7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2014

La politique ne doit pas être une préoccupation saisonnière.

370_130_1-fond_copie.gif

Je rencontre chaque jour bon nombre de personnes qui m'affirment ne pas savoir pour qui voter. Souvent, avec un air sous-entendu, elles me demandent, et vous ?

Je réponds évasivement que je sais au moins pour quel individu je ne voterai pas.

Certains Français sont "passionnés" par ces élections municipales qui semblent marquer un tournant dans leur vie sociale.

Et pourtant, sommes-nous dans la continuité du déjà fait ou dans la rupture du jamais ?

Je pencherais pour la première hypothèse. Nous ne pouvons que continuer ce qui a été entrepris tout en modifiant certains aspects rugueux et spongieux. C'est ce que nous appelons banalement, les réformes.

Celles-ci ne sont jamais des révolutions socio-économiques. Elles mettent du plâtre sur des jambes de bois.

En observant tous ces gens inquiets, je pense silencieusement que leurs angoisses sont inutiles puisque le paysage politique ne changera guère sauf si ce sont des extrémistes élus qui nous dirigent.

Là, notre vieille démocratie prendrait un arrière goût d'hospice et de fin de vie.

Alors, pour quelle personne allez-vous voter ?

Vous êtes chrétien, vous voterez probablement à Droite, non ?

Voilà, les questions principales que l'on me pose...

Puis d'autres me connaissant mieux me disent : vous êtes un rebelle, vous voterez certainement pour l'extrême gauche.

C'est quand même signifiant cette manie qu'ont certaines braves gens de vous mettre dans une case électorale.

Je réponds par le silence...

En effet, cette provocation de leur part est une attente de réponse face au vide absolu.

Si nous avions un peu plus de militants et d'acteurs de terrain, ces questions ne se poseraient même pas.

Il faut bien admettre que la plupart font de la Politique lorsque les élections approchent.

Sinon, c'est la mesquine existence de confort, d'individualisme, de peurs des autres, de télévision qui rythment leurs jours.

Et puis, quelques cris victimaires pour déchirer les cieux et hurler que les politiciens ne s'occupent pas d'eux.

Je caricature. Oui, c'est vrai. Un peu, comme pour rappeler que la politique ne doit pas être une préoccupation saisonnière.

C'est une question de conscience Universelle et je dirais même cosmique.

Les problèmes écologiques, sociaux, de précarité, de soutien scolaire pour les Jeunes, de violence, de bagnoles brûlées, de géthoïsation des membres de notre société qui ont juste le droit de respirer, les poubelles dans lesquelles nous les faisons vivre, les enfants blessés qu'on ignore et toutes les autres problématiques que nous enterrons par manque d'esprit Citoyen.

Ce n'est pas en mettant une petite feuille dans l'urne que ces abcès de proximité guériront.

Qu'avons-nous faits pour que cela soit endigué, sinon râler contre le manque de responsabilité de nos gouvernants.

Et ce même Gouvernement aurait le droit de nous demander ce que nous faisons au quotidien pour aider les autres.

Pas la charité bisness mais, la justice sociale.

Voilà, une des raisons pour lesquelles la plupart des Français ne savent plus pour qui voter.

Ils ne côtoient pas la quotidienneté. Ils se demandent si nos chers politiciens sont des menteurs.

S'ils fréquentaient les ados en train de crever de désespoir et prêts à se suicider, la question de savoir si c'est génétique ne leur viendrait pas même à l'idée. Seuls, les illettrés ont ce genre de questionnement. S'ils vivaient auprès des arabes, des noirs, des juifs, des chinois et de toutes les couleurs de l'univers ; ils ne voudraient pas que l'on change les différentes teintes de la terre.

Ils ne vivraient pas cette intolérance qui supplie au sécuritaire bien illusoire.

Un Pays qui construit son programme politique sur la peur ne mérite pas le nom de Démocratie.

Si les individus militaient au sein d'Associations, de syndicats, de ligues humanitaires ; ils auraient les pieds dans l'humus vivifiant.

Et s'ils étaient réellement, authentiquement chrétien, c'est-à-dire ayant une approche fraternelle de leurs prochains ; ils sauraient où se dirigent leurs votes.

J'ai beaucoup d'amis libertaires et vous allez me dire que rien n'est plus facile pour eux car, ils refusent de voter.

Rien n'est plus faux. Certes, l'action du vote ne semble pas les concerner. Mais, quel travail ils font auprès des plus démunis et quel esprit libre et fraternel ils ont au coeur de notre société. Le principe même des libertaires est de refuser toutes injustices là où ils se trouvent.

Si les chrétiens, et je sais que pour certains cela est le cas, combattaient toutes formes d'injustices qui humilient l'Humain.

Et ce dans le quotidien de leur vie, comme un Témoignage d'une théologie de l'incarnation au service d'autrui et de la Justice.

Ils sauraient pour quel homme ou femme politique irait leur sensibilité première.

Simplement, le peuple Français s'occupe de politique quand la politique s'occupe de lui.

Il est pris à son propre piège de néant du souci du bien public.

Il faut que les citoyens dignes de ce nom redeviennent les premiers de cordée en vue d'un monde meilleur.

Ils sauraient alors pour qui voter non par peur ou réaction mais par convictions.

Je suis désolé de ne pouvoir en dire davantage mais, je ne vous dirai pas pour quelle personne je voterai.

L'important est de réfléchir sur un projet de société qui n'exclut aucun Humain de notre société.

Bruno LEROY.

 

20:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.