7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2012

Tu es l'Amour je suis la porte qui te laisse entrer en moi.

arrod.gif

 
Tu es présent dans mon cœur d'enfant même lorsque ton absence aléatoire fait comme un cratère de volcan en éruption.
Le feu est alors confiné dans mon corps telle une vive chaleur qui me brûle de toi.
Je me consume en Toi car, tu es moi dans mon espace intérieur.
Tu te consumes au bout de mes lèvres ta brume obscure me remplit de fièvre.
Tu es l'Amour dont le visage rayonne chaque jour que tu construits.
Vivre sans toi serait pure illusion chimérique.
Tu es le battement de mon âme quand mon âme te rejoint.
Quand mon sang cessera dans mes veines,
Ton âme infiniment deviendra mienne.
Dès que le soleil se lève ton regard illumine mes jours.
Je sais que tu seras là pour nourrir plus en avant notre Amour.
Tu es l'expression quintessencielle de la tendresse, celle donnée sans retour.
Gracieusement par Amour.
Tu incarnes pour moi l'Amour pur, parfait, exemplaire imitable à l'infini.
Je t'Aime pour ces superbes roses que tu cultives au jardin de mon être.
Leur parfum embaume mes gestes les plus simples ou les plus insipides.
Tu es la senteur du printemps qui fait germer les fruits à venir.
Tu viens dans mon présent pour détruire mon passé et projeter un nouvel avenir.
Je t'Adore pour le bonheur que tu m'offres quotidiennement tel un cadeau illimité dans le temps.
Cette Joie profonde qui féconde ma vie trop souvent vagabonde.
Tu es la Force qui me tient debout telle une flamme que le vent ne fait pas vaciller.
Je vis l'instant présent grâce à ta radieuse présence de chaque instant.
Tu habites en moi comme un prolongement de mon humanité.
Je t'Adore pour cette conscience plus sereine que tu m'offres.
Moi, l'enfant fougueux aux mille colères tu apaises mes guerres.
Je t'Aime tellement que le ciel n'est plus assez grand pour loger mon Amour.
Voilà pourquoi je te porte toujours en moi comme pour me rassuré de voir l'éternité avec tes yeux.
Ton regard est devenu le regard que je porte sur notre Humanité.
Tu me fais découvrir tant de merveilles nouvelles, chaque jour, chaque seconde.
Ma vie sans toi serait une erreur, un malheur indicible.
Ton Amour abreuve mes désirs de boire à la source de ta Vérité.
Je ne saurai vivre sans t'aimer, sans te contempler, sans t'admirer.
Tu es l'habitant unique de mon paysage intérieur et extérieur.
Tu es le Souffle qui m'emporte vers des rivages insoupçonnés.
Tu es l'Amour je suis la porte qui te laisse entrer en moi à jamais.
De toutes éternités...
 
 
Bruno LEROY

20:26 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

03/04/2012

Chaque saison renferme ses secrets.

flo18.gif

Chaque saison renferme ses secrets.

 

 

L’été nous éclabousse de ses feux mystérieux,

L’hiver se vêt d’un somptueux manteau frileux,

L’automne déshabille les arbres trapus dépeignés,

Le printemps compose sa renaissance enchantée.

 

Ce printemps où la vie refleurit passionnément,

Ce temps où chantent les bourgeons dans un éclatement,

Est la saison de ton Anniversaire que chantent les oiseaux,

Comme un nouveau concert sous un superbe chapiteau.

 

Tu as savouré tant de saisons aux charmes différents,

Aujourd’hui tu conserves encore ton âme d’enfant,

Tes quatre vingt trois ans demeurent ton premier printemps,

Et certainement tu en goûteras d’autres avec ravissement.

 

Certes, les années passent mais les projets que tu accomplis,

Font la bienveillance du temps qui danse délicatement dans l’autan,

Ton regard sur la vie ancré dans la réalité est une vue de présent,

Qui ne suspend point ses rêves d’antan et désire un avenir épanoui.

 

Tu es fasciné par tout ce qui palpite, bouillonne et frémit,

Exister pour toi ne se conçoit que dans un perpétuel mouvement,

Le soleil, la pluie, les gémissements du vent sont des signes de vie,

En ce jour d’Anniversaire je te souhaite de nouvelles saisons profusément .

 

Puisses-tu trouver dans chaque instant des raisons d’émerveillements,

Pour que l’existence ne devienne point un tourbillonnement stéréotypé,

Par la routine, les habitudes des jours qui ne font qu’avancer sans enchantement,

Au contraire continue de concéder à tes aurores la fraîcheur purifiée de la rosée.

 

 

Chaque matin est un clin d’œil du destin pour renaître à la Vie commençante.

 

 

JE TE SOUHAITE UN HEUREUX ANNIVERSAIRE OU LE BONHEUR VIENDRA HABITER L’ INTIMITÉ DE TON CŒUR DE SÉRAPHIN AUX 83 PRINTEMPS !!!

 

 

Ton Fils Bruno qui t’Aime de TOUT son être !

 

19:28 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., GOSPEL, LA PENSÉE DU JOUR., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/03/2012

Tomber amoureux c’est laisser s’abattre le mur qui sépare les individus.

amour_gtaim3.jpg

 

L’amour, acte révolutionnaire pour l’individu et la société, voilà qui peut surprendre ! L’amour comme acte révolutionnaire, pour l’individu mais aussi contre le système capitaliste et patriarcal. L’amour est un art et à ce titre nécessite connaissance et effort, alors que la plupart des gens le considèrent comme un effet du hasard, une chance.

On pense habituellement que le problème essentiel est d’être aimé et non d’aimer. On pense aussi qu’en amour l’important, c’est de trouver le bon objet et non d’avoir la faculté : deux personnes tombent amoureuses « lorsqu’elles ont le sentiment d’avoir découvert le meilleur objet disponible sur le marché, compte tenu des limitations de leur propre valeur d’échange ». Il existe également une confusion entre tomber amoureux et être amoureux. Tomber amoureux c’est laisser s’abattre le mur qui sépare les individus, c’est un miracle de soudaine intimité facilité par la consommation sexuelle. Mais ce type d’amour est éphémère, l’intimité perd son caractère miraculeux, antagonismes et déceptions reprennent le dessus. Alors que les témoignages accablants montrent la difficulté d’aimer, on a coutume de considérer qu’il n’y a rien de plus facile et que nul n’a apprendre sur le sujet. Or l’amour est un art qui nécessite de maîtriser la théorie et la pratique, il doit devenir la préoccupation ultime de l’individu.

« L’homme est vie consciente d’elle-même », de sa solitude, de sa séparation, de son impuissance devant les forces de la nature et de la société". L’expérience de la séparation d’avec la nature est source d’angoisse et suscite un sentiment de honte et de culpabilité. Dès lors comment surmonter cette séparation et trouver l’unicité ? La première solution partielle se trouve dans les états orgiaques (abolition du moi séparé ). Les rituels dans les tribus primitives font apparaître une exaltation collective, une fusion au groupe au cours de laquelle le monde extérieur disparaît. Ces orgies sexuelles permettent d’atteindre un orgasme amenant à l’état d’extase.

Ces rituels sont admis par le groupe et ne suscitent ni angoisse, ni culpabilité. Alors que dans une société qui a renoncé à ces pratiques, ceux qui s’y adonnent (en se réfugiant dans l’alcool ou les drogues ) se sentent encore plus angoissés quand l’expérience prend fin. Quant à ceux qui recherchent l’orgasme sexuel pour échapper à l’angoisse de séparation, l’acte sexuel ne comble la distance entre les individus que pour un instant, ils se retrouvent ensuite avec un sentiment croissant de séparation.« Toutes les formes d’union orgiaques ont trois caractéristiques : elles sont intenses, même violentes ; elles mettent en jeu la personnalité totale, esprit et corps ; elles sont transitoires et périodiques ». La seconde solution partielle se trouve dans le conformisme. L’union au groupe constitue un moyen de surmonter la séparation : « c’est une union où, dans une large mesure, le soi individuel disparaît, et dont le but est d’appartenir à la foule. » Par peur d’être différent les gens veulent se conformer à un degré bien plus élevé qu’ils n’y sont contraints. Ils se contentent de manifester leur différence sur des points mineurs".

Dans la société capitaliste, l’égalité des individus devient une égalité d’automates, d’hommes faisant les mêmes choses, ayant les mêmes idées et les mêmes sentiments. L’égalité des femmes a ainsi été pervertie, celle-ci se paie par l’élimination des différences : la polarité des sexes est entrain de disparaître. « Le processus social requiert la standardisation de l’homme, et cette standardisation, on l’appelle »égalité".

L’union par conformisme est dictée par la routine mais suffit rarement à calmer l’angoisse de séparation. Elle concerne surtout l’esprit et peu le corps. Son seul avantage est d’être permanente. La troisième solution partielle se trouve dans le travail créateur où la personne s’unit avec son matériau. Mais dans le système économique, le travailleur devient un appendice de la machine ou de l’organisation bureaucratique, il n’y a plus de vrai travail créateur. L’amour est la seule solution humaine. « Le désir de fusion interpersonnelle est le plus puissant dynamisme en l’homme ». L’amour est la réponse plénière au problème de l’existence mais de quel amour s’agit-il ? Il existe des formes imparfaites de l’amour, par exemple l’union symbiotique. Il s’agit d’unions dont le modèle est la relation mère-foetus. La forme passive se trouve dans le masochisme et la forme active dans le sadisme.

L’amour n’est une activité libre que s’il consiste essentiellement à donner, non à recevoir, sinon il s’agit d’une « passion » résultant d’une motivation inconsciente. Le don constitue la plus haute expression de la puissance : « donner est source de plus de joie que recevoir » parce qu’il exprime de vitalité. La sphère la plus importante du don ne se situe pas dans les choses matérielles mais dans les relations humaines : donner de sa vie. Celui qui donne ainsi de sa vie« enrichit l’autre, il en rehausse le sens de la vitalité en même temps qu’il rehausse le sien propre ». Dans le don, chacun est reconnaissant à l’autre de la vie qui naît pour les deux.

La capacité d’amour en tant que don, nécessite d’avoir surmonté la dépendance, le narcissisme, le désir d’exploiter et d’avoir acquis la foi en ses propres possibilités. Si ces qualités ne sont pas acquises la personne a peur de se donner, donc d’aimer.

D’autre part, le refus du don dans la relation, car pour pouvoir donner, il faut que ce don soit accepté par l’autre, comment donner à celui qui refuse ? Accepter le don, l’amour de l’autre, c’est déjà aimer, donc donner. L’amour est sollicitude, responsabilité, respect et connaissance. « L’amour est une sollicitude active pour la vie et la croissance de ceux que nous aimons. »

Le désir d’union repose également sur un besoin biologique : l’union des pôles masculin et féminin. Le mythe des êtres androgynes primitifs est l’expression de cette recherche de l’unité perdue. Cette polarité est à la fois extérieure : recherche de l’autre pour trouver l’union, mais aussi intérieure. Au niveau physiologique, hommes et femmes possèdent des hormones du sexe opposé, psychologiquement ils sont aussi bisexués. Hommes et femmes ne réalisent leur union intérieure que par la conjonction de leur pôle masculin et féminin (pénétrer et recevoir ). Le rapprochement avec les idées de JUNG sur « l’anima » et « l’animus » est en ce domaine assez saisissant, tout comme la parenté avec des philosophies beaucoup plus lointaines : tantrisme, taoïsme, des convergences riches de perspectives apparaissent dans ce domaine des pôles intérieurs masculins et féminins.

L’amour érotique bien qu’exclusif ne saurait être un égoïsme à deux, il doit aussi comporter une dimension d’amour fraternel, pour s’ouvrir aux autres. L’amour érotique est à la fois attirance individuelle unique et aussi acte de pure volonté.

L’amour de soi ne doit pas être confondu avec le narcissisme qui représente le premier stade du développement humain, celui qui régresse à ce niveau est incapable d’aimer. L’amour de soi est souvent assimilé à l’égoïsme, celui-ci traduit-il réellement un souci de soi-même ?

En fait l’amour est indivisible, il concerne à la fois les autres et soi : « si quelqu’un est capable d’amour productif, il s’aime également, s’il ne peut aimer que les autres, il n’aime en aucune façon ». La personne égoïste se hait elle-même, elle est vide et malheureuse, « avide d’arracher à la vie les satisfactions qu’elle pourrait obtenir si elle n’y faisait elle-même obstacle. »

L’amour est une expérience personnelle qu’il nous appartient de réaliser par nous-mêmes. Pour ce qui est de l’art d’aimer, ceci signifie que quiconque aspire à devenir un maître dans cet art doit commencer par pratiquer la discipline, la concentration et la patience dans chaque phase de sa vie. La discipline ne doit pas être une règle pénible, imposée mais ressentie comme un style de vie. Pour pratiquer la concentration, il faut apprendre à rester seul avec soi-même, c’est une conception essentielle de l’aptitude à aimer : faire le vide en soi-même pour respirer dans la prière.

Se concentrer signifie aussi savoir écouter, "vivre pleinement dans le présent, dans le ici et maintenant, sans penser à ce que l’on fera par la suite. Nous devons aussi avoir foi en nous-mêmes, en ce noyau immuable de notre personnalité. Seul celui qui a foi en lui-même, en Dieu, peut avoir foi dans les autres et dans leurs virtualités. Enfin « pour aimer, comme pour se laisser aimer, il faut avoir le courage de juger certaines valeurs, comme étant d’importance ultime et alors de faire le saut et de tout miser sur elles. »

Le système accepte toutefois une certaine dose de non-conformisme et cantonne l’amour dans un rôle marginal. Dès lors si l’on prend l’amour au sérieux en le considérant comme la seule réponse rationnelle au problème de l’existence, on est forcé de conclure que des changements importants et radicaux dans la structure de la société sont indispensables pour que l’amour devienne un phénomène social, et non plus marginal, hautement individuel.

  

Bruno LEROY.

09:29 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

22/03/2012

Toi qui habites ma Vie cette demeure pleine d’ombres.

1119740_83691226.jpg

Je t’aime toi qui habites ma vie cette demeure pleine d’ombres,

Je te reconnais en moi telle une respiration essentielle, nécessaire,

Tu coules dans mes veines et de mes peines tu veux les fondre,

Je t’aime dans l’acceptation absolue de ton délicieux mystère.

 

Je t’adore devant cette croix qui fait de mon cœur infirme un croyant,

Ta main dans la mienne éclaire mes prières d’un feu foudroyant,

Je sais que tu es sans cesse à mes côtés dans les pires souffrances,

L’amour que je ressens est ton cri de condamné mon unique chance.

 

Je t’adore quand je sais que ta mort a détruit nos peurs de la finitude,

Ta résurrection en harmonie avec ton Père met un terme à nos solitudes,

Nous souffrons de tes blessures et de celles de nos frères qui te ressemblent,

Par ta résurrection tu désires que la pénombre et le soleil s’assemblent.

 

Tu es le maître de l’impossible Amour que notre âme ne saurait savourer,

 Mais nous tenterons tout pour devenir meilleurs chaque jour dans l’instant,

Nous tendrons les bras pour semer les pétales de vie et dans nos nuits nous aimer,

Toujours aimer le Vent de l’Esprit qui habite notre corps même souffrant .

 

Tu sais les plaies qui façonnent certains êtres brisés, meurtris toujours abîmés,

Par un regard mortifiant qui juge sans que la personne puisse se justifier,

Il est des gestes, des mots des jugements dont la source n’est point humaine,

Nous trahissons ton message d’Amour par notre indifférence où fomente la haine.

 

Pardon pour ces murmures qui découragent nos frères qui nous entourent,

Pardon pour ces manques de jovialité qui font de nous de tristes chrétiens,

Pardon pour ces oublis souvent volontaires de nos prières qui élèvent le jour,

Pardon d’oublier habituellement que tu vis toujours avec nous dès le matin.

 

 

Pardon de ne pas Honorer Ton Amour lorsque nous souffrons et nous pensons seuls.

 

 

Bruno LEROY.

 

12:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

21/03/2012

La grâce d’être joyeux toujours.

Je%20t'aime.jpg

Comme un cri dans la nuit ta prière hurle,

Comme une larme sur tes joues elle bouscule,

Elle parle à Dieu bien-sûr, aux bien-pensants aussi,

Elle transcende ta vie de toutes ces impressions moisies.

 

Et tu penses qu’un jour viendra la paix intérieure,

Lorsque tu auras du travail et un peu moins peur,

Des lendemains incertains qui se greffent en ton cœur,

Où l’argent fait du bien loin de tes rancoeurs.

 

Et tu t’aperçois que la prière n’est pas magique,

Qu’elle s’absente souvent de tes rêves chimériques,

Il sert donc à quoi de parler dans le vide sidéral,

Et d’espérer que le monde devienne amical ?

 

Tu sais, la prière est le langage de l’Amour gratuit,

Tu respires les fleurs que Dieu sème dans ta Vie,

Tu chemines doucement vers la vérité vraie,

Pour donner à tes jours une couleur de sincérité.

 

C’est tout,

La prière donne la grâce d’être joyeux toujours,

Même lorsque dans ta brume tu sens les vautours,

La prière donne la force de les affronter sans regrets,

Puisque cette Force te vient de Dieu voilà ton secret.

 

L’espérance est la puissance d’amour que tu mets chaque jour dans tes moindres gestes, tes moindres sourires. Et dans l’admiration que tu as de la divine Nature qui te fait contempler la splendeur de Dieu.

 

Bruno LEROY.

 

21:06 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

20/03/2012

Nous sommes du printemps que nous chantons ensemble.

05=pause0decide.gif

Tu brûles en mon âme comme une flamme

 

Que l'eau ne saurait éteindre d'un seul charme

 

Dieu que l'Amour en ta présence devient beau

 

Telle une espérance incarnée dans ma peau

 

Un souvenir et un avenir mêlés en mon être

 

Avec la puissance de chaque jour être une fête

 

Rien ne pourra donner davantage d'éclats

 

A ma destinée car le bonheur prit mes pas

 

Le jour où je t'ai rencontré et secrètement aimé

 

Désormais, c'est aux feux de l'aurore que je puis exprimer

 

Enlacés l'un à l'autre comme si le temps n'existait pas

 

Je t'Aime du fond des mystères de l'Amour

 

En essayant de mettre des mots sur des sentiments

 

Sur des caresses de tendresse aux douceurs de velours

 

Je t'Aime dans la certitude de vivre cet Amour éternellement

 

Avec Toi...pour Toi...pour Nous...pour Toujours...

 

Et construire chaque jour l'arche de notre Amour.

 

L'automne n'est plus notre saison nous sommes

 

Du printemps que nous chantons ensemble

 

Pour ignorer la grisaille du monde car tout nous assemble

 

Pour palper une Vie féconde où nous serons réellement des Hommes!

 

Bruno LEROY.

 

12:02 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Pourquoi parler des rêves avec tant d’insistance ?

2_12.jpg

Prendre le Temps en ce monde bousculé. Prendre le temps de rêver les splendides horizons d’Espérance que Dieu a déposé en notre âme. Répondre ainsi aux Talents que Christ nous demande de cultiver. Quel merveilleux programme de Vie, n’est-ce pas ?

 

Frères et Soeurs, il est temps que notre société et notamment, nos Jeunes prennent du temps pour méditer et accomplir leurs rêves. Pour cela, il faut dépasser certains obstacles. Ensemble, chrétiens et chrétiennes que nous sommes, partageons nos rêves et aidons les autres à les vivre. Notre vocation est de transmettre tout ce que Dieu en Son Infini Amour nous a donné en pleine libéralité. Ne conservons pas nos rêves pour nous. Ils deviendraient cauchemars. Offrons au monde les rêves solaires et éclatant de Lumière afin de donner un autre visage à notre Humanité. Une société de violence et de manque de repères spirituels est une société qui a tué ses rêves les plus beaux. Puisse l’Esprit-Saint nous accompagner dans ce rêve d’une Humanité nouvelle !

 

Pourquoi parler des rêves avec tant d’insistance ? Simplement, je m’aperçois que notre société prend de moins en moins en considération les rêves humains. La compétitivité, la performance et bien d’autres paradigmes ont fait de nous les esclaves modernes d’un monde de consommation. Qu’importe alors, si les jeunes et moins jeunes se mettent à rêver de leur avenir pour créer des projets. Les projets sont imposés pour faire face à la concurrence. Laissons nos rêves de côté où nous finirons tous et toutes dans la rue à tendre la main en espérant quelques Euros.

 

A me lire, peut-être pensez-vous que je décris bien ce qui risquerait de nous arriver si nous suivions nos rêves. Hé bien, cette description est entièrement fausse et véhiculée par les médias à tel point qu’on semble sentir sa réalité. Non, ceux ou celles qui ont des rêves mettent tout en place, jusqu’au bout, pour que ceux-ci se réalisent. Le chrétien doit être le premier à faire confiance en un Dieu d’Amour qui est à l’écoute de nos rêves pour combler Ses desseins. Nous devons tout mettre en place pour acquérir cet esprit critique qui nous réalise en tant qu’Hommes.

 

Ne pas sombrer dans le matérialisme le plus bas afin de satisfaire les lobbys industriels. Ce matérialisme dépourvu de sens, sinon celui de s’enrichir, détruit nos rêves les plus nobles. Nous sommes au service de Christ, pas des patrons qui nous considèrent tels des numéros. Nous pouvons connaître le chemin que Dieu nous destine, uniquement dans la prière des profondeurs de l’âme. Il sait que nos rêves de chrétiens désirent un monde où la Haine, l’égoïsme, l’individualisme forcené, le profit soient éradiqués de notre société. Sinon, à quoi nous servirait-il de nous dire chrétiens en lisant la Bible tout en ne la vivant pas ?

 

Voilà notre combat spirituel. Remettre sur terre les rêves que Dieu Amour nous donne. Avoir confiance en nos qualités et capacités. Trouver la force dans la prière de chaque instant. Ne plus être les esclaves d’un monde moderne qui tue nos rêves. Et peu importe les conséquences, nous aurons oeuvrés pour Christ et la mise en application de Ses rêves. Nous espérons que d’autres générations se lèveront en disant qu’ils veulent une existence autonome dans les bras de Dieu.

 

Ce Dieu Libérateur qui est venu pour les plus petits d’entre nos Frères et Soeurs, ne saurait être contre nos rêves de liberté. Une liberté responsable où la course au profit laissera place à une terre d’Amour.

 

Bien-sûr, il nous faut de l’argent pour vivre mais non vivre pour l’argent. L’Esprit-Saint pourvoira à l’accomplissement de notre destin, pourvu qu’il soit vécu dans la prière afin que nous ne confondions point nos propres rêves avec ceux de Dieu.

 

Réaliser nos rêves, c’est toujours grandir en Humanité selon la Volonté de Christ.

 

Bruno LEROY.

 

10:16 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

17/03/2012

L'Amour est à réinventer chaque jour.

408873_296381853761032_204743842924834_799704_108780585_n.jpg

L'amour ce mot élimé par le temps. Et pourtant, il est utilisé chaque jour et même aux tréfonds de nos nuits. Aimer est la plus sublime action de l'Humain, dit-on. Mais, lorsque nous employons ce verbe actif, sommes-nous dans la même définition ? Avons-nous une approche universelle de ce mot employé ?
Et voilà, que les conflits naissent, fleurissent à l'unique évocation de ces diverses questions pourtant essentielles. Et s'il suffisait d'aimer sans se poser mille questions. Nous donnerions alors une dimension " magique " , "sectaire " du mot Amour. Nous serions en danger psychologique et mettrions les autres dans ce même précipice. Aimer à perdre la raison, chante le poète. Il vaut mieux aimer et raison garder. Sinon, nous sommes dans l'expression du fusionnel qui empêche l'autre de respirer. Nous sommes alors dans le chantage affectif. Et lorsque l'objet de mes désirs tend à disparaître, je suis prêt à tuer. L'être que je pensais aimer faisait partie intégrante de moi et le fait que cette personne me quitte, je n'existe plus. Et pourtant, l'Homme a un besoin existentiel de poétiser son existence. Que serait une vie sans Amour ?
Une cymbale qui ne teinte plus.
L'expression de nos sentiments est le miroir de notre propre imaginaire érotique. L'érotisme est la métaphore poético-existentielle de notre amour. Nous sommes des êtres profondément sexués et érotisés.
Il faut savoir se construire intérieurement pour mieux vivre son couple ou sa relation amoureuse. L'Amour n'est jamais captation de l'autre. L'Amour n'est jamais une jalousie pathologique qui démontre un manque de confiance en soi. Il faut simplement s'aimer avant de vouloir aimer. N'oubliez jamais qu'un individu qui affirme se détester et honnir son environnement est dans l'incapacité absolue de vous aimer. Si  vous tombez sur ce genre de personnes, sachez que votre présence les sécurise. Ils peuvent justement érotiser les liens qui vous unissent et qui sont purement imaginaires. Ils ne sont pas réciproques. Et les mal-entendus apparaissent...
 
Dans ce contexte de crise économique, nous avons une urgente et vitale nécessité de nous relier. Et non de nous briser sur les rochers de la fatalité. Nous devons communiquer autrement que virtuellement, pour éviter des fantasmes malsains.Voir la personne en face. Rire, réfléchir, manger, désirer, partager ses mystères et secrets avec elle. Il faut nous tenir sur ce chemin qui mène vers l'épanouissement personnel.
La fleur a besoin de lumière pour déployer ses pétales dont les couleurs nous émerveillent. L'Amour est un émerveillement constant, une redécouverte de l'autre comme au premier jour. L'Amour est inventif aussi bien dans le choix des cadeaux que dans l'exultation des corps. A vous d'aimer sans posséder ! A moi aussi, parfois.
 
Il nous faut aimer avec pureté tels des explorateurs qui pénètrent sur une terre inconnue. Aimer, c'est mûrir chaque jour au soleil du Respect, de la délicatesse des gestes. Aimer, c'est mettre la douceur dans les méandres du cœur. Aimer, c'est regarder différemment pour offrir sa vision à l'autre. Les chiens ne font pas des chats, dit-on. Rien de plus stupide que cette phrase. Combien de fois n'ai-je vu des êtres totalement métamorphosés par l'amour vrai. N'écoutez pas ceux ou celles qui veulent absolument plaquer leur morale sur vos comportements. Chacun est suffisamment adulte pour savourer l'amour qui l'enflamme.
Ce qu'il y a d'encombrant dans la morale des autres, c'est qu'elle n'est que des autres disait en substance Léo Ferré. En effet, un individu responsable est tout à fait capable de se construire sa propre éthique.
Les chrétiens disent que Dieu seul est Amour. D'ailleurs, les juifs, les musulmans aussi. Mais, si vous désirez vous accaparer Dieu, alors les guerres empourpreront notre planète.
 
Aimer dans la liberté est le plus beau fruit à déguster. Même si vous êtes mariés ou en couples depuis plus de vingt ans. L'Amour est à réinventer chaque jour. Cette dernière phrase n'est pas de moi mais de saint François. Les saints aussi sont des experts en amour et peut-être plus que nous. Alors, allons vers ces océans qui nous font naviguer dans les embruns des sentiments heureux. Il faut fêter l'amour au quotidien. 
 
Prenons l'être que nous aimons dans nos bras et demandons-lui ce qui pourrait améliorer la vie commune. Ne sombrons point dans la symbiose de l'amour-fusion qui est amour-pouvoir. Mais embrassons les myriades de visages de la philia, l'agapè..etc. Toutes ces sources qui nous font aimer aussi bien notre voisin, quelqu'un rencontré dans le destin d'une rue ou l'épouse, l'ami ( e ) de l'âme. L'amour n'est pas une pulsion orgasmique. L'amour est édification de notre univers intérieur pour mieux en saisir la quintessence. L'amour peut s'écrire en plusieurs dialectes. L'amour, c'est toi, c'est moi sur cet immense navire glissant sur les flots de la mort. L'amour et la mort se rejoignent en étranges paradigmes. L'amour fait oublier que nous sommes mortels. Et permet d'assumer cette dernière expérience. Donc, l'amour est tout ce que nous pouvons espérer de plus haut. Il est souffle de vie pour l'éternité. Ne mettons point de barrages sur sa route, laissons-le vivre et battre en nous. Comme la flamme d'une bougie qui perce nos obscurités. L'amour est le brasier qui nous fait brûler et aimer la Vie par-dessus tout. Avant d'aimer autrui aimons d'abord notre vie, telle qu'elle est et non telle que nous voudrions qu'elle soit. Et faisons tout pour avancer dans une intériorisation de l'acte d'aimer. Aimer, c'est revivre chaque jour et intégrer les cristaux qui scintillent au fond des yeux de notre compagne ou compagnon. Aimer, c'est ne jamais cesser de vivre dans le regard des autres ou de l'Autre. Aimer, c'est tout ce que j'ai écrit et tout ce que je n'ai pas dit. Je t'Aime, mon Tendre Amour. Et cela je te le dis avec les mots de l'âme.
 
Bruno LEROY.

11:01 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

16/03/2012

Il faut essayer de trouver son plaisir dans les détails du quotidien.

lune.jpg

 

En vous écrivant ce mot, j’écoute du Jazz et je me dis que toutes musiques mais, principalement celle-ci, ont des senteurs spirituelles.

L’art n’est-t-il pas par excellence l’expression la plus pure de l’âme.

Ce qui peut nous faire comprendre qu’il est des préceptes artistiques élevant l’esprit vers les cimes les plus hautes et d’autres abaissent notre humanité. Cela dépend justement de la profondeur intérieure de l’artiste qui s’exprime. Il faut cultiver son jardin intérieur pour faire jaillir un art qui parle au cœur des Hommes.

La démarche de l’artiste est quasi mystique sinon, elle demeure insipide et sans intérêts.

J’écoute toujours de la musique dès que je rentre du travail. Et je savoure les notes qui pénètre dans mes oreilles et chantent dans mes tympans.
Curieusement, cette façon d’aborder la soirée me met en état de silence.

Je suis enfin en moi à cet endroit où personne ne peut venir me déranger pas même mon épouse.

Et je vous assure que, par exemple, faire la vaisselle en écoutant Messsiaen ou Arvo Part est un régal pour moi. Un retrait dans ma nature intime, dans le sang de ma spiritualité.

Et puis, bien-sûr, je mange avant de me détendre absolument en lisant un livre de théologie ou autre.

Tout cela pour vous dire que les petits bonheurs, nous les construisons nous-mêmes.

Et les petits bonheurs font les grandes rivières de Joie parfaite.

Il faut essayer de trouver son plaisir dans les détails du quotidien.

C’est un de mes secrets pour ne jamais désespérer même de l’Humain.

Essayez et vous verrez le soleil vous évoquer ses plus magnifiques paysages.

Cela est une forme de contemplation et de prière.

Désolé, je ne saurai échapper à ses sources bienfaisantes !

Chacun trouve son équilibre psychique et mental là où le désir de Dieu l'emporte.

A chacun d’écouter sa voix confidentielle pour suivre sa voie céleste.

Alors, je vous laisse chanter dans la voie lactée, immaculée de votre âme.

Je vous retrouverai ultérieurement avant la fin de ce divin week-end qui se profile.

Je vous souhaite une extraordinaire soirée dans le lit de votre propre vie.

Celle qui vous donne envie de vivre à jamais, pour l’éternité.

 

Bien Fraternellement, Bruno.

QDVB UDP.

 

21:45 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

15/03/2012

Les grandes puissances de la créativité marcheront à nos côtés.

72bis.jpg

Lorsque nous avons peur, nous n'absorbons pas les informations, nous sommes incapables de voir ou d'évaluer clairement une situation et nous prenons de mauvaises décisions.

Nous devons admettre l'existence de puissances forces de chaos et d'incertitudes et pourtant affirmer que du chaos peut venir la destruction, mais aussi la créativité. Seule la poésie peut parler au chagrin. Pour cela, nous devons élaborer un nouveau langage du mot et de l'action.

Le désespoir engendre le fondamentalisme, le fanatisme et le terrorisme. Un monde d'abondance réellement partagée serait un monde plus sûr. Les politiques des multinationales capitalistes n'ont pas donné vie à ce monde. Elles ont été éprouvées et ont démontré leurs insuffisances. Nous devons les remplacer par notre vision à nous.

Nous devons nourrir nos échanges les uns avec les autres, ne pas offrir seulement une solidarité politique, mais aussi de la chaleur humaine et de l'attention.

Pour les militants qui ont une pratique spirituelle recensée comme telle, c'est le moment maintenant de la pratiquer réellement !

La nouvelle route n'est ni balisée ni répertoriée. Elle est inconnue, exaltante, dangereuse mais libre. Nous sommes nés pour nous frayer ce chemin, et les grandes puissances de la vie et de la créativité marcheront à nos côtés à la rencontre de cet avenir viable. La peur remplit notre espace mental et émotionnel de rage, d'impuissance qui nous coupent des sources de vie et d'espoir.

En nous ouvrant en conscience à la beauté du monde, en choisissant d'aimer un autre être ténu et fragile, nous commettons un acte de libération.


Bruno LEROY.

 

 

10:42 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LA PRIÈRE DU JOUR., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |