7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2006

Au coeur du Mystère.

medium_104320453.jpeg

Les mots se mettent à jouer sans plus se prendre au sérieux. Telle est la poésie. Refus de dominer, volonté d'admirer, la poésie permet de parler à Dieu sans le violer. Le discours non-utilitaire laisse intact le Mystère. Voilà pourquoi c'est surtout dans ce registre là qu'est écrite la Bible.
Le Petit Prince de Saint-Exupéry m'a introduit dans cet univers. Les " grandes personnes " ne pensent que chiffres et, pour être convaincues de l'existence du petit bonhomme, elles n'attendent que le numéro de son astéroïde. Les enfants, eux, deviennent amoureux du petit prince quand on leur dit qu'il a les cheveux couleur de blé. " Dessine-moi un mouton...! " Et l'aviateur de lui dessiner une cage pour avoir la paix. Que le petit prince imagine lui-même le mouton qui se trouve à l'intérieur ! Mais notre petit bonhomme s'en est trouvé très bien, car il recevait ainsi un espace pour son expérience personnelle.
" Parle-nous de Dieu...! " La tentation serait de dessiner Dieu comme on esquisse un mouton et de le définir à force de concepts précis. Or Dieu n'est pas à circonscrire. Il est à rencontrer. Il est amour offert à notre liberté et seul le poète peut parler respectueusement de l'amour, car il ne confisque pas les mots : il nous les présente comme un royaume à explorer. Combien de grands mystiques n'ont-ils pas été de grands poètes ?
En mathématique, lorsqu'on a trouvé la solution, le problème est épuisé. Lorsqu'il s'agit de Dieu, on est devant l'inépuisable et la surabondance. Les mots ne peuvent plus qu'introduire au seuil du Mystère, comme la cage livrait le mouton tout en le cachant. Et bientôt, les mots doivent se taire pour faire place au silence, silence d'admiration devant l'ineffable, extase, adoration. Devant Dieu, on ne peut que rester bouche bée. Le mot " mystère " vient du verbe grec qui signifie " se taire ".
Il faut être poète pour parler de Dieu, mais il n'est pas nécessaire d'appartenir à la caste des spécialistes. En chaque homme sommeille un petit coin de poésie, un espace où les mots se libèrent de leur carcan et tentent de nommer l'Essentiel. Pour être poète ne suffit-il pas d'être amoureux ?
Chaque chrétien, de par son baptême et sa confirmation, a reçu l'Esprit qui sonde le silence de Dieu. Avoir la foi ne sera jamais réciter par coeur les formules du parti, mais être introduit au grand large de l'océan divin où chacun peut se rendre compte par lui-même, emporté par un vent de liberté. Jésus parlait en paraboles. Celui qui n'a pas une âme d'enfant et un coeur de poète ne peut comprendre l'Évangile jusqu'au bout. Pour goûter un poème, il faut que la liberté s'offre, qu'elle se laisse faire et accueille les mots en les laissant retentir. Les mots sont des éveilleurs, mais jamais malgré nous. Le croyant est un poète qui s'abandonne dans les bras de Dieu. Et là, l'aventure de la Vie commence...

BRUNO LEROY.

18:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans RÉFLEXIONS LITTÉRAIRES. | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Commentaires

Très belle note. Je communie à cette pensée. Et plus largement, j'aime votre blog et ce qu'il contient. Merci.

Écrit par : Thierry | 11/01/2006

Cher Thierry ( ou dois-je dire père ? ),
Figurez-vous que peu de temps avant que vous m'écriviez, j'étais en train de visiter votre site. Il me faut vous avouer que je suis un fervent admirateur depuis des années de vos poésies. Je les trouve cristallines et profondes. Elles me ravissent l'âme. Cela fait près de deux ans que vous êtes dans mes favoris et que je me délecte de vos écrits. Je vous admire secrètement pour vos émissions de radio et vos livres.
Ainsi, la Providence est venue me remercier par votre intermédiaire. Je vous dis MERCI à mon tour pour ce que vous êtes et ce que vous faites !
Vos poèmes sont des baumes apaisants contre les désespérances ou l'acédie qui pourraient nous envahir.
Belle soirée à vous dans le coeur de Dieu au regard poétique.
Très fraternellement !!!
Bruno LEROY.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 12/01/2006

Merci beaucoup pour ce premier échange de mots et très heureux de savoir que vous me connaissiez déjà grâce à la magie du web. De plus je suis dans vos favoris depuis deux ans! et vous ne me l'avez pas dit! Personnellement, j'ai découvert votre blog en novembre dernier et je le lis presque tous les jours. Moi aussi je me lance dans l'aventure. Je verrai bien ce que cela va donner... Je connais Guy Gilbert, je l'ai rencontré plusieurs fois... la dernière fois, c'était tout un week-end en avril dernier...juste au moment de l'enterrement de Jean-Paul II.
Vous êtes quelqu'un de bien et de bon, profondément humain, sensible, homme de foi, d'amour et d'espérance, bien incarné. Vos notes sont très riches, les sujets sont variés... je me demande comment vous faites pour écrire aussi abondamment et si bien avec une justesse de ton et une bonté que j'envie.
A d'autres échanges, j'espère.

Écrit par : Thierry | 13/01/2006

Cher Thierry,
Je sais que vous connaissez le père Guy puisque vous l'avez conduit durant deux jours avec votre voiture. J'avais lu cela sur vos liens qui semblent avoir disparus ?!
Dommage car, j'aimais l'analyse que vous faisiez de certains chanteurs qui me ravissent le coeur également...
Mais, votre site reste magnifique et pour cette raison, j'ai effectué un lien sur ce Blog, en bas à gauche.
Je ne sais si je suis aussi bon et humain que vous le dites car, j'ai un tempérament assez emflammé !
Tout ce que je sais est que Dieu fait partie intégrante de ma personne et de mon âme. Je ne conçois pas ma Vie sans Lui depuis que je l'ai découvert à neuf ans.
Si, je ne vous ai point dit que je venais visiter votre site, c'est uniquement par pudeur car, vos écrits sont tellement puissants que je me sens petit en vous lisant.
Je n'ai aucun mérite à tant écrire, mon appartement est rempli de cahiers sur lesquels j'ai griffonné mes premiers mots, articles, poèmes et ce, depuis l'âge de treize ans.
Je continue encore car, je ne conçois pas une journée sans une ligne. Partout, où je vais j'écris ce que l'atmosphère m'inspire. Et c'est souvent la Lumière que je vois même dans les regards éteints...
Je vous souhaite un mirifique week-end inspiré par l'Esprit !
QDVB
Très Fraternellement, Bruno. ( qui vous admire beaucoup ).

Écrit par : BRUNO LEROY. | 13/01/2006

Merci, Bruno, pour votre message qui me touche beaucoup.Sur mon blog, j'ai mis moi aussi un lien vers votre blog. Quant à mes rubriques 'Coups de coeur' dans lesquelles je parle de livres, disques et films, je les ai passées sur mon blog, sauf, en effet, 'mes rencontres' parmi lesquelles je parle de Guy Gilbert. Peut-être que je les remettrai un jour... à bientôt

Écrit par : Thierry | 14/01/2006

Les commentaires sont fermés.