7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2012

La lumière faisait comme un arc-en-ciel sur la terre.

37836_136673446371335_100000860427427_186024_66926_n.jpg

 

 

Comme je vous l’avais précédemment écrit, j’étais parti me ressourcer dans un monastère. La prière est une oxygénation de l’esprit qui, me devient essentielle, les années venant.

Ce matin, l’herbe semblait couverte de rosée et, pourtant les larmes joyeuses du ciel avaient déposées leurs pleurs sur leurs feuilles. La lumière faisait comme un arc-en-ciel sur la terre.

Ce sont des moments dont l’âme se nourrit et dont l’oubli ne peut jamais survenir.

Nous conservons en notre cœur les beautés immuables de la vie. Celles-ci nous servent à surmonter les périodes plus insipides.

 

Tout doit devenir quintessence de l’Homme qui prie. Les paysages deviennent presque des visages de tendresse que Dieu nous demande d’embrasser et d’aimer.

Aimer, voilà ce mot galvaudé par des humanistes qui privilégient leurs propres intérêts.

Aimer c’est regarder l’autre dans ses différences et l’accepter sans conditions, suf celle d’un manque de respect.

 

Il me souvient lorsque j’étais petit, vers l’âge de huit ans, quand j’allais à la messe, le prêtre ne manquait jamais de faire prier ses ouailles contre la peur.

J’en été arrivé à la conclusion puérile que les chrétiens étaient forcément des trouillards puisqu’ils priaient afin de ne plus avoir peur. Et je me dis, aujourd’hui, que je suis chanceux d’avoir compris, grâce à mon cheminement personnel, que la seule chose à craindre est de ne pas aimer Dieu.

 

Ne pas aimer, voilà donc le péché qui nous sépare des autres et progressivement nous rend handicapé socialement. Je me dis que le Christ était un sacré psychologue avant l’heure !

Il est venu partager notre condition humaine en tant qu’Homme puis, cette dimension humano-divine qui désirait notre épanouissement même face à la mort. Cette impression d’être en fusion avec les forces intérieures de l’esprit, nous ne pouvons l’acquérir que par l’adoration.

Nous n’avons absolument rien à craindre de la vie ( même la maladie ) lorsque nous sommes entièrement sous le regard bienveillant de Dieu Amour.

 

Son rayonnement doit illuminer nos visages d’une joie parfaite que nul ne saurait nous ravir.

Nous serons Témoins de Jésus-christ en actes ; lorsque nous vivrons cette allégresse à pleins poumons.  Comme une respiration rapide qui nous met dans un état d’ivresse joviale.

Oui, la prière est vraiment, réellement, intimement mon oxygénation pour davantage de sens dans l’existence. Puissiez-vous frères et sœurs expérimenter ses instants de plénitude édifiants dans la chaleur de Dieu.

 

C’est ce que je vous souhaite du plus profond de mon âme. Et mes prières se sont envolées vers vous pour ne point vous oublier tout à fait.

Je vous souhaite une délicieuse semaine naissante dont la sève fera germer en vous des bourgeons de promesses et de projets à réaliser afin que nos sociétés deviennent plus humaines, moins relativistes et fleurissante de tendresse vraiment humaine.

 

Bien Fraternellement, Bruno.

QDVB UDP.

 

21:45 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.