7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2016

Martin Steffens, philosophe de l'amour.

Il n’a pas encore 40 ans mais déjà un beau parcours. Martin Steffens est l'auteur de plusieurs essais. Il tisse dans son œuvre son amour de la sagesse et d'un christianisme qu’il a embrassé après une adolescence en forme de quête. Professeur de philosophie en classe préparatoire à Metz au lycée public Georges-De-la-Tour, marié et père de famille, il regarde notre époque en crise avec lucidité et cultive l’espérance et l’amour.

On lui doit un "Petit traité de la joie" (éd. Salvator), "La vie en bleu" (éd. Marabout) ou encore "Rien que l’amour. Repères pour le martyre qui vient" (éd. Salvator). Dans ce livre qui a reçu le Prix 2016 de la littérature chrétienne, il évoque la place du chrétien envoyé dans le monde pour être celui qui aime. "Aimer quand on est chrétien c'est découvrir de l'amour une dimension très peu explorée, c'est comprendre que l'amour commence quand l'amour s'achève." Pour Martin Steffens, le christianisme invite à aimer même quand l'objet de cet amour cesse d'être aimable, agréable. "Il y a une différence infinie entre aimer et trouver aimable", précise le philosophe. Il est souvent difficile d'adhérer à ce monde de violences et parfois de médiocrité. Précisément, le chrétien y est envoyé pour être aimant.

 

"Quand le chrétien est saisi de cette vérité qu'est l'amour du Christ, il est comme retiré du monde": il n'est plus plus dans la logique du donnant-donnant. Retiré, mais pour être envoyé exactement à la même place. Le chrétien est celui dont la vocation est ici et maintenant, dans sa famille, avec l'époux(se) que l'on a, avec les enfants que l'on a, avec le métier que l'on a. L'amour chrétien c'est aussi d'aimer ses ennemis. Or, l'ennemi est bien souvent en soi, ce que l'on rejette chez l'autre dit quelque chose de soi. "Si on comprend qu'il y a un monde entre trouver aimable et aimer, que l'amour est cette ouverture du coeur et du regard qui fait que l'on va créer du lien là où il n'y en avait pas, comme le pardon, la miséricorde, on se dit qu'il n'y a d'amour complet et achevé que de l'ennemi".

 

Tout cela se passe en soi car l'ennemi renvoie toujours à un part sombre de soi. S'aimer soi-même ou aimer son ennemi c'est un peu la même chose. On est souvent son pire ennemi quand on voit la dureté avec laquelle on se juge. Martyr de l'amour, au quotidien. "La mission du chrétien est ici et maintenat, la croix que l'on doit porter n'est jamais celle qu'on s'était donnée soit même dans un martyr fantasmatique."

 

Pour Martin Steffens, l'amour chrétien est dans les gestes discrets du quotidien, celui d'un mari qui demande pardon à sa femme pour sa mauvaise humeur chaque matin. ll y a là une "révolution" plus grande que toutes. Etre artisan du quotidien c'est créer de la paix "avec la matière très friable, très fragile du quotidien".

17:49 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO., LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Notre vie auprès des plus pauvres témoignera de leurs cris.

 

Pauvre hère.jpg

La vie des pauvres est une ascèse continue. Aucun modèle de vie ascétique forgé par les religieux n'atteint le niveau de dépouillement et de privations des pauvres. Ceux-ci appartiennent au royaume de Dieu à cause de leur condition même et n'ont pas besoin de cette voie. De même que le pauvre Lazare de la parabole, leur place dans le futur royaume de Dieu est déjà préparée.
 
 
Cependant, les pauvres sont sensibles aux prestiges de la richesse. Lorsqu'ils ont l'occasion de s'approcher d'une culture supérieure, ils sont facilement envoûtés. On observe, par exemple, la fascination qu'exercent sur les pauvres les feuilletons de la télévision. Nombreux sont les endroits où la communauté des pauvres est morte le jour même où la télévision y est entrée.
 
Sacrifier un feuilleton pour participer à une réunion spirituelle, politique ou sociale exige désormais un véritable héroïsme.
On parle d'ascèse lorsqu'il s'agit de gens éduqués pour un niveau de vie supérieur à la pauvreté. Pour ces gens, l'engagement dans la libération des pauvres exige une ascèse. Il n'est cependant pas nécessaire d'inventer des méthodes de détachement, de mortification des passions ou de lutte contre l'égoïsme. La vie commune avec les pauvres réalise tout cela de façon implacable.
La caractéristique de cette ascèse est qu'il ne s'agit pas d'une méthode appliquée par le sujet lui-même mais imposée par le contexte.
Partager la vie des pauvres est une mortification corporelle : problèmes de nourriture, d'eau, de bruit, de manque d'espace, d'excès de chaleur ou de froid, de manque de confort en tous genres. Cela demande une patience et une constance qu'on peut très bien comparer aux exercices des anciens moines du désert.
 
Le deuxième niveau d'ascèse est mental ou intellectuel lorsqu'on vit avec un peuple d'une autre mentalité, d'autres valeurs, d'autres critères de vie personnelle ou sociale. Les pauvres se construisent une culture propre adaptée à leur condition. Celui qui veut s'engager aux côtés des pauvres devra accepter leur culture et en faire l'instrument de son travail d'évangélisation.
Cette ascèse mentale est plus dure et plus exigeante que la première.
 
Enfin, celui qui s'engage avec les pauvres subit la persécution des " puissants " et des autorités économiques, sociales et politiques.
Celui qui se place du côté des pauvres est victime du mépris permanent de tout ce qui est " important " dans la société, du discrédit et de la méfiance. Il est plus ou moins " excommunié " dont il est issu et qui l'a éduqué. Voilà la forme d'ascèse la plus exigeante et rares sont ceux qui supportent cette condition de " rejetés ".
 
Ce qui explique aujourd'hui, le refus de certains éducateurs de rue ou de simples chrétiens de vivre leur vocation auprès des plus meurtris de la vie.
Et pourtant, c'est ainsi que s'ébauche un nouveau cheminement, une nouvelle imitation de la croix de Jésus-Christ.
Personne ne peut s'imposer ce chemin ; il vient de lui-même, amené par l'Esprit-Saint.
 
Encore faut-il que la prière vraie ne soit pas contrainte mais surgit de la réalité de la vie pour demeurer fidèle à l'Esprit qui nous murmure dans son Souffle de liberté que l'existence chrétienne est au service des plus petits.
N'éteignons point l'Esprit-Saint qui nous demande humblement de revêtir le manteau d'Amour de Jésus-Christ.
Pour servir ceux que notre société exclue sur l'autoroute du libéralisme sauvage.
 
Seule, notre vie  auprès des plus pauvres témoignera de leurs cris de révolte face à ce monde qui a oublié le message premier du Christ.
 
Bruno LEROY

13:44 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Ces enfants maltraités par notre silence.

Ados-orphelins-e1371818516571.jpg

Un dicton populaire dit que le silence est d'or. Et les citoyens bien pensants ont pris ce dicton de façon fondamentaliste. Quels sont les hommes ou femmes qui se lèvent de nos jours pour crier, dévoiler, hurler les injustices de nos sociétés engluées dans le confort.

 

Lorsqu'il s'agit des enfants, la maltraitance passe aux oubliettes des consciences régies par la peur. Nous avons peur de tout et notamment des conséquences d'une parole engagée. Nous vivons dans une société totalement dégagée de ses obligations éducatives.L'éducation globale, c'est -à-dire, se préoccuper de l'éducation des autres enfants comme étant partie intégrante d'une pédagogie générale et citoyenne, a totalement disparue. Notre individualisme basé sur nos peurs intrinsèques, nous fait ignorer l'existence de l'autre.

 

Nous passons notre temps à nous plaindre de manques de repères dont est victime notre Humanité. Nous vivons une philosophie de la victimisation. Nous justifions toutes formes d'injustices comme étant les résultantes de phénomènes extérieurs. Et pourtant, l'heure n'est plus de se plaindre mais d'agir. Notre silence fait trop de blessés et nous sommes tous et toutes responsables des souffrances d'autrui. Il serait temps de nous foutre ça dans le crâne, plutôt que nous lamenter sur notre propre sort. Puisse-t-il en être autrement dans les années qui viendront...Je l'espère !

 

Il y a des parents qui ont l'apparence de la normalité et se cachent derrière. Ce sont par exemple d'anciens enfants maltraités. Par nature, dans la plupart des cas, ils montrent peu d'affects, une rigidité affective avec des traits de comportement obsessionnel. Ces parents ont une forte emprise sur l'enfant et une mauvaise image d'eux-mêmes, liée à un passé de frustration et de carences profondes. Ils montrent une grande intolérance à la frustration et vivent souvent repliés sur eux-mêmes, isolés et sans amis.

 

C'est à la naissance de l'enfant que ressurgit ce passé: ils peuvent s'identifier à de bonnes images parentales. Si la grossesse est désirée, l'enfant est investi d'un pouvoir de réparation, il doit combler le vide, le manque d'amour des parents. Dans ce contexte, le moindre problème vécu par l'enfant est vécu comme une persécution: il le fait exprès ! En fait, ils se sentent mauvais et projettent cela sur l'enfant: c'est lui qui est mauvais. L'enfant devient ainsi l'image vivante et permanente de leur échec et les mauvais traitements servent à faire disparaître cette image.

 

Derrière cette apparence de normalité, il y a aussi les paranoïaques pour lesquels l'enfant devient l'objet de leur "toute-puissance" destructrice, et les pervers qui trouvent leur jouissance dans la souffrance de l'autre.

Il y a encore "les cas sociaux" , familles chaotiques à problèmes multiples. Souvent isolés de leur famille jeunes, ils ne peuvent se projeter dans l'avenir. Les grossesses ne sont pas désirées et l'enfant doit ici aussi combler un vide. On rêve que lorsqu'il sera là, tout ira mieux ; quand il arrive, c'est une bouche de plus à nourrir.

 

L'enfant peut être marqué dès le départ: enfant adultérin ou handicapé, hyper-investi par la mère. Le père ne le supporte pas. S'il a une petite malformation, cela peut paraître énorme à certains parents. Ces enfants vivent ce petit handicap comme la preuve de leur incapacité à faire quoi que ce soit de bon ! Ce peut être un enfant issu d'une première union, un enfant de remplacement arrivant après un deuil ou un enfant ressemblant à quelqu'un que l'on tait.

 

Nous sommes tous responsables de la maltraitance de ces enfants. Les bribes psychopathologiques que je viens d'évoquer et qui sont les plus représentatives doivent être traitées à la racine puisque nous en connaissons désormais les causes. Pourquoi tant de silence face à ces situations de violences sur enfants ? Il faut ajouter les violences par "omission" ; carences qui peuvent être responsables de dénutrition, voire de morts d'enfants ; carences affectives qui peuvent avoir des répercussions dramatiques ( hospitalisme ) ; mauvais traitements psychologiques tels que sadisme verbal, humiliation, dévalorisation, exigences éducatives inadaptées à l'âge de l'enfant, rejet, mise à l'écart...

 

Lorsque nous sommes témoins de tels manques destructeurs, nous devons nous sentir concernés et mettre en accusation les personnes pratiquant de tels sévices. Il ne s'agit nullement de juger les humains qui projettent leurs propres souffrances mais, de venir en aide à toute une famille qui ne sait pas ou plus où sont ses repères. Notre conscience sociale exige que la majorité ne se taise plus par souci de tranquillité.

 

Les enfants du présent sont la société du futur proche. Il nous suffit de parler de ces actes moralement réprobateurs pour que des psychologues ou des éducateurs soient nommés par un juge afin de mettre en place une rupture de ces schémas aliénants et qui risquent de se répercuter dans l'avenir.

 

Les enfants maltraités ont besoin de savoir qu'ils ne sont pas coupables des gestes de leurs proches car, souvent ils s'imaginent que les violences commises ne sont que des sanctions de leurs comportements atypiques. Seule, une rupture définitive du silence leur fera comprendre qu'ils existent aux yeux de la société et que leur vie n'est pas un désert mortifère. Il en va de notre volonté de changer le devenir de l'humanité.

Bruno LEROY.

12:57 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

19/06/2016

Rechercher et découvrir nos Talents pour les partager.

une-vie-engagc3a9e_n.jpg

Ce qui est merveilleux dans le talent, c’est qu’il doit être partagé pour exister. Dieu a vraiment bien fait les choses. Nous sommes dans l’obligation de partager nos talents au monde afin qu’ils soient reconnus. Un talent cultivé égoïstement est un talent mort.

En lisant, ce matin, la Bible sur la parabole des talents, je me disais quelle terrible maladie cette timidité qui paralyse certaines personnes. Allez savoir pourquoi des questions comme celles-ci vous viennent en tête après une lecture sur les talents. Peut-être que l’épanouissement des talents doit provenir d’un être épanoui.

 

Et pourtant, tant d’artistes semblent frustrés et mettent à profit leurs talents. Le secret est qu’ils savent dépasser leurs névroses, leurs barrières. Il savent qu’en eux, fomente un don pour l’écriture ou la musique et se jettent à l’eau malgré les peurs. Dieu nous a tous et toutes octroyés des Dons. Il faudrait savoir dans un premier temps si nous les avons découverts. Et dans un second temps si nous les partageons avec autrui, au sens large du terme. Nous revenons sans cesse sur les mêmes thématiques qui construisent notre vie. Je crois que c’est le mystère de la prière, de nous faire tourner autour de nous mêmes pour revenir au centre, à l’essentiel. Car, le thème de la confiance revient comme une mélodie dans la symphonie du monde. Pour exprimer, exploiter, développer un talent, il faut avoir une solide et ferme confiance en soi. Sinon, nous vivons une frustration sans nom. Et notre existence devient un champs de blé jamais cultivé.

 

Ma mère avait la passion en étant petite, de devenir danseuse de ballets. Elle suivit des cours et arriva jusqu’au plus haut sommet de l’art de la danse. Puis, une banale visite médicale révéla qu’elle était cardiaque et devait abandonner la danse. Toute sa vie fut une blessure intérieure où elle regretta de ne point mettre son talent au service des autres. Elle exerça ensuite une profession dans la recherche médicale. Malgré, ce métier qui lui donna une certaine notoriété, elle regretta toute sa vie de ne point être danseuse. Elle me répétait sans cesse, presque au quotidien, ma vocation a été contrariée. Je parle d’elle au passé car, elle a rejoint Dieu à l’âge de 52 ans avec ce regret de n’avoir pu exercer son talent. Elle ne comprenait pas que l’on puisse ne pas s’épanouir au soleil des Dons de Dieu. Pour elle, refuser d’exploiter ses talents, c’était refuser d’aimer Dieu.

 

En effet, Dieu nous fait de somptueux cadeaux et nous les mettons la plupart du temps aux ordures. Quelle belle preuve d’Amour, n’est-ce pas ? Nous refusons ce que Dieu nous offre avec Amour. C’est comme si une de nos meilleures amies venait manger chez nous et offrait un magnifique cadeau dont nous ne prendrions pas la peine d’ouvrir mais de mettre à la poubelle directement. Quelle belle preuve d’amour, n’est-ce pas ? C’est pourtant ce que nous faisons lorsque nous jetons nos dons dans les oubliettes de notre mémoire.

 

Je parle de tout cela avec aise d’autant que l’éducateur doit être un chercheur, un révélateur de talents. Et les Jeunes en ont des tonnes à revendre. Il suffit de canaliser et de mettre en place leurs projets pour eux, jamais sans eux. L’éducateur qui sait écouter les jeunes ou les moins jeunes a déjà un talent fantastique. Il pourra révéler à l’autre sa part de lumière. Nous pouvons trouver mille excuses pour ne point assumer nos talents. Vous comprenez, c’est mon éducation qui veut que je mène telle vie alors que j’étais fait pour être guitariste ou écrivain. Excuses que tout cela...

 

Lisez la vie de certains grands personnages de notre histoire, la découverte de leurs talents, les a mis en porte à faux avec leur famille, leurs amis. Mais, ils n’ont jamais pliés sur les tas de mauvaises raisons qu’on leur donnait pour faire autre chose. Et ils sont devenus de grands ou moins grands, peu importe, personnages de notre histoire.Ce qui est merveilleux dans le talent, c’est qu’il doit être partagé pour exister. Dieu a vraiment bien fait les choses. Nous sommes dans l’obligation de partager nos talents au monde afin qu’ils soient reconnus. Un talent cultivé égoïstement est un talent mort. La preuve est là, Dieu-Amour veut que nous travaillons les uns les autres au service du monde. Donc, si nous suivons ce raisonnement, les timides et les personnes qui manquent d’audace devraient prier Dieu pour faire éclore leurs Dons.

 

Quel mirifique programme de vie, tout se trouve dans cette dimension du sens. Le sens que nous devons donner à notre existence est de cultiver au mieux nos talents. Et là, je plains les personnes athées qui cherchent continuellement un sens à leur vie qu’ils considèrent absurde. Nous chrétiens ( nes ), nous devons découvrir les Dons que Dieu nous donne gratuitement pour faire avancer les autres et la société. Ayons l’audace de ne point refuser ses cadeaux et ouvrons-les pour nous ouvrir au monde. Christ en Ton Amour parfait donne-moi le discernement nécessaire pour découvrir les potentialités que Tu m’as offert pour les donner aux autres. Amen !

 

Bruno LEROY.

19:53 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

18/06/2016

Si votre père est dans la Lumière sa Fête est dans la prière.

PAPA189908246589588385_n.jpg

Bien-sûr, je n’ai jamais caché ma Foi sous le boisseau. Cependant, des larmes coulent dans mon cœur telles des gouttes de rosée. Elles alimentent une source intérieure qui rejaillit au gré des événements…

Une source souvent apaisée par une spiritualité de la Résurrection. Alors, ses éclats deviennent couleurs d’une Espérance forgée par la prière. Les verts, les bleus, les rouges et mauves se côtoient et s’épousent. Et mille autres teintes donnent à mon horizon des raisons de continuer à vivre, respirer, rigoler, travailler pour mon devenir.

Et puis certaines Fêtes arrivent tel un grand livre ouvert sur les blessures refermées.

C’est la Fête des Pères !

Je sais, en tant que « chrétien », que cette Fête est aussi et surtout celle de Saint Joseph.

Peu le savent…Mais la Fête des pères est d’origine chrétienne. Elle glorifie celui qui vécut dans le silence de son âme la présence de Jésus et son Éducation faite de tolérance, de respect, d’amour pour les autres, tous les autres sans exclusive.

Un amour aux racines essentiellement humaines et qui devinrent Divines jusqu’à donner sa vie pour ceux qu’il Aime.

Alors que j’en suis à me demander où se trouve la Lumière dans laquelle mon père est parti.

Alors que souvent le sens même de cette existence me pose questions.

Alors que j’ai cette impression qu’un ressort s’est brisé en moi et ne me donne plus cette force de savourer la beauté des choses.

La semaine dernière une Journaliste me téléphona pour me demander s’il m’arrivait de douter de ma Foi. Je lui répondis spontanément que je n’avais jamais douté ne serait-ce qu’un instant de l’existence de Dieu. Et j’ajoutais «  s’il m’arrivait de douter ne serait-ce qu’un millième de seconde, je me suiciderai » Elle resta quoi au téléphone. Et j’enchaînais sur ma mission éducative parfois à la limite du possible, sur mes amiES disparus ainsi que les membres de ma Famille et surtout sur les combats à mener face aux in,justices de cette société.

Elle eût cette réponse délicieuse : Donc, vous vous suicideriez pour les autres, pas pour vous !

J’avoue que je n’avais pas envisagé cette problématique sous cet angle.

Inconsciemment, il ne fit que renforcer ma vocation missionnaire auprès des défigurés de cette putain de vie.

Bien-sûr, j’ai une peine immense que mon père soit mort de puis plusieurs Mois. Je suis Humain et peut-être trop Humain.

Mais, la spiritualité christique me fait aller de l’avant depuis mes 9 ans. J’Honore la Fête des pères comme étant une immense prière invoquée à St Joseph.

Si vous êtes comme moi, avec le visage balafré par les accidents imprévus d’une existence qu’il faut pourtant continuer à mener. Priez Joseph et votre cœur s’ouvrira sur la fenêtre de la joie absolue.

Lorsque je me relis, je me dis qu’il est formidable de croire en une transcendance qui s’appelle l’Amour. Nous le sèmerons jusqu’à la fin des jours.

 

BONNE et HEUREUSE FÊTE DES PÈRES VÉCUE DANS LA PAIX et LA JOIE !

Afin que la storgé ( Amour Familial ) devienne réciproque et s’épanouisse dans chaque cœur tel un parfum de fleurs. 

Bruno LEROY.

12:01 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

12/06/2016

Dieu que la Vie est Belle !

JOIE8255743_1232256208126297053_o.jpg

La vie est trop sérieuse pour être prise au sérieux. Souvent, trop souvent les détails insignifiants des jours passants nous rongent les sangs. Nous attachons trop d’importance aux petites et malingres blessures que nous occultons les plus fondamentales.

Pour devenir un combattant pour une existence joviale, il ne faut pas ignorer les faits, les souffrances, les maladies et les guerres mais, les affronter avec énergie.

Trop de personnes que je rencontre au cours de mes déplacements semblent ne pas s’aimer, voire même se détester. En culpabilisant sans cesse sur un passé dépassé. Comment voulez-vous aimer la Vie dans ces conditions ?

Il faut retrouver la quintessence de la respiration de l’âme. Je veux dire qu’il nous faut reconquérir l’Essentiel qui nous constitue. Laisser tomber le superficiel pour ne point sombre dans la médiocrité. Cette médiocrité qui nous fait juger les événements avec pessimisme et légèreté. Nous ne pouvons approcher le Bonheur si nous n’en savons pas même le visage.

Il s’agit d’un long cheminement personnel et spirituel. Pour être Heureux sur Terre, il faut savourer les petites joies qui se présentent. Et pratiquer cet exercice chaque jour, permet de reprendre contact avec la réalité, sa propre réalité. Vous allez me dire mais, alors la crise, le chômage, les guerres ? Quel rapport avec mon allégresse si je vis dans un bourbier labyrinthique. Et indicible, souvent.

Je vous répondrais respectueusement que vous me faites penser à un noyé qui se débat dans les marécages espérant ne pas s’enfoncer et pourtant, il finit par s’étouffer et mourir dans les abysses.

La joie est une grâce offerte pour sourire de nos misères. Les résignés n’ont jamais fait avancer le monde ou ne serait-ce qu’une once des mentalités inertes. La jovialité est l’expression d’un esprit libre. Voilà, pourquoi dans les évangiles, Jésus nous somme de demeurer dans la Joie. Celle de l’Esprit de Liberté. Celle qui permet d’affronter les difficultés avec les yeux ouverts sur leur importance. Tout le monde peut devenir libre intérieurement.

Contemplez profondément la beauté d’un paysage en vous imprégnant du moindre élément que cela éveille en vous.

Et vous verrez progressivement votre regard changera comme une chrysalide devenant papillon. Vous n’appréhenderez plus l’existence comme vous le faisiez autrefois. Vous éprouverez une certaine liberté face aux informations qui vous parviennent.

Vous relativiserez votre responsabilité. Que pouvez-vous faire contre les guerres ?  De quelle façon agirez-vous ? Que pouvez-vous faire pour endiguer le chômage ? Quel combat décidez-vous de mener ou non ? Et la corruption des hommes politiques ? Et l’écologie que pensez-vous faire ? L’hospitalisation de votre voisin ? La mort de votre prochain ? Avez-vous réellement des moyens d’actions ?

Si non, vous êtes l’être Humain le plus malheureux...

Si oui, vous êtes l’Homme le plus heureux...

En effet, toutes formes d’actes pour changer la face des choses est source de bonheur.

L’inaction mène à la victimisation. Et au pire à la dépression, voire au suicide.

Changez ce que vous estimez pouvoir transformer et ne vous évertuez pas à vouloir modifier l’impossible. Cela est une position qui fait souffrir tout en se donnant bonne conscience, puisque nous ne pouvons rien faire. C’est souvent la posture des lâches. L’Homme heureux verra avec limpidité ce qu’il faudra mener de front tout en s’écriant :

Dieu que la Vie est Belle !

 

Bruno LEROY.

20:02 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

10/06/2016

LA POÉSIE DANS LE REGARD.

christianisme,foi,spiritualite-de-la-liberation,spiritualite,action-sociale-chretienne

Quand on va dans les rues ou les magasins, quand on prend le train, l'autobus ou le métro, on ne voit presque partout que des visages ternes, tristes, crispés, fermés, révoltés. Eh bien, ce n'est pas un beau spectacle !
 
Et même si on n'a aucune raison d'être triste ou malheureux, en passant par là on est désagréablement influencé: on rentre chez soi avec un malaise qu'on communique à toute sa famille. Voilà la vie déplorable que les humains sont continuellement en train de se créer mutuellement. Pourquoi ne font-ils pas l'effort de présenter partout un visage ouvert, souriant, lumineux?
 
Ils ne savent pas comment vivre cette vie poétique grâce à laquelle ils seront émerveillés les uns des autres. La véritable poésie n'est pas dans la littérature, la véritable poésie est une qualité de la vie intérieure. Tout le monde aime la peinture, la musique, la danse, la sculpture, les arts, alors pourquoi ne pas mettre sa vie intérieure en harmonie avec ces couleurs, ces rythmes, ces formes, ces mélodies ?

C'est la poésie que l'on aime chez les êtres et que l'on cherche chez eux: quelque chose de léger, de lumineux, que l'on a besoin de regarder, de sentir, de respirer, quelque chose qui apaise, qui harmonise, qui inspire. Mais combien de gens, qui n'ont pas encore compris cela, vivent sans jamais se préoccuper de l'impression pénible qu'ils produisent sur les autres. Ils sont là, désagréables, bougons, les lèvres serrées, les sourcils froncés, le regard soupçonneux, et même s'ils essaient d'améliorer leur apparence extérieure par toutes sortes de trucs, leur vie intérieure prosaïque, ordinaire, ne cesse de transparaître.

Alors, désormais, cessez d'abandonner la poésie aux poètes qui l'écrivent. C'est la vie que vous menez qui doit être poétique. Eh oui, l'art nouveau, c'est d'apprendre à créer et à répandre la poésie autour de soi, à être chaleureux, expressif, lumineux, vivant !
 
Bruno LEROY.

Remettons l'Humain avant l'économie.

iJESUSmg_20130521_0324201.jpg

 

Le Libéralisme semble avoir triomphé de toutes les tempêtes. Rien n’est plus faux. Son cortège macabre peut être contrebalancé par un contre-pouvoir. Des alternatives existent et devraient se mettre en place afin de refuser ce fatalisme de la pensée unique. C’est l’espoir pour les plus petits qui se voient broyés dans cette machine économique sans philosophie propre. Il nous faut remettre les valeurs Humaines avant l’économie. Les libéraux semblent sans âme face à la mondialisation. Seuls, les esprits contestataires et lucides redonneront une philosophie de Vie aux paradigmes politiques. Sinon, la mort de nos sociétés est déjà programmée...

Le néo-libéralisme nous offre son cortège de drames Humains avec son non-respect des travailleurs intérimaires, des précaires, chômeurs, rmistes, tous exclus de la société de consommation. Les exclus de la machine à profits aussi, les retraités ayant à peine de quoi survivre en attendant au bout du chemin la misère, la mort, froide, ou caniculaire, mais finalement planifiée. Tout cela présenté dans les journaux, sauf certains, comme une fatalité. Nos vies ne valent plus que ce que les statistiques en font.

 La destruction de la planète fomentée par quelques poignées de dirigeants de multinationales anonymes. Les êtres humains que nous sommes ont-ils perdus tout espoir, tout désir de vivre une vie épanouissante, libre ? Une vie basée sur le partage, la solidarité, la fraternité. Une vie débarrassée des entraves du travail inutile, du fric, de la valeur marchande, du pouvoir. Une vie sans dominants ni dominés.

Une vie où nous prendrons le temps de vivre, de profiter nous aussi. Nous qui produisons par notre labeur toute la richesse, nous n’avons droit qu’à des miettes. Consommation de survie pour beaucoup d’entre nous, alors qu’il y a de quoi donner à tous couverts, soins et logis. Consommation de choses, de besoins inutiles que l’on se crée, que l’on nous crée, et que l’on paye de toute notre vie par le travail et l’allégeance au système. Créons une société de liberté non basée sur le profit. Nous savons tout faire. Nous savons produire ce qui est nécessaire à l’homme.

La nourriture, l’abri, les soins. Nous pouvons nous organiser autrement. Vivre en fabriquant du plaisir, de la joie de la fraternité plutôt que continuer dans la spirale mortifère de l’exploitation, de la guerre, de l’anéantissement quotidien de la planète sur laquelle nous ne sommes qu’un infiniment petit souffle de vie. L’heure est venue de partager autre chose que la galère, la misère pendant qu’ils jouissent de tout sur notre dos. Le néo-libéralisme nous offre la souffrance emballée dans un joli papier cadeau et nous rend irresponsable de notre devenir. Nous sommes capables de construire une société alternative dont l’homme ne serait plus un loup pour autrui.

Les politiques sécuritaires sont des mesures fascistes et de contrôle des humains sans notre autorisation. Nous ne pouvons continuer à vivre dans un monde qui laisse crever ses ados, ses enfants mais, parle de profits constamment. Je dis non au capitalisme sauvage qui détruit toute idée de Vie !

 

Bruno LEROY.

13:18 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

05/06/2016

Notre croissance spirituelle se construit dans le silence.

christianisme,foi,spiritualite-de-la-liberation,action-sociale-chretienne,spiritualite

Notre existence spirituelle se construit, peu à peu, malgré les tempêtes qui nous submergent. Le dialogue constant avec Dieu est nécessaire à cette lente et sereine construction de notre être.

Nous vivons dans une société qui nous fait marcher au rythme de l’éclair. Éblouis que nous sommes par nos performances ou envahis de remords par notre passivité, ce sont ces violences sournoises qui régissent notre existence. Notre spiritualité s’en trouve atrophiée ou reléguée au second plan.

En fait, nous sommes les pâles reflets dans notre vie spirituelle, des attentes de ce monde. Et nous voilà, toujours en retard d’un voyage intérieur. C’est ce que nous pensons, malheureusement, souvent. La vie spirituelle avec Dieu-Amour est d’un autre ordre, heureusement. Une longue et solide paix intérieure vient nous habiter, lorsque nous suivons les enseignements d’Amour de Christ. Le temps est son Royaume et Il se laisse approcher dans ce silence habité que nous entretenons dans la prière.

Nous puisons notre Force à la source essentielle de Son regard. Notre existence spirituelle se construit, peu à peu, malgré les tempêtes qui nous submergent. Le dialogue constant avec Dieu est nécessaire à cette lente et sereine construction de notre être. Lorsqu’un jeune me demande, je crois en Dieu mais je ne prie pas. Je lui réponds, aimes-tu tes parents ou un membre de ta famille ou simplement un ami. Il me rétorque, souvent, j’aime telle personne, et moi de lui dire, donc tu ne lui parles jamais !

Il me regarde interloqué et je lui dis, tu m’affirmes aimer Dieu et tu ne lui parles jamais, non plus. Dis Lui, simplement que tu l’aimes ainsi ta vie sera remplit de Sa présence. Voyez-vous, nous sommes tous sur le même bateau, nous affirmons haut et fort que nous aimons Christ et ne Lui réservons pas même quelques temps de silence profond pour être en communion avec Lui.

Cette croissance spirituelle ne viendra que dans un silence d’Amour entretenu. Ensuite, nous serons plus forts, plus fermes pour assumer les adversités de l’existence. Que Dieu nous apprenne, chaque jour à retrouver cette qualité de silence qui habite nos cœurs et enflamme de joie notre Vie. C’est ce que nous pouvons nous souhaiter, en tant que chrétiens qui veulent vivre constamment dans les bras d’Amour de Christ.

Laissons les autres courir, nous les rattraperons par notre croissance spirituelle qui nous rendra indéfectiblement confiants envers tout événement qui nous parvient, puisque nous vivrons main dans la main avec Christ !

Bruno LEROY.

11:03 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

02/06/2016

La joie comme un état de Vie.

"Mon dernier moment de joie, c'est maintenant."

Pour Alain Durel, la joie c'est du présent. Lui qui consacre chaque matin 30 minutes au silence, confie y trouver de la joie. Le philosophe distingue le plaisir, la joie, le bonheur et la béatitude. Pour lui, le plaisir est lié plutôt aux sens et aux émotions, il a un caractère passager lié au temps. A l'opposé, la béatitude a une connotations plus religieuse, elle renvoie à l'éternité et à l'au-delà. "Le bonheur c'est un bien-être durable, un plaisir de l'âme", dit-il. Pour lui, le terme de joie dépasse la notion de plaisir et de bien-être, il n'est pas non plus la gaîté ou la bonne humeur. Si le plaisir est de l'ordre de l'avoir la joie est plutôt de l'ordre de l'être. Etre en joie ne requiert pas nécessairement la possession. "Il y a un côté subversif dans la joie". Quand on cultive la tristesse, la frustration, chez les gens, on cultive le manque. Et si vous cultivez le manque, vous engagez à la consommation. On est dans un système où la tristesse fait partie même du processus de consommation." Alan Durel "Quand on est à peu près bien dans sa peau et bien en lien avec les autres on est déjà sans doute plus accessible à la joie."

 

Serge Guérin définit la joie comme un état de vie, une "attitude de l'esprit". On peut être en joie même lorsque l'on a des problèmes. Même affaibli on peut donner du bonheur à l'autre. Pour lui, un des éléments essentiels de la joie c'est de ne pas être seul. Le sens c'est le lien avec l'autre. "Entre Camus et Sartre j'ai choisi, je suis du côté de Camus!" Pour ce sociologue spécialiste du grand âge, "l'enfer c'est quand il n'y a pas les autres".

 

Serge Guérin constate toutefois une injonction à la joie dans notre société, conséquence de cette pression de la performance. Or, devoir s'affirmer joyeux, cela va précisément à l'encontre de la joie. "Ce que l'on sait aujourd'hui c'est que les gens qui sont optimistes, positifs, en lien avec les autres, vivent en moyenne dix ans de plus que les autres." "La joie c'est le fondement même de la vie."

Paolo Doss est clown professionnel. A l'âge de 27 ans il a quitté le domaine de la publicité pour trouver plus de sens dans sa vie professionnelle. Dans les formations qu'il propose, il invite à retrouver l'enfance: "non pas le manque de responsabilité mais l’étonnement, la tendresse, le non-jugement propres à l'enfant". "La joie c'est être vivant", constate Paolo Doss qui rend régulièrement visite à des personnes malades en hôpital.

"Oui la vie est un cadeau et ce cadeau pour moi mène à la joie."

20:48 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |