7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2010

PRÉCIEUX PRÉSENT.

carte-postale-priere-il-chargera-les-anges_1651_1.jpg

C'est l'histoire véridique d'un petit garçon qui vivait avec ses grand-parents.

 

Sa grand-mère était une femme sereine et pleine d'esprit qui racontait de merveilleuses histoires. Et l'une de ces histoires est celle du :

PRÉCIEUX PRÉSENT

 

Le petit garçon demanda à sa grand-mère ce qu'était précisément ce présent. La vieille femme lui répondit qu'il le découvrirait en temps voulu. Et qu'alors il lui apporterait un bonheur durable, plus intense que tous ceux qu'il avait connus auparavant. Donc, quand le petit garçon reçut une bicyclette pour son anniversaire, sa joie fut telle qu'il se dit que ce devait être là le précieux présent. Mais il s'en désintéressa bientôt et pensa que le vélo n'était pas l'objet d'un tel bonheur.

Puis le petit garçon devint un homme, et

 il tomba amoureux d'une très belle jeune fille. Il se dit qu'il tenait enfin le précieux présent. Mais à la suite d'une dispute, ils se séparèrent. Le jeune homme entreprit de voyager à travers le monde; partout où il allait, il croyait avoir enfin trouvé le vrai bonheur, mais il était toujours à penser au prochain pays qu'il allait visiter, à la prochaine ville extraordinaire qu'il allait découvrir, et jamais sa joie ne durait. Il se sentait à la recherche d'un bonheur insaisissable, ce qui l'attristait. Puis il se maria, eut des enfants, et, là encore, il dut reconnaître qu'il n'avait pas trouvé le précieux présent.

Sa vie ne fut plus que désillusion. Un jour sa grand-mère mourut, emportant son secret dans la tombe. Du moins le pensait-il. Il se sentit misérable et rappela les moments heureux partagés avec sa vieille et sage grand-mère. Et, soudainement, il comprit. D'où sa grand-mère tirait-elle tant de satisfaction, de sérénité, de joie ? Pourquoi le jeune homme s'était-il toujours senti la personne la plus importante du monde quand il discutait avec elle? Comment sa grand-mère arrivait-elle à créer une telle atmosphère de paix et à en faire profiter ses proches?

 

LE PRÉCIEUX PRÉSENT SE RÉVÉLAIT ÊTRE D'UNE NATURE SINGULIÈRE : c'était l'instant présent.

 

Sa grand-mère avait vécu dans le présent, en savourant chaque seconde. Pour elle, le lendemain n'existait pas -- à quoi bon gaspiller de l'énergie pour ce qui risquait de n'exister jamais? Et le passé n'existait pas davantage, car le passé est révolu. Le présent est la seule réalité qui permette d'atteindre à un bonheur durable, et chacun doit apprendre à vivre ici et maintenant, à goûter l'instant présent, et se préserver des chimères d'un temps inaccessible.
Bruno LEROY.

19:49 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Bruno,
Je viens de lire ce texte qui me touche très profondément, vous avez formulé en paroles ce que moi à certain moment de ma vie était incapable de mettre en parole
Pour moi ce n’était pas une IRM, mais le résultat de biopsie après gastroscopie, j'étais encore si jeune, en pleine vie....et je m'imaginais que ce ne serait qu'une simple gastro-entérite, mais.....la réalité était bien une autre.....ma vie a basculé d'un instant à l'autre. Plus rien n'était comme avant ...
On m'a dit au mieux 3 mois.... tumeur coriace du pancréas, il faut agir pour vous soulager la fin...et je suis partie seule à l'étranger avec l'idée de ne plus revoir mon pays vivante....
Cela va faire bientôt 10 ans, et je suis toujours là.....j'ai passé 18 mois de calvaire e j'ai vécu beaucoup de nuit sans lumière, plus qu'une fois dans cette nuit j'ai récité les phrases de St Jean, oh nuit sans lumière....aujourd'hui je vois cette maladie comme un passage obligé, qui fait partie de ma vie....qui m'a façonnée... Ma vie ne sera plus jamais comme avant, mais je ne me concentre pas sur ce que je n'ai plus et ce que je ne peux plus mais sur ce qui m'est resté après tout. Depuis je considère chaque jour comme le premier du reste de ma vie et une chance que le Tout Puissant m'a offerte pour témoigner de son amour parmi les plus démunis. Bien cher Bruno, vous voyez à quels points nos vies se croisent....que de similitudes....Sachez que je suis avec vous prête à vous soutenir et que je vous porte dans mes prières. Je vous salue avec les mots qui m'étaient réconfort durant tous ces mois: même quand il n'a plus rien à faire, il y a toujours d'espoir .....car pour Dieu tout est possible cordialement. Diane

Écrit par : Diane REMY | 30/03/2010

Les commentaires sont fermés.