7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2012

Une musique qui joue sur les cordes de l'Infini.

513vT6PmF4L._SS500_.jpg

Ahmad Jamal, après de longues années de recherches personnelles, donc de chutes et de réussites aussi, mais d'une absolue insatisfaction existentielle, se convertit à l'Islam. Sans prosélytisme aucun, il approfondit son cheminement musical et spirituel.
Tout cela, dans la plus intense discrétion. Puis, vint cet opus magnifiquement interprété et d'une incommensurable beauté.
Sa seule référence explicite à l'Islam se trouve dans le titre de son album After Fajr : « Fajr » est la prière précédant le lever du soleil, la première des 5 prières quotidiennes obligatoires pour les musulmans.
Ahmad Jamal est ainsi un "apôtre" de John Coltrane qui, lui cherchait dans le christianisme, l'approfondissement de son art musical et poétique.

Jamal, comme la plupart des artistes de cette trempe, ne conçoit nullement la vie sans se relier aux autres, par des convictions et des valeurs vécues, dans le silence intérieur qui mène vers le Divin. Une relation métaphysique qui ouvre les horizons de la création artistique.
Il revendique être croyant,comme une évidence : « Tout le monde n'est-il pas croyant ? ['] Bien sûr, que cela m'influence ! Chaque philosophie envahit le corps tout entier, l'esprit, l'âme ! ['] Il est impossible d'avoir confiance en quelqu'un qui n'a aucune croyance. Si vous n'avez pas confiance, si vous n'avez pas foi en la Création ' vous devez croire que quelque chose contrôle l'Univers ' un pouvoir qui contrôle l'Univers. Un pouvoir qui n'est ni vous, ni moi, ni Bill Clinton ». Jazz Magazine.

Cette conception de la religion (une philosophie contribuant à poser un regard émerveillé sur la Création) se retrouve dans le rapport qu'Ahmad Jamal entretient avec la créativité : « De toute façon, il n'y a rien de nouveau sous le soleil. Au mieux, nous pouvons découvrir certaines choses. Tout est déjà là. Il y a des gens qui incarnent la créativité et ont fait avancer les choses : Tatum, Armstrong, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Sarah Vaughan, ou Phineas Newborn Jr, mais ils n'ont pas « créé », ils ont découvert; ils ont été des novateurs plutôt que des créateurs. Nous ne pouvons pas créer la lune ou le soleil, mais nous pouvons les faire se réfléchir »

Avec cette humilité qui le caractérise, il vient encore de signer un album qui est une véritable révélation de son être, c'est-à-dire un chef-d'oeuvre à part entière.
Il faut l'écouter plusieurs fois pour en savourer toute la subtilité.
Merci Ahmad pour tant de bonheur partagé...!


Bruno LEROY.

17:15 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., Livres et saveurs musicales de Bruno LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.