7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2013

Continuer à vivre l'Esprit de Pentecôte.

1238528438.gif
 

Saint Paul nous rappelle l’importance de vivre selon l’Esprit, en l’accueillant et en nous laissant mouvoir par lui : « Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit, ceux-là sont fils de Dieu. » Seule l’action de l’Esprit nous permet, comme fils de Dieu, de ne pas vivre « sous l’emprise de la chair » ou d’être « voués à la mort à cause du péché ». L’Esprit est celui qui a ressuscité le Christ « d’entre les morts », alors combien davantage peut-il nous enlever « de nos morts », de notre esprit d’isolement, de fermeture, de non-amour, de suspicion, de notre attachement aux choses. Dieu veut nous libérer en nous libérant de toute forme de « peur ».

Vivant dans la confiance par l’Esprit et dans le Christ, nous sommes des « héritiers » : nous avons part réellement à l’héritage de Dieu, ce qui n’est pas sans nous mettre en face de notre responsabilité. À nous d’appeler l’Esprit, de nous mettre en sa présence et de laisser l’Église discerner la réalité de son action dans la vie des personnes. L’Esprit Saint insère dans les cœurs la présence vivante du Christ ; il rend la Parole de Dieu active et transformante, il nous rend participants du « Corps du Christ ».

Commençons notre journée en invoquant l’Esprit, en nous revêtant de sa présence. Lui qui est l’exégète du Fils et qui peint en nous son visage, demandons-lui d’être le moteur de notre vie et de nous enseigner combien la Parole de Dieu est Vie.

 

Puissions-nous vivre l'Esprit de Pentecôte avec la Paix, la sérénité, l'Amour chevillés au corps comme Dons précieux de Dieu qu'il nous faudra fructifier, comme tant d'autres, au cours de notre Vie.

Sublime aventure en perspective...!

Bruno LEROY.

17:43 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les confessions de Guy GILBERT.

17:28 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

26/05/2013

La Vie est si belle quand tu es près de moi.

medium_DIEU_TAIME.gif
Toi dont le Nom est un murmure aux multiples émois. Je t'Aime avec raison, avec passion qui transpire d'une Espérance déraisonnable.
Je t'Aime depuis que mon coeur s'est mis à battre grâce à Ton Amour fou. J'ai pensé que ma vie ne valait guère plus qu'un grain de sévené. Je me suis aperçu des splendeurs que tu as sû lui donner. Je t'Aime par expérience de t'Aimer et de t'Adorer.
 
Tu es la couleur de mes yeux et le sang de mes veines. Tu es le parfum merveilleux qui soulage mes peines. Toutes les créatures sur cette Terre ne connaissent pas ta Présence et pourtant tu les aimes incommensurablement.
Nous sommes tes enfants qui jouons toute la journée sous tes yeux bienveillants. Je t'Aime sans rien attendre en retour sinon la chaleur de ton Amour que je sens au tréfonds de mon être. Je t'Aime avec mes mots sourires ou sanglots. Tout ce qui fait la Vie à deux.
 
Depuis tant d'années, nous vivons tel un couple inséparable et fidèle. Même si parfois mes colères t'éveillent. Ta Lumière emplie mes journées d'une Paix sans pareille.
Je sais que Tu me surveilles au sein des violences qui inondent mes journées. Ton Amour m'a donné le sens d'apprendre à Aimer.
 
Bien-sûr, je ne serai jamais à la Hauteur de tes gestes de Tendresse. Mais, je tente de parvenir en te priant de m'aider même à aimer l'impardonnable.
Je ne suis pas parfait et Tu le sais. Mais, tu ne regardes jamais les écarts que je commets. Tu regardes mon âme aux éclats scintillants de pureté. Tu contemples le chemin sur lequel je m'évertue de marcher sans tituber.
 
Tu es la caresse du vent dans ma Liberté d'esprit. Tu parles à ma conscience en toute modestie. Tu es le firmament de mes rêves les plus absolus.
Tu es la fleur aux senteurs subtiles et apaisantes. Tu es ma rose, cette beauté que je savoure quand le temps est à l'hiver.
 
Tu me fais toujours espérer des printemps qui viennent bourgeonner en leur Temps.
Tu ne ments jamais sur l'origine de tes bienfaits.
Tu es mon Espérance contre toutes espérances. Ma passion de vivre des combats pour élever l'Humanité.
 
Tu es la Force qui forge ma personnalité, ma dignité, mon respect.
Sans Toi, je ne serai que larve glissante sur le sol humide. Je serai un fantôme sans goût d'Exister.
En fait, je ne serai rien...
 
Je ne saurai m'émerveiller des majestueuses splendeurs mises sur ma route pour m'inviter à méditer.
Non, je ne saurai sans Toi exister un seul instant sans désespérer des hommes, mes Frères.
Mes luttes pour une société meilleure auraient l'aspect de coups d'épée dans l'eau des utopies, des illusions.
 
Je sais, qu'entre tes bras, rien n'est impossible et que ton soleil guide mes pas.
Les signes que tu m'invites à découvrir en disent long sur notre complicité.
A tes côtés, les angoisses sont des feux follets.
Mon corps exulte de Joie même dans les pires souffrances, les pires tracas, les pires désespérances.
 
J'Aime te rejoindre silencieusement au coeur des monastères ou dans les chapelles qui m'appellent.
J'Aime te rejoindre dans le regard de l'adolescent qui joue les durs et pourtant compte ses blessures.
J'Aime te rejoindre quand un pauvre me tend la main pour que je lui offre un sourire.
J'Aime te rejoindre pour remettre les blessés debout et ne plus les voir souffrir.
J'Aime te rejoindre en mille occasions où tu mets ta liberté au service de nos responsabilités.
Et puis, j'Aime me reposer en admirant la neige, la pluie, le vent, l'arc-en-ciel, tous ces reflets dans lesquels Tu te caches.
 
Comme pour m'amuser. Avec Toi, ma Vie est un rendez-vous d'Amour intense.
Je sais qu'un soir, je te rencontrerai et verrai ton visage lumineux.
Comment pourrais-je avoir peur de retrouver l'Amour en face ?
Il faudrait que je sois devenu subitement inconsistant...
J'attends ce moment avec un  Bonheur sans égal.
 
Mais, si tu le permets, j'ai encore des ponts à construire durant plusieurs années.
Il faut bien que je laisse ne serait-ce qu'une trace de Ton Amour pour les générations suivantes.
Il faut bien que je devienne contagieux pour que ne règne plus la désespérance ou l'absence d'idéal.
Toi, qui es venu sur Terre pour nous expliquer tout cela. N'est-ce point à nous d'en Témoigner maintenant ?
 
Sans forcer les autres à croire en Ton Amour puisque l'Amour est un sentiment que l'on ressent avant de le comprendre.
Je tenais à t'écrire ces quelques mots où je pourrai allonger la liste de tes grâces.
Mais, une lettre ne suffirait pas pour t'exprimer Tout mon Amour.
Ce sont des petites béatitudes que l'Esprit me demande d'écrire.
Les Béatitudes de notre Amour commun qui ne saurait s'éteindre.
Puisque l'Amour est plus fort que la mort !
 
Je tenais humblement à te redire Tout mon Amour, Seigneur, Toi Dieu de la Vie et Libérateur de notre Humanité.
Je tenais à te dire que même au fond des glaces mortifères mon Amour ne se figera jamais.
Car de ma Vie tu as su faire un joyau que je ne cesse de contempler et de partager.
Je t'Aime envers et contre tout, marées et tempêtes peuvent venir. Elles ne détruiront jamais l'esprit de fête que tu as mis dans ma tête. Cette façon de danser les événements même les plus cruels en sachant que tu seras toujours à mes côtés pour les affronter.
 
Comment peut-on désespérer lorsque nous t'Aimons ?
Ou alors, faut-il vraiment désespérer de l'Amour ou ne pas se sentir aimé.
Avec Toi, toutes ces perspectives sont impossibles car Tu Es l'Amour Absolu.
Et combien d'autres t'ont aimés avant moi avant de te rencontrer définitivement ?
Tu es l'Alpha et l'Oméga de l'Amour parfait qu'un seul Humain ne saurait donné.
D'ailleurs, je suis moi-même cette ombre qui cherche Ton Feu pour me brûler et me consumer aux braises ardentes de Ton Amour !
La Vie est si belle quand tu es près de moi, Mon Dieu d'Amour et de Liberté créatrice.
Amen !
Bruno LEROY.

11:25 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

23/05/2013

Georges Moustaki est mort.

Le chanteur Georges Moustaki est mort

Il venait d'avoir 79 ans. Le chanteur Georges Moustaki est mort, a annoncé son entourage, jeudi 23 mai. Il souffrait d'un emphysème, une maladie incurable des alvéoles pulmonaires. Il était notamment l'auteur et interprète de Métèque.

Cliquez ici pour plus d’informations

10:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., ARTISTES. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

20/05/2013

Certains juges sont moins impitoyables que nous.

301606_10151364428118737_141759570_n.jpg

La question qui se pose alors, avons-nous des ennemis ? De là, nous pouvons faire des démarches de réconciliations ou prier pour la conversion et même le Bonheur de nos ennemis.

Certains juges sont moins impitoyables que nous. Ils ont suffisamment de recul pour regarder la véritable problématique de la personne jugée. Nous nous prenons trop souvent pour Dieu et nous voudrions instaurer le jugement dernier sur terre.

Nous oublions souvent que Dieu est Amour. Il faudrait peut-être, l’inscrire au fronton de toutes les églises. Et puis, je me dis, cela ne servirait à rien, les gens le lirait sans prêter attention. Combien de fois nous prions en ayant une pensée venimeuse pour une personne de la Famille, ou autre. Dans les discutions privées, nous entendons des confidences dont Satan doit se régaler.

Je ne parlerai plus à un tel, il m’a fait trop de mal. Est-on responsable de nos sentiments envers autrui ? OUI ! Si une personne vous a fait du mal, c’est tout simplement, soit que vous êtes sensible ou que cette situation vous plaît car, au moins vous existez. Jésus est venu apporter le Feu sur Terre et je dirai même l’incendie universel.

Il ne nous demande pas de nous aimer uniquement pour avoir de bonnes relations. Il va plus loin, en nous demandant d’Aimer nos ennemis. La question qui se pose alors, avons-nous des ennemis ? De là, nous pouvons faire des démarches de réconciliations ou prier pour la conversion et même le Bonheur de nos ennemis. Pour ma part, je n’ai jamais eu d’ennemis de ma vie. Vous allez dire, mon Dieu quel saint homme. Figurez-vous, que cette question m’a posée problèmes durant des années. Je me suis décidé à voir un psychologue qui fut surpris par ma question : Docteur dites-moi pourquoi, je n’ai pas d’ennemis. La réponse est moins radieuse qu’on peut l’imaginer...En effet, il m’expliqua que mon caractère entier et impulsif me faisait dire tout haut mes quatre vérités en face de la personne et je me libère ainsi de toutes culpabilisations. Il m’a répondu, vous n’avez certes pas d’ennemis mais beaucoup de gens doivent souffrir de votre humeur autour de vous.

Ce jour là, je m’en souviens, je suis entré dans une église pour prier intensément afin que Christ m’aide à libérer tous ceux et celles que j’ai pu faire souffrir. Je dirai avec un peu d’humour que mon cas s’arrange et pourtant le naturel revient parfois au galop. Tout cela pour dire, Frères et Soeurs que nous ne devons pas juger mais comprendre. Pourquoi, telle personne est si méchante. Comment a-t-elle vécue son enfance. Son mariage est-il heureux ? N’a-t-il pas un problème d’argent qui le rend agressif ? Tant de questions posées nous permettaient de trouver la solution avant de porter un jugement net et définitif. Nous pourrions ainsi trouver les pistes qui donneraient davantage d’harmonie avec autrui. L’existence doit être faite de questions, non de jugements.

Certains juges sont moins impitoyables que nous. Ils ont suffisamment de recul pour regarder la véritable problématique de la personne jugée. Nous nous prenons trop souvent pour Dieu et nous voudrions instaurer le jugement dernier sur terre. Et sur ce navire du tribunal qui navigue au gré de nos rencontres, nous ne sommes pas seuls à conduire le gouvernail. Avant de présenter nos offrandes à Dieu, disons-nous que nous avons tous à nous reprocher une attitude de haine. Soit ouvertement, soit en pensées. Et nous sommes surpris que Dieu-Amour ne réponde point à nos demandes. Il répond toujours lorsque nous avons un coeur pur débordant d’Amour. Pas quand nos ressentiments sortent tellement de nos yeux que notre Pasteur se demande si nous n’avons pas un problème nerveux. Nous ne pouvons nous adresser à l’Amour que dans une attitude profonde d’Amour. Le pardon est souvent considéré par les chrétiens ( nes ) comme un acte de lâcheté. Alors, qu’il est puissance de libération pour tous et toutes. Une révision de nos relations avec Dieu s’avère indispensable, primordiale. C’est le beau combat de la Foi ! Si tout était facile, nous serions des saints au regard de Dieu.

Frères et Soeurs, c’est bien parce qu’il est dur par moments, d’être chrétien ( ne ) que la vie retrouve sa pleine saveur. Il faut partir du principe qu’un meurtrier ne se lève pas un matin en disant, tiens je vais tuer telle personne cela me changera les idées. La méchanceté également est un long processus qui éclate au bout de nombreuses années. Bien-sûr, il n’est pas question de fermer les yeux sur tout, en pardonnant avec indifférence. Il est question d’analyser les événements et les gens avant d’envoyer notre couperet. Si nous n’avons guère la Force de pardonner à notre pire ennemi. Alors, demandons à Dieu de le faire pour nous. Soyez sûr que cette prière sera exaucée. Notre regard humain n’a rien à voir avec le Divin qui ne juge point selon les apparences, mais le coeur. Donnons notre coeur à l’Esprit-Saint afin qu’il le purifie et nous indique la vraie voie du pardon pour notre libération. Dieu est Libérateur, Il ne veut pas d’esclaves à ses pieds. Seigneur, je te demande humblement pardon pour tout le mal que j’ai pu commettre, même sans le savoir. Purifie mon âme de ses scories qui m’empêchent d’aller vers Toi. Amen !

Bruno LEROY.

20:06 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

19/05/2013

Radio Baroque.

12:27 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Quand la vie coule de source par Bruno LEROY.

Spiritualité vivante
Par Bruno Leroy
 

11/05/2013

Ne jamais nous satisfaire d'un ordre établi.

21808_10151179634763737_1256257174_n.png

Toi qui aujourd'hui es tenté de capituler, toi qui veux cesser de lutter contre tout ce qui écrase l'homme, ne désespère pas, lève-toi et marche. L'oiseau ensanglanté a brisé le filet du destin.
 
Non, la crise n'est pas fatale ! Non, la guerre n'est pas fatale ! Non, le suicide planétaire n'est pas fatal !
 
Jésus ressuscité nous libère de la fatalité. Croire en un destin auquel il faudrait nous résigner, contre lequel il n'y aurait rien à faire, ce serait retourner vingt siècle en arrière, ce serait nier la Résurrection.
 
Jésus vivant au-delà de la mort, ouvre une brèche dans nos dernières limites. Il nous dit qu'un monde nouveau est possible. Il nous appelle à lutter contre toutes les forces de mort, à inventer la vie, à construire ensemble un avenir nouveau, inattendu et radieux.
Nous avions cru que l'essentiel de la Foi était de supporter avec patience et résignation les misères de ce monde.
 
Et voici que nous sommes invités à ne jamais nous satisfaire d'un ordre établi et à faire prendre corps à l'espérance en luttant contre tout ce qui empêche l'homme de vivre et de grandir.
 
Bruno LEROY.

19:16 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

09/05/2013

S’effacer lentement pour laisser place à la Liberté.

1523593a50a27206145803f31cd59209.jpg

Tout donner par Amour d’autrui et s’effacer lentement pour laisser place à la Liberté.

Et pourtant, combien d’adnégations ne faut-il point pour parvenir à ce champ de conscience. Non pas se renier soi-même, tel un être abject. Mais, s’oublier pour être entièrement disponible aux autres. Nous avons tous et toutes des potentialités qu’il nous faut partager. Il nous faut offrir les plus splendides émeraudes de nous-mêmes. Ne pas vivre un repli destructeur où seul notre ego, notre individualisme trouverait sa raison d’être. D’ailleurs, si tous les hommes et femmes se conduisaient de cette façon, notre Terre bien aimée disparaîtrait, assassinée par note égoïsme. Nos formons une société et à ce titre, nous avons le devoir vital de nous préoccuper des autres. Ces autres qui parfois, nous font peurs car, ils n’ont pas les mêmes repères, valeurs que nous. Ces autres qui deviennent vite des étrangers tant ils nous ressemblent peu. Et pourtant, Dieu-Amour a créé un monde en couleurs avec des diversités qu’il nous faut découvrir.

Si nous étions moins sur la défensive de toujours vouloir protéger notre territoire, nous serions plus ouverts. Oui, ouverts au Vent de l’Esprit qui passe souvent près de nous et dont nous ignorons trop souvent la Présence.

La peur est la conséquence de l’ignorance. L’ouverture d’esprit est l’origine de la confiance. Il nous faut choisir entre une existence médiocre et une vie enrichissante. Enrichie par le flux et le reflux des marées humaines. Il nous faut choisir entre vivre mourant ou mourir en vivant. Je m’explique...Si, la vie est une chambre où vous dormez pour échapper à ce besoin vital de vous faire violence pour aller vers les autres, alors vous êtes un mort-vivant. Si, au contraire le soleil dont vous illuminez chaque être pour semer de la joie, par votre seule présence à leur service, vous mourrez à vous-même et votre égoïsme légendaire également. Vous serez réellement vivants ( tes ) pour accueillir chaque Humain comme un Don de Dieu-Amour. Chaque personne est un ange qui frappe à votre porte, ne refermez pas trop vite la possibilité de vous rendre visite.

Dieu est Présent en chaque être Humain, du plus fragile au plus fort, et ce serait désonhoner Dieu que de le rejeter. Une main tendue, une aide ponctuelle, une écoute des problèmes d’autrui, ont fait des miracles. Nous le savons et pourtant, nous restons sur nos gardes, tels des païens n’ayant aucune confiance en Christ.

Nous ne sommes pas assez habités par Lui pour devenir audacieux. Et pourtant, nous le savons, si nous voulons mettre l’évangile dans nos vies, il nous faudra franchir le pas. Pour cela, la prière deviendra notre Force quotidienne, nous permettant de tout affronter. Il faut, que nous entrions dès ce jour dans cette prière de supplication pour demander à Dieu de nous indiquer le chemin. Je suis le chemin, la Vérité, la Vie. Nous ne pourrons rien faire de valable sans sa présence conseillère et protectrice. Bannissons nos peurs et notre égoïsme et allons vers les autres pour les aider aussi à aimer la Vie. Sans eux, nous ne sommes rien. Sans Christ, nous ne sommes rien. Pourtant, c’est Lui qui nous conduit vers autrui lorsqu’une personne est dans le besoin. N’ignorons pas non plus Ses appels. Nous risquerions de rater définitivement notre vie pour ne pas l’avoir partagée. La Vie appartient à Dieu, il est légitime que nous faisions quelques cadeaux de ce Bonheur qui hante nos coeurs. Amen !

Bruno LEROY.

21:01 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Souvent j'entends cette lancinante question.

293112_10151197600653737_1401056314_n.jpg

J’entends encore souvent cette question ; pourtant, j’avoue avoir un peu de mal à la comprendre car je n’ai pas été élevé dans la « religion de la culpabilité ».

Je sais bien qu’autrefois, on disait aux enfants – et aux adultes aussi, qu’on traitait alors un peu comme des enfants – que Dieu, « le Père Tout-Puissant », voyait tout du haut du grand balcon du ciel et qu’il notait dans un grand livre tous nos péchés pour mieux nous faire expier nos fautes au grand jour du « Jugement dernier »
C’était le temps où les prêcheurs parlaient davantage de l’enfer que de l’amour et où Dieu ressemblait davantage à un « garde chiourme » qu’à un Père plein de tendresse ! J’ai connu un vieux monsieur qui, pendant des années, n’a pas osé lever la tête au moment de l’élévation de l’hostie par le prêtre, lors de la consécration.
On lui avait appris que c’était une faute très grave. Il ne fallait pas regarder la mystérieuse transformation du pain… Un jour, pourtant, cet ami, s’est rebellé : il a levé le front, regardé le pain eucharistique et les foudres ne lui sont pas tombées dessus !

Je crois que cet homme a eu raison d’agir ainsi ce jour-là car, en brisant la fausse image d’un Dieu « gendarme », il a commencé son chemin de libération et sa marche vers un Dieu de l’Amour ! Pour être tout à fait franc : je crois que Dieu se fiche éperdument de noter la liste de nos péchés dans son vieux registre ! Car, pour lui, le mot « péché » ne s’écrit pas au pluriel, mais toujours au singulier. La liste de nos fautes ennuie prodigieusement Dieu ! Le seul « péché » qui le touche et l’attriste, c’est notre lenteur à aimer, notre désinvolture devant la seule grande affaire de notre vie : l’Amour !
Nous faisons si souvent le même constat que St Paul : « Ce que je veux, je ne le fais pas ; et ce que je ne veux pas, je le fais » ! Je ne crois pas que le rôle de la religion catholique soit de nous culpabiliser : un Dieu qui, sans cesse, nous plongerait dans les ornières boueuses de notre culpabilité (culpabilité inhérente à notre condition humaine, comme l’a très bien montré la psychanalyse) serait un Dieu pervers… Dieu ne veut pour nous qu’une chose : notre bonheur !
Et Jésus, pendant sa vie terrestre, a passé son temps à tendre la main aux pécheurs, aux prostituées, aux collecteurs d’impôts… La seule religion qui vaille est celle qui propose le visage d’un Dieu qui relève, qui met debout, qui « sauve » ; pas un Dieu qui condamne, pas un Dieu « très haut » et hautain mais un Dieu « très bas » (selon la belle expression de Christian Bobin) c’est à dire un Dieu toujours proche de l’homme et de ses fragilités ; un Dieu qui nous aime : qui que nous soyons et quoi que nous ayons fait. « Dieu est assez grand pour faire de nos erreurs mêmes, une vocation ! » disait Emmanuel Mounier…

Bruno LEROY.

20:54 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |