7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2017

Donner du sens au Temps.

 

02.jpg

Notre société n'a pas la régulation du temps. Logiquement, au-delà d'un certain niveau de développement économique, on devrait pouvoir choisir entre plus de biens, plus de temps. Le problème est que la demande sociale est hétérogène. Plus d'une personne sur deux préfère une augmentation de revenu plutôt qu'une augmentation du temps. Inversement, 20 à 30% des salariés seraient prêts à réduire leur temps de travail et leurs revenus. Ces statistiques sont valables pour les pays dits industrialisés. Ce serait un moyen de partager l'emploi et de diffuser les responsabilités.

 

En général les personnes qui expriment cette demande ont des projets personnels qu'ils veulent développer. Le temps, c'est la ressource du sens, la ressource du lien social, la ressource de l'emploi. Chaque fois qu'il y a une conduite d'intériorité, elle se traduit dans un rapport au temps différent, " il se passe alors des choses ".

 

Notre société aurait besoin de recréer du droit au temps choisi. Le temps choisi est la ressource du lien social et directement de l'emploi : c'est une ressource de créativité, de réinsertion, d'initiative. La question du temps va au-delà de la seule question du partage du travail. C'est une régulation de fond sur notre société postindustrielle : elle offre aux personnes des formes de participation sociale, reconnues, autres que le travail.

 

Pour prendre du temps, il faut une forte intériorité, une forte motivation, parce qu'on est un peu dans le vide social. Ne faudrait-il pas construire davantage de formes de participation à la vie sociale, liées au temps libéré ( vie associative, vie familiale, vie communale ). Pourquoi ne pas susciter des conventions entre entreprises et collectivités locales ou mouvements associatifs, pour construire des structures de participation à la vie sociale ? Là est toute la question du bénévolat. Ne faut-il pas construire des positions de bénévolat un peu plus structurelles ? Le bénévolat occasionnel doit rester souple.

 

Il faut éviter l'utilitarisme, sans tomber dans le don sacrificiel. Le christianisme en a beaucoup abusé, il faut trouver ce qui est entre les deux. Dans une pensée utilitariste, le raisonnement "marginal", fait qu'on ne sait plus dire qu'on est ensemble. Dans une famille on donne, on espère recevoir, sans savoir quand on recevra, bref on ne conditionne pas son don. Pour qu'il y ait vie sociale, il faut à la fois compter et ne pas compter. Si l'on ne compte pas, on a des phénomènes de domination et l'on peut aboutir à une révolte. Si l'on ne fait que compter, cela devient intolérable. La nouvelle écologie du temps consisterait à en finir avec ce découpage en séquences étanches : travail, transport, famille, obligations sociales.

 

Tous ces temps contraints broient nos vies comme des meules. L'individu a supporté trop longtemps seul les incohérences de ce système. Il faut que les entreprises, les services publics, les organismes de transport, le réseau commercial, le système scolaire, bref, tous ces grands producteurs de temps contraint portent une part de fardeau que la personne paie aujourd'hui en fatigue et en stress. Il ne s'agit pas d'inciter à en faire moins, mais de parier sur son esprit de responsabilité. Et donc d'introduire partout de la flexibilité afin de donner du sens au temps et par voie de conséquence à la vie sociale, relationnelle. Il serait temps de retrouver la gestion du temps pour mieux gérer son existence en lui donnant une qualité propre selon, nos désirs profonds. Notre temps sur terre n'est qu'une étoile de passage. Il est dommage d'éteindre sa lumière par des contraintes que nous pourrions négocier pour vivre mieux. Donner du sens au temps, sera la dimension écologique et mentale la plus importante des siècles à venir.

 

 

Bruno LEROY.

18:37 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Maman tu vis toujours en moi.

MAMAN6022506077614_o.jpg

Je veux revoir ce temps fœtal où je nageais en toi,

Je veux réentendre la musique que tu écoutais,

Parfois romantique souvent symphonique,

Je veux réentendre ton rire de femme heureuse,

Qui attendait ma venue sur cette planète bleue,

Comme celle d’un prince noyé dans ton ventre,

Pas celui de la terre mais celui de tes propres mystères.

 

Puis vint cette lumière intense au point de se perdre,

Entre mes cris, mes sourires et mes yeux encore fermés,

Je ne me souviens pas de ces moments là,

Mais, je sens toujours ta tendresse m’éteindre.

Tu m’as ensuite tenu la main sur les routes de la vie,

Je t’appelais maman sans savoir ce que cela signifie.

Mais à chaque fois que je prononçais ce mot tu venais

Ravie, épanouie…

 

Et le temps a mis de la blancheur dans mes cheveux,

Toi tu es partie à cause d’un crabe aux pinces redoutables.

Et j’ai construit mon existence avec Papa,

Qui souvent me surveillait dans mes faux pas,

Je te sens parfois présente en moi au vent d’une pensée,

Tu m’as élevé aussi dans ton coin de paradis,

Et tu me surveillais dans mes faux pas.

 

Tu m’as connu aimant l’indicible, l’invisible présence,

D’un Père que je nommais Dieu ou que je priais ardemment,

Tu sais Son amour est logé dans le firmament des morts,

Un jour je viendrai te rejoindre tout comme Papa,

Mais cette voie lactée ne connaît que le chant de la vie,

Il n’est pas de morts dans ton paradis !

 

En attendant, je continue encore à mettre debout mes semblables.

Ces Jeunes et moins Jeunes que nos sociétés ont défaits,

Et qui s’imaginent n’être point aimés ni par mère ou père,

Oui, je continue à transmettre l’éducation d’amour légué,

Dans la rue, les hôpitaux, les bars, les églises, la campagne.

Toute cette beauté de vivre au présent en savourant l’instant,

Tout ce que j’ai appris de vous je le mets en pratique,

Et demain, je te rejoindrai sans craintes et sans regrets.

 

 

Bruno LEROY.

18:31 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |