7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2006

PROMENADE.

Normalement une promenade est une affaire assez banale. Vous décidez quelle distance vous voulez parcourir, où vous allez, et vous partez. Rien de compliquer. Votre coeur bat fort, votre sang nettoie toute cette graisse dans vos veines. Vous êtes en si bonne santé que vous pouvez manger tous les Big Macs et McFlurries que vous voulez, sans mourir d'une crise cardiaque (du moins pas avant quelques années). Mais ce n'est pas la même chose quand vous marchez avec vos petits-enfants. Souvenez-vous, votre but est d'aller et revenir dans un certain laps de temps, et puis vous continuez ce que vous avez à faire. Mais une fille de huit ans et un garçon de cinq ans ont un autre agenda, et cela complique la vie, si vous êtes pressés. Par exemple, vous devez vous arrêter pour inspecter cette petite chouette qui est morte tout près de la route. Ca vaut une petite conversation mais elle se termine vite parce qu'il faut aller un peu plus loin pour voir cette maison avec toutes ses décorations de Noël. Un peu plus tard, il y a une déviation du trottoir et le petit découvre un ponceau qui passe sous la route. Je suis passé en vitesse au-dessus de celui-ci des dizaines de fois, mais je ne me suis jamais senti contraint de dévaler les cotés de la route pour ensuite me plier en deux et explorer ce canal de drainage sec. Pourtant mes acolytes et moi l'avons fait l'autre jour. J'avais pensé à plusieurs reprises que ce serait bien d'explorer ce petit bois sur ma route, mais j'étais toujours trop pressé, trop préoccupé à résoudre les grandes questions de la vie ... jusqu'à l'autre jour. Nous, les grands explorateurs, nous avons bien aimé notre petit tour dans la petite forêt. Le temps passe. Il faut prendre une décision. Allons-nous faire toute la promenade ou devrions-nous revenir sur nos pas ? Comment décider une chose aussi importante que ça ? Vous jetez une pièce de monnaie en l'air et vous voyez si c'est face ou pile quand elle retombe parterre. Et pas seulement une fois-trois fois (quelle est la probabilité que " face " revienne trois fois de suite ?) " En avant ! " Parfois il faut s'arrêter et s'asseoir sur le trottoir pour se reposer (et parler). J'espérais que les voisins n'appelleraient pas la police, mais personne ne semblait spécialement choqué de voir un homme aux cheveux gris, assis sur le trottoir parlant avec deux enfants. Puis quelqu'un a décidé qu'il sera drôle de déficeler les chaussures de papi. Tout le monde trouvait ça comique sauf papi, qui a couru pour sauver sa vie. J'étais content de voir que je courais toujours plus vite d'un garçon de cinq ans ! Par moment, j'avais eu des doutes. Courir plus vite que la fille de huit ans était un peu plus problématique, mais j'ai réussi. Enfin, nous sommes arrivés à la maison. J'étais claqué et eux.... ? Fatigués ? Vous blaguez ou quoi ? Ce n'est pas étonnant qu'ils restent minces. Après cela, je ne pouvais pas m'empêcher de me poser une question : notre promenade n'avait-elle pas mis en lumière quelque chose que Jésus essayait de nous enseigner. " On lui amena des petits enfants, afin qu'il les touchât. Mais les disciples reprirent ceux qui les amenaient. Jésus, voyant cela, fut indigné, et leur dit: Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n'y entrera point. Puis il les prit dans ses bras, et les bénit, en leur imposant les mains. " (Marc 10 :13-16) Parfois il semble que notre but dans la vie soit d'aller d'ici jusqu'à là-bas. Nous marchons parce que cela nous donne la santé. Nous travaillons parce que nous devons vivre. Nous prions et nous lisons la Parole de Dieu parce que c'est le " devoir " d'un chrétien. Un beau jour, nous nous réveillons et trouvons que le monde est devenu fade. C'est blême, blême, blême ! Les enfants, par contre, sont plus fixés sur le moment. Explorer, causer, rêver font partie de la balade. La promenade même est le but non pas simplement d'arriver à la fin. Parfois, ils sont un peu déçus en arrivant à la maison. Pensez-vous qu'ils aient découverts quelque chose ? Ou peut-être que c'est nous qui l'avons oublié. Le fait que Dieu touche notre coeur avec sa Parole est plus important que de lire un certain nombre de chapitres chaque jour pour pouvoir tout lire en 12 mois. Et si nous allions doucement, faisant bien attention à ce que nous lisons ? " A ce rythme là, il me faudra deux ans pour lire entièrement la Bible au lieu de seulement une année ! " Et alors ? Le but est que le Seigneur nous nourrisse, que nous Le connaissions mieux, et que nos vies soient changées--pas de lire un certain nombre de chapitres. J'ai un fichier sur mon ordinateur qui s'appelle " Le Lieu Secret ". Normalement, j'essaie de réfléchir et de commenter ce que j'ai lu ce matin-là. Il m'arrive souvent d'étudier seulement quelques versets, mais je prends le temps de penser, de ruminer. Je suis étonné des choses que je remarque qui ont une importance pour ma vie quand je ralentis et que je regarde de près. Je passe toujours autant de temps dans l'étude de la Parole, mais j'essaie être curieux et j'explore. C'est agréable. Et si nous étions plus comme des enfants avec notre famille, dans notre temps de prière et d'étude biblique, dans nos relations avec les frères et soeurs en Christ ? Nous n'y serons pas aussi vite que nous l'avions planifié, mais nous trouverons que le voyage est aussi enrichissant que la destination.

13:04 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CONTES SPIRITUELS. | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Commentaires

Cher Bruno,

J'aime le temps que je passe sur votre site, il est souvent pour moi l'occasion de me ressourcer.

Nos enfants qui courent si vite et qui s'arrêtent si souvent pour tout et pour rien, surtout pour ce si petit rien comme vous le dites si bien....
Devenir grand sage, allez vite faire bien et surtout savoir voir ce petit rien tellement extraordinaire.
Qu'ai-je vu aujourd'hui comme un enfant ?
Mon coeur s'est-il ému devant la vie si petite fut-elle ? Ai-je vu Dieu dans l'autre ? le différent ? ai-je su arrêter le temps d'un instant, le cours de ma vie pour parler à Dieu ? au souffrant ? à l'autre si proche aussi ?
Essentiel prend ta place dans mon coeur ! Essentiel prend mes mains pour te servir !

Bruno, je vous souhaite un joyeux dimanche avec ceux que vous aimez.

Écrit par : Marie | 07/01/2006

Merci, Marie !
Vos intentions et vos mots délicats me touchent toujours.
Belle semaine harmonieuse pour vous et tous ceux qui vous sont chers !
QDVB
Très Fraternellement, Bruno.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 09/01/2006

Bonjour Bruno,

prendre le temps d'apprécier ce qui nous entoure ressource notre être

prendre le temps de méditer la Parole et notre partage dans la prière nous fait grandir

Souvent le stress de la vie nous consume petit à petit, nous savons plus prendre le temps

Et pourtant oui Dieu nous parle à travers la nature et si souvent d'ailleurs

Nos enfants sont des rayons de soleil, un cadeau de Dieu

Leur façon de voir me frappe tellement, ils apprécient chaques secondes de la vie

A l'idée de voire les étoiles la nuits les émerveilles
A l'idée de recevoir une sucette leur lèvre dessine un joli sourire

devenons aussi simple que des enfants, aimons la vie comme eux

apprécions tous les jours les grâces de l'Eternel

Car il nous parle de tellement de manière

Mais savons nous regarder et écouter ?


Votre texte est tellement vrai et je vous en remercie de tout mon coeur, car nous oublions si souvent de prendre le temps

Angélique

Écrit par : Angélique | 09/01/2006

Les commentaires sont fermés.