7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2005

VIVRE LE SILENCE...

 

 

En Orient comme en Occident, les maîtres en spiritualité reconnaissent la nécessité du silence pour la méditation, la prière et pour toute démarche d'intériorité. Faut-il rappeler la phrase célèbre de Maître Eckart : " Il n'y a rien de plus semblable à Dieu que le silence."

Dans notre monde actuel inondé de paroles et de bruit où l'anonymat et l'individualisme priment, il est donc nécessaire d'ouvrir des espaces d'invitation au silence, des temps et des lieux d'écoute où les jeunes peuvent prendre du recul pour mieux s'ouvrir aux autres et se poser seuls face à eux-mêmes. C'est là un moyen de savoir qui ils sont vraiment et de se construire.

Certes, les jeunes désirent vivre des expériences profondes. Mais il leur arrive de passer leur temps à les chercher dans la mauvaise direction, c'est-à-dire, à l'extérieur d'eux-mêmes. La culture du zapping et celle du plaisir immédiat font qu'ils craignent et fuient le silence. Regardons le mal qu'ils ont à se mettre en silence, à y durer, à le supporter, même pour le travail scolaire.

Or, seul le silence leur permettra d'accéder à cet état de paix où l'essentiel s'accomplit au-dedans d'eux.

Pourtant, c'est possible de les initier au silence. Voici…

- Beaucoup de jeunes aiment se retirer dans l'intimité de leur chambre.
- Certains apprécient faire silence lors d'une marche dans la nature : en forêt, au bord de la mer, en montagne.
- D'autres sont intéressés à visiter ou à séjourner dans un monastère et à y rencontrer des moniales, des moines dont la vie les intrigue.

Jeunes et moins jeunes, payons nous le luxe de ces temps de pause, de silence et nous pourrons dire avec le Prophète :

" Je ne suis qu'un chercheur de silence, et quel trésor ai-je trouvé en mes silences que je ne puisse dispenser avec confiance. " ? Khalil Gibran.

Bruno LEROY.

20:14 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SPIRITUALITÉ | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

LA MORT D'UN GRAND TÉMOIN DE LA PAIX.

Taizé : un nom qui chante en beaucoup de cœurs. En ce haut-lieu de la chrétienté, affluent constamment d’innombrables jeunes et de moins jeunes, venant de tous pays, confessions, croyances. Car Taizé n’est pas seulement un monastère « pas comme les autres », mais aussi un lieu de rencontres, de dialogue, de communauté, plus encore un lieu où renaît l’espoir, où souffle l’Esprit. Aujourd’hui encore, Taizé refuse de « s’installer » pour rester disponible aux appels de l’Esprit. Témoin spirituel, le frère Roger l’était incontestablement, mais il le disait avec insistance, il n’était pas seul. Son témoignage est celui de toute une communauté, car sans elle, affirmait-il, il ne serait rien. Ce jour, les nuages sont moins lumineux qu'autrefois, la mort vient de frapper le plus charismatique fondateur d'une communauté en recherche de paix universelle. Tous les hommes ayant prônés la fraternité entre les peuples sont morts assassinés. Est-ce un hasard de notre histoire ou un Témoignage dérangeant dans un monde violent ? Je pencherai pour la deuxième hypothèse. Certains et certaines diront que le monde est devenu fou. Malheureusement cela fait longtemps, trop longtemps que la folie exprimée par le meurtre emplie les pages de nos journaux. Trouver une explication rationnelle à ces phénomènes serait de l'ordre de l'utopie psychologique. La folie peut-elle s'expliquer par la raison ?
Frère Roger n'est plus sur cette terre. Il fut le Témoin d'un Dieu ne faisant aucune dichotomie entre les religions et les Hommes.Le plus grand Hommage que nous puissions lui rendre est de pardonner à la personne qui a mis une lame d'arrêt sur sa vie. Une existence vouée aux autres, aux jeunes et prioritairement à Dieu-Amour. Il nous reste la prière, cette oxygénation de l'âme qui nous permettra de reprendre confiance en un Dieu bien au-delà de nos ratiocinations purement humaines. L'Esprit souffle où il veut. Ce n'est pas à nous de juger ce meurtre pathologique commis dans un passage à l'acte. Frère Roger, l'aurait-il fait ? Ou aurait-il pardonné les coups de couteaux fatals qui achèvent une vie flamboyante en peu de temps. Oui, tout cela est bien triste. Il m'arrive de penser que nous marchons sur la tête. Les hommes de Paix dérangent une société où la violence est devenue une banalité. Un Témoin est un martyr qui donne sa pauvre existence à Dieu pour servir les hommes envers et contre tout. Taizé demeurera ce lieu de ressourcement où les êtres Humains chercheront la flamme de son Fondateur dans les yeux des autres. En ces instants de larmes, il nous reste la prière comme unique arme contre ce monde cruel où témoignent tant de chrétiens et chrétiennes pour que la paix du Christ règne en nos âmes.Être un authentique chrétien s'est toujours révélé dangereux à l'image du Christ crucifié pour avoir annoncé une société d'Amour. Que cela ne nous fasse point reculer mais, aller de l'avant pour vivre intégralement la Parole de Dieu, tel Frère Roger, notre exemple à jamais. Amen !
Bruno LEROY.
Éducateur de Rue.

08:42 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans TÉMOINS DE CE TEMPS. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

11/08/2005

BONNES VACANCES !

Que nous soyons sur des contrées perdues à contempler la splendeur du paysage, le murmure du vent, le temple majestueux que la nature nous offre. Ou que notre horizon se limite à notre appartement ou notre maison en essayant d'échapper aux bruits de la ville. La démarche n'est-elle point commune, identique au coeur de ces Vacances? Se retrouver pour mieux se connaitre et s'apprécier. Telle devrait être la période de repos octroyé, une plage intérieure de ressourcement pour quitter le personnage social que nous jouons, chaque jour. Mais, les conventions ont les mains lourdes, il nous est difficile d'abandonner notre vieille peau... Pourtant, sachons savourer le silence du temps comme un instant d'éternité. Et puis, ouvrons notre conscience aimante face à chaque être rencontré. Nous rencontrer vraiment dans l'authenticité de ce que nous sommes. Les Vacances servent à nous reconquérir. peu importe l'endroit. Si, cette période vous est pénible, mon coeur est près de vous. N'hésitez pas à écrire vos émotions profondes. Je vous retrouverai en Septembre. En attendant, je vous souhaite de trouver la paix harmonieuse puisée aux confins de vos sources Humaines. BRUNO LEROY.

------------------------------
Cet e-mail a été envoyé depuis un téléphone i-mode. Pour en savoir plus : http://www.imode.fr, rubrique E-mail

13:10 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

07/08/2005

ANTONIN ARTAUD METTRE L'ART DANS LA VIE.

" Si je dis que la véritable culture n'est pas celle qui est écrite, c'est parce que j'ai un sentiment de la vie qui bouge, et la culture est liée au principe de la vie qui bouge. Je ne crois pas à la culture des livres, je ne crois pas à la culture des choses écrites parce que je considère la vie en homme libre ; libre, c'est -à -dire qui n'a jamais pu s'enchaîner. Il y a une idée de la capitalisation des formes comme il y a une forme capitaliste de la vie. Vous pensez comme moi que la culture ne se trouve pas dans les livres, mais que c'est une manière d'être dans la Vie. C'est parce que j'ai une idée unitaire de la culture que je dis que penser, dormir, rêver, manger, tout cela c'est la même chose. Tout cela c'est la Vie ! ".

                              ANTONIN ARTAUD.

           "extrait de : Messages révolutionnaires ".

10:25 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LITTÉRATURE. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

05/08/2005

Citation...

Mieux vaudrait avoir vécu sans religion que d'avoir vécu sans Amour.

Bruno Leroy.

10:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

04/08/2005

LA PAUVRETÉ ÉVANGÉLIQUE.

C'est tout homme qui place son être et son pouvoir au service de Dieu et de ses frères ; c'est celui qui ne se centre pas sur lui-même, qui ne place pas sa confiance, le sens de sa vie et de son action dans la jouissance de ce monde et l'accumulation des biens, nom, renommée et gloire, mais qui s'ouvre avec gratitude à Dieu, sert les autres, même son ennemi, avec désintéressement, et élabore des moyens susceptibles d'engendrer une vie plus digne pour tous. Par opposition à une société de consommation et de profit, le pauvre évangélique use avec modération des biens de ce monde et en les partageant ; il n'est ni un ascèse rigide qui méprise la création, faite bonne par le Père, et les choses excellentes qu'il a mises à la disposition de tous, ni un gaspilleur qui dépense sans compter pour le plaisir de jouir égoïstement. Le pauvre évangélique est celui qui se rend disponible à Dieu pour réaliser son projet dans ce monde et qui devient, pour cette raison, instrument et signe du Royaume de Dieu. Voilà pourquoi le pauvre évangélique se montre solidaire avec les pauvres et va même jusqu'à s'identifier à eux, comme l'a fait le Jésus historique.

Il est pauvre évangélique à un degré éminent celui qui n'est pas lui-même un pauvre socio-économique mais se fait l'un d'entre eux par amour et solidarité, lutte à leurs côtés contre leur pauvreté injuste, et cherche avec eux la Libération et la Justice. Il ne glorifie pas la pauvreté matérielle puisqu'elle est le fruit du péché de l'exploitation, ni la richesse qui est le signe de l'accumulation qui opprime et exclut, mais il exalte et réclame la Justice sociale pour tous.

L'amour pour le pauvre se charge parfois d'une intensité si forte qu'il engage un grand nombre d'hommes et de femmes à s'identifier aux pauvres socio-économiques et aux discriminés, à partager leurs souffrances, à prendre part à leurs consolations mutuelles et même à mourir avec eux avant le temps.

Telle est la libération parfaite, car non seulement la personne s'est libérée d'elle même mais aussi, à la suite de Jésus, le pauvre de Nazareth, elle s'est libérée pleinement pour les autres et pour Dieu, caché en eux.

Les pauvres évangéliques cherchent, à la lumière des défis lancés par les pauvres concrets, à penser et attiser la dimension libératrice de la foi pour que, dès maintenant dans l'histoire, on puisse cueillir par anticipation les fruits du Royaume, principalement la reconnaissance du Père, l'accueil de la filiation divine, la Vie et la Justice pour tous, et la Fraternité Universelle.
Bruno LEROY.
Éducateur de Rue.

20:32 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SPIRITUALITÉ | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

01/08/2005

GUY GILBERT EST UN SAINT.

Il n'est plus guère indispensable de présenter le Père Guy Gilbert et son look avec son perfecto, signe de ses combats, ses cheveux longs tel Jésus en personne, ainsi que ses bagues et santiags qui font de lui : un loubard de Dieu.
J'insisterai davantage sur sa spiritualité qui fait de lui, un saint. Certes, vous penserez certainement qu'il n'est pas de mes compétences d'affirmer qu'un Homme de Dieu-Amour puisse être saint. Vous aurez, en quelques sortes raison. Mais, qu'est-ce donc qu'un saint ?
Un saint est un homme ordinaire qui conserve le sens suprême de la Vie humaine, non dans les mémoires, mais dans le vif de l'existence quotidienne, dans le regard purifié qu'il porte sur le monde, dans le coeur frémissant avec lequel il accueille tous les êtres et Dieu Lui-même venant à lui.
Sa sainteté est discrète, elle est quotidienne : elle passe par des actes quotidiens au milieu des Hommes.
C'est dans la vie concrète que le ferment de l'évangile accomplit son travail.
Être saint, c'est ne jamais lâcher la main du Père pour construire ensemble une humanité où s'épanouira la Fraternité, la Liberté, l'Amour...Toutes ces valeurs évangéliques qui font reculer les injustices criantes.
Bien-sûr, nous reconnaissons dans ces caractéristiques la démarche de Guy Gilbert. Témoin essentiel pour les Jeunes du monde entier.
En fait, nous sommes tous et toutes appelés à vivre ces valeurs pour que, le monde de demain montre un visage plus humain. Seul, Dieu notre Père peut donner l'inspiration et la force d'accomplir cette mission.
Vouloir un monde meilleur, n'est-ce point la volonté de tous ?
C'est aussi la Volonté de Dieu. Un Père qui aime ses enfants ne peut supporter leurs souffrances et désire qu'ils s'épanouissent, dans une société où règnent la Paix et l'Harmonie.
Ce sont des Témoins comme Guy, Soeur Emmanuelle, l'Abbé Pierre et bien d'autres qui peuvent nous aider à vivre l'évangile, dans nos instants d'incertitudes. Cependant, j'affirme en toute humilité que nous sommes Frères et Soeurs des "Guy Gilbert" ou des "Soeur Emmanuelle", en puissance. Il nous suffit d'exprimer nos charismes donnés par Dieu-Amour. Et nos talents nous sont personnels et ne ressemblent aucunement à ceux des autres. A nous de trouver la Puissance d'Amour qui nous habite, nous soulève pour donner sens à notre existence. Pour partager l'Amour que Dieu nous offre sans détour. Si nous suivons les pas de Dieu, nous marcherons sur la voie d'un avenir heureux. Nous marcherons sur le chemin de la sainteté. A chacun de prendre la relève des saints qui nous ont précédés, tel Guy Gilbert pour les éducateurs et tous ceux qui accompagnent les blessés de la vie. A nous de trouver notre référent qui nous mènera directement dans les bras de Dieu dans Son Infini Amour. Seule, la prière nous aidera dans nos discernements. Rien n'est perdu, l'avenir ne fait que commencer sous le soleil de Dieu. Peu importe le temps ou l'âge, nous avons tous et toutes une mission à accomplir, ne serait-ce que dans la banalité des jours. Tout devient plus sublime, lorsque Dieu est au coeur de nos actions.
Bruno LEROY.

12:45 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans TÉMOINS DE CE TEMPS. | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |