7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2009

PRIME EXCEPTIONNELLE AUX FAMILLES A REVENUS MODESTES.


La Caf versera aux familles à revenus modestes la prime de 150 € annoncée par le Président de la République le 18 février 2009. Aucune démarche n’est nécessaire : si vous avez perçu l'Allocation de rentrée scolaire en 2008, vous recevrez la prime en juin directement sur votre compte habituel. En savoir plus :

http://www.caf.fr/wps/portal/particuliers/infospratiques

11:57 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SOCIAL. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

30/09/2007

LE HANDICAP C'EST QUOI ?

LE HANDICAP C'EST QUOI ? 
  • Environ 2,3 millions de personnes perçoivent une allocation, une pension ou autre revenu en raison du handicap ou d'un problème de santé.
  • Plus de 5 millions de personnes bénéficient d'une aide régulière pour accomplir certaines taches de la vie quotidienne, pour les mêmes raisons.
  • Les difficultés vécues sont d'intensité très variable selon la nature, l'origine et la gravité des atteintes. Les personnes peuvent souffrir de déficiences motrices, sensorielles, organiques (respiratoires, cardio-vasculaires, intellectuelles ou mentales,…).
  • 30% des déficiences motrices sont d'origine accidentelle

 Travailleurs handicapés, une loi, un statut :

L'article 2 de la loi n°2005-102 sur l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, définit ainsi le handicap:

"constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou de restriction à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant"

La loi du 11 février 2005 instaure le principe d'un lieu unique destiné à faciliter les démarches des personnes handicapées. Dans chaque département, une Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) offre une accés aux droits et prestations prévus pour les personnes handicapées.

 Quelques chiffres sur les personnes handicapées* :

  • 86% des handicaps sont acquis au cours de la vie. (sondage réalisé par le Crédoc et l'Agefiph en 2003).
  • Handicap moteur : 45% dont 2% de personnes en fauteuil roulant
  • Maladie invalidante (diabète, schlérose en plaques,..) : 24%
  • Handicap mental : 5% - Déficience intellectuelle : 7%
  • Handicaps sensoriels : 4%
  • Polyhandicap : 9%
  • Traumatismes crâniens : 1%

*pourcentage des types de handicap (personnes en âge de travailler) - (source INSEE 2000)

 Pour en savoir plus :

http://www.travail.gouv.fr
http://www.handicap.gouv.fr
http://www.agefiph.asso.fr

14:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SOCIAL. | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

11/06/2007

ACTION SOCIALE AU QUOTIDIEN.

Pour les acteurs du social, usagers, décideurs, professionnels, les états généraux préparés dès 2002 et réunis en 2004, ont été l’occasion d’une prise de parole, certains ont même dit de re-prise de parole. Et il est vrai que le cours actuel de nos politiques sociales appelle plus que jamais ce sursaut.

La semaine des états généraux du social du 18 au 24 octobre 2004. Le film retrace les moments forts de cette manifestation illustrés par des séquences de vie tournées dans la région parisienne :

- la marche de nuit ;
- les interventions du théâtre du Forum, du théâtre du Fil et
des intermittents qui ont soutenu 7.8.9. ;
- le débat sur la décentralisation de la formation ;
- un extrait de la conférence d’Albert Jacquart ;
- les questions des étudiants du secteur social, des sociologues, des professionnels et des usagers ;



L’association 789 en collaboration avec l’équipe d’Aximage sont donc heureuses de vous proposer ce DVD en accompagnement de l’ouvrage collectif « Reconstruire l’action sociale ».

Avec la participation de François Astolfi, Jean-Michel Belorgey, Michel Chauvière, Jean-Paul Fantou, christiane Henry, Albert Jacquart, Marcel Jaeger, Jean-René Jalenques, Jacques Ladsous, François Lapena, Annie Léculée, Martine Noalith, Frédéric Signoret…





Ce DVD est en vente avec le livre Reconstruire l'action sociale
sous la direction de Michel Chauvière, Jean-Michel Belorgey et Jacques Ladsous.
Livre édité chez les éditions Dunod, sortie en avril 2006

| Aximage © mars 2006 | 26 min |

19:20 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SOCIAL. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne, politique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

06/03/2007

Licenciements au coeur du débat social.

Les récentes annonces de suppressions d’emploi chez Airbus-EADS et Alcatel-Lucent replacent la question des licenciements au cœur du débat social et politique. Ces « plans sociaux » constituent une nouvelle illustration de la rapacité des patrons et des actionnaires dont le seul objectif est d’engranger un maximum de profits au détriment du droit à l’emploi des salarié-e-s. Pour s’opposer à cette destruction planifiée par l’État et le patronat, les travailleurs et les travailleuses ne doivent compter que sur eux-mêmes. Le cas d’Airbus est particulièrement éclairant. Les principaux actionnaires privés, Lagardère et Daimler-Chrysler, qui ont profité pendant plusieurs années des profits réalisés par l’entreprise, affectent aujourd’hui de s’en désintéresser, à la première difficulté venue. PS et UMP craignent une crise sociale qui, comme celle de Vilvorde en 1997, viendrait polluer leur belle campagne électorale faite de petites phrases et de coups bas. Ils vont donc se rejoindre sur l’essentiel : les pouvoirs publics débloqueraient l’argent que le patronat ne veut pas débourser. Encore une fois, le capital pille le travail. L’alternative proposée par Louis Gallois, le PDG d’EADS, c’est ou bien l’aberrant plan Power 8 et une réduction drastique des effectifs (alors que le carnet de commandes est plein) pour dégager de l’argent frais ; ou bien un transfert massif d’argent public.
Le groupe Alcatel-Lucent issu d’une récente fusion génère des profits immenses, 522 millions d’euros en 2006, et les suppressions d’emplois prévues (12 500 dans le monde dont 1 500 en France) ne visent qu’à augmenter un peu plus les dividendes reversées aux actionnaires, qui s’élèvent déjà à 370 millions d’euros.
 
Mutualiser les responsabilités patronales
 
De l’argent il y en a. C’est au patronat de payer le prix de ses errements, pas aux travailleuses et aux travailleurs. Il faut le contraindre à maintenir tous les emplois aujourd’hui menacés. Rompre avec le cycle des délocalisations et des licenciements nécessite de s’en prendre au pouvoir sans partage des capitalistes, en exigeant une totale transparence sur les comptes des entreprises, la fin de toutes les exonérations de charges sociales, le remboursement des aides perçues par l’Etat et la garantie d’un droit au travail et au revenu.

C’est par la lutte et dans l’unité entre les travailleurs et les travailleuses des différents sites concernés, à l’échelle nationale comme internationale, qu’une riposte pourra émerger. C’est une offensive de l’ensemble du monde du travail qui permettra d’imposer un contrôle sur la production et une répartition égalitaire des richesses produites et du travail disponible.
Bruno LEROY.

17:05 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SOCIAL. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, social |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

19/03/2006

La violence, où est-elle vraiment ?

Nous, chrétiens, présents dans les quartiers, rassemblés dans les mouvements d’enfants,
de jeunes, d’adultes, et en Mission ouvrière*, voulons prendre la parole.
La violence, où est-elle vraiment ?
Quand 6 millions de personnes vivent dans notre pays avec moins de 600 euros par mois,
Quand des familles sont expulsées de leur logement,
Quand les dettes sont affichées dans les halls des immeubles,
Quand des jeunes sont fouillés à quatre reprises dans un même trajet,
Quand on est au chômage de père en fils !
Le mépris jusqu’où ?
Quand on insulte les jeunes en les traitant de « racailles », comme on le disait autrefois des ouvriers en usine, et comme on l’insinue en parlant des « gens d’en bas »,
Quand on s’appelle Mohammed, qu’on habite la tour X dans la cité Y, et que même avec bac plus 5, on ne trouve pas de travail,
Quand on prétend que les organisations syndicales ne servent à rien, et qu’on coupe les subventions aux associations sous prétexte qu’elles auraient échoué sur les quartiers !
Changer en profondeur
Voilà notre réalité, celles de nos quartiers, de nos cités, de nos banlieues.
Nous ne sommes surpris ni de ce qui arrive, ni de la forme destructrice que cela prend. Mais nous savons bien que ce n’est pas de cette manière-là que les choses changeront en profondeur. Toute l’histoire du monde ouvrier le manifeste et nos vies de militants en témoignent.
C’est pourquoi nous ne sommes pas d’accord avec ces violences qui se répètent chaque nuit.
Au contraire, nous appelons largement les jeunes, les enfants, les adultes à prendre une autre voie qui donne du prix à la vie, qui mobilise pour l’emploi des jeunes, qui rend acteur de fraternité, révélateur de dignité.
Des chemins pour avancer
Nous sommes convaincus qu’il y a des chemins à emprunter pour manifester :
  • L’importance des lieux de rencontre entre générations, quartiers, religions, cultures ;
  • L’importance de se connaître pour chasser les peurs ;
  • L’importance de s’entraider pour comprendre la complexité de ce qui se passe ;
  • L’importance de tous ces lieux qui donnent la parole et permettent d’agir :
      mouvements, associations, syndicats et partis ;
  • L’importance de mesurer la portée de nos actes et de nos paroles ;
  • L’importance de puiser dans la prière la capacité du discernement et la force de la paix.
Nous sommes de ceux qui croient que le Christ, livré par amour de tous, condamné pour avoir redonné dignité aux exclus et aux méprisés, nous ouvre encore un avenir plein d’espérance.

 

* La Mission ouvrière est composée de l’ACO (Action catholique ouvrière), la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne), l’ACE (Action catholique des enfants), les prêtres-ouvriers, les prêtres, diacres et religieuses en monde ouvrier.

21:27 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SOCIAL. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |