7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2011

La poésie doit illuminer le visage de ta vie.

colombe.gif

Quand on va dans les rues ou les magasins, quand on prend le train, l'autobus ou le métro, on ne voit presque partout que des visages ternes, tristes, crispés, fermés, révoltés. Eh bien, ce n'est pas un beau spectacle !
 
Et même si on n'a aucune raison d'être triste ou malheureux, en passant par là on est désagréablement influencé: on rentre chez soi avec un malaise qu'on communique à toute sa famille. Voilà la vie déplorable que les humains sont continuellement en train de se créer mutuellement. Pourquoi ne font-ils pas l'effort de présenter partout un visage ouvert, souriant, lumineux?
 
Ils ne savent pas comment vivre cette vie poétique grâce à laquelle ils seront émerveillés les uns des autres. La véritable poésie n'est pas dans la littérature, la véritable poésie est une qualité de la vie intérieure. Tout le monde aime la peinture, la musique, la danse, la sculpture, les arts, alors pourquoi ne pas mettre sa vie intérieure en harmonie avec ces couleurs, ces rythmes, ces formes, ces mélodies ?

C'est la poésie que l'on aime chez les êtres et que l'on cherche chez eux: quelque chose de léger, de lumineux, que l'on a besoin de regarder, de sentir, de respirer, quelque chose qui apaise, qui harmonise, qui inspire. Mais combien de gens, qui n'ont pas encore compris cela, vivent sans jamais se préoccuper de l'impression pénible qu'ils produisent sur les autres. Ils sont là, désagréables, bougons, les lèvres serrées, les sourcis froncés, le regard soupconneux, et même s'ils essaient d'améliorer leur apparence extérieure par toutes sortes de trucs, leur vie intérieure prosaïque, ordinaire, ne cesse de transparaître.

Alors, désormais, cessez d'abandonner la poésie aux poètes qui l'écrivent. C'est la vie que vous menez qui doit être poétique. Eh oui, l'art nouveau, c'est d'apprendre à créer et à répandre la poésie autour de soi, à être chaleureux, expressif, lumineux, vivant !
 
Bruno LEROY.

18:52 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

13/09/2011

Je crois en des lendemains meilleurs.

29-message.gif

Oui, garder l’espoir envers et contre tout. Traverser les tempêtes des adversités de l’existence. Pour faire de nos échecs des tremplins vers de possibles réussites.

Vouloir tout mettre en place par militantisme et tolérance des projets qui nous tiennent à cœur. De ces projets qui pourraient donner un peu plus de fraîcheur au visage de l’Humanité. Demeurer ensemble pour créer de nouvelles alternatives où il ferait bon vivre dans le respect d’autrui. Utopies, peut-être ou certainement pas.

 

Tant que les hommes se lèveront pour proposer des idées afin que le monde ne sombre point. Tant que l’espoir restera la manne des militants de nouveaux paradigmes de vies. Cet espoir est celui qui a soutenu les plus petites flammes qui sont devenues brasiers indispensables. Le secret de la réussite en tous domaines ? Celui de ne jamais baisser les bras quoiqu’il arrive et se remettre à reconstruire sans cesse avec l’espoir chevillé au corps, comme une force nécessaire à la réalisation de tous projets Humains.

 

Cet espérance qui alimente le désir de transformer une société qui nous est intolérable en certains domaines. Une ouverture vers davantage de démocratie pour faire participer le plus de personnes possibles à notre avenir qu’il reste à bâtir. L’espoir une utopie ? Non une réalité ancrée vers les problématiques de demain et qui, ne veut pas se résigner face au seul destin.

 

Bruno LEROY.

12:03 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

11/09/2011

L’occident veut être la puissance première de la pensée.

 

Tout est fait dans cette société pour nous empêcher de mieux nous apprécier, nous apprivoiser et connaître la culture de l’autre. Cet autre qui est une partie de moi-même, un prolongement de ma conscience. Les lois instaurent des barrières qui forcent les individus à s’ignorer sans se comprendre. Les cultures, aussi différentes soient-elles ont leurs saveurs. Notre curiosité, notre intelligence naturelle voudrait que nous pénétrions délicatement dans le royaume de mon frère et ma sœur dit " étranger ".

Malheureusement, nous avons tout instauré pour que les étrangers demeurent d’éternels étrangers. La loi interdisant le port de la Burqua en est la preuve flagrante. Pour une minorité de Musulmans vivant leur religion différemment, nous érigeons des interdits stupides. Franchement, n’y avait-il point d’autres moyens pour séparer les français d’une entité qui fait peur ? La seule et unique réussite de cette loi est de nous séparer davantage de nos frères Musulmans. Ils ne demandent pourtant qu’un simple geste, celui de les aider à vivre pleinement leur foi en paix. Mais non, au nom d’une laïcité qui pense sans cesse se perdre et se sent en dépression, nous préférons stigmatiser toujours les mêmes personnes. Il eût été plus subtil de dire que, par exemple, pour une carte d’identité, il faut se dévoiler sinon l’administration ne peut la valider. Ce n’est pas la loi que j’estime honteuse, c’est l’esprit même de cette loi. Elle est faite au départ pour nous diviser. Elle est faite pour attiser les flammes de nos angoisses et de nos peurs des maghrébins. Elle manque de pertinence uniquement pour atteindre ce point final et définitif : la séparation irrévocable avec la culture Musulmane.

Pauvre France qui ne sait accueillir les différences et les estimer à leur juste valeur. Le Coran est autant respectable que la Bible. Je ne suis pas un intégriste qui tente de vous convertir au soleil brûlant de l’Islam. Non. Je dis que cela suffit de nous battre à coups de livres Saints. Au contraire, revenons aux disputes théologiques qui mettaient en lumière nos réflexions et discours. Est-il si loin ce temps du respect de l’autre dans sa façon de voir la vie en fonction de ses opinions ou religions ?

Pour moi, il reste proche...Je lis la Bible comme étant mon Livre Sacré par excellence. Le Christ est l’Ami qui habite mon âme. Mais, je lis également les poètes soufis qui sont l’essence même de la foi musulmane. A chacun sa vision et tentons plutôt de nous rejoindre dans nos divergences pour en faire des convergences relationnelles et culturelles. Certains Français en ont marre de ces répressions à cent cinquante euros qui nous sépare davantage d’un terreau mystique avec de nobles aspects artistiques enrichissants dont, par exemple la musique méditative orientale. Et moi, le premier.

Sans aller à vouloir aimer tout le monde aveuglément sans discernement, profitons des couleurs qui vitalisent notre Pays et le réchauffent d’une profonde spiritualité.

Dieu est là où les Hommes ont planté des fleurs dans le jardin de leur religion. A nous de visiter ces jardins enchantés et de nous sentir bien en leur présence. Tuer la convivialité, comme nous le faisons insidieusement, c’est vouloir que la vie s’éteigne définitivement. L’esprit même de ce visage multiculturel est en train de mourir à cause de nos intolérances pusillanimes. L’occident veut être la puissance première de la pensée. Une sorte de privatisation des comportements que nous anesthésions avec les droits de l’humain dits universels par ceux qui détiennent un Pouvoir certain.

Dans ce cas de figure, les autres cultures ne sont en aucun cas respectées et encore moins comprises. Pourtant, c’est la connaissance des divers paradigmes philosophico-religieux que véhiculent d’autres personnes qui nous rend plus tolérants. Avant de vouloir donner des leçons de droits civiques, apprenons à nous comporter avec civilité. Les laicards s’enfoncent dans un intégrisme peureux tout comme les religieux craignant les péripéties de nos sociétés. Cela est une façon de préserver une certaine identité qui, pourtant n’est guère en danger. Face à cette paranoïa, Il faut raison garder. Puisse chacun se réconcilier et surtout, écouter les civilisations conjointes dans ses approche différentes des problématiques existentielles. Chaque être sur cette Terre est une pierre précieuse contenant sa propre richesse dont il serait profitable d’analyser pour mieux apprécier. Finissons-en avec ses guerres intestines qui mènent à la haine des différences. Aimons-nous dans notre part personnelle unique et tendons la main aux exclus que nous générons volontairement. Pour cela, une conversion absolue de l’individu s’impose. Un travail sur Soi est à élaborer pour vaincre nos animosités. Puisse le futur porter les stigmates d’une indéfectible paix retrouvée.

Bruno LEROY.

10:48 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

09/09/2011

La mort de nos sociétés est déjà programmée...

72bis.jpg

Le Libéralisme semble avoir triomphé de toutes les tempêtes. Rien n’est plus faux. Son cortège macabre peut être contrebalancé par un contre-pouvoir. Des alternatives existent et devraient se mettre en place afin de refuser ce fatalisme de la pensée unique. C’est l’espoir pour les plus petits qui se voient broyés dans cette machine économique sans philosophie propre. Il nous faut remettre les valeurs Humaines avant l’économie. Les libéraux semblent sans âme face à la mondialisation. Seuls, les esprits contestataires et lucides redonneront une philosophie de Vie aux paradigmes politiques. Sinon, la mort de nos sociétés est déjà programmée...

Le néo-libéralisme nous offre son cortège de drames Humains avec son non-respect des travailleurs intérimaires, des précaires, chômeurs, rmistes, tous exclus de la société de consommation. Les exclus de la machine à profits aussi, les retraités ayant à peine de quoi survivre en attendant au bout du chemin la misère, la mort, froide, ou caniculaire, mais finalement planifiée.

 

Tout cela présenté dans les journaux, sauf certains, comme une fatalité. Nos vies ne valent plus que ce que les statistiques en font. La destruction de la planète fomentée par quelques poignées de dirigeants de multinationales anonymes. Les êtres humains que nous sommes ont-ils perdus tout espoir, tout désir de vivre une vie épanouissante, libre ? Une vie basée sur le partage, la solidarité, la fraternité. Une vie débarrassée des entraves du travail inutile, du fric, de la valeur marchande, du pouvoir. Une vie sans dominants ni dominés. Une vie où nous prendrons le temps de vivre, de profiter nous aussi. Nous qui produisons par notre labeur toute la richesse, nous n’avons droit qu’à des miettes. Consommation de survie pour beaucoup d’entre nous, alors qu’il y a de quoi donner à tous couverts, soins et logis. Consommation de choses, de besoins inutiles que l’on se crée, que l’on nous crée, et que l’on paye de toute notre vie par le travail et l’allégeance au système. Créons une société de liberté non basée sur le profit. Nous savons tout faire. Nous savons produire ce qui est nécessaire à l’homme. La nourriture, l’abri, les soins. Nous pouvons nous organiser autrement. Vivre en fabriquant du plaisir, de la joie de la fraternité plutôt que continuer dans la spirale mortifère de l’exploitation, de la guerre, de l’anéantissement quotidien de la planète sur laquelle nous ne sommes qu’un infiniment petit souffle de vie.

 

 L’heure est venue de partager autre chose que la galère, la misère pendant qu’ils jouissent de tout sur notre dos. Le néo-libéralisme nous offre la souffrance emballée dans un joli papier cadeau et nous rend irresponsable de notre devenir. Nous sommes capables de construire une société alternative dont l’homme ne serait plus un loup pour autrui. Les politiques sécuritaires sont des mesures fascistes et de contrôle des humains sans notre autorisation. Nous ne pouvons continuer à vivre dans un monde qui laisse crever ses ados, ses enfants mais, parle de profits constamment. Je dis non au capitalisme sauvage qui détruit toute idée de Vie.

Bruno LEROY.

18:12 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

07/09/2011

Ces êtres de paix et de lumière que sont les vieillards.

74-epreuve-2.gif

Merci, Seigneur, de nous avoir fait connaître ces êtres de paix et de lumière que sont les vieillards.

Merci de nous avoir fait découvrir leur sagesse accumulée au fil des expériences de la vie.

Merci de goûter la tendresse des hommes et des femmes que la souffrance a adoucis.

Merci de nous permettre de rassurer les personnes angoissées ou rongées par le scrupule.

Merci d’apporter un peu de joie à ces hommes et ces femmes que l’âge a un peu rejetés dans l’ombre.

Merci de soigner les corps accablés de rhumatisme ou affaiblis par la maladie.

Merci de nous procurer la chance de donner le meilleur de nous-mêmes et peut-être de recevoir encore plus.

Merci, Seigneur, pour tout ce monde inconnu que tu nous révèles et qui nous transmet ton Amour.

Amen !

Bruno LEROY.

21:16 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

L’Esprit prolonge l’œuvre de rédemption et de libération.

esprit%20saint.jpg

L’Esprit Saint fut envoyé, comme le Fils, pour compléter et prolonger l’œuvre de rédemption et de libération intégrale. Le domaine privilégié de son action, c’est l’histoire. Comme un coup de vent ( un « esprit » au sens biblique ), il est présent en tout ce qui suppose mouvement, transformation et croissance. Il n’est point de cloisons étanches pour lui, il souffle où il veut, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’espace chrétien. Il saisit les personnes, les remplit d’enthousiasme, leur confère des aptitudes et des charismes particuliers pour transformer la société et la religion, briser les institutions sclérosées et créer des choses nouvelles.

Il se rend agissant d’une façon toute spéciale dans les luttes et les résistances des pauvres. Et ce n’est pas sans raison que la liturgie nomme « Père des pauvres » celui qui leur donne le courage de faire face jour après jour au difficile combat pour leur propre survie et celle de leurs familles, de trouver des forces pour supporter les oppressions du système socio-économique qui les exploite et qu’ils ne peuvent changer d’un jour à l’autre, de conserver vivante l’espérance que quelque chose peut toujours s’améliorer et que, unis, ils pourront historiquement se libérer.

La piété, le sens de Dieu, la solidarité, l’hospitalité, la force d’âme, la sagesse de vie, tissée de souffrance et d’expérience, l’amour pour les enfants et ceux des autres, la capacité de célébrer et de se réjouir jusque dans les pires conflits, la sérénité face à la dureté des luttes de l’existence, la perception de ce qui est possible et viable, la modération dans l’usage de la force, la résistance presque illimitée à l’agression persistante et continuelle du système économique et à la marginalisation sociale qu’elle provoque, toutes ces choses sont des dons de l’Esprit, c’est-à-dire des formes de Son ineffable présence et de son action au milieu des opprimés.

L’Histoire des luttes menées par les opprimés pour leur liberté est l’histoire que la flamme de l’Esprit Saint allume dans le cœur divisé de ce monde. C’est grâce à l’Esprit que jamais ne s’éteignirent et que jamais ne s’endormiront sous la cendre de la résignation l’idéal d’égalité et de fraternité, l’utopie d’un monde qui rendrait plus facile d’ Aimer et de reconnaître dans le visage de l’autre les traits maternels et paternels de Dieu.

Bruno LEROY.

11:11 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

04/09/2011

LE MAL A DIT LA MALADIE.

2_12.jpg

En général, il est extrêmement rare que les beaux-fils aiment leur belle-mère. Je ne veux guère faire exception au paysage formaté des idées préconçues par pure provocation. Mais, la mienne est la beauté humaine incarnée avec tous les sentiments nobles que cela comporte. La tendresse, la justesse, l'empathie, la joie de vivre, le bonheur de faire et d'être.

Les relations avec mon beau-père sont plus évanescentes.

Oui, celle que nous surnommons tous " mamy " est notre boussole, notre étoile du matin.

Cependant, peu de temps avant les Vacances d'été le firmament s'est assombri. Mamy avait subie une intervention chirurgicale du sein pour un méchant cancer ; il y a de cela plus de dix ans.

Son bras se mit à gonfler de façon inattendue au point de provoquer de terribles douleurs.

Les examens médicaux ont révélés un cancer des ganglions à un stade avancé. Mais Mamy se bat pour garder la tête hors de l'eau malgré une océanique fatigue.

Moi et ma femme n'avons que nos prières à proposer dans ce ravin où sombrent les sourires joviaux.

Tout le monde croit en sa guérison et vraiment, nous l'espérons de tout cœur. La chimiothérapie affaiblit Mamy mais, nous pensons que cela est pour son bien.

Que faire lorsque le ciel s'assombrit aussi brutalement avec violence ?

Il faut choisir l'Essentiel et laisser tomber les ennuis superflus.

Je sais que dans ce terrifiant cyclone, Mamy sortira avec force de son combat.

Elle devait aller à Lourdes lorsque sa maladie fut décelée.

Faisons en sorte que sa guérison soit une sorte de miracle à distance.

Quoique que Dieu est dans notre âme habitée de Sa présence.

Alors, prions pour qu'un signe en forme de clin d'œil nous parvienne.

Je vous assure cela fera rire Mamy aux éclats si elle recouvre sa santé perdue. Je sais que son cœur prie pour déchirer la Lumière qui lui permettra de voir l'avenir d'un regard plein d'espoir.

Courage, Mamy, nous sommes avec Toi sur le même bateau à contempler les flots qui désirent tant nous briser. Nous ne nous laisserons pas faire par un destin qui veut nous couler.

Nous marcherons ensemble vers demain d'un pas serein et confiant en attendant la rémission souhaitée du tréfonds de notre être. Le mal a dit qu'il se tairait, peut-être.

Le soleil ne saurait éteindre le jour !

 

Bruno LEROY.

16:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., IMPRESSIONS PERSONNELLES., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

03/09/2011

Là où les mots perdent leur réalité.

Pour te donner le Bonheur j'inventerai des horizons,

Des superlatifs pour enrober de fleurs tes passions,

Des mots réalistes pour rendre au présent tes projets,

Et donner vivants aux ciels tes rêves emmurés,

Je donnerai mon âme aux sourires de ton coeur,

Et le feu de mes flammes pour détruire tes malheurs,

J'entrerai en prières et invoquerai les anges,

Pour qu'ils gardent à jamais ta joie d'exister,

Que tes éclats de rire enchantent et dérangent,

Les Hommes dont le regard fait souvent pleurer,

Je passerai toutes les mers oubliées,

Dans les cimetières de nos pensées,

Et j'inventerai des couchers de soleils,

Où les scintillements deviendront réels,

A force de vouloir t'inventer des histoires,

Je te ferai princesse ou fée selon les bribes,

Qu'il reste en mon domaine de mémoire,

Je te donnerai ce souffle de l'être libre,

Qui vient du profond de moi-même,

Comme une semence qui germe,

Dans cette vérité de notre Amitié,

Rien ne saurait nous séparer pas même,

Les routes et les ruissellements des années,

Non rien ne saurait interdire de s'aimer,

Dans cette pureté cristalline de l'Amour,

Celle qui commet les plus intenses audaces,

Que le temps de sa main jamais ne menace,

Le présent de l'amitié, l'amour, la respiration,

Est l'instant vécu dans l'éternité,

Là où les mots perdent leur réalité,

Pour devenir des hymnes de tendresse,

Que l'espace seul imagine en caresses,

Pour donner du Bonheur à profusion,

Dans les corps consistants de la raison,

J'inventerai un paysage paradisiaque,

Pour te redire à quel point je ne puis mentir,

Les sentiments sont des ombres maniaques,

Qui veulent servir la Vérité sans la trahir,

Cette certitude d'aimer et d'oser le dire,

C'est toujours la Joie réciproque qui entre,

Et ne ferme jamais la porte pour laisser le Vent,

S'imprégner de cette ultime mystique du chantre,

L'Amour est une allégresse qui progressivement,

Enchante le monde en lui offrant tel un Hommage,

La certitude que la vie vaut la peine d'être vécue,

Mais pas sans Toi ma douce et splendide inconnue,

Dont je connais pourtant les plus divins secrets,

Ceux qui font que tu demeures toujours dans la dignité,

Cette force de voir le jour et de regarder ses aspérités,

Ne jamais baisser les bras face aux multiples adversités,

Toi seule est capable de t'inventer un Bonheur,

J'avais imaginé moult desseins pour ton coeur,

Et je sais que ta puissance d'Aimer tout être rencontré,

Donnera à ta Vie tant de Joies que j'avais espérées,

Et qui sont déjà en toi de toute éternité...

je savais que l'Amour te donnerait des ailes,

Tu t'envoles désormais vers les merveilles,

Le tréfonds des bruissements de tes convictions,

Donnent à ton amour oblatif toutes raisons,

Elles font partie de toi comme un battement,

Permanent et harmonieux cependant,

Elles étaient cachées pour ce monde matériel,

Elles se révèlent en ta dimension spirituelle,

Mystiques de l'Amour nous resterons toujours,

Pour Témoigner qu'il existe une Présence d'Amour,

Le Bonheur ne se trouve qu'en Soi au creux des vagues,

Nacrées par les rosées où les pensées semblent divaguer,

L'équilibre d'être en possession de soi-même,

Se trouve dans l'amitié, l'amour , la Vérité,

De s'aimer et se savoir aimé sans intérêt,

Par gratuité savoir que nous sommes précieux,

Nous rend étrangement et invinciblement Heureux.

 

Bruno LEROY.

21:56 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., CONVERSIONS, GOSPEL, LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO., LITTÉRATURE., POÉSIE, POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Comme une douce respiration.

28-message.gif

Je ne suis qu'une braise qui invente le feu,

Je suis la pénombre au fond de tes yeux,

Mon amour la vie est un souffle admis,

Parmi les humains qui me sourient,

Mon amour le vent tu n'es que le temps,

D'un espoir permis et souriant,

Qui ne respirera plus demain,

Mon amour la vie tu es mon chemin,

Où mes interdits me donnent la main,

Pour passer le pont des rêves ensoleillés,

Mon amour la vie tes bras parfumés,

Me donnent envie de toujours t'aimer,

Malgré les soucis, les idées figées,

Que tu n'apprécies presque jamais,

Mon amour la vie j'ai Dieu dans mes poumons,

Comme une douce respiration,

Qui inspire ma raison et croit en mes illusions,

Mon amour la vie comme il est bon,

De chavirer ainsi en freinant ses passions,

Mon amour la vie il pleut ce matin,

La brume semble vouloir t'éteindre,

Mon amour la vie les larmes du ciel,

Sont d'immenses sourires qu'on devine,

Lorsque l'âme est claire et limpide,

Mon amour la vie le soleil est mort,

Mais tombent tes cris tels des remords,

Mon amour la vie tout semble chavirer,

Et pourtant je t'aime en découvrant tes regrets,

Que les hommes ont instaurés,

Pour te défigurer par leurs saloperies,

Mon amour la vie quoique tu deviennes,

Tu demeures sacrée aux soupirs de mes veines,

Mon amour la vie tu sais que je t'aime,

Quand de la Liberté tu fais un mirifique poème.

 

Bruno LEROY.

21:37 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO., POÉSIE, POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

02/09/2011

DURE MÈRE PAR FRANCOIS BÉRANGER.

Pour ne jamais oublier et...surtout agir pour un monde meilleur. Illusions, utopies, peut-être...mais regardons les réalités en face. Cessons de nous voiler la face !

Et tant pis, si certaines images heurtent la sensibilité des assis confortablement dans leur conscience obscure. Le Monde gémit du tréfonds des entrailles, écoutons ses cris puis mettons-nous debout !

Bruno LEROY.

 

12:24 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ARTISTES., CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LE REGARD DE BRUNO., MILITANTISME. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |