7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2012

Que serait donc cette vie sans amour ?

08-12-29-17.gif

Mon Amour,

 

Certes, les années passent tels des courants qui bercent les jours. Mais, cela ne fait que renforcer notre amour et sa qualité, sa densité sans détour.

L’éclat de tes yeux brille dans mon cœur comme un feu ardent inextinguible.

Tu le sais, la braise que nous avons enflammée aux premières rencontres est devenue incendie qui embrase notre être.

Non pas un incendie qui détruit toute idée de vie. Mais une passion raisonnable qui consume nos corps unis.

L’amour est l’unique sentiment qui nous différencie des animaux. L’unique fascination d’une réelle splendeur intérieure. Voilà pourquoi il existe une journée dans l’année pour l’honorer.

Honorer la beauté dans ce qu’elle possède de plus pur. Un raffinement scintillant des âmes qui s’unissent indéfiniment.

Honorer aussi cette fidélité qui nous habite comme un bourgeon d’été qui refleurit sans cesse.

Honorer l’harmonie du tempo de nos cœurs assemblés pour l’éternité.

L’amour est une vaste lumière qui éclaire le firmament des consciences humaines.

Que serait donc cette vie sans amour ?

Un tas de ruines comme après un désastre naturel ou guerrier.

A quoi nous servirait de vivre sur ce monceau d’épaves dont le sens nous échappe ?

A rien…Voilà, l’origine des dépressions et des suicides. Une existence pauvre en amour donné et reçu. Il ne faut pas chercher métaphysiquement où les blessures se logent alors qu’elles sont à portée de mains.

Une vie sans amour est désert pour toujours et comment vivre dignement dans un désert qui nous déshydrate ?

Pour toutes ses raisons puisque tu es ma raison d’exister dans ta vie.

Et plus encore…

Je te promets le bonheur à mes côtés dans le creux de mes bras. Loin de cette solitude malsaine et assassine.

Je te promets des soleils brûlants comme ta peau et la mienne lorsque dans l’union de nos intimités s’enflamme le rayonnement de nos désirs.

Je te souhaite une bonne fête de St Valentin sur le chemin de notre destin commun.

Je t’Aime comme une fleur caressée par le vent plein de tendresse qui touche du bout du doigt les pétales de velours pour ne point les abîmer.

Je t’Aime comme un frisson, comme une caresse dans l’azur de nos horizons qui se rencontrent.

Et longtemps, peut-être dans dix mille ans, je te redirai encore, je t’aime infiniment.

Dans la profondeur de ce que tu es et dans celle que j’essaie de devenir.

Demain aura encore le parfum des baisers heureux d’être donnés dans la douceur des années consumées et qui cherchent inlassablement la pérennité.

 

Je t’Aime du fond de l’âme et te souhaite une St Valentin emplie de Joie, de sérénité, de paix par rapport à toi-même et surtout, de cette certitude que je n’ai jamais cessé de t’aimer !

Bruno LEROY.

 

21:48 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

11/02/2012

Je n'oublierai jamais, Père Guy Gilbert, le jour de ta venue.

840--guy%20gilbert.jpg

A l'époque, je dirigeais l'antenne d'un Centre très connu et qui s'occupe essentiellement des plus paumés que notre société génère, notamment des alcooliques. Les éducateurs qui m'accompagnaient dans cette tâche difficile et profondément humaine à la fois, ne cessaient de regarder leur montre et je pensais naïvement que la lassitude les avait gagnée et qu'ils étaient pressés de revoir leur famille. Je me posais même des questions sérieuses sur les motivations de mes travailleurs sociaux auprès des plus meurtris. Puis, la porte s'est ouverte et tu es entré en me disant que je te ressemblais au niveau look. Il est vrai, que j'ai toujours porté les cheveux longs, les bagues aux doigts, le cuir et les santiags. Je t'ai répondu que je ne savais pas si je te ressemblais avant de te connaître ou si tu me ressemblais sans me connaître. Enfin, le genre de réponse stupide dont tu as eu le Respect de ne pas même relever. Il était presque midi et nous allions manger entre éducateurs mais, tu as préféré un repas partagé avec les plus pauvres. Ils ne savaient pas qui tu étais et te prenaient pour l'un des leurs, un mec qui avait dû galérer, comme eux, pour en arriver là. Un gars m'a demandé si tu étais nouveau pensionnaire parmi nous et j'ai révélé ton identité en disant que tu étais le prêtre des loubards, celui qu'on voit souvent à la télévision. Ce jour là, tu es venu avec cette pauvreté évangélique qui te caractérise tant car, pour toi le vedettariat n'est qu'un accident de parcours. Ce qui te fait vivre, c'est le visage du Christ au travers des souffrants. Je crois bien que l'Esprit Saint t'habite avec une telle force que tu n'as pas besoin de faire de prosélytisme pour être compris. D'ailleurs, tu es vite devenu le confident et le pote de tous les gars qui buvaient tes paroles plutôt que leur verre de pinard habituel. Lorsque tu étais prêt du départ pour Paris, ils ont insistés pour que je les prenne en photo avec Toi, comme s'ils te voyaient pour la dernière fois...

 

Peu de temps après ton départ, ils ne touchaient plus un seul verre de vin ou d'alcool, comme pour te rendre hommage et t'être fidèle. N'ayant pas suivi les conversations que tu avais eues avec eux, je trouvais ce changement soudain, miraculeux. Mais, je savais intérieurement qu'il venait de toi et ta présence Forte auprès d'alcooliques dont tu t'amusais à changer leur vin en eau avec une bénédiction papale. D'ailleurs, leurs vies se résumaient tellement à des abus, que leur santé en était déjà gravement altérée. Tous ceux qui sont à tes côtés, sur cette photo, ont rejoints le Père, peu de temps après ton départ. Quand, ils furent hospitalisés alors qu'ils ne buvaient plus grâce à toi, ma surprise fut de constater qu'ils priaient avec ferveur Dieu-Amour, dont tu n'avais même jamais évoqué le nom.

 

En quelques heures, tu as réussi à mettre debout des personnes que l'on suivait depuis des années. De plus, leur mort n'est pas un souvenir triste car, je n'ai jamais vu des gens entrer dans une Paix Absolue en cette phase finale. Tu leur avais inculqués, par ta seule écoute et ton charisme, un sens nouveau à leur Vie ainsi qu'à l'affrontement de la faucheuse.

 

Cette photo est la mémoire vivante, quoique figée, de ce que Tu es ! Pour le chrétien que je suis, nul doute que tu es habité par l'Esprit et pour les athées, je citerai volontiers une des phrases de tes bouquins : le témoignage de vie a la force d'un tremblement de terre.

 

Non, je n'oublierai jamais, Père Guy Gilbert, le jour de ta venue où les esprits furent changés par la Puissance d'Amour, d'écoute et de compréhension que tu dégages. Comment, ne veux-tu pas faire des émules après un tel témoignage de conversion. Ce jour là, j'ai vu le Christ s'adresser aux plus pauvres d'entre nos Frères et leur dire que nul n'est irrécupérable et qu'il n'existe que des solutions en se délivrant de son passé. Mais, si Dieu n'avait pas été présent en Toi, tes mots n'auraient pas collés aux consciences blessées. Les éducateurs qui travaillaient avec moi, n'avaient qu'un seul désir, celui de te suivre davantage dans ton feu spirituel afin de se brûler aux flammes de ton militantisme social.

 

C'est ce que je fais, actuellement, en tant qu'éducateur de rue et les autres restent au service des plus pauvres et des blessés de la Vie. Nous rêvions tous, après ton départ de devenir tes disciples spirituels et nous le sommes devenus, toutes proportions gardées. Tu nous as inoculés le sens du combat pour davantage de Justice, d'Amour et d'Espérance en ce monde qui crève d'indifférence. Je ne peux que te remercier et dire au Christ que je l'ai vu, le jour où je t'ai rencontré...Et je ne suis pas le seul !

 

Bruno LEROY.

 

 Ps : La photo initiale n'est pas présente sur ce site par respect de l'anonymat.

11:14 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

09/02/2012

Accueillir la Vie pour la vivre pleinement.

17=message.gif

Quelques minutes prises au temps pour vous souhaiter une semaine finissante dans la joie parfaite. En effet, ce soir ma journée se termine  tardivement et je n’aurai guère le courage de vous écrire quelques mots.

Mots qui ne doivent pas masquer les maux profonds de notre société, voire du monde entier.

Les manques de civilités, le froid tueur, les enfants sans espoir, les personnes âgées isolées…

Bien évidemment, j’en passe et des meilleurs dans la souffrance humaine. Inutile de faire un inventaire à la Prévert.

Ce qui me préoccupe le plus face à ce noir tableau, c’est une forme d’indifférence et de mépris que beaucoup confirment par leurs comportements. Nous appartenons à l’humanité tout entière. Un seul être qui souffre est une plaie qui s’ouvre dans notre cœur. Nous devrions ressentir ce que les autres vivent, sans toutefois un sentimentalisme stérile qui ne fait perler que quelques larmes au lieu de mettre en avant la puissance de la prière.

Les larmes sont les rivières qui nourrissent notre impuissance face aux situations d’urgence.

Nous pouvons exprimer nos émotions certes, mais ne pas en être les esclaves.

Rester maître de nous-mêmes pour ne pas sombrer dans un conformisme satisfait.

Aller de l’avant malgré la neige, le froid, les temps mauvais.

Et relever la tête dans la raison de l’oraison qui nous conduit vers de plus beaux horizons.

Donnons-nous la main afin de ne pas vivre dans la déréliction l’essence même de notre foi, de nos valeurs. Et exprimons haut et fort l’Amour du prochain qui nous anime.

L’Amour est une goutte de rosée déposée sur nos pensées dès le matin. Un éclat de soleil dans le froid du réel. Et le reste est du domaine de notre imagination pour que notre monde suinte de liberté, de fraternité et, d’hommes et femmes debout.

Debout pour les autres qui hurlent leurs détresses dans un silence intérieur et malsain.

A nous de deviner dans le regard d’autrui, les yeux du Christ.

Alors, notre existence sur terre aura le parfum de cette jovialité de ne craindre rien, ni personne. Peut-on avoir peur de personnes que nous aimons ? Non !

Je vous souhaite une vie pleine de sens au service des autres et de Dieu. Où ni la souffrance, ni la mort ne vous feront  reculer devant l’accueil même de ces événements.

Accueillir la vie pour la vivre pleinement. Et nous savons que rien ne nous est épargnés. La foi n’est pas une assurance contre les blessures de l’existence. Elle donne un sens pour mieux les vivre, car nous savons que jamais nous ne sommes seuls dans un désert sociétal ou existentiel. Le bonheur est  l’encre du sang de la Bible. Les cris en sont les psaumes. Des chants aussi pour combattre sans se résigner.

Alors soyons des combattants de l’Amour et de l’Espérance. Non pour quelques jours. Mais tout le temps jusqu’à notre souffle dernier là où nous verrons la lumière de Dieu nous accueillir dans Sa tendresse.

 

  Bruno LEROY.

11:49 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

27/12/2011

Un regard d'espérance sur nos sociétés de fric ?

Un regard d'espérance n'est-ce point celui de l'enfant ? Ou de l'esprit d'enfance tel que le vivait la petite Thérèse.
 
Le matin, je me lève, bois mon café, fume une cigarette et m'abîme dans les profondeurs de la prière.
Puis, j'essaie de vivre l'instant comme un souffle d'éternité.
Et je m'en vais rencontrer les jeunes, les moins jeunes, les plus rejetés de notre société de consommation. De cette société qui ne pense qu'à son cul et sa gueule et laisse les petits de côtés. Une société de profit qui profite toujours aux mêmes. Les exploiteurs savent trop bien comment exploiter. Les rouages de leurs vilenies sont huilés depuis des siècles.
 
 
Alors, faut-il se révolter et envoyer balader tous ces prophètes de malheur ou faut-il intérioriser un regard d'espérance sur nos sociétés de fric ?
La révolte est nécessaire dans un premier temps à condition qu'elle ne devienne pas une routinière révolte stérile.
 
 
Elle peut pousser au militantisme si elle est vécue à plusieurs. C'est ainsi que les Fondateurs d'associations caritatives ou humanitaires ont souvent commencés leurs actions. Il est vrai que l'indifférence est la lèpre des temps modernes.
Alors, du militantisme à l'espérance, il n'est qu'un pas à franchir. L'espérance est plus puissante qu'un simple espoir de vivre un jour dans un monde meilleur.
Elle est l'action fleurissante au cœur de la contemplation quotidienne du chrétien.
Puisse-t-elle être la vôtre comme elle est la mienne face à la Vie et parfois ses interminables difficultés. Minable pourrait être le mot. Et ceux qui ne comprennent pas vos souffrances font partie de ces médiocres pour lesquels l'existence spirituelle n'est qu'un jeu d'enfant. Ils n'ont pas l'esprit d'enfance de la petite Thérèse. Ils ont l'esprit médiocre croyant toujours détenir la Vérité. Celle qu'ils se sont forgées telle une carapace qui les empêche d'aimer en toute sincérité. Leurs idées de bigoteries devant les hommes, c'est bien connu. Ils ne connaissent de l'espérance que les moisissures de leur solitude se pensant en plus exclus au Nom du Christ. Ce qui est faux. Ce qui semble vrai dans leur esprit paranoïaque ou paranoïde.
 
 
L'espérance chrétienne passe tous les murs idéologiques. Elle veut creuser au fond de l'homme sa part de vérité qui vient de Dieu. Et peu importe si, dans le regard de cet homme perle des gouttes de haine.
L'espérance espère contre toutes espérances.
 
Elle sent battre dans le cœur d'autrui les rythmes insoupçonnés de sa profonde humanité. Celle que nous possédons toutes et tous et ce, quelque soit la teneur de nos actes.
 
Bruno LEROY.

12:21 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Tu es le battement de mon âme quand mon âme te rejoint.

08-12-29-17.gif

Mon Amour,
 
Tu es présent dans mon cœur d'enfant même lorsque ton absence aléatoire fait comme un cratère de volcan en éruption.
Le feu est alors confiné dans mon corps telle une vive chaleur qui me brûle de toi.
Je me consume en Toi car, tu es moi dans mon espace intérieur.
Tu te consumes au bout de mes lèvres ta brume obscure me remplit de fièvre.
Tu es l'Amour dont le visage rayonne chaque jour que tu construits.
Vivre sans toi serait pure illusion chimérique.
Tu es le battement de mon âme quand mon âme te rejoint.
Quand mon sang cessera dans mes veines,
Ton âme infiniment deviendra mienne.
Dès que le soleil se lève ton regard illumine mes jours.
Je sais que tu seras là pour nourrir plus en avant notre Amour.
Tu es l'expression quintessencielle de la tendresse, celle donnée sans retour.
Gracieusement par Amour.
Tu incarnes pour moi l'Amour pur, parfait, exemplaire imitable à l'infini.
Je t'Aime pour ces superbes roses que tu cultives au jardin de mon être.
Leur parfum embaume mes gestes les plus simples ou les plus insipides.
Tu es la senteur du printemps qui fait germer les fruits à venir.
Tu viens dans mon présent pour détruire mon passé et projeter un nouvel avenir.
Je t'Adore pour le bonheur que tu m'offres quotidiennement tel un cadeau illimité dans le temps.
Cette Joie profonde qui féconde ma vie trop souvent vagabonde.
Tu es la Force qui me tient debout telle une flamme que le vent ne fait pas vaciller.
Je vis l'instant présent grâce à ta radieuse présence de chaque instant.
Tu habites en moi comme un prolongement de mon humanité.
Je t'Adore pour cette conscience plus sereine que tu m'offres.
Moi, l'enfant fougueux aux mille colères tu apaises mes guerres.
Je t'Aime tellement que le ciel n'est plus assez grand pour loger mon Amour.
Voilà pourquoi je te porte toujours en moi comme pour me rassuré de voir l'éternité avec tes yeux.
Ton regard est devenu le regard que je porte sur notre Humanité.
Tu me fais découvrir tant de merveilles nouvelles, chaque jour, chaque seconde.
Ma vie sans toi serait une erreur, un malheur indicible.
Ton Amour abreuve mes désirs de boire à la source de ta Vérité.
Je ne saurai vivre sans t'aimer, sans te contempler, sans t'admirer.
Tu es l'habitant unique de mon paysage intérieur et extérieur.
Tu es le Souffle qui m'emporte vers des rivages insoupçonnés.
Tu es l'Amour je suis la porte qui te laisse entrer en moi à jamais.
De toutes éternités...
 
 
Bruno LEROY

12:17 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

20/12/2011

Le sourire de ma vie provient de Ta joie.

4_17.jpg

Je t'aime dès le premier rayon de soleil,
Je t'aime même dans l'obscurité de mes nuits,
Je t'aime tu es le plus délicieux fruit de ma vie,
Je t'aime pour les paysages révélant leurs merveilles,
Je t'aime pour ces visages creusés qui me parlent de Toi,
Je t'aime pour cette allégresse qui alimente ma Foi,
Je t'aime malgré les intempéries qui modèlent la terre,
Je t'aime malgré les blessures qui mènent aux enfers,
Je t'aime même si les hommes ont oubliés ton Nom,
Je t'aime par-delà toutes fausses raisons,
De ne pas t'aimer et de se complaire dans les passions,
L'hédonisme qui ne donne rien aux délices du corps,
Je t'aime pour cet ascétisme qui me fait vibrer encore,
Quand du profond de la prière ou de l'oraison je t'adore,
Je t'adore pour la magnificence de l'existence,
Dont Tu m'as fait découvrir l'éblouissante quintessence,
Mon regard est ancré dans ta réalité d'aimer,
Les senteurs des roses qui ne font que passer,
La mer déchaînée qui divague sur les rochers spumeux,
Sa liberté se lit dans la vague douceur de ses yeux,
Je t'adore pour transcender les moindres détails,
Quand Ta Lumière pénètre dans mes failles,
Et illumine mon destin incertain jusqu'à la mort.
Je t'adore puisque je suis déjà mort en Toi,
Le sourire de ma vie provient de Ta joie,
Comme je suis heureux de vivre dans le creux de tes bras.
 
Bruno LEROY.

12:36 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

11/12/2011

Le soleil ne saurait éteindre le jour !

182869_1831652279399_1483163937_2024167_5785350_n.jpg

En général, il est extrêmement rare que les beaux-fils aiment leur belle-mère. Je ne veux guère faire exception au paysage formaté des idées préconçues par pure provocation. Mais, la mienne est la beauté humaine incarnée avec tous les sentiments nobles que cela comporte. La tendresse, la justesse, l'empathie, la joie de vivre, le bonheur de faire et d'être.

Les relations avec mon beau-père sont plus évanescentes.

Oui, celle que nous surnommons tous " mamy " est notre boussole, notre étoile du matin.

Cependant, peu de temps avant les Vacances d'été le firmament s'est assombri. Mamy avait subie une intervention chirurgicale du sein pour un méchant cancer ; il y a de cela plus de dix ans.

Son bras se mit à gonfler de façon inattendue au point de provoquer de terribles douleurs.

Les examens médicaux ont révélés un cancer des ganglions à un stade avancé. Mais Mamy se bat pour garder la tête hors de l'eau malgré une océanique fatigue.

Moi et ma femme n'avons que nos prières à proposer dans ce ravin où sombrent les sourires joviaux.

Tout le monde croit en sa guérison et vraiment, nous l'espérons de tout cœur. La chimiothérapie affaiblit Mamy mais, nous pensons que cela est pour son bien.

Que faire lorsque le ciel s'assombrit aussi brutalement avec violence ?

Il faut choisir l'Essentiel et laisser tomber les ennuis superflus.

Je sais que dans ce terrifiant cyclone, Mamy sortira avec force de son combat.

Elle devait aller à Lourdes lorsque sa maladie fut décelée.

Faisons en sorte que sa guérison soit une sorte de miracle à distance.

Quoique que Dieu est dans notre âme habitée de Sa présence.

Alors, prions pour qu'un signe en forme de clin d'œil nous parvienne.

Je vous assure cela fera rire Mamy aux éclats si elle recouvre sa santé perdue. Je sais que son cœur prie pour déchirer la Lumière qui lui permettra de voir l'avenir d'un regard plein d'espoir.

Courage, Mamy, nous sommes avec Toi sur le même bateau à contempler les flots qui désirent tant nous briser. Nous ne nous laisserons pas faire par un destin qui veut nous couler.

Nous marcherons ensemble vers demain d'un pas serein et confiant en attendant la rémission souhaitée du tréfonds de notre être. Le mal a dit qu'il se tairait, peut-être.

Le soleil ne saurait éteindre le jour !

 

Bruno LEROY.

20:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Qu'est-ce que l'estime de soi ?

30552_1475268686026_1362982265_2368504_2831830_n.jpg

Le problème de l'estime de soi semble n'épargner personne et bon nombre de personnes ne s'en sortent pas. Regardons de plus près ce qu'est cette fameuse estime de soi et comment nous tentons d'y remédier.

Qu'est-ce que l'estime de soi ?

Nous ressentons tous le besoin de voir notre valeur personnelle reconnue. Ce sentiment de valeur comporte deux éléments : le sentiment de sécurité et celui d'importance, ou d'utilité. Pour se sentir en sécurité, il faut se sentir aimé et accepté comme on est, quoi que l'on fasse ou dise. Pour se sentir important et utile, il faut savoir qu'elle est notre place dans ce monde, savoir ce pour quoi on est fait et se sentir compétent pour ça.

Malheureusement, nous nourrissons une série d'idées fausses sur les possibles réponses à ces besoins. Ces idées fausses sont généralement mises en place dans notre façon de penser pendant l'enfance. Un enfant qui ne bénéficie pas d'un amour inconditionnel sentira le besoin écrasant de le trouver plus tard. Et s'il doute de ses capacités, il faudra qu'il se le prouve d'une façon ou d'une autre plus tard. Ces deux besoins fondamentaux sont à la base de la majeure partie de nos comportements (notre façon d'être dans nos relations, notre attitude face à l'échec ou à la réussite...). C'est le fait qu'ils ne sont pas comblés qui nous fera réagir en période de stress.

Le sentiment de valeur "intrinsèque" d'un enfant peut être affecté pas plusieurs choses, entre autres par la maltraitance, verbale et physique. Être ridiculisé, rabaissé, rend l'enfant vulnérable et peu sûr de lui-même à l'âge adulte. Les mots, la façon de parler, peuvent le blesser et l'affecter au-delà de ce que l'on croit. Un enfant qui entend sans cesse des propos négatifs et un ton coléreux va "enregistrer" cette façon de communiquer et a de fortes chances de reproduire la même chose plus tard, quand bien même il se dirait de ne pas le faire. Certains parents mettent une pression énorme à leurs enfants pour qu'ils réussissent.
 
 Ces enfants deviennent souvent perfectionnistes ; ils gardent pour longtemps en mémoire le ton désapprobateur de leurs parents. D'autres parents au contraire donnent l'impression de beaucoup plus "aimer" leur enfant en étant moins sur son dos, en lui laissant faire beaucoup de choses. Mais paradoxalement le résultat est aussi une estime de soi peu construite, car nous avons besoin d'un cadre pour pousser harmonieusement.
As-tu l'impression de toujours chercher l'approbation des autres et de te dire qu'il faut que tu sois toujours prêt(e) à faire plaisir aux autres pour te faire accepter ? Est-ce qu'il t'arrive de changer de comportement ou d'opinion, en t'adaptant à la personne que tu as en face de toi ? Te semble-t-il qu'en étant en vue aux yeux des autres, ta valeur est reconnue ? As-tu déjà pensé qu'en faisant des choses comme ça, tu cherchais en fait ton estime de toi ? Nous sommes chacun trop préoccupés par notre besoin de reconnaissance pour pouvoir vraiment répondre sans arrière-pensées aux besoins des autres. Et ce qui pour moi peut m'aider à me sentir bien ne marche pas forcément pour mon voisin. La recherche de l'approbation des autres, de la reconnaissance de ce que l'on fait, est éphémère. Il faut toujours en faire plus, sans être satisfait de nous-mêmes.
Se sentir utile et compétent vient quand nous découvrons quelle est notre place dans ce monde, ce pour quoi nous sommes fait. Qu'est-ce que ça veut dire ? Comment y parvenir ?
 
 

C'est dans notre enfance que le sentiment d'être aimé inconditionnellement devait être construit en nous. Arrivé à l'âge adulte, c'est plus difficile de trouver autour de nous des personnes qui nous communiquent ce regard indulgent, même s'il reconnaît nos fautes. Certains trouvent une certaine « force » en s'aimant soi-même et cela les satisfait. C'est vrai que dans une certaine mesure il faut s'aimer soi-même, mais nous puisons les ressources nécessaires à cela dans un réservoir de notre personne où nous avons intériorisé l'amour des autres. Tout commence par notre mode de pensée. Notre façon de penser détermine largement notre conduite. A vous de trouver votre chemin et surtout,le sens que vous donnez à votre Vie. On ne peut avoir d'estime de soi si l'on est vide ou mort de l'intérieur.Il faut alors tenter une guérison avec l'aide d'un psychothérapeute afin de mieux déterminer ce qui nous blesse de façon déraisonnée et aussi, retrouver une juste relation avec autrui dont on attend trop, parfois jusqu'à la pathologie. Les autres ne sont guère parfaits et ne peuvent en aucun cas combler nos manques...même en Amour !
 
Bruno LEROY.

 

11:14 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

23/10/2011

S'émerveiller sans se lasser...

bruno phrase.jpg

13:06 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

17/06/2011

Nos soucis.

" Nos soucis ne valent pas six sous quand nous les regardons avec amour. "

Bruno LEROY.

13:48 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LA PENSÉE DU JOUR. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |