7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2014

Les plus pauvres au cœur de ma mission.

kaleidoscope_anim.gif

 

Mesdames, Messieurs,

 

J’ai profité de quelques instants de liberté pour vous partager des textes, des impressions personnelles. Cependant, vous n’êtes pas sans savoir que les plus pauvres d’entre nos frères et sœurs, sont au cœur de ma mission. Sans eux, je ne serai jamais devenu ce que je suis.

Ils ont dérangés ma vie dans le meilleur sens du terme. J’eusse probablement vécu une existence confortable, plus facile sans leur survenue offensive dans mon apostolat.

Ils donnent une saveur particulière à mes jours. Et surtout, la nécessité de les écouter sans mesure et de gérer les imprévus. Cette façon de vivre approfondit mes connaissances professionnelles et mon besoin essentiel de l’intériorité.

Parfois, l’urgence de dire à certaines personnes que la précarité est mal perçue, car dangereuse dans une société de crise existentielle. Ce besoin constant de trouver des boucs-émissaires  pour nous déresponsabiliser de notre propre réalité me donne souvent le dégoût de cette société. Certains visages émaciés par la faim ou d’autres que l’on appelle péjorativement les étrangers font peurs aux plus lâches d’entre-nous ou aux moins fraternels.

De plus, lorsqu’il s’agit de chrétiens, je ne puis m’empêcher de penser que l’Évangile fait partie non pas d’une théologie pratique mais d’une foi non pratiquée. Et je dégueule fiévreusement à l’intérieur de mon être. Chrétien sociologique ne sert à rien en ce monde en mouvement. Un titre, voilà tout. Non une incarnation du Christ dans les moindres alvéoles pulmonaires de notre souffle. Rassurez-vous, il m’arrive également de ne pas être constant dans ma Foi. La prière me remet sur les sentes arides de la dure réalité.

Aimons-nous comme des Frères et Sœurs au Nom d’un même Père. Et notre conscience s’en trouvera libérée, car nous aborderons chacun avec bienveillance.

Cela nous redonnera le soleil éclatant de Dieu face aux adversités.

Et les supposés ennemis ne serons que fantômes dans nos esprits.

Puisque notre Vie tout entière sera menée par les injonctions de l’Esprit saint et non nos pulsions de haine du prochain.

Être chrétien est un programme à suivre avec intelligence et ferveur. Pas un simple quolibet pour faire rire les imbéciles. Mais une vie ancrée réellement dans la chair du Christ.

Ceux qui font sourires à cause de leur Foi ne vivent pas vraiment Dieu.

Il faut vivre Dieu passionnément sans véritable retenue intérieure.

 

Bien Fraternellement, Bruno.

 

Union de prière. 

12:48 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.