7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2010

C'est la vie que vous menez qui doit être poétique.

 
GUYREBELLE2 copie.jpg
Quand on va dans les rues ou les magasins, quand on prend le train, l'autobus ou le métro, on ne voit presque partout que des visages ternes, tristes, crispés, fermés, révoltés. Eh bien, ce n'est pas un beau spectacle !
 
Et même si on n'a aucune raison d'être triste ou malheureux, en passant par là on est désagréablement influencé: on rentre chez soi avec un malaise qu'on communique à toute sa famille. Voilà la vie déplorable que les humains sont continuellement en train de se créer mutuellement. Pourquoi ne font-ils pas l'effort de présenter partout un visage ouvert, souriant, lumineux?
 
Ils ne savent pas comment vivre cette vie poétique grâce à laquelle ils seront émerveillés les uns des autres. La véritable poésie n'est pas dans la littérature, la véritable poésie est une qualité de la vie intérieure. Tout le monde aime la peinture, la musique, la danse, la sculpture, les arts, alors pourquoi ne pas mettre sa vie intérieure en harmonie avec ces couleurs, ces rythmes, ces formes, ces mélodies ?

C'est la poésie que l'on aime chez les êtres et que l'on cherche chez eux: quelque chose de léger, de lumineux, que l'on a besoin de regarder, de sentir, de respirer, quelque chose qui apaise, qui harmonise, qui inspire. Mais combien de gens, qui n'ont pas encore compris cela, vivent sans jamais se préoccuper de l'impression pénible qu'ils produisent sur les autres. Ils sont là, désagréables, bougons, les lèvres serrées, les sourcis froncés, le regard soupconneux, et même s'ils essaient d'améliorer leur apparence extérieure par toutes sortes de trucs, leur vie intérieure prosaïque, ordinaire, ne cesse de transparaître.

Alors, désormais, cessez d'abandonner la poésie aux poètes qui l'écrivent. C'est la vie que vous menez qui doit être poétique. Eh oui, l'art nouveau, c'est d'apprendre à créer et à répandre la poésie autour de soi, à être chaleureux, expressif, lumineux, vivant !
Bruno LEROY.

13:31 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Bonjour !
J'aime votre approche simple de la poétique de la vie. C'est un long programme, qui suppose sans doute de s'émerveiller aussi de soi-même, de ne pas se sous-estimer. Cela suppose aussi de ne pas trop souffrir, même ci certains êtres savent moudre parfaitement le blé de la souffrance pour en faire du bon pain à partager... Ah ! Je rêve d'utiliser spontanément ce petit moulin-là ! Mon "effort de carême", sans doute ?

Écrit par : Xénia | 05/02/2010

Oh que c'est vrai tout cela! Comme on a besoin de lire de telles paroles, surtout au creux de l'hiver où nous sommes tous plus ou moins moroses, fatigués, dépressifs... Vivre poétiquement, faire de sa vie un poème, une danse, une prière pour Dieu et nos frères. Regarder le beau avant le moins beau; rendre grâce et moins se lamenter; croire au printemps, à la vie, quoi! Être soi-même et l'être bien, comme disait St François de Sales. Etre habiter de Celui qui prie en nous pour voler comme l'hirondelle et non pas se traîner comme de grosses poules. Soyons vivants!TP

Écrit par : thierry | 05/02/2010

Chers Amis,
La poésie ou le regard poétique est une force intérieure d'espérance. Lorsque les mots, les images se mettent à chanter des mélodies savoureuses dans notre esprit. Ces mêmes mots donnent une lucidité plus aiguisée. Le malheur peut montrer ses ailes noires. Nous survolerons avec lui les flots de désespoir. Comme la prière ou la méditation, la poésie nous fait avancer dans notre univers spirituel. Si elle n'existait pas, le monde serait une erreur par manque de profondeur.
Merci à Xénia pour son message radieux. Et un immense MERCI à thierry qui suit consciencieusement depuis des années les palpitements de ce Blog.
Fraternellent et excellent week-end, Bruno.

Écrit par : Bruno LEROY. | 06/02/2010

Les commentaires sont fermés.