot, une signifiance de cette tendresse éprouvée. Si cela perdure depuis des années, il faut faire le deuil de ses illusions, de ses enfants.

Je sais, tout cela n’est guère facile à mettre en place sentimentalement et intellectuellement.

Et pourtant, existe-t-il une solution miraculeuse à la disparition d’un vivant ou d’un mort ?

Non pas.

Il faut effectuer un travail sur Soi qui nécessité beaucoup de subtilités et de finesses.

Apprendre à vivre de l’absence irrévocable de l’autre, tout en cherchant intimement à établir un lien avec lui.

Un mental solide est indispensable dans ce genre de résilience, puisque nous devons nourrir notre imaginaire d’une histoire de vie qui se termine sans pour autant la vouloir défintive.

Bien-sûr, l’aide de certains spécialistes permettent de renforcer et libérer les résistances psychiques.

Même si vos enfants vous ignorent,

Même si vos parents vous détestent,

Vous êtes issus du sang tel un océan d’eau vive, de vos parents, qui coule dans vos veines muettes.

Et les parents qui rejettent leurs gosses, sachez que leurs corps est le prolongement du vôtre.

L’amour n’est pas inné mais demeure une perception acquise qui reste toujours à construire.

Si vous êtes seuls le jour de la Fête des pères ou des mères, pour mieux vivre cette solitude angoissante. Il faut que vous projetiez chez d’autres personnes ce sentiment d’amour, de tendresse, dans une relation si puissante que vous pourrez confier vos blessures.

Et ainsi, vous entamerez un chemin de libération et d’individuation qui vous fera exister et prendre pleinement votre vie en mains.

Inutile de victimiser votre situation, vous ne feriez qu’aggraver le regard compassionnel que les autres portent sur vous.

La victime est toujours un manipulateur ( trice ) en puissance. Nul besoin d’être psychologue pour savoir que la Dignité Humaine ne grandit pas dans le repli sur soi.

 

Bruno LEROY.

 

13:05 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.