7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2009

Le capitalisme libéral a volé aux hommes leur humanité.

Appliquons-nous à cette création intérieure.      

 

Début de la 16ème et dernière conférence donnée par M. Zundel à Timadeuc en avril  1973. Quelques paragraphes seulement mais tellement importants. Ne restons pas à la surface de toutes les « choses ».

 

Le capitalisme libéral a volé aux hommes leur humanité. Nous avons à vivre la création intérieure tellement qu'elle rayonne sur le monde entier. Les biens de l'esprit ne se transmettent qu'en étant vécus. ...

 

«  Le plus grand crime que l'on puisse commettre, c'est de voler aux hommes leur humanité, c'est ce qu'a fait le capitalisme libéral, au nom de la liberté-même du contrat, mais c'était une liberté homicide puisque les ouvriers n'avaient pas le choix, et qu'ils devaient accepter des salaires de famine plutôt que de mourir positivement de faim. Alors s'est vérifié ce que nous avons vu si souvent : dans l'indignité du traitement qu'il subit, l'homme a pris conscience de sa dignité. C'est sur ce fondement que Marx s'est appuyé : il a mobilisé le prolétariat contre une situation indigne, mais il était parfaitement incapable de fonder cette dignité.

 Nous l'avons remarqué constamment : il est facile de s'insurger "contre", il est très difficile de deviner la direction dans laquelle se situe le bien que l'on réclame ! et c'est là la situation actuelle : on réclame sans cesse la dignité de l'homme, mais on ne sait pas où la situer, et chacun finalement commet ce crime de voler à l'homme son humanité ! que ce soient les marxistes au nom de leur absolu avec cette "collectivité" qui n'est "personne",  ou bien que ce soit  le monde libre qui ignore lui aussi le sens de la personne, et qui, par prétérition parce qu'il n'en parle jamais, laisse périr dans l'homme son humanité !

La plus grande erreur serait de revendiquer cette (la) création inté­rieure  sans la vivre ! et, si nous avons à intervenir - et nous avons à inter­venir ! - ce ne peut être que sous cette forme : vivre cette création intérieure, tellement qu'elle rayonne sur le monde entier, comme l'a fait Thérèse de Lisieux dans l'obscurité de son couvent, car les biens de l'esprit ne se communiquent qu'en étant vécus. Le plus grand danger que court l'Eglise en ce moment, c'est ce bavardage illimité où l'on se propose toutes sortes de programmes magnifiques, mais sans les vivre !

Les biens de l'esprit ne se transmettent que dans la mesure où ils sont vécus. Mourir le fusil à la main, comme Che Guevara c'est très bien, mais après ?  Quelle découverte l'humanité va-t-elle faire de ces valeurs ?

Gandhi devant l'empire britannique : Qu'est-ce qu'il y avait ? Trois cent mille  anglais ! Trois cent mille anglais qui tenaient en respect cinq cent millions d'hommes ! Il aurait été si facile de massacrer ces anglais ! Mais non : vous ne tou­cherez pas à un de leurs cheveux ! La consigne de Gandhi c'était : il faut les rappeler à leur humanité, eux aussi sont des hommes, ils sont capables d'atteindre à la conscience de la justice ! il faut leur donner cette chance. Nous pourrons certainement, par des mouvements de passivité qui empêcheront le gouvernement britannique d'avoir barre sur nous, nous pourrons d'une cer­taine façon affirmer notre dignité, mais la vie de l'anglais doit nous être sacrée, parce qu'il faut l'amener justement à prendre conscience de l'injus­tice qu'il commet, pour qu'il la répare spontanément.

"Enfonçons-nous donc dans l'épaisseur" (1),  comme dit S.Jean de la Croix, et appliquons-nous à cette création intérieure, c'est par là, c'est par là que nous contribuerons à la naissance de la véritable humanité.

C'est cette création intérieure, dès lors que nous allons contempler dans la très sainte Vierge, qui est à l'origine, précisément de ce monde nouveau, éternellement nouveau, qui jaillit du Coeur de la Sainte Trinité ! car la grande nouveauté, c'est cela, c'est la très sainte Trinité, nouveauté qui ne s'épuise jamais, et qui ne peut que susciter chaque jour un nouvel émerveillement. » 

 Maurice Zundel.

Note (1) : ne restons pas à la surface des "choses" !

 

Ps : Ce texte ainsi que, les autres écrits de Maurice ZUNDEL proviennent du Site essentiel pour bien connaître les profondeurs de la pensée de ce prêtre " atypique " :

10:42 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans MAURICE ZUNDEL. | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Commentaires

Avec Mme Cadel et Christian Blin, avec lesquels je travaille, nous sommes ravis que vous vous intéressiez à notre site, créé déjà depuis plusieurs années: www.mauricezundel.net, (anciennement www.elan-en-trinite.com.)
Nous sommes heureux de votre contribution à la diffusion de la pensée de Maurice Zundel,. Pouvez-vous simplement citer, sur votre site, vos sources, soit: www.mauricezundel.net, ces textes étant inédits. Ceux-ci nous sont fournis par le Père de Boissière, héritier spirituel de Maurice Zundel à qui on doit de le connaître aujourd'hui. Amitiés. P.Debains

Écrit par : Paul Debains | 09/01/2009

Cher Monsieur Debains,

Je vous remercie de votre compréhension et ne manquerai pas à l'avenir de citer la source d'où jaillissent les magnifiques textes de Maurice Zundel. Je pensais sincèrement que ces écrits étaient des reprises de certains livres de Zundel.

Votre travail est essentiel pour maintenir vivante la pensée de ce grand Homme mais, aussi prêtre de l'Eglise catholique dont les réflexions furent les prémisses indispensables à la naissance de Vatican II.

Avec mes remerciements les plus authentiques !
Très Fraternellement,
Bruno LEROY.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 09/01/2009

Heureux de découvrir ce blog et aussi par ce biais celui consacré à M. Zundel ...
en écho à ce texte admirable je me souviens de ce qu'écrivais Berdiaev : " Les droits de l'homme présupposent ceux de Dieu ..." !
Merci M. Leroy ... et à tous ceux qui ne se laissent pas abuser par "ce monde"

Écrit par : Thierry | 11/01/2009

Merci, Thierry, pour votre message encourageant et radieusement sympathique. Cela fait chaud au coeur !
Non, rassurez-vous, je ne me laisserai jamais abuser par ce monde car, je suis plein de convictions profondes et trop anticonformiste pour cela...!
Je vous souhaite une excellente journée emplie de soleil intérieur.
Bien Fraternellement, Bruno.
Et au plaisir de vous relire...!

Écrit par : BRUNO LEROY. | 12/01/2009

Les commentaires sont fermés.