7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2013

Je puise dans la source de l’Espérance.

cascade%20C%20Meille.jpg

Ne sanglote pas dans ton silence,

J’entends tes larmes crier ta souffrance,

Et tu murmures que Dieu est là,

Comme une évidence et qu’Il ne t’entend pas,

Mais il faut croire que sa Présence est vie,

Même s’Il est au cœur de la camarde,

Parfois, elle vient sans bruit telle une ennemie,

Alors, laisse je te prie un instant ton humeur maussade,

Contemple les splendeurs qui habitent notre demeure,

Les modestes privilèges que l’existence propose,

Intériorise les moindres beautés de cette destinée fragile,

Et tu garderas en ton âme les événements dont tu disposes,

Pour donner de la grâce à tes pleurs inutiles,

Les torrents rejoignent la mer,

Non pour se perdre mais se retrouver,

Dans l’immensité…

L’Espérance rejoint le sourire de l’Amour,

Non pour se perdre mais se retrouver,

Dans l’éternité…

La prière est une pluie de joie aux gouttes salées,

L’oraison est ta raison de toujours exister,

A mes côtés…

Moi, qui ne fais que t’aimer dans cet aveuglement,

Dans cet affolement parfois de tout supporter,

Sans me révolter…

Contre le destin qui veut te voler,

Contre tes douleurs qui font mon affolement,

Non je ne dis rien je sais qu’un plus grand,

Que moi veille sur nous chaque soir,

Quand le soleil se couche sur ton espoir,

J’attends le matin pour qu’il se relève,

Et me dise que tout va bien dans cette trêve,

Vers ce combat jamais perdu d’avance,

Il faut croire aux forces humaines qui s’élancent,

Pour découvrir plus de souffle plus de vie dans la Providence.

Il est près de Toi et panse tes souffrances

Comme je puise dans la source de l’Espérance

Non pour me consoler infantilement,

Mais pour choisir la confiance infiniment,

Je crois en des lendemains plus féconds,

Je crois en l’Esprit saint et en ses Dons,

De sérénité, de paix, de vérité et de Fermeté,

Pour confondre le fatalisme du combattant,

L’Amour est le plus puissant médicament,

Il met dans les plis de son âme les onguents

Qui élèvent du découragement les plus fatigués.

 

Bruno LEROY.

 

 

21:25 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.