7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2007

Le stress au travail double le risque de récidive de crise cardiaque.

       

Les personnes occupant un emploi stressant après avoir eu un infarctus courent deux fois plus de risque d'être victimes d'une seconde crise cardiaque, rapporte une équipe de la faculté de médecine de l'Université Laval de Québec.

Les chercheurs ont suivi 972 patients, âgés de 35 à 59 ans, ayant subi un infarctus du myocarde et les ont interrogés à intervalle régulier pendant 6 ans après leur retour au travail afin d'amasser des informations sur leur état de santé, leurs habitudes de vie, leur profil socioéconomique et le stress engendré par leurs activités professionnelles. Pendant la période de suivi, 124 sujets ont eu un infarctus et 82 ont souffert d'angine instable, pour un total de 206 récidives.

Les sujets qui vivaient un stress élevé au travail lors des deux premières rencontres avec les chercheurs encouraient deux fois plus de risque d'être victimes de récidive que les autres participants. Ce risque subsistait même après avoir éliminé l'effet de variables comme le profil socioéconomique, le style de vie, le type de personnalité et l'environnement de travail. L'étude indique toutefois que le stress n'affecte pas la probabilité de récidive pendant les deux premières années qui suivent l'infarctus.

A la lumière de cette étude parue dans le Journal of the American Medical Association, le comité éditorial a publié un commentaire éditorial encourageant les médecins, ou un autre membre du personnel soignant, à prendre le temps de mesurer le stress au travail que vivent les personnes qui ont subi un infarctus.

08:25 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SANTÉ. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.