7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2010

ASCENSION.

En cette fête de l’Ascension, nous célébrons le moment où, comme nous le rappelle la première lecture, le Christ « fut enlevé au ciel après avoir, dans l'Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu'il avait choisis ». L’évangile nous rappelle ces recommandations : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils chasseront les esprits mauvais ; ils parleront un langage nouveau ; ils prendront des serpents dans leurs mains, et, s'ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s'en trouveront bien. »

Ainsi, après avoir donné aux Apôtres la grâce de l’intelligence des Ecritures et les avoir enseignés pendant quarante jours sur le mystère de sa mort-résurrection qui venait accomplir le salut promis à Israël, Jésus leur confie maintenant, dans le prolongement de sa propre mission à lui, de témoigner de la miséricorde du Père qui vient libérer, guérir et sauver.
Pour cela, il leur promet l’assistance de l’Esprit Saint qu’il leur enverra d’auprès du Père, une fois qu’il sera monté auprès de lui : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. »

Grand prêtre victorieux, Jésus retourne vers le Père (Cf. 2ème lecture). Il est conduit à l’accomplissement de sa vie filiale. Désormais un des nôtres vit devant le Père. Par lui, avec lui et en lui, Jésus nous introduit au sein de la Trinité. Cela, il a pu le réaliser parce que tout en montant vers le Père il ne s’est pas éloigné de nous. Comment ? En raison de l’unité qui existe entre lui, qui est notre tête, et nous, qui sommes son corps. Voilà comment nous sommes déjà avec lui auprès du Père même si cela n’est pas encore pleinement réalisé.

C'est ici que réside le secret de la transfiguration de notre quotidien. Notre mission de chrétien portera du fruit dans la mesure où nous ne nous couperons pas de notre Source : le Père des miséricordes auprès de qui nous demeurons si nous restons unis à son Fils bien-aimé notre Seigneur Jésus-Christ en accueillant l’Esprit Saint qu’il nous envoie.

Saint Paul nous enseigne dans la lettre aux Ephésiens que le seul moyen pour rejoindre Jésus, assis à la droite du Père, c’est de reprendre le chemin de notre vie, conduits en tout par son Esprit : « Ayez beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez à cœur de garder l'unité dans l'Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il n'y a qu'un seul Corps et un seul Esprit. Il n'y a qu'un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous » (Ep 4, 2-6).
Par la foi, l’espérance et la charité reçues à notre baptême et que l’Esprit Saint vient fortifier, nous sommes unis au Christ et en lui nous reposons auprès du Père dans les cieux. Saint Augustin, dans une de ses homélies pour l’Ascension, le dit clairement : « Pourquoi ne travaillons-nous pas, nous aussi, sur la terre de telle sorte que par la foi, l’espérance, la charité, grâce auxquelles nous nous relions à lui, nous reposerions déjà maintenant avec lui, dans le ciel ? Lui, alors qu’il est là-bas, est aussi avec nous ; et nous, alors que nous sommes ici, sommes aussi avec lui. »

Mais saint Paul nous rappelait aussi que, si cette route sur laquelle l’Esprit nous conduit vers le Père s’accomplit dans l’amour, on ne peut y entrer que par le porche de l’humilité : « ayez beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour », nous disait-il. Le disciple n’est pas au-dessus du maître. N’oublions pas qu’avant de monter vers le Père et d’être glorifié à sa droite, Jésus a d’abord emprunté le chemin de l’humilité et de l’amour jusqu’au don total de soi.

"Seigneur, en ce jour, augmente en nous le désir du ciel et, pour pouvoir y parvenir, accorde-nous la grâce de consentir à reprendre, dans le quotidien de nos vies, le chemin d’humilité et d’amour que tu as toi-même emprunté. "


Frère Elie.

12:19 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans BRIBES THÉOLOGIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.