7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2014

Chaque jour devient chemin d’émerveillement.

7.43.jpg

 

Les jours se suivent comme des successions de briques que l’on pose les unes sur les autres afin de construire sa maison. Tel un mur que nous érigeons pour fortifier notre structure personnelle. Mais encore faut-il retrouver le sens initial de l’émerveillement. Un individu qui ne s’émerveille plus est comme mort. Il demeure cette ombre glissante sur les trottoirs du mépris. Ne plus être pris pas aucun bruissement d’âme. Le sourire éteint comme une vieille flamme ayant perdue sa vigueur prématurément.

Non, la vie dans sa quintessence, contient une vérité métaphysique dont le chemin mène à la joie parfaite.

Pour cela, il faut vivre une certaine intériorité au cœur de la solitude.

Seul avec soi dans un silence profond qui attend la présence de Dieu.

La solitude devenue nécessaire pour avancer vers la source purificatrice et libératrice.

Non pas une solitude de déréliction qui se subit au quotidien.

Mais une solitude retrouvée avec plaisir dans le sanctuaire de la conscience.

Pour aller de l’avant, toujours de l’avant…

Ainsi, nous façonnons notre habitat dans une sorte de signification ayant une conclusion pour une amélioration de notre personne.

Perfectionnement individuel pour être au service de l’Humain.

Regard amoureux vers un Dieu miséricordieux.

Une dimension qui s’instaure en nous afin que nous soyons présents au monde qui nous entoure. Devenir une partie du cosmos. Avoir le sens de notre appartenance cosmique et universelle.

Et admirer les fleurs qui dansent dans les champs aux rythmes du vent.

Admirer le soleil dans sa lumière éternelle.

Admirer les oiseaux qui chantent leur ritournelle dans les cheveux fins des arbres.

Admirer l’enfant naissant au jour avec un sourire apaisant.

Admirer le vieillard dont les rides sont les écrits de son histoire vécue.

Admirer les étoiles qui viennent illuminer le manteau noir de la nuit.

Admirer l’adolescent maladroit et qui, pourtant se veut audacieux.

Avoir de l’enthousiasme, c’est-à-dire Dieu en soi, à chaque seconde de la Vie.

Ne jamais désespérer en sachant que le Christ est l’Ami pour toujours et à jamais.

Il vous tient la main pour que jamais vous ne trébuchiez au point de ne plus exister.

Vous existez dans son cœur serein.

Alors, nous savons bien qu’une spiritualité réellement vécue profondément provoque l’enthousiasme et l’émerveillement.

Les larmes et cris de révoltes sont exprimés dans vos psalmodies.

La vie dépasse la vie pour devenir Infini qui nous enchante.

Chantons la joie de vivre et la vie deviendra joyeuse.

Cela deviendra contagieux et nous offrirons des senteurs de bonheur autour de nous, tout en restant à l’écoute des souffrances d’autrui.

Une existence réussie ne peut pas l’être sans vouloir réussir celle des autres.

Chaque jour devient alors chemin d’émerveillement sempiternel.

Si nous laissons notre destin se sculpter dans une prière viscéralement sincère.

 

Puisse l’émerveillement déborder de votre cœur pour un combat spirituel  contre la morosité, la médiocrité ambiante et l'individualisme forcené.

 

Bruno LEROY.

 

11:54 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.