7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2012

Le sourire de la mort de Franz Liszt.

51OvI6NoTgL._SS500_.jpg

             

                        Listz - Requiem R488

 

 

Ce commentaire fait référence à cette édition : Listz - Requiem R488 (Téléchargement MP3)

 

Je ne pensais jamais trouver, ce genre ancien, de la musique religieuse, le Requiem de Liszt.

 

Il faut dire, que souvent, ces oeuvres particulières, invoquant la mort, ne sont guère très prisées du public, qui préfère, dans le contexte actuel, la fuir à grands enjambées.

 

La mort est tellement masquée de nos jours, que même la suggérer semble impudique. Liszt écrivit ce Requiem vers 1868, mais dans un esprit de missionnaire franciscain, et surtout de chrétien qui ne voulut pas rendre la morbidité de cette oeuvre, avec d'implacables teintes noires.

 

Il désira donner une vision de la mort propre à inspirer au chrétien un espoir apaisant, comme il l'écrivit lui-même. Ces demi-teintes musicales sont bouleversantes et prennent l'inspiration comme la flamme d'une prière qui finit par s'éteindre en douceur. Mais, la vie personnelle de Liszt ne prêtait point, à cette époque, à un apaisement de l'âme.

 

La vie ne lui souriait pas beaucoup et son désenchantement se ressent dans cette oeuvre de façon magistrale. Cette austérité fait le charme de ce Requiem. Liszt voulut être le réformateur de la musique religieuse. Mais, il prit vite conscience de l'hypocrisie des ecclésiastiques et de son monde hermétique. Il se considérait apprécié, voire admiré pour ce qu'il représentait en tant qu'artiste et non ce qu'il était réellement. L'Eglise ne l'a jamais considéré comme un prêtre à part entière même lorsqu'il porta sa soutane.

 

Toute cette mélancolie, ces ressentiments intérieurs, émergent tels des icebergs dans ce Requiem aux profondeurs chrétiennes et artistiques que nul ne saurait lui ravir. A écouter dans le silence du soir lorsque le coeur cherche la Lumière loin du temps et du désespoir.

 

Un chef-d'oeuvre proprement Humain avec cette transcendance dont Liszt était seul l'éminent émérite. Il existe deux sortes de morts, celle disons naturelle, et l'autre plus cruelle qui sont ces amertumes qui nous empoissonnent au quotidien. Et Liszt, en homme spirituel, se préoccupait davantage, de ce deuxième aspect social, qui détruit toute idée de Vie.

 

 Il ne succomba jamais à cette acédie. Il vécut d'une Espérance éternelle sa foi évangélique et personnelle, comme une force incommensurable face à toutes ses petites morts, sans intérêts. Pour Liszt, l'existence est puissance d'une beauté sans fin.

 

Ainsi, se résume l'esprit franciscain de notre génie.Merci à lui !

 

 

Bruno LEROY. 

 

10:50 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., Livres et saveurs musicales de Bruno LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Si nous laissons mourir les fleurs du Bonheur.

58767_10151261080508185_1278600155_n.jpg

Oui ! La Foi, cette Force venue du fond de l'âme et donnée gracieusement par Dieu.

 Il est bon de se poser la question de savoir ce que nous faisons de ce précieux cadeau Divin.

Si nous laissons mourir les fleurs parfumées que Christ nous donne, sommes-nous dignes de Son Amour ?

 

Dignes de la bonne odeur de Dieu ? Imaginez un ami ( ie ) vous offrant le plus précieux diamant de la terre et vous précipitant, non pour le remercier, mais le jeter à la poubelle.

 Nous arrive-t-il pas de jeter à la poubelle de notre âme, la Foi offerte, uniquement par des soucis, des complexes, des rancunes, une mauvaise estime de soi.

 

Nous voulons le Bonheur absolu en Dieu-Amour et nous vivons souvent comme s'Il n'existait pas dans nos vies.

 

Nous en sommes tous et toutes là, et peut-être moi le premier. Il nous faut revisiter nos existences à la Lumière de Christ et redonner la saveur de l'Espérance par la prière.

La prière est la source en laquelle nous pouvons puiser la Force de notre Amour.

Puis, discernons au fond de notre être, avec l'aide de l'Esprit saint, quelle est la véritable Volonté de Dieu.

 

Nous enlèverons ainsi toutes les scories qui ternissent notre Foi. Il importe que nous nous le rappelions, comme une mise en garde souvent injustifiée de notre indifférence spirituelle.

Mais, surtout, nous dire qu'avec la Foi, Dieu peut réaliser en nous, ce qui nous paraissait impossible à ce jour. Que Dieu vous Bénisse tous et toutes abondamment !

 

Bruno LEROY.

 

10:35 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Aimons nos parents tant qu'ils sont vivants.

merci.jpg

Les Mères, ces femmes choisies par Dieu et qui nous donnent Vie.

 La mienne est partie, jeune pour rejoindre la Tendre Lumière.

J'ai construit mon existence à la fois dans sa mémoire et surtout, la rencontre de témoins qui sont devenus exemples pour moi.

 

 

Je tiens à m'unir à tous ceux et celles qui n'auront à offrir, ce jour, que des fleurs et quelques souvenirs qui les hantent.

 La mort des autres est toujours une perle de cristal qui ressemble à quelques larmes.

 

 

Le plus grand Hommage que nous puissions rendre à nos mamans, c'est d'Aimer la Vie, toute la Vie même avec ses blessures.

 

 Aimons nos parents tant qu'ils sont vivants après, ce sera beaucoup trop tard.

 

 Les regrets sont des gestes d'Amour que nous n'avons pas commis.

 Je ne regrette rien, ma mère est Vivante pour Toujours et à Jamais !

Penser à toutes les mères dont le sang coule dans nos veines comme une appartenance certaine, une source d'Amour aux éclats du soleil de notre Vie !

 

Bonne Fêtes de Toussaint à toutes et tous pour vos tendres êtres chéris endormis dans le coeur de l'Absolu.

Puissent nos prières se transformer en Hymne de Joie même si parfois, les béances de l'absence demeurent.

 

Votre Frère Bruno.

 

10:27 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Faire ensemble une Terre où il fait bon vivre.

1881559836.gif

Mon coeur est dans l'écrin de ton corps comme une palpitation subtile qui évite la mort.

D'ailleurs, l'Amour est plus puissant que Tout, puisqu'il dépasse toutes les détresses de la Terre.

Je t'Aime dans le regard émerveillé des enfants de la Vie.

Ceux qui ont gardés une âme d'artiste sur le monde en péril.

Ceux qui sourient même lorsque leurs pieds sont au bord du précipice.

Ceux qui demeurent optimistes avec réalisme.

Ceux qui nous ressemblent un peu ou auxquels nous ressemblons pour mieux nous rassembler.

Et faire ensemble une Terre où il fait bon vivre l'Amour au présent du plus que parfait.

Je t'Aime dans l'immensité de l'univers et mon coeur peut en contenir tous les battements car, depuis qu'il te connaît, il est devenu gigantesque au point de ne jamais douter de l'Humanité...

Oui, je t'Aime et j'espère que tu retrouveras les bonnes couleurs qui enchantent tes yeux sur le nouvel écran de nos désirs.

 

Bruno LEROY.

 

10:21 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

30/10/2012

La mort est une porte ouverte vers l'Infini.

548793_10151099943853185_1911926789_n.jpg

Nous arrivons vers une lumière particulière, celle de la Toussaint. D'aucuns pensent que nous célébrons les morts et leurs mystères. Ceci est bien évidemment faux et vrai en même temps. Faux dans le sens où nous fêtons également ses petites fourmis qui travaillent en silence pour forger un monde meilleur selon le cœur de Dieu. Ces personnes sont vivantes et nous les côtoyons souvent sans savoir parfois qu'elles portent un germe de sainteté. Vrai aussi, nous faisons mémoire des morts qui sont dans la brûlure de l'Amour Divin. Les Saints et Saintes que nous prions sont souvent dans l'espace-temps de notre Seigneur Jésus-Christ. Ils en connaissent le secret et la Puissance de compassion qui émane de Lui. Ils vivent en osmose avec son âme. La mort est une porte ouverte vers l'Infini de Dieu.

 

 

Comme disait Guy Gilbert avec un peu de provocation, les morts se fichent de nos fleurs. Il voulait mettre l'accent sur la prière et non le pharisaïsme qui consiste à mettre un pot de chrysanthèmes et d'oublier le reste de l'année le défunt. Il faut bien faire son devoir, comme disent certains...

Non, il faut toujours agir par conviction et ne pas attendre l'approbation des autres. Notre Foi est d'abord personnelle. Elle est relation avec le Christ chaque jour et nul ne connaît la consistance de cette relation. Elle est acte de Tendresse envers un Inconnu devenant de plus en plus connu et palpable dans notre conscience. Au fil des jours qui passent...

Puis, cela se perçoit dans notre comportement. Nous savons alors que nous sommes habités de Sa présence. Notre soleil intérieur ne pleure plus, il cherche les éclats positifs de la Vie.

Ce chemin vers la sainteté, nous le pratiquons donc chaque jour sans même nous en apercevoir ou le vouloir.

Et je pense que ne pas vouloir devenir saint à tous prix est la meilleure façon de le devenir.

 

 

Vivre en chrétien chaque jour en acceptant nos faiblesses, nos forces, nos charismes. Se nourrir de la Sainte Bible comme une vitale lecture de l'âme.

Nous ne sommes que de petits marcheurs vers cette sainteté qui illumine notre quotidien.

 

 

Il faut que notre approche spirituelle devienne Universelle. Ainsi, nous pourrons partager dans le respect, nos expériences communes.

La Foi est pour moi une expérience, car si vous saviez combien de fois, j'ai failli m'écrouler et j'ai senti la main de l'Amour me sortir du puits.

Expérience, pour moi, d'une vie bien remplie ( trop peut-être ) au service des autres et surtout des blessés de notre société.

Je pense intimement que Dieu a voulu que je suive cette route. Il en existe des milliards et chacune demeure respectable.

Puissiez-vous vivre selon les desseins de l'Esprit, même dans la souffrance ou les difficultés.

Un vieux prêtre disait un jour à un jeune qui ne comprenait pas " l'intérêt " de la prière.

- As-tu un grand père ?

- Oui et je l'aime beaucoup, mon pépé !

- Et tu ne lui parles jamais ?

- Si bien-sûr, pourquoi cette question ?

- Parce que tu me dis aimer Dieu et u ne veux pas même Lui parler.

- Tu vois, mon garçon. Tout Amour a besoin d'être dit par des mots ou des gestes. Nous avons besoin d'exprimer l'Amour qui enfle notre cœur.

Comme il avait raison ce vieux prêtre. Aimons-nous et osons le dire pleinement pour nous épanouir au firmament des autres.

 

 

Nous avons le choix dans la réussite relationnelle. Soit que nous nous fermons comme des huîtres, et personne pas même Dieu ne pourra entrer.

Soit que nous nous ouvrons aux événements agréables ou sordides de notre existence. Mais nous accueillons les murmures du Temps.

Notre sainteté est d'aimer à tort et à travers, certes avec fermeté, mais sans préjugés.

Dans chaque être scintille une étoile qui vient de Dieu. A nous de la trouver !

 

Bruno LEROY.

 

11:53 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Regard d’une enfance retrouvée.

295326_10151112550278185_1279641900_n.jpg

Le vent chante dans tes arbres,

Les cordes sont des feuilles,

Qui s’effeuillent dans tes baisers,

C’est la mélodie de l’amour.

 

Celle que nous voulions jouer,

Lorsque nous étions enfants,

Puis en grandissant les intérêts,

Sont venus tuer nos élans.

 

A quoi sert de vivre sans tendresse,

La question se pose-t-elle adulte,

Quand l’argent inonde nos illusions,

Donne le faux frisson d’exister ? !

 

Non certains ne semblent plus habités,

Par un silence profond qui les fait danser,

Aux pas d’une absolue liberté,

D’une subtilité de humer la vie en son corps.

 

Que faut-il faire au creux de cet enfer,

Il faut retrouver l’âme perdue dans l’éternité,

Le cœur enfoui dans les marées trop matures,

L’enfance échevelée qui sourit au présent.

 

Et de tes yeux tu verras les oiseaux,

Danser dans la lumière de l’éther,

Pur sera ton regard d’une enfance retrouvée,

Les vagues viendront se reposer sur les rochers.

 

Les forêts parleront au soleil,

Des nuits où tout s’émerveille,

Même les murmures des ruisseaux,

Écouterons ta parole intérieure.

 

Tu seras le sage qui sait les secrets,

De notre mère nature qui souvent pleure,

De nos comportements trop intolérants et durs,

Alors, tu te lèveras pour sauver son dernier souffle.

 

Tu sauras le mystère des êtres et de l’amour,

Tu écriras sur les sables mouvants tes rêves d’enfant,

Car tu ne craindras pas que les tempêtes les efface,

Ils sont écrits en toi comme une préface du Bonheur.

Demain plus jamais ne te fera peur !

 

Bruno LEROY.

 

11:44 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

28/10/2012

Les combats d'un prêtre.

11:10 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., TÉMOINS DE CE TEMPS. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

26/10/2012

Le père Guy Gilbert toujours Hospitalisé.

le-pere-guy-gilbert-s-inquiete-de-la-deshumanisation-des-jeunes-delinquants-qui-empire-avec-la-crise.jpg

Sacrifiant à une ancienne tradition rurale de Saint-François d’Assise, la bénédiction des animaux a été accomplie dimanche 21 octobre salle des Merisiers par le père Georges Verger, curé de Villevaudé, et le chanoine Olivier Vatar, responsable de la paroisse de Chelles.

 

 

 

C’est Guy Gilbert qui devait célébrer pour la 3e année consécutive cette cérémonie religieuse, mais victime d’un AVC (Accident vasculaire cérébral ) survenu mardi 16 octobre, il a été hospitalisé à l’hôpital militaire des Invalides où il se rétablit progressivement.

 

 

Le père Guy Gilbert a eu 77 ans en septembre.

 

 

Il ne se ménage pas, œuvrant continuellement pour sa fondation, la bergerie de Faucon, qui accueille des jeunes délinquants en voie de réinsertion qui lui ont été confiés par la justice.

 

 

 

www.guygilbert.net

 

 

19:36 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Sur le chemin de la confiance contagieuse.

6.32.jpg

L'affirmation de soi et de sa différence prend toujours le visage du refus et de l'opposition. Dès l'âge de deux ans, l'enfant sait dire non. Il met son entourage à l'épreuve et enregistre les réactions qu'engendre l'exercice de sa fragile autonomie. Il peut, par son entêtement, paralyser les projets de toute la famille, faire perdre patience à ses parents, obtenir parfois de guerre lasse ce qu'on lui refusait, centrer toute l'attention sur lui au détriment de ses frères et sœurs. L'adolescence est, on le sait, une autre période privilégiée pour exister en s'opposant. Il faut tout de même du temps, souvent jusqu'à l'âge adulte, pour parvenir à la véritable capacité de dire " NON ", sans blesser l'autre et sans culpabilité, simplement se respecter soi-même et se faire respecter des autres.

 

S'affirmer positivement ou afficher refus et résistance sont deux façons d'atteindre l'identité personnelle et de la manifester. L'incapacité d'emprunter l'une ou l'autre voie, chez un adulte, est signe d'une maturité inachevée. Affirmation et refus prennent racine dans l'individu et lui permettent de se poser différent face à l'autre. Mais l'autre contribue aussi à façonner l'identité en jouant le rôle de miroir et en reflétant à l'individu sa propre valeur.

C'est le cas de l'amour maternel et paternel, de l'amour du couple ou de l'estime qui se développe entre collègues de travail. Ces relations sont normalement marquées par l'acceptation mutuelle.

 

Cela n'implique pas, tout le monde le sait, que les partenaires soient toujours d'accord ni qu'ils partagent les mêmes goûts et les mêmes vues sur tout .. Mais cela signifie que chacun est accueilli et apprécié comme il est de façon globale et positive. On peut dire à l'autre son désaccord, le reprendre, l'encourager à repousser une limite ou à combattre un défaut. C'est une autre façon de lui refléter qu'on croit en lui et qu'on désire qu'il grandisse davantage en devenant pleinement lui-même. La confiance est contagieuse lorsqu'elle révèle à un être tout ce qui l'habite et lui tend la main pour lui ouvrir la porte de son destin.

 

Rêvons d'une société où notre confiance serait force de persuasion avec ce regard d'amour qui fait grandir l'autre en son humanité afin qu'il puisse s'affirmer face à la rudesse d'un monde qui néglige mortellement nos individualités. Rêvons d'une humanité libérée et faisons en sorte que nous aidions à cette libération par notre confiance donnée avec amour à ceux et celles dont les pas hésitant demandent qu'on les soutienne dans leur titubation vers leur affirmation.

 

Bruno LEROY.

 

19:27 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

16/10/2012

Message de Guy GILBERT.

Scan2.jpg

En rentrant de conférence le 7 octobre dernier, j'ai eu un malaise soudain.

Les examens réalisés ont révélés que j'ai été victime d'un avc léger (accident vasculaire cérébral).

Par chance, j'ai récupéré presqu'aussitôt ma mobilité physique et verbale.

Néanmoins, il s'impose à moi de ralentir mon activité.

Ma vielle peau de 77 ans a subi sa première alerte importante.

Je continuerai donc à foncer ... doucement.

Votre frère,

Guy Gilbert.
Lundi 15 octobre 2012.

20:44 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., LES BLOGS AMIS., TÉMOINS DE CE TEMPS. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |