7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2012

Le bonheur est à construire chaque matin.

2a81154e-bc74-11e1-b441-6b09cac14756-800x532.jpg

La ville allume ses lucarnes dès la nuit venue,

Dans les banlieues, les maisons, les fenêtres,

Parlent d’un destin que je ne puis connaître,

Toutes ses vies dans leurs habitats inconnus,

Sont-ce des rires, des sourires, des cris, des pleurs,

Qui jaillissent aux carreaux lumineux de leurs cœurs,

Sont-ce de vieilles rancœurs qui jamais ne meurent,

Sont-ce des rires de joie qui éclatent parmi les bruits,

De la ville endormie,

Combien d’histoires de famille se sont métamorphosées,

Pour devenir de mystérieux secrets insoupçonnés,

Ou devenir ce bonheur évident sur les paysages des visages,

Et je me demande pourquoi la vie des gens m’intéresse tant,

Pourquoi essayer de deviner derrière leurs cocons illuminés,

Les légendes que chacun s’inventent pour ne pas pleurer,

Ou pour ne pas avoir l’arrogance de l’allégresse en ces temps,

Déprimés économiquement,

 

Souvent, lorsque le soir met son pyjama d’étoiles,

Je contemple la vie qui palpite de partout,

Et je me raconte des histoires chimériques,

Où le monde entier de mon quartier sera heureux à jamais,

Puis je retombe dans la brutale réalité que ces gens,

N’ont en fait jamais quittées,

Cette réalité aux parfums inachevés qui laissent espérer,

Que demain sera plus flamboyant qu’aujourd’hui,

Il ne peut en être qu’ainsi,

Le bonheur est à construire chaque matin,

Quand tu prends ma main et me souris,

Je sens bien qu’après la nuit de nouvelles espérances,

Sont en vie à l’infini,

Je sais bien que l’instant présent est un fruit à déguster,

Pour exister chaque jour jusqu’au firmament de l’éternité.

 

Nous sommes des chercheurs d’amour et nous nous acharnons,

Tant que nous n’avons pas fait l’expérience sans retour,

De cette seule raison de vivre sur cette terre qui ne tourne pas rond,

Avec ses idées de pognon et de mal-façon et ses conformistes cons,

Nous voulons de l’amour qui donnera de la saveur à la splendeur des jours.

 

Bruno LEROY.

 

 

12:59 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

30/08/2012

Don Bosco Don de Dieu.

20:30 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans AMIS ( ES ) SPIRITUELS OU ARTISTES., CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., CULTURE., Film, GUIDE DE VIE SPIRITUELLE., POUR LES JEUNES., Web | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/08/2012

La crise serait-elle un défi spirituel ?

E002213_LRG.gif

Nous ne pouvons plus vivre ainsi, c’est une évidence. Comment vivons-nous dans ce système qui détruit l’Humain en ne valorisant que les notions de rentabilité, productivité sous le regard bienveillant de l’économie ?

La réponse est simple à moins d’être masochiste au premier degré, nous ne vivons pas ! Nous ne vivons plus, nous survivons...

Est-ce un phénomène politique, philosophique, psychologique ?

 

Il paraît indispensable de prendre ses trois dimensions en compte. Le politique n’est pas uniquement le Gouvernement. Cela est également notre capacité à développer un comportement Citoyen au cœur de la cité. Et bien-sûr, il est nécessaire dans ce cas, d’interpeller les politiques pour engager une communication responsable avec eux.

 

Le philosophique est notre recherche de vérité profonde face aux paradigmes sociétaux. Comment chercher la Vérité de son être lorsque la télévision, les journaux pensent pour nous ? En relativisant leurs propres analyses comme étant critiquable dans le sens noble du terme. C’est-à-dire que ces organes médiatiques ne détiennent pas la Vérité absolue. Il faut se façonner une vision, un idéal de sa propre existence sur terre. Donner sens à tout ce que nous vivons et peu importe sa densité. Chaque geste, chaque pensée même de prime abord superficielle, peuvent creuser des sillons au profond de notre âme. Il faut pour cela habiter son temps, vivre intensément l’instant. Combien de minutes prenez-vous par jour pour effectuer une introspection qui ferait grandir votre spiritualité. Cette force de ne plus se considérer comme un objet parmi d’autres. Mais devenir pleinement Humain au fil des jours. Pour les chrétiens, quelle est l’importance de la prière face aux heures qui coulent entre vos doigts. Quelle place accordez-vous à la contemplation. Vous arrive-t-il d’écrire des moments merveilleux que vous avez vécus afin d’en faire mémoire et d’ébaucher une philosophie de Vie qui renforcera vos convictions. Ces valeurs qui bien souvent sont à contre-courant de notre société de tout à jeter. Valeurs non éphémères mais immortelles en leur essence.

 

Tout cela est extrêmement sérieux pour vivre dignement dans un Monde qui n’a guère que le mot crise sur les lèvres. Notre équilibre intérieur ne saurait générer un chaos extérieur. Si nous sommes cohérents avec nos propres idées et comportements ; nous ne serons peut-être pas appréciés par tous mais nous aurons cette indéfectible certitude de marcher sur le juste chemin.

Pensons un peu à ce que sont devenues les valeurs gratuites comme l’Amour, la Tendresse, le Respect. Nous devons impérativement devenir des mystiques, c’est-à-dire des personnes en recherche du Mystère qui donne un sens à notre existence. Sinon, c’est la mort sociale qui nous attend. Et nous savons de façon scientifique que celle-ci mène inéluctablement à la mort physique.

 

Pour savourer la saveur du Bonheur, il nous faut cultiver dans notre jardin intérieur l’humilité et la simplicité. Humilité vient du latin " humus ", c’est-à-dire faire éclore sa vraie nature sans artifices. Ce n’est point s’humilier mais se révéler tels que nous sommes aux yeux des autres. Et la simplicité, c’est toujours et en toutes occasions chercher l’Essentiel en excluant le superficiel.

Ne sont-ce point là des idéaux à atteindre en période de crise ? Ces valeurs intrinsèques à l’Humain nous sauveront, sans nul doute, des délires financiers et mercantiles de cette Crise qui efface notre part d’humanité.

 

Notre créativité personnelle s’épanouit alors tel un aurore gracieux dans un ciel lumineux pour nous donner des idées alternatives afin que cette crise économique ne soit plus une ombre sur notre conscience.

Il ne faut pas voir cette crise comme une perte des repères et valeurs mais comme une métamorphose de nos sociétés.

Il nous faut accueillir cette crise tout en la combattant sinon, nous risquons de sombrer dans la dépression.

Il faut voir cette crise non pas comme une résignation citoyenne mais, comme un défi spirituel.

 

De plus, je puis vous affirmer avec des exemples à l’appui que nous ne sommes qu’aux prémisses d’une économie qui se désagrège.

Les institutions subiront des secousses sismiques que nous n’avions pas même imaginés.

 

Et c’est en ce sens qu’il nous faut devenir matures dans nos approches des problématiques. Il nous faut demeurer forts et garder précieusement l’Espérance qui nous fait aller de l’avant quand les vents sont contraires. Le visage de notre terre change d’apparence. A nous de l’accepter sur certains points et de le refuser sur d’autres.

 

Si nous aimons suffisamment la vie, nous la laverons de ses scories. Sinon, nous ne serons que des êtres soumis face à un système qui nous détruit. Dieu pour nous aider à recouvrer la quintessence des véritables valeurs. A condition que nous soyons inlassablement des mystiques en recherche d’un bonheur hautement spirituel. Et cela n’est pas réservé aux seuls croyants, heureusement. Chacun peut trouver le bonheur au fond de son cœur. Puis vivre debout et libres par un refus à la soumission ambiante.

 

Bruno LEROY.

 

20:28 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

28/08/2012

Vivre en Humain demande un combat de chaque instant.

4281.jpg

 
 
Je connais bon nombre de personnes figées sur leur nombril. Quand elles lèvent la tête, leurs frères semblent étrangers. Et pourtant, ces individus prétendent aimer Dieu jusqu'au mysticisme. Leur problème fondamental est qu'ils prennent le Christ pour une bouée de sauvetage. Combien me disent être déçus par une absence de réponse à leurs prières. Dieu n'est pas celui qui va accomplir notre vie à notre place.
Heureusement pour notre libre-arbitre. Heureusement pour notre conscience humaine. Dieu marche à nos côtés et habite dans le centre de notre cœur. Il laisse s'épanouir les fleurs de notre destinée.
 
Il n'est pas là pour semer pendant que nous nous amusons. Il n'est pas là pour sourire lorsque nous souffrons. Il est présent pour nous accompagner sur les sentes escarpées de la Vie.
 
A nous d'avancer ! A nous de courir vers notre accomplissement total.
A nous de faire en sorte que les opprimés du système économique deviennent une partie de notre Famille. A nous de les aider à traverser les ruisseaux sauvages des administrations glacées. A nous de gueuler que la Dignité doit être respectée et peut-être davantage pour un être humain qui souffre de précarité.
 
A nous d'être les mains de Dieu, d'être son regard, son sourire, son rire et ses larmes aussi. Et parfois même ses cris. Mais ne nous voilons pas le visage en  nous retirant si loin du monde que nous construisons notre propre monde. C'est un piège spirituel qui demande une immense vigilance.
Et demandons la force dans la prière de vivre sur Terre les Volontés de Christ.
 
Nous témoignerons alors d'une Espérance possible pour une nouvelle planète possible transpirant d'amour et de liberté.
Puisse note seigneur Jésus-christ entendre vos gémissements jusqu'aux extrémités de la Terre aux confins des Nations.
Voyons ce qui illumine notre humanité et ces millions de lucioles qui travaillent pour donner un visage rayonnant à nos existences.
Alors, nous pourrons regarder le soleil dans les yeux et lui dire je t'aime, je t'adore.
 
Ouvrons-nous aux autres plutôt que nous replier sur notre petite, mesquine spiritualité qui n'est qu'un mot dans ce cas précis.
Dieu nous a donné deux mains pour que nous façonnions demain selon Ses desseins.
 
Je vous souhaite  une semaine où les autres auront de l'importance à vos yeux. Vivre en Humain demande un combat de chaque instant. Nous le mènerons ensemble dans la prière qui sanctifie nos comportements. 
 

Bruno LEROY. 

20:10 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

27/08/2012

L'Exclusion n'est pas une fatalité.

E001516_LRG.gif

Toute joie emmagasinée est un sacré pas sur le chemin du grandir. Nous l'oublions souvent. Nos prétentions de réinsertion des jeunes en difficulté sont souvent éloignées de la réalité. Or, la réalité, ce sont eux. Nos convictions mises en oeuvre et nos paroles étant vraies, les exclus pourront être associés aux mesures économiques, remis dans le circuit de leur responsabilité. Le cercle infernal de l'exclusion pourra être brisé, ouvert.

 

Si les éducateurs de rue partent du principe que l'exclusion n'est pas une fatalité, elle peut se combattre. Mais il y a nécessité et urgence à renouveler notre conception de la vie et du travail social.

 

Seul, notre regard anticonformiste sur les raisons et les causes de l'exclusion des jeunes, nous fera changer nos relations éducatives et nous empêchera de penser la réinsertion en terme de production, comme souvent la société nous le demande.

 

Je suis, de part mes fonctions, au service des jeunes et non de politiques capitalistes qui rêvent de rendre productives toutes les machines humaines. Je travaille pour l'épanouissement des jeunes et non leur aliénation au nom de quelques idéologies que ce soient, c'est mon regard d'éducateur de rue qui aime voir grandir l'adolescent en fonction de sa personnalité intérieure en pleine liberté de son devenir, qui me donne la force de continuer à temps et contre-temps.

 

Bruno LEROY.

 

12:42 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Ces petites joies parfaites, je vais les revivre en tant qu’éducateur.

la bresse-bruno.jpg

 

Je reviens après des semaines de silence intérieur. Je reviens comme si ma vie ne pouvait être ailleurs. C’est étrange cette sensation, non pas d’appartenir à une ville, mais à un quartier bien déterminé. Tous les amis, les frères et sœurs semblent ne jamais avoir traversé la rue depuis notre départ. Je pense qu’il ne sont pas même partis à la mer par cette chaleur caniculaire.

Il est des destins différents dans notre humanité et pourtant, ces personnes sont heureuses, de leur façon de vivre.

Pourquoi ?

Parce ce qu’elles ont données un sens à leur existence. Partir loin, ne fait pas s’enfuir les problèmes. Combien, ils ont raison de méditer sur place leurs peines et leurs joies.

Chacun sa vision d’habiter ce monde, soit en vagabond ou en sédentaire, n’ayant pas toujours le choix de ses désirs. Les désirs, nous devons les intégrer profondément en nous, afin de ne point les subir et d’en devenir esclaves.

Je suis donc rentré cette nuit sous un ciel sans étoile pollué par les lumières des villes.

Bien-sûr, je conserve en mon cœur, les longues méditations, les prières, les écrits jaillis de la conscience, les promenades et les délicieux repas préparés par l’étoile de ma Vie.

Et quelques restaurants dont un Glacier qui fait des sorbets aux myrtilles à vous damner un archevêque.

Oui, les vacances sont des instants intenses de joies, de rires, de bonheurs partagés.

Et ces petites joies parfaites, je vais les revivre en tant qu’éducateur.

Les lieux, certes ont changés, mais la conviction profonde de vouloir aller de l’avant vers les plus pauvres pour les aimer et combattre toutes injustices à leurs côtés, ne s’est nullement éteint. Au contraire, ce ressourcement éphémère mais structurel, redonne des forces indicibles.

Justement, en parlant de forces, qu’elles soient physiques ou spirituelles, elles ont besoin de se re-structurer chaque jour, par le repos. C’est pour cette raison également que je suis rentré plus tôt afin que mon Adjoint et mes équipiers s’immobilisent aux derniers parfums de l’été.

Et prennent donc des vacances bien méritées… !

Moi, je repars vers les banlieues où le soleil n’a pas toujours brillé sous la chaleur épaisse de vies désaccordées.

Je vous retrouverais dès que j’aurai retrouvé dans le sommeil, la source de mon énergie, après ce long trajet de cette nuit.

Travailler ce jour, n’est guère problématique mais, quand la nuit tombera en baissant ses rideaux de lumières. Mes yeux se fermeront pour chercher le soulagement profond du corps et de l’âme.

Ensuite, je reviendrai vous visiter.

 

Bien Fraternellement, Bruno.

 

12:24 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

26/08/2012

Le Royaume des cieux est déjà sur terre.

JESUS POUR UNE VIE AUTREMENT.gif

Le Royaume des cieux est déjà sur terre
Auteur : Bruno Leroy, éducateur de rue
Le jour peut être brumeux 
au point de le faire ressembler à la nuit. 
Les arbres peuvent bien pleurer et se briser sous les pluies. 
Notre Amour est lumineux par-delà les embruns de la vie. 
Nos mains se cherchent aux confins des stupeurs 
pour de nouveaux ravissements. 
Le passé est une ombre posée sur le mur du silence. 
Il n’existe que dans la mémoire de l’absence. 
Demain est un jour à inventer à deux 
dans l’aujourd’hui vécu en pleine Harmonie. 
L’Amour, cette rose sans épines qui fleurit 
et parfume nos jours de ses senteurs suaves. 
Nous vivons cette dimension presque mystique 
de nos rencontres quotidiennes. 
Le présent est notre souffle 
où nous respirons la plénitude d’aimer, 
ultime sérénité ! 
Ta présence me hante 
comme une obsession divinement vitale, essentielle. 
Que serais-je sans ton feu 
qui embrase mes instants les plus radieux ? 
Je ne serai qu’un papillon 
dont on admire la beauté des ailes éphémères. 
Je ne pourrai plus voler 
par-dessus les putrides aspects de cette société. 
Je ne pourrai plus admirer aussi 
les splendeurs incrustées dans les fibres de la vie. 
Tu es la force d’exister au présent plus que parfait. 
Tu es le sel qui s’évapore de mes océans intérieurs. 
Te parler, t’écouter, te savourer 
me rend plus présent à moi-même. 
Je t’Aime... ! 
Sauras-tu comprendre ces mots 
qui t’inventent une nouvelle réalité dans ma conscience ? 
Tu jaillis en mon être comme une flamme 
qui ne saurait s’éteindre. 
Puisque tu es ce que je suis et je deviens ce que tu Es. 
Fulgurante osmose d’une démarche commune 
quand nos corps se frôlent amoureusement. 
Nos esprits se pensent et pansent les plaies 
que le destin construit malicieusement. 
Tu es ma prière au sein de la paix et des tourments. 
Je ne pourrai imaginer que tu n’aies jamais existé. 
Comment s’inventer l’enfer 
en sachant que tu invites au Paradis. 
La question ne me vient guère à l’esprit. 
Le Royaume des cieux est déjà sur terre. 
Tu représentes ce Bonheur 
que le cerveau Humain ne peut, ne serait-ce qu’un moment, 
inventer avec des arguments. 
Non, tu n’es guère une âme voguant sur les nuages arrogants. 
Tu vis en moi comme je suis en Toi. 
Tu sais, j’allais dire pour être franc, 
mais tu es au fait de tout ce que je ressens ; 
à chaque aurore mon coeur s’illumine 
de savoir que ma journée te sera consacrée. 
Oui, je t’Aime et j’essaie chaque jour de m’améliorer. 
Pardonne-moi, 
si je n’ai pas toujours été à la Hauteur de Ton Amour. 
Mais, il faut que je deviennes encore plus immense 
au fond de moi, pour mériter ton regard aimant. 
Je t’Aime passionnément comme on ne peut aimer un humain mais, celui-ci est souvent trop limité. 
Mon Dieu fais que tes rayons de lumière 
éclairent toutes mes pensées. 
Même les moins avouables car, tu sais que je suis pécheur. 
Pourtant, ce qui fait notre union depuis tant d’années, 
c’est de me savoir aimé autant, 
voire davantage que je ne puis t’aimer. 
Car, moi-même en tant qu’individu, je suis limité. 
Infuse-moi toutes les dimensions de ton Amour 
pour que je puisse transmette auprès de jeunes 
qui ne connaissent pas même ton Nom, 
une présence de Tendresse qui se vit avant de se dire. 
Rends-moi contagieux auprès de tout être rencontré 
et les plus souffrants en priorité. 
Donne-moi la main de Marie 
pour que je puisse avoir ces effluves d’Amour 
aux senteurs de Douceurs. 
Et puis, donne-moi ton Esprit-Saint 
afin que la Force d’aimer mon prochain 
coule dans mes veines devenues sereines. 
Je t’Adore tu es le poème 
que tant de personnes cherchent à lire sans y parvenir. 
Donne-moi, l’humilité de devenir Ton Témoin pour l’éternité. 
Et ton sourire d’Amour à la face de l’Humanité. 
Fais de moi un missionnaire de Ta Parole 
aux confins du Monde. 
Uniquement pour apporter l’air frais de Ta Vérité. 
Je t’Aime et ne cesserai jamais de t’aimer. 
Toi, mon Dieu de miséricorde, âme de mon âme. 
Fais que chaque jour soit un chemin 
qui mène à Ta Présence d’Amour. 
Ainsi, mon avenir ne sera pas construit sur du vent 
mais aux rythmes de tes injonctions. 
Laisse-moi contempler en pleurant les blessures de Ta Passion. 
Les larmes nettoient les yeux aveuglés d’orgueil. 
Je veux être nettoyé par Toi de la tête aux pieds. 
Pour que mes prières trouvent 
les mots puisés dans la quotidienne charité. 
Celle d’un homme qui cherche à te servir, 
t’Aimer et te respecter. 
Selon tes saintes Volontés sans jamais trahir 
ton message de justice et de liberté. 
Amen ! 

 

10:19 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

16/08/2012

Et je contemple le silence qui habite mon âme.

vacances vosges511.jpg

 

Je suis dans le plus mirifique des temples que Dieu nous offre gracieusement, la Nature.

Les sapins chantent chaque matin en accueillant les oiseaux comme des amis artistes.

Le soleil se lève avec l’extrême douceur dans ses cotons de nuages.

Et je contemple le silence qui habite mon âme.

Après, avoir savouré tant de beautés secrètes ou dévoilées, je ne puis rester un simple chrétien, croyant fadement en une existence divine transcendante.

Je sens que ma vie a pris un tournant décisif et s’ancre dans une mystique chrétienne intense.

Une mystique profonde qui cherchera désormais, le visage mystérieux de Dieu, dans le prochain, la nature ( sans panthéisme ), la santé, la maladie, tous les sourires que le quotidien puisse me donner. Et dans le vent même l’Esprit vient me parler, m’habiter.

Je cherche la Présence de Dieu au-delà des mots trop réducteurs pour exprimer ce feu intérieur qui me brûle, me consume.

L’Amour est la source essentielle de chaque humain.

Écrire demeure la trace de nos états d’âme, pauvres traces.

L’Assomption de Marie doit être réfléchie dans la prière comme un cheminement vers la Lumière Absolue. L’Amour terrestre rencontrant définitivement l’Amour céleste.

La prière est une rose dont le parfum embaume notre corps et nos gestes d’une délicatesse sans mesure. Elle est dialogue avec l’aimé.

Et tant de sentes nous mènent vers Dieu, la musique, la poésie, la simplicité volontaire qui ouvre les portes vers l’Essentiel.

J’ai compris que la période estivale peut se vivre en nous chaque jour. A condition de ne point nous laisser submerger par les facilités de nos sociétés nanties.

Il est facile de succomber au productivisme, au fric à outrance, au refus de communiquer avec autrui. Parce que les autres font figure d’étrangers, alors qu’ils sont nos frères puisque nous avons le même Père.

Nous sommes dans le monde mais pas de ce monde !

Il nous faut, avec nos propres charismes, partager d’autres valeurs, que celles superficielles que nous vivons actuellement dans le paraître.

Nous devons affirmer sans prosélytisme mais, par nos actes les convictions qui nous animent.

Nous aurons ainsi la paix et la sérénité dans notre société dont les repères sont à ré- analyser selon ses théologies appropriées. L’évolution sociale se dessine dans notre conscience.

Nous pouvons l’accepter ou la refuser. Mais les discussions sont les liens qui nous lient fraternellement, par une meilleure compréhension d’autrui.

Vivre sa vie sans oublier de se donner tout en s’aimant de façon saine.

Nous ne pouvons donner de l’amour si nous ne nous aimons pas.

Alors, au fond des forêts, où les ruisseaux laissent contempler le scintillement de leurs diamants aux mille couleurs, comme les humains différents et complémentaires.

Prions pour tout le Monde afin que chacun trouve son bonheur dans une juste spiritualité.

Bien Fraternellement, Bruno.

Au plaisir de vous retrouver...!

Que Dieu vous bénisse abondamment.

 

12:46 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

08/08/2012

Les éducateurs sociaux révèlent en vous ce qui est beau.

19:52 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ACTUALITÉS SOCIALES., Blog, CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., Film, LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

06/08/2012

Le secret du Bonheur.

05=pause0decide.gif

 

Un texte de Bruno LEROY qui m'est parvenu avec une carte postale. Je vous le partage selon ses souhaits.

Il vous adressse toutes ses pensées et prières les plus intenses.

Éric Figard.

Adjoint Juriste Social.

*************************************************************************************************

Le caractère le plus frappant d'un véritable chrétien, c'est cette ouverture, cette franchise absolue à l'égard de Dieu, qui font de sa vie un miroir, où d'autres peuvent discerner Dieu. L'Esprit qui est en nous nous transforme, et notre regard devient un reflet. On reconnaît aisément celui qui a contemplé Dieu; on sent qu'il est l'image de son Seigneur. Méfiez-vous de tout ce qui peut ternir votre miroir intérieur : c'est généralement quelque chose qui paraît bon, mais de cette bonté qui n'est pas la meilleure.

 

Pour vous comme pour moi, le secret du bonheur, c'est ce regard central, toujours tourné vers Dieu. Que tout le reste s'efface devant cette unique préoccupation : travail, vêtement, nourriture, tout au monde. La poussée de tout ce qui nous harcèle tend sans cesse à étouffer notre élan vers Dieu. Il nous faut lutter pour maintenir sur tous les points nos positions spirituelles. Que tout le reste s'arrange comme il pourra, que les gens disent tout ce qu'ils voudront, ce qui importe, c'est que rien n'obscurcisse en nous la Vie cachée avec le Christ en Dieu. Ne vous laissez jamais bousculer hors de cette communion, souvent si ondoyante, et qui ne devrait jamais l'être. La tâche peut-être la plus ardue pour un chrétien, c'est de refléter comme un miroir la gloire du Seigneur.

 

Bruno LEROY.

 

12:14 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |