7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2013

Pourquoi ne prennent-ils pas de Vacances ?

22.4.jpg

En 2012, ils sont 21 millions de Français à ne pas être partis en vacances. Certes le chiffre est en diminution par rapport aux années 1990, mais il reste important. 35 % des Français n’ont pas effectué de séjour de plus de trois jours et un noyau dur de 26 % n’est pas parti du tout.

 

Toute une série de raisons interviennent pour ne pas partir en vacances, à commencer par... la situation du lieu de résidence. Si vous vous sentez comme en vacances là où vous habitez, pourquoi partir ? Ainsi, une majorité des personnes vivant en pleine campagne reste chez elles contre un tiers des citadins. « Le fait de posséder un jardin réduit notamment la propension à partir longtemps », observent Thomas Le Jeannic et José Ribeira, statisticiens à l’Insee. Eh oui, qui va arroser le potager ? De même, 45 % des résidents des communes du littoral ne partent pas. Les montagnards effectuent, eux, des séjours moins longs que la moyenne, certainement parce qu’ils peuvent pratiquer divers loisirs, hiver comme été, sur place.

 

Mais la première raison reste bien sûr d’ordre financier. 8 millions de personnes, soit 37 % des non-partants, invoquent le manque d’argent comme frein principal au départ. De plus, la durée moyenne des séjours des ménages les moins aisés est très inférieure à celle des ménages les plus riches. En revanche, le nombre de seniors qui restent casaniers se réduit comme peau de chagrin. Alors que 42 % des 60-64 ans ne partaient pas en vacances en 1999, ils ne sont plus qu’un tiers en 2012. En outre, la durée moyenne des vacances s’est considérablement allongée chez les sexagénaires, de 18 à 25 jours entre 1999 et 2012.

 

Ce sont eux qui partent le plus longtemps, devant les 10-14 ans (21 jours en moyenne). Les départs ne s’espacent désormais qu’à partir de 70 ans. Enfin, avoir un animal de compagnie peut représenter un sérieux fil à la patte. A moins que ce ne soit l’impossibilité de partir en vacances « qui facilite la possession d’un animal de compagnie », comme s’interrogent les statisticiens de l’Insee ?

 

Bruno LEROY.

 

19:02 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.