7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2007

DANS LE SILENCE DU MATIN NAISSANT.

Chers Amis ( es ),
Ce modeste poème pour rendre un dernier Hommage à Mon Oncle décédé ce Dimanche Matin à six heures des suites d'une longue maladie.
C'est la formule habituellement employée et pourtant je considère que cette maladie envoie nos êtres chers un peu trop rapidement au Paradis.
Je te dis Merci, Michel Bracke, pour ta vie droite de travailleur et surtout, tes combats inlassables en faveur de ses mêmes travailleurs, souvent exploités.
Tu es entré par la grande porte des cieux pour les graines de Tendresse que tu as semé sur Terre !
C'est en cela que je crois comme tu le croyais aussi...
Ne faisons pas mentir Dieu par des larmes de crocodiles inutiles même si tu nous manques déjà.
Je pleure en toi et cela ne se voit pas.
J'espère en Toi et cela se ressent.
Que veux-tu, la Foi ne s'éteint pas un matin par une larme de chagrin. Elle donne l'Espérance pour de meilleurs lendemains.
Elle donne la certitude que tu n'es pas loin...
Ton complice, Bruno.
Il est parti sans faire de bruit,
Dans la paix du matin,
Tu croyais en Dieu Michel,
Tu colores donc son ciel,
Mais notre coeur bat un chagrin,
Celui de l'oncle parti loin,
Trop loin pour devenir accessible,
Il nous reste l'Espérance,
Sans laquelle rien n'aurait sens,
Par-delà nos pleurs silencieux,
Par-delà les souvenirs,
Qui se souviennent sans cesse,
Par-delà nos divergences de pensées,
Et nos homériques engueulades partagées,
Tu ne resteras pas un souvenir,
Mort dans ses draps,
Tu restes vivant en moi,
Toi l'Homme droit et moral,
Le contraire de moi bordélique,
Aux accents trop évangéliques,
Tu étais mon contraire,
Tu étais mon carbone,
Comment pourrais-je écrire désormais,
Sans que le double lise mes mots,
Je sais que tu n'es pas mort, Michel.
D'ailleurs tu respires encore,
Dans le souffle de Dieu,
Tu parles de ta femme,
Ton reflet d'amour,
Et de tes filles que tu veux protéger,
Ne t'inquiète pas, Michel,
Regarde l'Infini et tu nous verras,
Un jour revenir vers Toi,
Car nous devons tous partir,
Pour vivre hors du temps et de l'espace,
Là où les artères ne vieillissent jamais.
A...Dieu, Michel restes où tu es,
On se retrouvera dans les bras de l'éternité,
Et les autres pleureront pensant,
Que nous les avons quittés,
Alors, que nous n'avons jamais été aussi prêt,
De leur Vie qui doit continuer d'honorer,
Ses combats et sa beauté...
Un jour je viendrai, Michel,
T'embrasser pour te dire combien je t'aimais.
Bruno LEROY.

13:10 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Commentaires

@Bruno ; vos écrits sont toujours aussi agréables à lire ; je vous invite à rejoindre mon site où vous retrouverez en note du 28 01 2007 un monsieur qui vous ressemble en artiste peintre connu au plan national et international .
Amicalement
HR
http://hubertrocque.hautetfort.com

Écrit par : hubert | 29/01/2007

Cher Hubert,
Je vous remercie pour votre message chaleureux. Je suis allé voir cet artiste peintre sur votre Blog et en effet, je suis très touché par son Humanité et son Humilité.
Il n'est pas dit qu'un jour je n'aille pas lui rendre une petite visite pour savourer ses créations artistiques et sa profonde humanité. J'aimerais connaître plus en profondeur ses perceptions de l'Art et de la Vie !
Merci pour cette merveilleuse découverte et je retournerai sur votre site. Vous pouvez y compter !
Car, il me semble que nous défendons les mêmes valeurs...!
Amicalement, Bruno.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 29/01/2007

@ Cher Bruno ; si vous deviez venir dans notre région picarde pour visiter l'atelier ; contactez moi par mail ou par mon portable et je vous offrirai le repas du midi à la maison mais je suis également trés pris avec mes activités , ce mardi 30 01 07 je suis à Paris ( lieu confidentiel sur le net ) et mercredi 31 01 07 je suis au Sénat en qualité de consultant économique avec Monsieur Michel de Fabiani , Président du Cercle économique du groupe Sully .
J'écris pour un quotidien connu sur 03 régions et récemment je suis allé à la galette des rois ce dimanche 21 01 07 d'une association qui se nomme " Coeur en partage " ; mon papier était un appel à la générosité pour les enfants et les parents qui vivent chichement .
Cette association connue à Amiens est au coeur d'un vieux quartier de la ville d'Amiens - Saint Maurice - et relais de la Banque Alimentaire ; la misére sociale se tutoie et quant à moi qui exerce des responsablilités nationales dans un milieu que vous connaissez ; fait dans l'humanitaire .
Bruno , je n'ai jamais oublié mes origines et reniées où je suis né .
Mon socle de compétences qui m'a fait rebondir en travaillant les livres et les examens .
Nous n'avions rien étant gamin ( 06 enfants et je suis l'aîné ) ; exception faite que mon papa était courageux à la tâche et nous ne manquions pas de nourriture sauf de la viande .
En période de chasse nos repas étaient copieux , papa était un excellent tireur et maman une cuisiniére parfaite .
J'adore le gibier .

A bientôt
Amicalement
Hubert de la Ville de Jules Verne à Amiens - 80000-

Écrit par : hubert | 29/01/2007

Mon cher Bruno
Merci pour ces écrits d'une grande tendresse pour votre oncle.
La mort d'un être cher est souvent révélateur de l'essentiel de l'existence. Hier Je rencontrais à la sortie de la messe une ancienne amie de l'ACI: nous avions partagés longuement sur nos vies et hier elle m'annonçait qu'elle venait de perdre son papa ( moi c'était en juillet) et qu'elle prenait sa maman chez elle. C'est pour sa maman et avec elle qu'elle revient à la messe...Si elle venait en équipe ACI, il y a 10 ans, jamais je ne la rencontrais à la messe. Et notre aventure commune redémarre ... J'admire la patience de Dieu qui ne désespère jamais d'aucun de nous...
Simplement quelques témoins là où il faut pour permettre à nos frères de reprendre tout simplement la route quand le temps est arrivé.
La mort de mon papa va me permettre de l'écouter longuement et surtout de la relancer dans ses découvertes du Dieu Amour que nous avons en commun mon cher Bruno.
Merci pour vos partages qui sonnent toujours vraies...
Fraternellement
Annik

Écrit par : Annik | 29/01/2007

Cher Hubert,
Il est évident que j'évoquais une date assez lointaine dans le temps. Je ne me permettrai jamais de venir à l'improviste. Ce serait un affreux manque de délicatesse et de politesse. Je vous remercie pour le couvert que vous aurez la gentillesse de me partager. Mais, j'ai également beaucoup d'activités qui me laissent peu de périodes libres actuellement.
Cher Hubert, nous avions déjà évoqué nos jeunesses respectives. Et je dois avouer que pour cela, j'ai beaucoup de Respect pour un homme tel que vous qui ne renie pas ses origines. Vous redonnez toutes les lettres de Noblesse à vos actions !
Votre souci des plus petits est d'autant plus authentique et vos combats prennent sens dans la vérité que vous leur donnez.
Amicalement, Bruno.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 29/01/2007

Chère Annick,
J'aime beaucoup votre sens de l'autre. Votre disponibilité intérieure à écouter avec les oreilles de l'âme les coeurs blessés. Vous avez la Foi chevillée au corps. Une Foi vivante et effective. Merci pour ce que vous êtes.
Une chrétienne ayant le souci des plus meurtris.
Je vous remercie également pour votre message plein de compassion pour mon oncle qui a terriblement souffert. Il est dans la Paix de Dieu Amour. Et pourtant, la disparition des êtres chers ne peut nous empêcher de pleurer malgré l'Espérance qui nous anime.
Vous voyez la Foi est faite de Lumière et d'ombres. Il faut assumer les ombres pour redécouvrir la Lumière !
Merci, Chère Annick pour votre soutien Fraternel.
Que Dieu vous Bénisse abondamment !!!
Très Fraternellement, Bruno.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 29/01/2007

Mon cher Bruno
merci pour ce message... ce n'est pas la vision que j'ai de moi... seulement un constat que c'est dans les moments d'ombres pour moi que m'est souvent demandée la Lumière.
Et c'est à chaque fois un étonnement car de cette Lumière demandée et volontiers donnée jaillit pour moi la Lumière... La Lumière ne peut qu'être partagée...
Pleurer , oh oui pleurer... merci de le dire et de veiller à le redire... Le chrétien pleure... Le Christ pleurait... pleinement humain, avec les humains et de ces moments d'humanité Il nous entraîne vers des moments de plénitude, d'éternité...
De tout coeur avec vous.
Annik

Écrit par : Annik | 29/01/2007

Mon cher Bruno
merci pour ce message... ce n'est pas la vision que j'ai de moi... seulement un constat que c'est dans les moments d'ombres pour moi que m'est souvent demandée la Lumière.
Et c'est à chaque fois un étonnement car de cette Lumière demandée et volontiers donnée jaillit pour moi la Lumière... La Lumière ne peut qu'être partagée...
Pleurer , oh oui pleurer... merci de le dire et de veiller à le redire... Le chrétien pleure... Le Christ pleurait... pleinement humain, avec les humains et de ces moments d'humanité Il nous entraîne vers des moments de plénitude, d'éternité...
De tout coeur avec vous.
Annik

Écrit par : Annik | 29/01/2007

Merci Chère Annick pour vos mots vrais et pleins de Tendresse !
Belle soirée dans le coeur de Dieu Amour !
Très Fraternellement, Bruno.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 29/01/2007

Quel bel hommage ! J'en reste muet d'admiration ; tout est là, en quelques lignes... Mais on a beau avoir l'espérance, je sais ce qu'est surmonter la douleur de l'absence c'est pour quoi je joint à ce mot mes sincères condoléances ; et ce n'est pas ici une simple formule... J'ai pas encore tout à fait digèré un doeuil d'il y a un an.
Chaleureusement cordial.

Écrit par : Samuel | 30/01/2007

Cher Samuel,
Je vous remercie pour vos condoléances qui viennent du coeur. Il est vrai, que pour l'instant il est pratiquement difficile de réaliser vraiment. Puis, les préparatifs de l'enterrement font que nous sommes pris dans le tourbillon du temps. Après, vient la réflexion, l'amertume, la nostalgie de l'être cher qui est parti...
C'est après tout cela que le travail de deuil commence vraiment. Vous avez raison, l'Espérance n'empêche pas de penser, pleurer...ce qui prouve que nous sommes Humains et que la Foi n'est pas une assurance contre les blessures de la Vie.
Je dirais, heureusement car, dans ce Monde où l'on veut se garantir de Tout pour avoir la Paix strérile ; bon nombre de personnes auraient la Foi rien que pour cela.
Vous dites ne pas avoir digéré un deuil. Tout cela dépend de la proximité qui vous unissait à cette personne mais, en général un deuil complet s'effectue réellement au bout de trois ans. Bon courage, Cher Samuel et merci encore pour vos messages empreints de tant de gentilllesse et d'authenticité !
Très Cordialement, Bruno.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 30/01/2007

Cher Bruno, mon frère.
Cet à-Dieu à ton oncle me touche. Tout es emùpreint de cette tendresse que Dieu nous donne et que nous portons aux autres.
Je suis de tout coeur avec toi et te porte dans mes prières.
Je suis que cet oncle te regarde et reste près de toi.
Oui, Bruno, il est et il sera toujours vivant dans ton coeur.
Je t'embrasse, ta petite soeur, Josiane

Écrit par : Josiane | 30/01/2007

Chère petite Soeur Josiane,
Oui, ma certitude chrétienne dit que tout être parti dans le Royaume de la Lumière demeure dans l'éternel instant de nos journées.
Je te remercie de me porter dans tes prières car, j'en ai un immense besoin, une intarissable soif. C'est un soutien et un réconfort pour moi qui crois plus que tout en la Force et la Puissance de la prière.
Je te remercie, Chère Josiane, pour ton message réconfortant qui apaise cette sensation de solitude face à un événement tragique.
QDTB
Ton petit Frère, Bruno.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 30/01/2007

Cet habit fatigué, menacé par l'usure
Garde son bel aspect, grâce au rayonnement
De celui qui le met lorsque vient le moment
Où le corps est pour l'homme une simple vêture,

Bien amicalement à toi, grand-frère
Marie

Écrit par : Marie-France | 02/02/2007

Chère Marie-France,
Un Immense MERCI pour ce message métaphoriquement poétique.
Oui, l'habit peut-être fatigué et pourtant celui ou celle qui le porte peut lui donner un rayonnement nouveau !
C'est la puissance intérieure qui éclaire le corps des Humains.
La mort nous fait juste changer de vêtement. Mais, il faut reconnaître, parfois tristement...
Bon week-end, Petite Soeur Marie-France !
Bises fraternelles,
Bruno.

Écrit par : BRUNO LEROY. | 02/02/2007

Les commentaires sont fermés.