7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2006

QUE FAIRE APRES UN VIOL ?

Origine : http://viol.free.fr/que_faire_apres_un_viol.htm

Auteur : "Le poids du silence"

Site : http://viol.free.fr/

Que faire après un viol? Quelques éléments utiles à connaître pour porter plainte
 Allez voir un médecin!
Comment porter plainte? Si vous ne voulez pas porter plainte

Que faire après un viol? Porter plainte, bien sûr ! C'est presque une évidence, pourtant seul un viol sur trois ou quatre fait l'objet d'une plainte, que ce soit sur une personne majeure ou un enfant. Toutefois, les mentalités évoluent, l'information porte ses fruits et de plus en plus de victimes osent rompre le silence, peut-être est-ce votre cas. C'est ainsi que les autorités compétentes ont enregistré plus de 60 % d'augmentation pour les affaires de viols et d'attentats à la pudeur dans les dix dernières années. C'est un énorme progrès!

Le viol est un crime et porte très gravement atteinte à la dignité d'une personne. Les répercussions sont considérables et d'ordre psychologiques, morales et sociales. Mais déposer une plainte et déclencher une procédure judiciaire représente très souvent un acte positif qui peut aider la victime à se reconstruire. Surtout si cette personne comme moi n'a pas porté plainte au moment des faits. Même si cette démarche est dure, elle soulage, je peux vous le garantir! J'espère que ce site et les renseignements qui contient rendra cette démarche plus facile.

  La suite de ce site est une série de conseils pour aider les personnes victimes d'un viol, adulte ou enfant que ce soit vous ou une personne de votre connaissance. Si vous avez des suggestions, des critiques, des conseils ... contactez-moi!  

Que faire après un viol?                                
 
La première chose à faire est d'en parler, même si ce n'est pas facile. Parlez-en à une personne de confiance. Si vous n'y arrivez pas, écrivez ou exprimez vous par le moyen qui vous convient le mieux. Néanmoins, il faut en parler le plus tôt possible, car plus vous vous tairez plus il sera difficile de le faire. Si vous ne savez pas à qui le dire ou que vous préférez rester anonyme vous pouvez appeler la permanence téléphonique de:

S.O.S. VIOLS - FEMME - INFORMATIONS 0800.05.95.95 ( appel anonyme et gratuit pour toute la France).

Sur la page liens
http://viol.free.fr/liens.htm
,
il y a des sites qui peuvent également vous apporter une aide, n'hésitez pas à aller les consulter.

  Juste après une agression, il faut:
    - Prévenir la police ou la gendarmerie
    - Consulter un médecin, la police ou la gendarmerie pourra vous conduire à l'hôpital
    - Dans la mesure du possible, conservez dans un sac tous les vêtements souillés car ceux-ci pourront servir à identifier le violeur.

  Un conseil à ne pas négliger c'est de ne pas se laver car toutes les traces ( sperme, sang, peau griffée ...) que votre agresseur a laissé peuvent être utilisées pour le retrouver et le compromettre et que justice soit rendue.

  Mais surtout quelles que soient les circonstances de ce viol, vous n'êtes pas coupable de ce qui vous est arrivé. Vous n'avez pas à en avoir honte. Et la colère et la révolte que vous éprouvez sont normales, vous avez besoin que le violeur soit retrouvé et que justice soit faite et soyez sûr que se sera fait pour que vous obteniez réparation.

Allez voir un médecin!                     

  Une consultation est nécessaire et indispensable pour vous prescrire les examens nécessaire. Un docteur pourra vous écouter, vous conseiller, vous aider. De plus, il sera apte à vous prescrire:
    - la "pilule du lendemain", pour éviter ou prévenir une possible grossesse
    - un traitement contre d'éventuelles MST ( Maladies Sexuellement Transmissibles)
    - un dépistage contre d'éventuelles MST, vous serez convoqué(e pour les résultats.

  Il vous remettra un certificat qui constate les traces visibles du viol ( griffures, traces de strangulations, ecchymoses...), et de votre état général après le viol ( angoisse, larmes, agitation...). Un tel certificat sera utile lors du procès et pour une demande de dommages et intérêts. Demandez lui aussi un certificat d'incapacité Totale du Travail ( I.T.T. ), qui sera lui aussi nécessaire pour des dommages et intérêts.

   Des prélèvements vaginaux nécessaires pour l'identification du violeur seront effectués ainsi que l'analyse de toutes traces que vous aurez "prises" à votre agresseur( griffures, cheveux,....). C'est pour cela que vous devez apportez tous les vêtements, linge et objet souillés que vous aurez conservé.

      Si cette première consultation est pratiquée dans un service hospitalier d'urgence médico-judiciaire, elle est faite par un médecin "expert" et cela peut éviter la répétition d'expertises médicales au cours de l'instruction du procès.

Comment porter plainte?                           

Il y a deux façons de le faire:
    - Porter plainte à la police ou à la gendarmerie
    - Porter plainte en écrivant directement au Procureur de la République.

Porter plainte auprès du commissariat de police ou de la gendarmerie

   Vous serez entendu par un inspecteur (  inspectrice ) de la police judiciaire. Il ( elle ) enregistrera votre plainte et rédigera un procès-verbal de vos déclarations que vous devez relire et signer. Si un ou plusieurs éléments déclarés ne  sont pas ou mal relatés ne signez pas votre déposition et faite là modifier jusqu'à ce quelle soit le reflet exact de ce que vous avez vécu et ressenti.

   Le premier rôle de la police est de recueillir votre récit. L'inspecteur va vous poser des questions précises, voire même indiscrètes pour  aider les besoins d'enquête mais aussi débusquer les faux témoignages des vrais, surtout dans les cas où le viol n'est pas récent. Donnez tous les détails de ce que vous avez subi, même les plus intimes. N'hésitez pas à décrire  le piège dans lequel l'agresseur vous a conduit, ses menaces, la peur que vous avez ressentie, le viol, les sévices,  toutes les circonstances qui l'ont accompagné et tous ceux qui étaient présents sur le lieu, l'heure, le visage de l'agresseur, ses paroles, ses gestes, sa voiture et tout autre élément qui peuvent l'accuser. Et n'oubliez pas les éventuels témoins de ce crime!

  Après cette première étape la police ou la gendarmerie est tenue de transmettre votre plainte au procureur de la république où des démarches pour faire suivre votre plainte seront effectuées.

Porter plainte directement au procureur de la République

  Il s'agit d'une démarche plus longue, néanmoins elle est possible. Faites-le par lettre recommandée avec accusé de réception, datée et signée, adressé au Tribunal de Grande Instance de votre département, en précisant:
    - votre adresse
    - votre état civil
    - le détail précis des faits ( date, lieu, circonstances ...)
    - la description du violeur
    - en y joignant le certificat médical et toutes les autres preuves. Déclarez tous ce que vous auriez dit à l'officier de Police ou de Gendarmerie.

Néanmoins, cette démarche est plus longue alors privilégiez la solution d'aller porter plainte auprès des Officiers de Police ou de Gendarmerie.

  Pour faire cette démarche vous pouvez vous faire aider par un avocat, ou par l'un des conseils juridiques gratuit auprès de beaucoup de mairies ou des bureaux d'aide aux victimes.

Quelques éléments utiles à connaître pour porter plainte               

  Toute personne accusée de crime, comme le viol, est présumée innocente jusqu'à son jugement et il a droit de ce fait à une défense par l'avocat de son choix avec lequel il sera toujours accompagné. Le violeur sera donc désigné par les termes de prévenu, suspect ou accusé.

  En portant plainte vous avez le rôle de témoin. Néanmoins afin de participer pleinement à la procédure, vous pouvez vous constituer partie civile. En le faisant, vous n'êtes plus devant la justice comme un simple témoin mais comme une victime qui demande des dommages et intérêts en réparation des préjudices subis :
    - préjudice corporel ( frais médicaux )
    - préjudice moral
    - préjudice matériel ( pertes de salaire, frais d'avocats et autre frais occasionnés par le procès ).

   Cela vous permet de prendre un avocat par qui vous serez représenté, avec qui vous aurez accès au dossier durant toute l'instruction. Vous connaîtrez ainsi tous les arguments que l'agresseur utilisera pour sa défense ainsi vous pourrez mieux assurer la votre et contrer ces arguments.

  Vous pouvez vous porter partie civile à tout moment de la procédure par lettre simple au Doyen des juges d'instruction, ou au juge saisi de l'affaire. Vous avez aussi la possibilité de le faire par lettre recommandée adressée au Tribunal 24 heures avant l'audience, ou encore en vous présentant personnellement pendant l'audience. Afin de vous aider une association de lutte contre le viol peut se porter partie civile à vos côtés, vous serez mieux soutenu de cette façon.

  La procédure pour viol dure environ deux ans, il est donc essentiel que vous vous fassiez aider par une personne de confiance. Vous pouvez pour cela vous adresser à un de vos proches, soit à un membre d'une association de lutte contre le viol ou encore à une personne faisant partie de l'aide aux victimes de votre département ( dont vous pouvez avoir le numéro de téléphone et l'adresse à la gendarmerie ou au commissariat de police de votre commune ). Ne négligez pas de telles personnes car elles offrent d'innombrables services qui peuvent vous réconforter, je peux vous l'assurer. De plus, moralement c'est important de se sentir soutenu et aidé. Alors n'hésitez pas. Vous pouvez aussi m'écrire pour me faire part de vos sentiments. 

Si vous ne voulez pas porter plainte                                 

  C'est votre droit mais néanmoins n'oubliez pas que porter plainte aide énormément, vous pouvez me croire car je me base sur ma propre expérience. Le silence ne profite qu'aux agresseurs. Ils recommenceront peut-être tant qu'ils ne seront pas inquiétés par la police, ils se croiront plus fort voire à l'abri d'un châtiment et sans prise de conscience voire même pas coupable.

   Vous disposez d'un certain délai pour porter plainte :
        - de dix ans pour porter plainte  et en cas de viol sur mineur( e) à partir de la majorité de la victime
        - de trois ans en cas d'agression sexuelle autre que le viol.

   N'oubliez pas que plus vous attendez, plus il sera difficile de retrouver votre agresseur et d'établir des preuves pour étayer vos dires. Vous vous exposez aux interrogations de la police ou du tribunal quant à votre attente pour porter plainte. Sachiez que de toute façon vous pouvez obtenir le soutient de groupes de solidarité entre femme qui s'organisent un peu partout en France.

11:29 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans Problèmes de société. | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : spiritualite-de-la-liberation, chritianisme |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Commentaires

Pour moi, il y a longtemps et je veux oublier. J'ai été soignée, bien soignée.

Écrit par : ELISABETH | 03/07/2006

Chère Élisabeth,
Je suis profondément désolé si cet article ravive de mauvais souvenirs...
Dans le domaine éducatif, nous devons traiter de toutes problématiques sans tabous afin d'éclairer les victimes de ces insanités.
Avec les tournantes, elles deviennent malheureusement nombreuses.
Je vous redis toute mon Amitié et ma Fraternité !
Bien Cordialement, Bruno.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 03/07/2006

Merci d'avoir répondu si vite à mon commentaire. Je parle d'ailleurs des ravages du viol dans mon blog. J'ai un cousin qui est président du Tribunal de Grande Instance (d'Arras actuellement) et j'ai pu aussi avoir ses conseils en plus de ceux du psy. La route est longue pour guérir mais on s'accroche à ceux qui nous comprennent. Car on n'oublie jamais. La douleur s'atténue lentement. Mais, je suis issue d'une famille très fonctionnelle, où j'ai pu puiser de l'amour. C'est le plus important.
Bonne soirée

Écrit par : ELISABETH | 03/07/2006

Bonjour,

ce commentaire et très juste. le viol détruit beaucoup de chose en nous. mais j'ai aussi un message d'espoir à vous donner. la reconstruction par le plus grand qui est Dieu est possible.

je suis passée par là hélas depuis mon plus jeune âge, et sans Dieu ma vie n'aurai jamais pu avancer..

c'est vrai que le chemin est long, mais quelle témoignage aujourd'hui de dire ma vie a repris un sens et la valeur de soit aussi.

Courage vous tous qui à dû malheureusement vivre ses instant si pénible et atroce, car oui c'est possible avec l'aide de Dieu de se sentir a nouveau quelqu'un de "propre" et de revivre !

Angélique

Écrit par : Angélique | 04/08/2006

Je crois en Dieu depuis toujours et merci Angélique d'avoir pu témoigner aussi. Je me sens propre et blanche comme neige.

Écrit par : elisabeth | 25/08/2006

Amen !! elisabeth.

Je peux remercier le Seigneur de nous avoir choisi et de nous avoir rendue la vie.

que ce message puisse réconforter les personnes qui sont passés par ses choses. Car malheureusement c'est très fréquent !

Gloire te sois rendu Seigneur Jésus-Christ

Angélique

Écrit par : Angélique | 29/08/2006

on est toujours partagé, quand on croise ses propres écrits sur le net sans avoir reçu un petit courriel, pour informer de cette reprise. il est également à noter que l'origine est mentionnée, ce qui est tout à votre honneur, et je suppose que la fin de l'article "11:29 Ecrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans Problèmes de société..." l'est automatiquement par le logiciel de PAO que vous utilisez

Les rédacteurs du site http://viol.free.fr/

Écrit par : Renard | 18/10/2006

Cher Renard,
Je sais que cela surprend toujours lorsqu'un article de qualité est repris par une autre personne. Je l'ai fait uniquement dans une démarche informative en prenant soin de mettre le lien de votre site.
Il m'arrive également que certains de mes articles soient repris avec moins d'élégance et de souci pour l'auteur.
De par ma profession, lorsque j'ai repris votre texte, j'étais confronté à une problématique d'une jeune fille violée en pleine Gare devant tout le monde sans que quiconque ne bouge...
Vous brisez la loi du silence et c'est en ce sens que j'ai publié le lien de votre site plus que nécessaire....ESSENTIEL !
Quant au fait qu'il soit marqué en bas de page que l'auteur est Bruno Leroy, cela est généré automatiquement par un moteur. Je n'y puis rien changer.
Si toutefois, vous désirez que votre texte ainsi que les liens adjacents soient retirés. Cela est entièrement votre Droit. Cependant, ce serait dommage pour tant de femmes victimes de ces horreurs contre lesquelles je me bats aussi !
Bien Cordialement.
Bruno LEROY.
Ps : Je tiens à vous remercier particulièrement pour votre compréhension. Je vous souhaite bon courage pour ce juste combat que vous avez entrepris !

Écrit par : BRUNO LEROY. | 19/10/2006

Les commentaires sont fermés.