7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2010

JE NE SAVAIS PAS.

Je ne savais pas en faisant ces examens,
Que le destin figerait mes mains,
Je ne savais pas au regard de la douleur,
Que le mal en moi progressait telle une rancœur,
Et qu'il était possible seulement de l'apaiser,
Pas de le détruire m'ayant trop détruit de l'intérieur,
Non je ne savais pas que le couperet tomberait,
Pour me dire de cesser mes activités,
Vos os sont en papier et finiront par vous laisser tomber,
Je pensais être plus fort que les événements,
Depuis hier, je sais n'être que du vent,
Maintenant, je ne sais pas ce qu'il me reste de temps,
Pour aider, aimer ceux et celles qui sont en marge,
Non, je ne savais pas que le médecin dirait,
D'un air neutre mais sûr que mon corps n'est que sable.
Dans une ultime prière je demande quelques années,
Mais n'est-il pas orgueilleux de se croire indispensable ?
D'autres se lèveront dans la continuité de mes combats,
Et se diront peut-être comment faisait-il pour ne pas baisser les bras,
Il avait la prière, la vertu de force et l'Amour au bout des doigts.
Non, je ne savais pas que Tout pouvait s'arrêter là pour un IRM,
Serait-ce lui qui dicterait soudain mon avenir ou en serai-je encore acteur,
Demain...?
 
Bruno LEROY.

11:45 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LA POÉSIE DE LA VIE | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Je ne sais pas si ce texte est autobiographique...
S'il l'est, il faut se dire que tout est possible à Dieu. Dieu peut prolonger la vie de personnes malades (voire même très gravement malades) pendant des années et des années et des années.
Je connais personnellement une personne qui a vécu (et même bien vécu) avec un cancer généralisé pendant plus de 30 ans.
Tout cela pour dire que, vraiment, tout est possible à Dieu.
Et comme dit souvent soeur Elvira : "Il n'y a qu'aujourd'hui qui compte".
Cela est vrai pour chacun de nous (même si nous sommes en très très bonne santé) car chacune de nos vies est entre les mains de Dieu. Il n'y a donc pas tant de différence entre les malades et les bien portants, finalement (je dis cela surtout pour les bien portants qui pensent que leur bonne santé les met à l'abris de tout).

RV

Écrit par : RV | 28/03/2010

C'est effectivement autobiographique. Je me serais bien passé de ces quelques vers sans prétention. Mais, la surprise est tellement grande, énorme et difficilement acceptable que j'ai écrit cela comme un cri thérapeutique.

Je sais RV que la guérison est possible mais pas toujours réalisée. Alors, il faut quand même rester lucide justement pour ceux qui restent et n'ont rien demandés à personne.
Puis, envisager l'a-venir !
Je garde la Foi et l'Espérance envers et contre Tout, Cher RV. Et je me battrai jusqu'au bout de ma propre histoire. Mais la prière demeurera ma respiration de chaque jour vers l'Infini de l'Amour.
Je vous remercie pour votre message plein de Vérité qui réchauffe le coeur et l'âme !

Bien Fraternellement, Bruno.

Écrit par : Bruno LEROY. | 28/03/2010

Un pas suivi d'un autre pas, pour aller jusqu'au chevet de notre Père.... Un chemin qui nous rapproche tous, même tous ceux qui veulent réduire l'Espérance à un instant vite oublié.

Chère Bruno, je prie pour que Confiance et l'Espérance soit jusqu'au bout le ciment du sable éphémère qui compose nos êtres de chair !


Dans la Confiance et l'Espérance

Le papa de Aude

Écrit par : Le papa de Aude | 28/03/2010

Bonjour Bruno,
Je viens de lire ce texte qui me touche très profondément, vous avez formulé en paroles ce que moi à certain moment de ma vie était incapable de mettre en parole
Pour moi ce n’était pas une IRM, mais le résultat de biopsie après gastroscopie, j'étais encore si jeune, en pleine vie....et je m'imaginais que ce ne serait qu'une simple gastro-entérite, mais.....la réalité était bien une autre.....ma vie a basculé d'un instant à l'autre. Plus rien n'était comme avant ...
On m'a dit au mieux 3 mois.... tumeur coriace du pancréas, il faut agir pour vous soulager la fin...et je suis partie seule à l'étranger avec l'idée de ne plus revoir mon pays vivante....
Cela va faire bientôt 10 ans, et je suis toujours là.....j'ai passé 18 mois de calvaire e j'ai vécu beaucoup de nuit sans lumière, plus qu'une fois dans cette nuit j'ai récité les phrases de St Jean, oh nuit sans lumière....aujourd'hui je vois cette maladie comme un passage obligé, qui fait partie de ma vie....qui m'a façonnée... Ma vie ne sera plus jamais comme avant, mais je ne me concentre pas sur ce que je n'ai plus et ce que je ne peux plus mais sur ce qui m'est resté après tout. Depuis je considère chaque jour comme le premier du reste de ma vie et une chance que le Tout Puissant m'a offerte pour témoigner de son amour parmi les plus démunis. Bien cher Bruno, vous voyez à quels points nos vies se croisent....que de similitudes....Sachez que je suis avec vous prête à vous soutenir et que je vous porte dans mes prières. Je vous salue avec les mots qui m'étaient réconfort durant tous ces mois: même quand il n'a plus rien à faire, il y a toujours d'espoir .....car pour Dieu tout est possible cordialement. Diane

Écrit par : Diane REMY | 30/03/2010

Bonjour Bruno,
Je viens de lire ce texte qui me touche très profondément, vous avez formulé en paroles ce que moi à certain moment de ma vie était incapable de mettre en parole
Pour moi ce n’était pas une IRM, mais le résultat de biopsie après gastroscopie, j'étais encore si jeune, en pleine vie....et je m'imaginais que ce ne serait qu'une simple gastro-entérite, mais.....la réalité était bien une autre.....ma vie a basculé d'un instant à l'autre. Plus rien n'était comme avant ...
On m'a dit au mieux 3 mois.... tumeur coriace du pancréas, il faut agir pour vous soulager la fin...et je suis partie seule à l'étranger avec l'idée de ne plus revoir mon pays vivante....
Cela va faire bientôt 10 ans, et je suis toujours là.....j'ai passé 18 mois de calvaire e j'ai vécu beaucoup de nuit sans lumière, plus qu'une fois dans cette nuit j'ai récité les phrases de St Jean, oh nuit sans lumière....aujourd'hui je vois cette maladie comme un passage obligé, qui fait partie de ma vie....qui m'a façonnée... Ma vie ne sera plus jamais comme avant, mais je ne me concentre pas sur ce que je n'ai plus et ce que je ne peux plus mais sur ce qui m'est resté après tout. Depuis je considère chaque jour comme le premier du reste de ma vie et une chance que le Tout Puissant m'a offerte pour témoigner de son amour parmi les plus démunis. Bien cher Bruno, vous voyez à quels points nos vies se croisent....que de similitudes....Sachez que je suis avec vous prête à vous soutenir et que je vous porte dans mes prières. Je vous salue avec les mots qui m'étaient réconfort durant tous ces mois: même quand il n'a plus rien à faire, il y a toujours d'espoir .....car pour Dieu tout est possible cordialement. Diane

Écrit par : Diane REMY | 30/03/2010

Bonjour Bruno,
Je viens de lire ce texte qui me touche très profondément, vous avez formulé en paroles ce que moi à certain moment de ma vie était incapable de mettre en parole
Pour moi ce n’était pas une IRM, mais le résultat de biopsie après gastroscopie, j'étais encore si jeune, en pleine vie....et je m'imaginais que ce ne serait qu'une simple gastro-entérite, mais.....la réalité était bien une autre.....ma vie a basculé d'un instant à l'autre. Plus rien n'était comme avant ...
On m'a dit au mieux 3 mois.... tumeur coriace du pancréas, il faut agir pour vous soulager la fin...et je suis partie seule à l'étranger avec l'idée de ne plus revoir mon pays vivante....
Cela va faire bientôt 10 ans, et je suis toujours là.....j'ai passé 18 mois de calvaire e j'ai vécu beaucoup de nuit sans lumière, plus qu'une fois dans cette nuit j'ai récité les phrases de St Jean, oh nuit sans lumière....aujourd'hui je vois cette maladie comme un passage obligé, qui fait partie de ma vie....qui m'a façonnée... Ma vie ne sera plus jamais comme avant, mais je ne me concentre pas sur ce que je n'ai plus et ce que je ne peux plus mais sur ce qui m'est resté après tout. Depuis je considère chaque jour comme le premier du reste de ma vie et une chance que le Tout Puissant m'a offerte pour témoigner de son amour parmi les plus démunis. Bien cher Bruno, vous voyez à quels points nos vies se croisent....que de similitudes....Sachez que je suis avec vous prête à vous soutenir et que je vous porte dans mes prières. Je vous salue avec les mots qui m'étaient réconfort durant tous ces mois: même quand il n'a plus rien à faire, il y a toujours d'espoir .....car pour Dieu tout est possible cordialement. Diane

Écrit par : Diane REMY | 30/03/2010

Les commentaires sont fermés.