7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2018

Une Collègue partie vers Dieu ou la sainteté au quotidien.

toussaint-entoures.jpg

Si nous devons absolument retenir ce qui caractérisait Martine, je dirai sans hésitation son amour des autres.

A L'Association, où elle est restée plusieurs années, elle s'intéressait au moindre comportement de nos vieux amis comme elle aimait répéter.

Ceux qui lui trouvaient un sens aigu de liberté n'avaient guère compris qu'elle ne pouvait se satisfaire d'une journée du devoir accompli.

Non, ce qu'elle a inventé chez les petits Frères, c'est le droit d'ingérence chez nos amis souffrants. Elle estimait qu'elle avait une obligation morale et spirituelle d’apaiser les douleurs psychologiques ou physiques des pauvres femmes qui venaient vers elle. D'ailleurs, chaque année, elle participait au pèlerinage que les petits Frères mettaient en place dans un total respect de laïcité.

Elle confectionnait chez elle des vêtements et animait un Atelier à cet effet. Elle comprenait avec son cœur ce que les Pauvres attendaient. Ces femmes étaient tellement dans le manque de confiance et surtout le manque matériel qu'elles refusaient l'accès à la Beauté.

Les personnes pauvres pensent souvent que la beauté des vêtements est inabordable pour leur mince porte-monnaie. Martine venait chaque Jeudi à ce que nous appelions les Conviviales. Chacun pouvait se confier et partager ensemble un goûter. Elle écoutait les gens avec les oreilles du cœur. Elle comprit alors que l'apparence de ces dames était essentielle. Il était certains endroits dont elles ne pouvaient avoir accès à cause de leurs habits en piteux état.

Martine réfléchit sur la problématique et revint le jeudi suivant proposer un atelier enrichissant. Avec des tissus de moindre coût elle fabriquait avec ses vieux amis des parures d'une éblouissante beauté. Et des gants, des bonnets, des foulards etc... L'Association devint un reflet de cette splendeur qu'ont les reines lorsqu'elles fêtent un grand événement.

Martine fit aussi en sorte que les objets du quotidien deviennent également resplendissants. Les serviettes de table, les nappes prenaient soudainement des aspects festifs. Puis, tout en continuant ses activités, elle voulut faire du Théâtre avec un Bénévole. Elle commença par des sketch qu'elle inventait avec nos amis.

Cependant, les rires étaient tellement puissants, éclatants que la pièce de Théâtre envisagée prenait plus de temps que prévu. Puis, Martine s'inquiétait pour sa santé qui montrait déjà des signes inquiétants. Martine ne se laissait pas sombrer dans la morosité. Elle était un véritable soleil dans la vie de ces pauvres qui voyaient en elle son sourire lumineux. Chaque Jeudi elle illuminait l'association de sa présence par sa joie de vivre. Elle aimait tant rencontrer ceux qu'elle aimait sincèrement.

Ce que nous devons retenir de Martine absolument c'est son invincible Foi en l'Humain, et en l'Absolu ce qui lui donnait une Force intérieure invincible. Par son Espérance et sa confiance en la vie, elle sut affronter toutes les adversités.

Nous devrions prendre exemple sur sa façon de percevoir l'existence avec ses bonheurs et ses désagréments.

Pour elle la mort n'était pas la fin de la vie mais, le commencement d'une vie sans fin.

Bruno LEROY.

21:20 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.