7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2011

Plus de justice et de participation.

LOGO%20SERVICE%20EDUCATIF%20GIF%20ANIME.gif

Les chrétiens se voient confrontés au péché social et structurel de l’oppression et de l’injustice infligées aux masses. Il s’agit du péché qui de situe dans les institutions et les structures de la société, et qui conduit les personnes et les groupes à avoir des comportements en contradiction avec le projet de Dieu. Précisons ici que les structures ne sont pas des choses mais des modes de relation entre les choses et les personnes qui ont affaire à elles.

Vouloir surmonter le péché social suppose que l’on s’attache à changer les structures afin qu’elles produisent en fonctionnant plus de justice et de participation. La conversion évangélique réclame plus qu’un changement de cœur ; elle exige aussi un changement de l’organisation sociale qui provoque indéfiniment des comportements de péché.

Cette conversion sociale se traduit par une lutte sociale transformatrice, et elle s’appuie sur des stratégies et des tactiques susceptibles d’ouvrir la voie aux modifications nécessaires. Au péché social il faut opposer la grâce sociale, fruit du don de Dieu et de l’activité de l’homme inspiré par Dieu.

La charité comme mode d’être-aux-autres gardera toujours toute sa valeur. Mais, dans une perspective sociale, aimer signifie participer à la création de nouvelles structures, soutenir celles qui représentent une avancée pour obtenir une meilleure qualité de vie, et bien se situer dans le domaine politique à la lumière de l’option solidaire pour les pauvres. Jésus a donné l’exemple : il peut y avoir compatibilité entre l’Amour pour les personnes et l’opposition à leurs attitudes.

Il s’agit d’aimer toujours les personnes et dans n’importe quelle condition, mais de combattre les attitudes et les systèmes qui ne s’accordent pas avec les critères éthiques du message de Jésus. La paix et la réconciliation sociales ne seront possibles que dans la mesure où auront été surmontés les motifs réels qui distillent en permanence les conflits : les relations inégales et injustes entre le capital et le travail, les discriminations entre les races, les cultures et les sexes.

Ainsi, aimer sans haïr, lutter pour le triomphe de la juste cause sans céder au leurre des émotions, tout en respectant la diversité des opinions, en relativisant ses propres positions et en sauvegardant l’unité de la communauté, tels sont les défis concrets qui sont proposés à la sainteté des chrétiens libérateurs.

Bruno LEROY, éducateur de rue.

22:30 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LE REGARD DE BRUNO., POUR LES JEUNES., PSYCHOLOGIE., SPIRITUALITÉ, THÉOLOGIE CONTEXTUELLE. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

13/03/2011

Je ne pouvais supporter que des jeunes crèvent d'indifférence.

brunomontage1.jpg

Adolescent, ma vocation oscillait entre celle de prêtre et éducateur. J'avais, déjà à l'époque un esprit rebelle qui s'insurgeait contre toutes misères humaines. Je fis mes études de Théologie au séminaire et la rupture de la prêtrise vint lorsque je tombais amoureux d'une femme merveilleuse qui partage mon existence. Mais, autour de moi, je ne pouvais supporter que des jeunes crèvent d'indifférence. Je suivis des études d'éducateur et me mis à travailler dans un Centre accueillant des meurtriers adultes. Je n'avais que 17ans et pour une première expérience, cela forme un homme à jamais. Puis, mon esprit toujours fixé vers les Jeunes me fit prendre le chemin de la rue. Je découvrais des potentialités énormes chez ces jeunes, ces mozarts assassinés. Pour parfaire, mes actions à mener, je repris des études de psycho,socio etc...
  
  
Je me base essentiellement sur le désir, les projets des Jeunes. Ils en ont plein la tête et ce serait dommage de tuer leurs rêves. Je puis dire que je n'ai jamais eu peur car, j'estime que ma vocation est d'aller vers eux, prioritairement. Et pourtant, je ne compte plus le nombre de fois où je me suis retrouvé avec un couteau sous la gorge. Il suffit dans ce métier, d'avoir le sens du discernement, et d'analyser la symbolique du geste. Je dirai aussi qu'il faut un cœur qui Aime par dessus tout, ces jeunes. De plus, il faut avoir un équilibre psycho-affectif solide, savoir prendre de la distance. Hier, j'étais leur grand frère et aujourd'hui avec mes 52 ans, je suis le père. Ce père qui leur a tant manqué dans sa capacité de gérer l'autorité. Être autoritaire sans autoritarisme mais, avec fermeté. Seul, le terrain vécu au quotidien auprès des ados, fait saisir l'importance de leurs attentes et l'indifférence des pouvoirs publics. Il faut entrer de plein pieds dans leur monde tout en affirmant ses convictions. La Foi chevillée au corps, je ne fais jamais de prosélytisme car, c'est une violation de conscience !. Les aimer par l'action, la présence et les projets éducatifs.
Les respecter également, eux qui ne savent pas ce qu'est le respect faute de l'avoir appris. Il faut aimer leurs parents et ne jamais leur jeter la pierre car, ils ont vécus aussi une misère sans nom.Chaque jour je suis obligé de me battre pour leur dignité. Il faut une grande ouverture d'esprit et surtout, le sens de l'humour, il est toujours bon d'apporter le rire comme lumière dans la grisaille du temps. L'acte éducatif est de responsabiliser l'individu afin qu'il s'épanouisse au soleil de la Vie.
 
 
Bruno LEROY.

05/02/2011

TOUT SACRIFIER SAUF L'AMOUR.

  • Être capable d’accepter l’autre tel qu’il est
  • Être capable de s’accepter soi-même, tel qu’on est
  • Être capable de dire : moi, je pense différemment, mais ça ne m’empêche pas d’aimer, d’avoir un cœur
  • Être capable de traiter l’autre comme je voudrais qu’on me traite
  • Être capable de reconnaître que l’autre peut avoir raison
  • Être capable de reconnaître ses torts, en les reconnaissant, on se grandit
  • Être capable de réaliser l’autre tel qu’il est, et non tel que je voudrais qu’il soit
  • Être capable de dire : je te félicite !
  • Être capable de dire : excusez-moi !
  • Être capable de pardonner
  • Être capable d’écouter l’autre sans le répéter à d’autres
  • Être capable de retenir sa langue afin de ne pas offenser
  • Être capable d’encaisser des coups sans vouloir les remettre
  • Être capable d’accepter d’être dérangé par les autres
  • Être capable de sacrifier de son temps pour le dédier à l’autre
  • Être capable de dire Merci !
  • Être capable de dire ensemble : Notre Père que ta volonté soit faite, pardonne-nous
  • Être capable de tout sacrifier, sauf l’Amour !

 

Bruno LEROY.

23/01/2011

L'Amour est épanouissement constant de la Vie.

medium_amourdivin_2.jpg

La plupart de mes articles analysent souvent les possibilités pour l'être Humain de s'affirmer face aux autres.
Non, pour se mettre dans l'état d'une opposition systématique. Et encore moins pour céder à une certaine mode qui tente de résoudre tous vos problèmes existentiels en dix leçons.
Ces textes sont inspirés par le désir de rompre les chaînes qui nous empêchent d'Aimer.
En effet, je trouve que nous prenons souvent les problématiques à l'envers, notamment concernant le couple et la sexualité.
 
 
Tous les pédagogues s'entendent sur le principe même qu'il faut une éducation sexuelle pour nos Jeunes.
Je ne puis évidemment être qu'en plein accord avec ce projet. Mais, faut-il encore que nous n'enseignons pas cette matière comme étant pure fonctionnalité.
Car, les ados même très juvéniles connaissent soit par ouïe-dire, soit par expériences personnelles la mécanisation génitale.
Certaines personnes me diront, vous avez entièrement raison, parlons-leur davantage de la beauté intrinsèque de l'Amour.
 
 
La fusion de deux corps qui s'aiment est une oeuvre d'art de Dieu.
Oui, bien-sûr, leur dire que l'Amour vécu dans l'authenticité et la fidélité ne peut être que résonance des cymbales Divines.
Mais, avant de parvenir à ce point d'enseignement. Il faut se poser la question de savoir pourquoi tant de couples divorcent.
Pourquoi tant de Tendresses qui étaient vraies au départ finissent par s'envoler aux premiers vents de l'hiver ?
 
 
Tout simplement, si je puis m'exprimer ainsi, parce que la plupart des adultes manquent de confiance en eux.
Et c'est là, que j'affirme que notre approche anthropologique de la sexualité et surtout du couple est tronquée d'avance.
Ce qu'il faut apprendre et transmettre aux Jeunes, c'est la confiance en soi.
 
 
De là, tout coule de source vers les plus grands océans de l'existence.
Pourquoi ?
Lorsque nous aimons, nous devons donner ( dans le sens de Don ) une partie de nous-même.
 
 
Nous devons nous accueillir réciproquement pour mieux nous cueillir.
Or, nous ne pouvons offrir ce que nous ne possédons point.
Il faut travailler sur sa propre intériorité pour accepter l'autre en plénitude.
L'amour de soi conduit à l'amour d'autrui. Une mauvaise estime de soi génère invariablement des colères, disputes, incompréhensions ou silences pesants.
 
 
Il ne faut pas oublier que ce qui finit par nous gêner chez l'autre sont souvent nos propres défauts.
Je m'explique. Dans un couple, si un homme trouve que sa femme est nulle, ne comprend rien c'est en fait ce qu'il pense de lui-même et projette sur son épouse.
 
 
Attention, ces projections peuvent être perçues par le mari ou la femme comme des réalités indéniables.
Et petit à petit, le couple devient silencieux par manque de confiance et s'étiole.
Il existe des possibilités psychothérapeutiques pour sortir de ce gouffre.
Mais, n'eut-il point été préférable de se préoccuper de ces problèmes en amont. Avant, qu'ils n'apparaissent.
 
 
En fait, les couples qui divorcent sont la combinaison de deux individus immatures et manquant cruellement de confiance.
Et dire, qu'ils font la une et la gloire des revues poeple...!
Aimer, c'est vivre l'instant présent en relativisant son passé. C'est reconnaître que nos parents, aussi cruels soient-ils, n'ont pas d'emprise sur notre destin.
Bien-sûr, les manques affectifs sont toujours des blessures mais, guérissables.
 
 
Alors, ne serait-ce pas préférable d'élaborer une éducation de résilience où l'adolescent ( e ) trouverait pleine confiance en lui-même ?
Et donc, aux autres.
Mais, pour cela il leur faut des exemples d'adultes qui savent se donner sans se perdre dans le fusionnel.
Il faut des hommes et des femmes qui s'aiment tels qu'ils sont sans être narcissiques.
Sinon, comment leur dire l'importance de construire un couple. Et le risque d'aimer.
 
 
Aimer comporte un risque également. Celui d'édifier son Bonheur chaque jour avec l'imagination du cœur pour l'offrir à l'Aimé.
Ne croyez pas les prophètes de malheur qui disent que l'Amour est impossible et doit être d'abord vécu à l'essai. Ils parlent uniquement pour eux.
Et ne croyez pas les spiritualistes de fausses joies qui disent que l'Amour est sans risques.
 
 
L'Amour est combat pour accepter la différence de l'autre en vue d'une unicité.
L'Amour, c'est d'abord s'aimer sainement pour accorder entièrement sa personne à l'être choisi.
 
 
L'Amour est effectivement un choix. Le choix fondamental de vouloir bâtir son existence, son Bonheur avec la personne dont nous avons décidés de nous consacrer entièrement.
L'Amour est le contraire et même une lutte intraitable contre la mort. Les gens qui n'aiment pas sont comme mortes.
L'Amour est épanouissement constant de la Vie. L'Amour est nécessaire à notre survie sur Terre.
 
 
Sans ce combat essentiel, notre population aurait disparue depuis longtemps.
Sans Amour nous ne pouvons prétendre Aimer Dieu. Heureusement, Dieu nous Aime inconditionnellement. Mais, de grâce ne prétendons pas l'Aimer alors que nous ne savons pas même ce que signifie ce mot.
Comme, je vous le disais antérieurement. La certitude est que Dieu nous Aime.
 
 
Ce manque de confiance en Soi explique aussi la dé-spiritualisation et l'athéisme de notre société.
 
 
Le New-age semble bien adapté au vide intérieur, ce qui explique en partie son succès absolument dangereux pour le psychisme Humain. Il entretient certaines névroses, voire psychoses qui vont jusqu'à la déréalisation. Et surtout, la fragilité mentale.
 
 
Il nous faut dire tout cela aux Jeunes. Pour qu'ils ne se laissent pas piéger par les marchands de désespoir.
Et surtout, leur dire que si leurs Parents sont divorcés par manque de maturité dans leur couple.
 
 
Ce n'est pas une raison pour qu'ils le soient un jour. L'immaturité n'est pas héréditaire. Elle n'est pas atavique et n'altère aucunement les potentialités de ces ados à créer leur Vie en toute lucidité.
 
 
Je pense que nos programmes scolaires seraient plus riches humainement si nous parlions du couple sous l'angle de fondation sociale plutôt, que la description physiologique des mutations de leurs organes génitaux. Dont, franchement ils se fichent éperdument.
 
Bruno LEROY.

16/12/2010

NOËL INCARNATION DE LA BONNE NOUVELLE.

E000817_LRG.gif

Dire que le Christ sauve l’homme du péché est une affirmation répétée par des siècles de croyants, au point de se vider pour certains de son poids de réalité. Or, le péché a une dimension structurelle et collective.

Si donc l’affirmation des croyants est plus qu’une formule creuse, c’est que le salut en Jésus-Christ doit pénétrer jusque dans les structures collectives de l’humanité. Bien plus, tout comme le « péché originel » interdisait une conception individualiste du péché, en désignant la solidarité première qui marque les êtres humains, l’initiative libératrice de Dieu en Jésus-Christ concerne les hommes, et chacun d’entre eux, dans leur solidarité fondamentale.

Le salut de chacun se comprend à l’intérieur d’une histoire de salut qui englobe toute l’humanité.

Or le mal qui ronge le monde des hommes porte des noms aujourd’hui : sous-développement, marginalisation, inégalités criantes, exploitation des pauvres par les riches, chômage, loi du profit, règne de la violence, de la torture, du délit d’opinion, etc...Ce mal, des systèmes et des personnes en sont les auteurs ; d’autres hommes en sont les victimes. Les expressions de ce mal sont sociales et politiques.

Si la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ a un sens concret pour les hommes d’aujourd’hui, comment pourrait-elle être étrangère à ces maux ? Comme le mal, dont elle vient sauver les hommes, elle aura nécessairement une portée sociale et politique. C’est dire que les chrétiens, corps contemporain de Jésus, porteurs de la Bonne Nouvelle de libération, ne peuvent éviter d’être partie prenante dans le débat politique de notre temps, ni de prendre parti pour les victimes de ces maux : les petits, les faibles et les opprimés, avec qui Jésus s’est montré solidaire.

Sa naissance, tel un paria de notre société, doit nous mettre sur la route du Christ et c’est dans la prière silencieuse, que nous entendrons ses Appels et ses gémissements pour nous dire que Noël n’est pas une simple Fête pantagruélique assouvie dans les beuveries des carencés spirituels mais, le signe d’une mémoire qui se réactualise chaque année pour nous rappeler notre vocation au sein du monde. Suivre les pas du Christ-Amour, c’est vivre Noël chaque jour dans les yeux de Dieu.

Puisse ce Noël être pour vous une conversion festive vers davantage d’Amour, celui qui dépasse les haines, les remords et les rancunes.

Notre terre aurait bien besoin d’un Noël quotidien vécu dans une spiritualité authentique faite d’Amour et de compassion. Seigneur, donne-nous ce Noël quotidien pour alimenter notre Foi afin que nos jours aient la fraîcheur des matins dont les parfums sentent bon l’Espérance et la joie de vivre en suivant les pas de ton Esprit de liberté.

 

Bruno LEROY.

13:10 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., COMBAT SPIRITUEL., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO., POUR LES JEUNES. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/11/2010

L'amour. Une émotion qui s'use ?

 

Une émotion qui se redécouvre sans cesse !

Une émotion que l'on ne peut maîtriser mais que l'on peut nourrir, attendre et chercher...

Et qui dans ce cas revient toujours plus forte, d'autant plus en contraste avec les passages de désert...On peut côtoyer ceux qui nous sont les plus chers sans même les voir. Quotidiennement !

 

 

Époux ou épouse, mais aussi dans la relation avec Dieu.

 

 

On n'écoute plus, absorbés par nos activités et nos pensées dont l'autre est exclu !

On peut ainsi parler, écouter faire quelque chose pour l'autre sans que l'autre n'existe vraiment dans nos coeurs, dans nos pensées, dans nos gestes ou nos paroles...Et soudain, sans même comprendre pourquoi, quelque chose brise cette glace, nous montrant notre besoin de relation authentique, profonde et sincère.

On aime !

Bruno LEROY.

 

 

25/11/2010

Je viendrai loger dans la maison de ton âme

_coiffure-emo_s.jpg

Je te soutiens dans ces moments d'incertitudes,
Mon soleil brûlera dans tes brumes obscures,
Et tes peurs s'évaporeront comme l'éther,
Tu sais j'ai combattu tant d'imbéciles,
Ceux qui prétendent savoir sans connaître.
 
Depuis longtemps je respire au profond de mon être,
De mes propres limites tout en les savourant,
Les autres n'ont guère le droit d'estimer si tu es grand,
Ta splendeur, tes éclats se font dans ton esprit avec raison.
Apprends à mieux te connaître pour te reconnaître.
 
Renvoie les autres sur les chemins de leurs perfections,
Trace ton propre destin comme une fleur en bord de route,
Et tu seras très loin des pensées construites pour toi,
Tu seras ton maître à penser face à ta destinée,
Toujours je te tiendrai la main pour t'éviter de trébucher.
 
Tu sentiras mon souffle t'aider à te relever,
Dans les situations qui semblent compliquées.
Je t'aime et je t'aimerai loin du propos courant,
Loin des réflexions de ces ombres moralisantes,
Qui démoraliseraient toute marche en avant.
 
Je marche à tes côtés sans complexe d'aimer,
Ton cœur bat dans le mien j'entends tes angoisses,
Je viendrai loger dans la maison de ton âme,
Uniquement pour sans cesse répéter mon amour,
Te rassurer de ces yeux que tu prends pour des vautours.
 
Bruno LEROY.

30/01/2009

QUAND LES GAYS SONT TRISTES PAR NOTRE FAUTE.

UN FILM A REGARDER POUR NE PAS SE VOILER LA FACE ! COMBATTONS TOUTES FORMES DE DISCRIMINATIONS ! Bruno LEROY.

20:05 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POUR LES JEUNES. | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

07/07/2006

TRIPJEUNE.COM

C’est avec grand plaisir que je vous présente enfin le nouveau projet TRIPJEUNE.COM dédié aux jeunes et créé par des jeunes que j’ai la joie d’animer avec ma co-animatrice Marianne. Il s’agit d’un site internet et d’une émission hebdomadaire dédiés aux jeunes pour leur parler des vraies valeurs de la vie. Souvent marginalisés et aux prises avec de nouveaux problèmes tels que notre monde hyper érotisé, la dévalorisation personnelle, la drogue et les dangers reliés aux M.T.S., ce projet les touchera directement et leur montrera une nouvelle façon de voir la vie.

Nous devons être fiers, avec l’élaboration de ce site, de pouvoir enfin rejoindre concrètement ce jeune public qui nous semble parfois égaré et dévalorisé. Avec la collaboration de plusieurs personnes influentes, les émissions toucheront à des sujets positifs et négatifs pour les jeunes afin de leur montrer, sans leur parler directement de Dieu, les vraies valeurs véhiculées par l’Évangile. TRIPJEUNE.COM est donc un outil important pour traiter de la fidélité, du pardon et de la réconciliation, de l’amour, mais aussi de sujets actuels tels que la sexualité dégradante sur internet, les dangers de la pornographie, le rejet et le suicide, etc. Avec l’aide de médecins, de l’abbé Guy Gilbert et de plusieurs autres invités, ainsi que Marianne et moi-même, le site internet de l’émission est pour nous un défi extrêmement intéressant et motivant à réaliser. Il ne faut pas oublier qu’après tout, nos jeunes sont nos prochaines générations et c’est en leur donnant ce que nous avons de mieux, que nous aspirerons à un futur meilleur !

Merci d’y croire avec nous !

Amicalement,
Jean-Sébastien Houle

www.tripjeune.com

16:29 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POUR LES JEUNES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : spiritualite-de-la-liberation, GAUCHE, chritianisme, social |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

12/06/2006

UN PEU DE SILENCE !

Avez-vous déjà réalisé combien c’est désagréable d’essayer d’écouter un cours ou un exposé, quand des personnes de la rangée à côté n’arrêtent pas de parler ? Ou bien lorsque vous essayez de vous concentrer dans le train pour lire lorsque le voisin parle bruyamment au téléphone, ou lorsqu’un bébé pleure toutes les larmes de son corps justement à ce moment-là ? Bref, ce qui vient naturellement à la pensée, c’est « Chuuuut! ». Mais ça ne marche pas toujours…

Le psaume 46 parle de qui Dieu est pour nous et nous invite à contempler l’étendue de tout ce qu’il fait. Et Dieu lui-même nous invite à « arrêter et le reconnaître pour Dieu » Psaume 46.11

Mais arrêter de faire quoi ?… Arrêter tout simplement, arrêter le volume de tout le bruit de nos vies. Prendre le temps de se poser, dans tout le remue-ménage de nos vies… Il nous dit « Chuuuut ! Écoute-moi, reconnais-moi comme ton Dieu ».

En effet, le monde moderne dans lequel nous plongeons est rempli de bruit : dès le matin, le réveil fait bip-bip, puis la machine à café ou le micro-ondes ou le grille-pain font dring quand le p’tit déj est prêt… ensuite c’est le transport en commun, ou en voiture. Dans les deux cas on est submergé par le bruit de la ville qui se réveille, ou bien de la radio (les infos) ou la musique dans notre lecteur MP3 ou autoradio fidèles à leur poste! Et puis la journée continue, on rencontre des gens… blablabla… on rentre le soir et ce sont les bruits du soir qui prennent le relais, entre préparation de dîner, infos ou film…
La question est de savoir : dans tout cela, à quel moment ai-je pris un break pour penser calmement à Dieu, pour le reconnaître autour de moi ? C’est peut être parce que la « civilisation » technologique nous comble de bruit, que si peu de gens sont réceptifs à Dieu ? Parce qu'on nous dicte les choses auxquelles ont doit prêter attention, qu'on nous vend des films, infos et autres sans aucune mention de Dieu ?

Le silence fait peur. Dans une conversation ou chez soi, rares sont ceux qui supportent encore de rester silencieux un instant. La dictature du bruit a réussi à s’imposer presque dans tous les domaines! J’en suis une victime, mais je me soigne :)

Mais Dieu n’a pas pour autant fait ses bagages… Il est toujours là, et essaie de se révéler à chacun. Malheureusement nos yeux sont sous l’emprise de la culture du visible et nos oreilles sous la dictature du bruit. Nous sommes formatés à ne nous fier qu’à ce que l’on voit, et avoir les tympans constamment sollicités. Ca fait un peu théorie du complot, hein ! Il doit bien y avoir un fond de vérité, non ? La bonne nouvelle (oui, il y en a toujours une !) c’est qu’on peut changer de direction une fois que l’on prend conscience de ça!

On peut se ré-habituer à écouter Dieu. On peut redécouvrir les bienfaits de faire silence, et méditer sur toutes les choses que Dieu a faites, et sur sa personne. Mais pour redécouvrir l’intimité avec son Saint-Esprit, il faut se bouger! Donc à chacun de nous d’évaluer à quel degré nous sommes dans « la matrice » et prendre des actions pour en sortir. Est-ce une habitude pour moi de tout éteindre, portable inclus, pour me concentrer sur Dieu (dans la prière ou la lecture de la Bible) uniquement ? Si nous nous laissons absorber par le système-monde, il ne faut pas se demander pourquoi « on n’entend pas la voix de Dieu ».

Il n’y a pas que la matrice qui nous parasite la communication avec Dieu –notre péché aussi notamment - mais ses effets ne sont pas à négliger !

Allez, bonne semaine @ tous.

Jo

13:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POUR LES JEUNES. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |