7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2012

Le Mystère de l’Homme est en fait simple à saisir.

dyn003_original_500_335_pjpeg__9919ecbf08d3c968823f2cb3bf036ae1.jpg

Dans la vie, le secret d’un certain bonheur, est d’élever son âme au dessus du mercantilisme ambiant et de la pensée préfabriquée.

Le Mystère de l’Homme est en fait simple à saisir. Il lui faut marcher sur les nuages intérieurs de son cœur. Puis s’harmoniser avec les éléments qui ne sont que prolongement de sa conscience, sa façon de penser et d’exister.

 

Toujours aller de l’avant pour danser vers une contemplation infinie dans le doux murmure du vent de la vie. Chercher, creuser ce qui  ne réduit jamais l’individu à son individualité.

Se laisser tomber tels des flocons de neige immaculés sur les trottoirs du désespoir.

Dans cette fragilité humaine sentir que nous respirons quand même.

Qu’importe la fragilité si celle-ci se métamorphose en une humilité saine et juste.

Nous sommes des humains qui aimons la vie avec passion. Pas forcément son visage défiguré, mais ses flux et reflux paisibles dans nos hivers.

Pourquoi aimons-nous tant les paysages lorsqu’ils nous parlent d’Absolu ?

Simplement parce que nous sommes arrivés au point central du silence où règne la Beauté.

Voilà, le mot est lancé comme une flèche dans la ferveur de l’aimée.

La beauté, nous la voyons chaque jour à notre porte, et nous demeurons dans une cécité presque inconsciente.

 

Pourtant, elle s’impose à nous comme une évidence qui danse à nos genoux.

Je sais que souvent, tu la captures dans tes photographies qui deviennent prolongement de toi-même. Tu as le sens de la présence du sacré en Toi. Ne le perds pas ! Tu deviendrais alors une rose sans parfum. Un cerveau sans raison. Une pluie sans chanson. Un oiseau sans plumage. Une être humain sans idéal, sans cette capacité intrinsèque de s ‘émerveiller , s’enthousiasmer  pour, ce que d’aucuns considèrent comme des frivolités.

 

Et puis, la musique des jours entame ses cantates sacrées de Bach, son Via Crucis de Liszt, son requiem de Mozart et la résurrection de Mahler.

 Et bien d’autres intériorités ou symphonies. Oui, tant d’autres pour nous aider à cheminer dans la joie d’une sérénité retrouvée, comme les Béatitudes de César Franck.

 

Pour te dire que beaucoup de personnes ont cherchées, cherchent encore de quoi faire rayonner les extases de kyrielles de splendeurs un peu comme François d’Assise chantait des psaumes avec les oiseaux à la manière de Messiaen ou de Liszt.

 

La beauté des mélodies est écrite dans notre tête pour en faire des harmonies et vivre harmonieusement avec autrui et même l’écume du cosmos.

 

Tu fais partie de mon Univers et sans toi, je perdrai ma lumière, le feu qui m’éclaire.

Je t’Aime plus que de passion, de fusion et d’effusion. Je t’Aime comme une transcendance qui m’éblouit souvent. Je ne t’Aime pas vraiment comme une immanence omniprésente et castratrice.

Tu es ma Liberté d’aimer, de vivre, de respirer, de chanter, de danser, de rire et de pleurer aussi.

Jamais ô non jamais ; je ne changerai l’horizon bleu-océan qui scintille en moi telle une larme d’or de liberté absolue.

Je t’Aime et même plus…Il fallait que je te le dise encore une fois et je le redirai chaque matin que tu m’inventes dans Ta liberté de me faire avancer vers l’Infini qui ne finira jamais.

Je t’Aime et c’est peu dire. Tu es dans ma chair comme une écharde bienfaisante et dont je sens l’intime présence aimante.

Bruno LEROY.

21:23 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., GOSPEL, LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

19/09/2011

J'AI FAIT UN RÊVE.

mlking02.jpg

Discours prononcé par Martin Luther King, Jr, sur les marches du Lincoln Memorial, Washington D.C., le 28 août 1963.

Extrait du discours

Il y a cent ans, un grand américain, qui jette sur nous aujourd’hui son ombre symbolique, a signé la Proclamation d’Emancipation. Cet arrêté d’une importance capitale venait porter lumière, comme une phare d’espoir, aux millions d’esclaves Noirs marqués par les flammes d’une injustice foudroyante, et annonçait l’aube joyeuse qui allait mettre fin à la longue nuit de la captivité.

Mais un siècle plus tard, nous devons faire le constat tragique que les Noirs ne sont pas encore libres. Un siècle plus tard, la vie des Noirs reste entravée par la ségrégation et enchaînée par la discrimination. Un siècle plus tard, les Noirs représentent un îlot de pauvreté au milieu d’un vaste océan de prospérité matérielle . Un siècle plus tard, les Noirs languissent toujours dans les marges de la société américaine, des exilés dans leur propre terre. Alors nous venons ici aujourd’hui pour dramatiser notre condition effroyable.

Nous venons à la capitale de notre nation pour demander, en quelque sorte, le paiement d’un chèque. Quand les architectes de notre république écrivirent les textes magnifiques de la Constitution et de la Déclaration d’Indépendance, ils signèrent un billet à l’ordre de chaque américain. C’était la promesse que chacun serait assuré de son droit inaliénable a la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur.

Il est aujourd’hui évident que l’Amérique a manqué a cet engagement quant à ses citoyens de couleur. Au lieu de faire honneur à cette obligation sacrée, l’Amérique a passé au peuple Noir un chèque qui revient marqué « sans provisions ». Mais nous ne saurons croire que la banque de la Justice a fait faillite. Nous ne saurons croire qu’il n’y a plus suffisamment de provisions dans les grands coffres d’opportunité nationaux. Alors nous venons exiger paiement contre ce chèque, paiement sur demande des richesses de la liberté et de la sécurité que procure la justice. Nous venons également à cet endroit sacré pour rappeler à l’Amérique l’urgence absolue du moment. Ce n’est pas le moment de prendre le luxe de laisser calmer les esprits, ni de nous laisser endormir par une approche gradualiste. Il est temps de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour prendre le chemin ensoleillé de la justice raciale. Il est temps d’ouvrir les portes de l’opportunité à tous les enfants de Dieu. Il est temps de tirer notre nation des sables mouvants de l’injustice raciale jusqu’au rocher solide de la fraternité.

Que la nation ne tienne pas compte de l’urgence du moment, qu’elle sous-estime la détermination des Noirs, lui serait fatal. Cet été étouffant du mécontentement légitime des Noirs ne prendra fin qu’à l’arrivée d’une automne vivifiante qui amènera liberté et égalité. L’année 1963 n’est pas une fin, mais un début. Ceux qui veulent croire que les Noirs seront satisfaits seulement de s’exprimer avec force auront un fâcheux réveil si la nation revient aux affaires habituelles comme si de rien n’était. L’Amérique ne connaîtra ni repos ni tranquillité tant que les Noirs ne jouissent pas pleinement de leurs droit civiques. Les orages de la révolte continueront à secouer les fondations de notre pays jusqu’au jour où la lumière de la justice arrivera.

Mais il y a quelquechose que je dois dire à mon peuple, qui est sur le point de franchir le seuil de la justice. En luttant pour prendre notre juste place, nous ne devrons pas nous rendre coupables d’actes injustes. Ne buvons pas de la coupe de l’amertume et de la haine pour assouvir notre soif.

Nous devons toujours conduire notre lutte dans un haut souci de dignité et de la discipline. Nous ne pouvons pas laisser notre protestation créative dégénérer en violence physique. Encore et encore, nous devons atteindre ce niveau exalté où nous opposons à la force physique, la force de l’âme. Le militantisme merveilleux qui a pris la communauté noire ne doit pas nous amener à nous méfier de tous les Blancs, puisque beaucoup de nos frères Blancs, on le voit par leur présence ici aujourd’hui, se sont rendus compte que leur destin est lié au nôtre, et que leur liberté dépend étroitement de la nôtre. Nous ne pouvons pas marcher seuls.

Et quand nous marchons, nous devons jurer d’aller toujours de l’avant. Nous ne pouvons pas faire demi-tour. Il y en a qui demandent aux fervents des droits civiques, « Quand serez-vous satisfaits ? » Nous ne saurons être satisfaits tant que nous ne pouvons pas laisser nos corps fatigués se reposer dans les motels des routes ni les hôtels des villes. Nous ne saurons être satisfaits tant que les Noirs ne peuvent bouger que d’un petit ghetto à un ghetto plus grand. Nous ne saurons être satisfaits tant qu’un Noir du Mississippi n’a pas le droit de voter et qu’un Noir à New York ne voit rien pour lequel il peut voter . Non, non, nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons satisfaits que le jour où la justice se déchaînera comme les eaux, et que la rectitude sera comme un fleuve puissant.

Je ne suis pas sans savoir que certains d’entre vous arrivent ici après maintes épreuves et tribulations. Certains d’entre vous viennent directement des cellules étroites de prison. Certains d’entre vous viennent des régions où votre quête pour la liberté vous a laissés meurtris par les orages de la persécution et renversés par le vent de la brutalité policière. Vous êtes les vétérans de la souffrance créative. Persévérez dans l’assurance que la souffrance non-méritée vous portera rédemption.

Retournez au Mississippi, retournez en Alabama, retournez en Géorgie, retournez en Louisiane, retournez dans les ghettos et quartiers pauvres de nos villes du Nord, en sachant que cette situation, d’une manière ou d’une autre, peut être et sera changée. Ne nous complaisons pas dans la vallée de la désespoir.

Je vous dis aujourd’hui, mes amis, que malgré les difficultés et les frustrations du moment, j’ai quand même fais un rêve. C’est un rêve profondément enracinée dans le rêve américain.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, cette nation se lèvera et vivra la vrai signification de sa croyance : « Nous tenons ces vérités comme allant de soi, que les hommes naissent égaux. »

J’ai fait un rêve, qu’un jour, sur les collines de terre rouge de la Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

J’ai fait un rêve, qu’un jour même l’état de Mississippi, un désert étouffant d’injustice et d’oppression, sera transformé en un oasis de liberté et de justice.

J’ai fait un rêve, que mes quatre enfants habiteront un jour une nation où ils seront jugés non pas par la couleur de leur peau, mais par le contenu de leur caractère. J’ai fait un rêve aujourd’hui.

J’ai fait un rêve, qu’un jour l’état de l’Alabama, dont le gouverneur actuel parle d’interposition et de nullification, sera transformé en un endroit où des petits enfants noirs pourront prendre la main des petits enfants blancs et marcher ensemble comme frères et soeurs.

J’ai fait un rêve aujourd’hui.

J’ai fait un rêve, qu’un jour, chaque vallée sera levée, chaque colline et montagne sera nivelée, les endroits rugueux seront lissés et les endroits tortueux seront faits droits, et la gloire du Seigneur sera révélée, et tous les hommes la verront ensemble.

Ceci est notre espoir. C’est avec cet espoir que je rentre au Sud. Avec cette foi, nous pourrons transformer les discordances de notre nation en une belle symphonie de fraternité. Avec cette foi, nous pourrons travailler ensemble, prier ensemble, lutter ensemble, être emprisonnés ensemble, nous révoltons pour la liberté ensemble, en sachant qu’un jour nous serons libres.

Quand ce jour arrivera, tous les enfants de Dieu pourront chanter avec un sens nouveau cette chanson patriotique, « Mon pays, c’est de toi, douce patrie de la liberté, c’est de toi que je chante. Terre où reposent mes aïeux, fierté des pèlerins, de chaque montagne, que la liberté retentisse. »

Et si l’Amérique veut être une grande nation, ceci doit se faire. Alors, que la liberté retentisse des grandes collines du New Hampshire. Que la liberté retentisse des montagnes puissantes de l’état de New York. Que la liberté retentisse des hautes Alleghenies de la Pennsylvanie !

Que la liberté retentisse des Rocheuses enneigées du Colorado !

Que la liberté retentisse des beaux sommets de la Californie !

Mais pas que ça, que la liberté retentisse des Stone Mountains de la Georgie !

Que la liberté retentisse des Lookout Mountains du Tennessee !

Que la liberté retentisse de chaque colline et de chaque taupinière du Mississippi !

Que la liberté retentisse !

Quand nous laisserons retentir la liberté, quand nous la laisserons retentir de chaque village et de chaque lieu-dit, de chaque état et de chaque ville, nous ferons approcher ce jour quand tous les enfants de Dieu, Noirs et Blancs, Juifs et Gentils, Catholiques et Protestants, pourront se prendre par la main et chanter les paroles du vieux spiritual noir, « Enfin libres ! Enfin libres ! Dieu Tout-Puissant, merci, nous sommes enfin libres ! »

16/09/2011

Al Green L.O.V.E. / In The Holy Name Of Jesus.

20:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., ARTISTES., GOSPEL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

RÉVÉREND ALL GREEN.

19:59 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., ARTISTES., GOSPEL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

03/09/2011

Là où les mots perdent leur réalité.

Pour te donner le Bonheur j'inventerai des horizons,

Des superlatifs pour enrober de fleurs tes passions,

Des mots réalistes pour rendre au présent tes projets,

Et donner vivants aux ciels tes rêves emmurés,

Je donnerai mon âme aux sourires de ton coeur,

Et le feu de mes flammes pour détruire tes malheurs,

J'entrerai en prières et invoquerai les anges,

Pour qu'ils gardent à jamais ta joie d'exister,

Que tes éclats de rire enchantent et dérangent,

Les Hommes dont le regard fait souvent pleurer,

Je passerai toutes les mers oubliées,

Dans les cimetières de nos pensées,

Et j'inventerai des couchers de soleils,

Où les scintillements deviendront réels,

A force de vouloir t'inventer des histoires,

Je te ferai princesse ou fée selon les bribes,

Qu'il reste en mon domaine de mémoire,

Je te donnerai ce souffle de l'être libre,

Qui vient du profond de moi-même,

Comme une semence qui germe,

Dans cette vérité de notre Amitié,

Rien ne saurait nous séparer pas même,

Les routes et les ruissellements des années,

Non rien ne saurait interdire de s'aimer,

Dans cette pureté cristalline de l'Amour,

Celle qui commet les plus intenses audaces,

Que le temps de sa main jamais ne menace,

Le présent de l'amitié, l'amour, la respiration,

Est l'instant vécu dans l'éternité,

Là où les mots perdent leur réalité,

Pour devenir des hymnes de tendresse,

Que l'espace seul imagine en caresses,

Pour donner du Bonheur à profusion,

Dans les corps consistants de la raison,

J'inventerai un paysage paradisiaque,

Pour te redire à quel point je ne puis mentir,

Les sentiments sont des ombres maniaques,

Qui veulent servir la Vérité sans la trahir,

Cette certitude d'aimer et d'oser le dire,

C'est toujours la Joie réciproque qui entre,

Et ne ferme jamais la porte pour laisser le Vent,

S'imprégner de cette ultime mystique du chantre,

L'Amour est une allégresse qui progressivement,

Enchante le monde en lui offrant tel un Hommage,

La certitude que la vie vaut la peine d'être vécue,

Mais pas sans Toi ma douce et splendide inconnue,

Dont je connais pourtant les plus divins secrets,

Ceux qui font que tu demeures toujours dans la dignité,

Cette force de voir le jour et de regarder ses aspérités,

Ne jamais baisser les bras face aux multiples adversités,

Toi seule est capable de t'inventer un Bonheur,

J'avais imaginé moult desseins pour ton coeur,

Et je sais que ta puissance d'Aimer tout être rencontré,

Donnera à ta Vie tant de Joies que j'avais espérées,

Et qui sont déjà en toi de toute éternité...

je savais que l'Amour te donnerait des ailes,

Tu t'envoles désormais vers les merveilles,

Le tréfonds des bruissements de tes convictions,

Donnent à ton amour oblatif toutes raisons,

Elles font partie de toi comme un battement,

Permanent et harmonieux cependant,

Elles étaient cachées pour ce monde matériel,

Elles se révèlent en ta dimension spirituelle,

Mystiques de l'Amour nous resterons toujours,

Pour Témoigner qu'il existe une Présence d'Amour,

Le Bonheur ne se trouve qu'en Soi au creux des vagues,

Nacrées par les rosées où les pensées semblent divaguer,

L'équilibre d'être en possession de soi-même,

Se trouve dans l'amitié, l'amour , la Vérité,

De s'aimer et se savoir aimé sans intérêt,

Par gratuité savoir que nous sommes précieux,

Nous rend étrangement et invinciblement Heureux.

 

Bruno LEROY.

21:56 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., CONVERSIONS, GOSPEL, LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO., LITTÉRATURE., POÉSIE, POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/08/2011

AARON NEVILLE CHANTE AVE MARIA.

Aaron Neville nous interpréte avec sa voix cristalline et angélique

 " AVE MARIA " en Latin.

Ce chrétien aux muscles d'acier exprime toute la douceur de son âme.

Bruno LEROY.

 

17:07 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ARTISTES., GOSPEL, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

09/07/2011

DAVID S. WARE NOUS PARLE DE SON ART.

16:26 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., GOSPEL, LE REGARD DE BRUNO., SPIRITUALITÉ, SUPER COOL !, Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

02/07/2011

Un regard d'Espérance.

 

L'Espérance est la puissance dont respire un esprit libre

Le désespoir est le poison que nos veines transportent

Et notre vision s'en trouve troublée jusqu'à l'aveuglement

Nous devons admirer la beauté cachée des êtres et des choses

Il faut que notre regard donne Vie aux instants présents

Contempler la splendeur d'un paysage ou le vol d'un oiseau

Vivre intensément dans la pureté des événements

Savourer les repas préparés avec Amour

Admirer et se divertir en regardant un film enrichissant

Respirer le parfum de la nature qui parle à notre cœur

Avoir toujours ce regard d'Espérance qui permet d'avancer

Et de continuer sans fatigue et sans lâcheté

Le chemin commencé depuis des années

Et qui trace notre existence sans jamais désespérer

Puisque le soleil et la lumière sont au rendez-vous

Chaque matin que Dieu fait comme une invitation au Bonheur

Notre Bonheur qui demeurera en nous à jamais

Puisque je t'Aime dans cette immensité

Dont tu es l'Unique.

 

 

Bruno LEROY

 

 

11:42 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans GOSPEL, LE REGARD DE BRUNO., LITTÉRATURE., POÉSIE, POÉSIE DE L'INSTANT., POÉSIE SPIRITUELLE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

15/05/2011

Les combats chantés du Gospel.

Découvrez la playlist Gospels spirituals avec Liz Mc Comb

16:08 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ARTISTES., GOSPEL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

21/04/2011

Kool matope fait chanter la Vie.


Kool matope - jésus est seigneur par crysto

20:39 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ARTISTES., GOSPEL | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |