7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2008

Belle fête de Notre-Dame de Lourdes !


** 11 février 2008 : 150 ans que Bernadette Soubirou à eu sa première apparition !
Que de grâces depuis ! Gloire à Dieu !

* C'est aussi la journée mondial des malades :
Vous trouverez une prière pour la guérison d'une maladie sur notre site :
www.mariereine.com
- puis allez sur "intentions et prières"
- puis sur "prières de diverses origines"

*** Lourdes, l'année jubilaire
Du 8 décembre 2007 au 8 décembre 2008, rendez-vous sur le site du 150ème anniversaire des Apparitions
www.lourdes2008.com

*** INDULGENCE PLENIERE à l’occasion du 150ème anniversaire des apparitions de Lourdes.
A l'occasion du 150 anniversaire des apparitions de la Bienheureuse Vierge Marie dans la Grotte de Massabielle, près de Lourdes, l'Indulgence plénière est quotidiennement accordée aux fidèles qui, du 8 décembre 2007 jusqu'au 8 décembre 2008, avec piété et selon les conditions établies, rendront visite à la Grotte de Massabielle et qui, du 2 au 11 février 2008, rendront visite, dans n'importe quelle église, oratoire, grotte ou lieu digne, à l'image de la Bienheureuse Vierge Marie de Lourdes solennellement exposée à la vénération publique.


*** Ecoutez le chapelet :
www.lourdes-france.org

** Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.
Amen

*** LE MOT DE L'EVEQUE

Six millions de personnes, chaque année, viennent à Lourdes. Que viennent-elles voir ? Un site touristique ?
En France, il y a mieux. Elles viennent parce que Lourdes est un lieu différent :

- un lieu où le chrétien est libre de manifester sa foi
- un lieu où les petits ont droit de cité
- un lieu où malades et handicapés sont privilégiés
- un lieu de prière, de service et de fraternité entre les peuples
- un lieu que les enfants et les jeunes trouvent « super»
- un lieu ouvert à toute personne, quelles que soient ses idées.

Même quelques heures à Lourdes ne s’oublient pas. C’est pourquoi beaucoup reviennent, plusieurs fois dans leur vie.
Cette aventure a commencé en 1858, quand la Vierge Marie apparut à Bernadette Soubirous. Depuis cette date, le flot de pèlerins et visiteurs n’a cessé de grossir. Les haut-lieux spirituels sont de plus en plus nécessaires, dans un monde de calcul, de paillettes et de violence. Lourdes redonne de l’élan pour affronter la vie.

Cent cinquante ans après les Apparitions, il fallait remercier pour tant de grâces recues.
C’est pourquoi le jubilé s’étendra sur une année entière du 8 décembre 2007 au 8 décembre 2008.

“ Venez boire à la fontaine et vous y laver ! ”


+ Jacques Perrier
évêque de Tarbes et Lourdes



Que la bénédiction de Notre Dame de Lourdes soit sur vous ainsi que toute votre famille !

Thierry Fourchaud

La Bonne Nouvelle
BP24
53170 Saint Denis du Maine (France)
Informations tel : 02.43.64.23.25
Ecoute et accompagnement par Myriam le matin en semaine : tel : 05.56.61.73.45
- E.mail :
communion@mariereine.com
- Notre site :
www.mariereine.com
- Notre maison :
www.citedelimmaculee.com
- Site d'évangélisation: www.labonnenouvelle.fr

*** NOUVEAU sur le site www.labonnenouvelle.fr :
- des témoignages audio gratuits
- + une boutique pour téléchargez votre revue en format PDF afin de la lire dirrectement sur votre ordinateur ou l'imprimer chez-vous !

21:40 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

08/02/2008

Un carême placé sous le signe de l'aumône.

Par la cérémonie des cendres, mercredi 6 février, les chrétiens entrent dans la période du Carême. Le Saint-Père nous adresse son traditionnel message.

Le Saint-Père Benoît XVI nous adresse cette année un message de Carême qui, au-delà de la pratique de la prière et du jeûne nous propose de réfléchir sur la pratique de l’aumône.

Le Pape nous rappelle que, si « l’attirance pour les richesses matérielles peut être forte », il n'en demeure pas moins vrai que « selon l’enseignement de l’Évangile, nous ne sommes pas propriétaires, mais administrateurs des biens que nous possédons ».

L’aumône, rappelle Benoît XVI éduque à la générosité de l’amour. « Quand nous agissons avec amour, nous exprimons la vérité de notre être : nous avons en effet été créés non pour nous mêmes, mais pour Dieu et pour nos frères ».

Un message du carême 2008 qui résonne comme un appel au partage et à la solidarité.

Message de sa Sainteté Benoît XVI pour le Carême 2008

« Le Christ pour vous s’est fait pauvre » (2 Cor 8,9)

Chers frères et sœurs !

1. Chaque année, le Carême nous offre une occasion providentielle pour approfondir le sens et la valeur de notre identité chrétienne, et nous stimule à redécouvrir la miséricorde de Dieu pour devenir, à notre tour, plus miséricordieux envers nos frères. Pendant le temps du Carême, l’Église propose certains engagements spécifiques pour accompagner concrètement les fidèles dans ce processus de renouvellement intérieur : ce sont la prière, le jeûne et l’aumône. Cette année, en ce traditionnel Message pour le Carême, je voudrais m’arrêter pour réfléchir sur la pratique de l’aumône : elle est une manière concrète de venir en aide à ceux qui sont dans le besoin, et, en même temps, un exercice ascétique pour se libérer de l’attachement aux biens terrestres. Combien forte est l’attirance des richesses matérielles, et combien doit être ferme notre décision de ne pas l’idolâtrer ! Aussi Jésus affirme-t-il d’une manière péremptoire : « Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent » (Lc 16,13).

L’aumône nous aide à vaincre cette tentation permanente : elle nous apprend à aller à la rencontre des besoins de notre prochain et à partager avec les autres ce que, par grâce divine, nous possédons. C’est à cela que visent les collectes spéciales en faveur des pauvres, qui sont organisées pendant le Carême en de nombreuses régions du monde. Ainsi, à la purification intérieure s’ajoute un geste de communion ecclésiale, comme cela se passait déjà dans l’Église primitive. Saint Paul en parle dans ses Lettres à propos de la collecte en faveur de la communauté de Jérusalem (cf. 2 Cor 8-9 ; Rm 15, 25-27).

2. Selon l’enseignement de l’Évangile, nous ne sommes pas propriétaires mais administrateurs des biens que nous possédons : ceux-ci ne doivent donc pas être considérés comme notre propriété exclusive, mais comme des moyens à travers lesquels le Seigneur appelle chacun d’entre nous à devenir un instrument de sa providence envers le prochain. Comme le rappelle le Catéchisme de l’Église Catholique, les biens matériels ont une valeur sociale, selon le principe de leur destination universelle (cf. n° 2404).

Dans l’Évangile, l’avertissement de Jésus est clair envers ceux qui possèdent des richesses terrestres et ne les utilisent que pour eux-mêmes. Face aux multitudes qui, dépourvues de tout, éprouvent la faim, les paroles de saint Jean prennent des accents de vive remontrance : « Si quelqu'un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui ? » (1 Jn 3, 17). Cet appel au partage résonne avec plus de force dans les pays dont la population est formée d’une majorité de chrétiens, car plus grave encore est leur responsabilité face aux multitudes qui souffrent de l’indigence et de l’abandon. Leur porter secours est un devoir de justice avant même d’être un acte de charité.

3. L’Évangile met en lumière un aspect caractéristique de l’aumône chrétienne : elle doit demeurer cachée. « Que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite », dit Jésus, « afin que ton aumône se fasse en secret » (Mt 6, 3-4). Et juste avant, il avait dit qu’il ne faut pas se vanter de ses bonnes actions, pour ne pas risquer d’être privé de la récompense céleste (cf. Mt 6, 1-2). La préoccupation du disciple est de tout faire pour la plus grande gloire de Dieu. Jésus avertit : « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux » (Mt 5, 16). Ainsi, tout doit être accompli pour la gloire de Dieu et non pour la nôtre. Ayez-en conscience, chers frères et sœurs, en accomplissant chaque geste d’assistance au prochain, tout en évitant de le transformer en un moyen de se mettre en évidence. Si, en faisant une bonne action, nous ne recherchons pas la gloire de Dieu et le vrai bien de nos frères, mais nous attendons plutôt en retour un avantage personnel ou simplement des louanges, nous nous situons dès lors en dehors de l’esprit évangélique. Dans la société moderne de l’image, il importe de rester attentif, car cette tentation est récurrente. L’aumône évangélique n’est pas simple philanthropie : elle est plutôt une expression concrète de la charité, vertu théologale qui exige la conversion intérieure à l’amour de Dieu et des frères, à l’imitation de Jésus Christ, qui, en mourant sur la Croix, se donna tout entier pour nous. Comment ne pas rendre grâce à Dieu pour les innombrables personnes qui, dans le silence, loin des projecteurs de la société médiatique, accomplissent dans cet esprit des actions généreuses de soutien aux personnes en difficulté ? Il ne sert pas à grand chose que de donner ses biens aux autres si, à cause de cela, le cœur se gonfle de vaine gloire : voilà pourquoi celui qui sait que Dieu « voit dans le secret » et dans le secret le récompensera, ne cherche pas de reconnaissance humaine pour les œuvres de miséricorde qu’il accomplit.

4. En nous invitant à considérer l’aumône avec un regard plus profond, qui transcende la dimension purement matérielle, les Saintes Écritures nous enseignent qu’il y a plus de joie à donner qu’à recevoir (cf. Act 20, 35). Quand nous agissons avec amour, nous exprimons la vérité de notre être : nous avons en effet été créés non pour nous-mêmes, mais pour Dieu et pour nos frères (cf. 2 Cor 5, 15). Chaque fois que, par amour pour Dieu, nous partageons nos biens avec notre prochain qui est dans le besoin, nous expérimentons que la plénitude de la vie vient de l’amour et que tout se transforme pour nous en bénédiction sous forme de paix, de satisfaction intérieure et de joie. En récompense de nos aumônes, le Père céleste nous donne sa joie. Mais il y a plus encore : saint Pierre cite parmi les fruits spirituels de l’aumône, le pardon des péchés. « La charité – écrit-il – couvre une multitude de péchés » (1 P 4, 8). La liturgie du Carême le répète souvent, Dieu nous offre, à nous pécheurs, la possibilité d’être pardonnés. Le fait de partager ce que nous possédons avec les pauvres, nous dispose à recevoir un tel don. Je pense en ce moment au grand nombre de ceux qui ressentent le poids du mal accompli et qui, précisément pour cela, se sentent loin de Dieu, apeurés et pratiquement incapables de recourir à Lui. L’aumône, en nous rapprochant des autres, nous rapproche de Dieu, et elle peut devenir l’instrument d’une authentique conversion et d’une réconciliation avec Lui et avec nos frères.

5. L’aumône éduque à la générosité de l’amour. Saint Joseph-Benoît Cottolengo avait l’habitude de recommander : « Ne comptez jamais les pièces que vous donnez, parce que, je le dis toujours : si en faisant l’aumône la main gauche ne doit pas savoir ce que fait la droite, de même la droite ne doit pas savoir ce qu’elle fait elle-même » (Detti e pensieri, Edilibri, n. 201). À ce propos, combien significatif est l’épisode évangélique de la veuve qui, dans sa misère, jette dans le trésor du Temple « tout ce qu’elle avait pour vivre » (Mc 12, 44). Sa petite monnaie, insignifiante, devint un symbole éloquent : cette veuve donna à Dieu non de son superflu, et non pas tant ce qu’elle a, mais ce qu’elle est. Elle, tout entière.

Cet épisode émouvant s’insère dans la description des jours qui précèdent immédiatement la passion et la mort de Jésus, Lui qui, comme le note saint Paul, s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté (cf. 2 Cor 8, 9) ; Il s’est donné tout entier pour nous. Le Carême nous pousse à suivre son exemple, y compris à travers la pratique de l’aumône. À son école, nous pouvons apprendre à faire de notre vie un don total ; en l’imitant, nous réussissons à devenir disposés, non pas tant à donner quelque chose de ce que nous possédons, qu’à nous donner nous-mêmes. L’Évangile tout entier ne se résume-t-il pas dans l’unique commandement de la charité ? La pratique quadragésimale de l’aumône devient donc un moyen pour approfondir notre vocation chrétienne. Quand il s’offre gratuitement lui-même, le chrétien témoigne que c’est l’amour et non la richesse matérielle qui dicte les lois de l’existence. C’es donc l’amour qui donne sa valeur à l’aumône, lui qui inspire les diverses formes de don, selon les possibilités et les conditions de chacun.

6. Chers frères et sœurs, le Carême nous invite à nous « entraîner » spirituellement, notamment à travers la pratique de l’aumône, pour croître dans la charité et reconnaître Jésus lui-même dans les pauvres. Les Actes des Apôtres racontent que l’apôtre Pierre s’adressa ainsi au boiteux de naissance qui demandait l’aumône à la porte du Temple : « Je n'ai ni argent, ni or ; mais ce que j'ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche » (Act 3, 6). Par l’aumône, nous offrons quelque chose de matériel en signe de ce don plus grand que nous pouvons offrir aux autres, l’annonce et le témoignage du Christ : en son Nom est la vraie vie. Que ce temps soit donc caractérisé par un effort personnel et communautaire d’adhésion au Christ pour que nous soyons des témoins de son amour. Que Marie, Mère et Servante fidèle du Seigneur, aide les croyants à livrer le « combat spirituel » du Carême avec les armes de la prière, du jeûne et de la pratique de l’aumône, afin de parvenir aux célébrations des fêtes pascales en étant entièrement renouvelés en esprit. En formulant ces vœux, j’accorde volontiers à tous la Bénédiction apostolique.

Du Vatican, le 30 octobre 2007 

        http://www.opusdei.fr/art.php?p=26407

18:37 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

02/02/2008

Méditation.

Méditation

Le Royaume de Dieu, c’est la richesse qui ne passe pas

Méditation de l’Evangile du dimanche 3 février, par le P. Cantalamessa

ROME, Vendredi 1 février 2008 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous le commentaire de l'Evangile du dimanche 3 février, proposé par le père Raniero Cantalamessa OFM Cap, prédicateur de la Maison pontificale.

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5, 1-12

Quand Jésus vit la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :
« Heureux les pauvres de coeur :
le Royaume des cieux est à eux !
Heureux les doux :
ils obtiendront la terre promise !
Heureux ceux qui pleurent :
ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice :
ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux :
ils obtiendront miséricorde !
Heureux les coeurs purs :
ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix :
ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice :
le Royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! C'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

© Copyright AELF - Paris - 1980 - 2006  tous droits réservés

Heureux les pauvres de cœur !

L'Evangile de ce dimanche est le passage des Béatitudes et commence par cette phrase célèbre : « Heureux les pauvres de coeur : le Royaume des cieux est à eux ! ». L'affirmation « heureux les pauvres de cœur » est aujourd'hui souvent mal comprise, voire même citée avec une certaine ironie comme une chose que l'on ne peut faire croire qu'aux ingénus. Et d'ailleurs Jésus n'a jamais dit simplement : « Heureux les pauvres de cœur ! » ; il n'a jamais envisagé dire une chose pareille. Il a dit : « Heureux les pauvres de cœurs : le Royaume des cieux est à eux », ce qui est très différent. On fait une interprétation complètement fausse de la pensée de Jésus et on la banalise lorsqu'on ne cite que la moitié de sa phrase. Il ne faut pas séparer la béatitude de sa raison. Pour donner un exemple grammatical, ce serait comme énoncer une proposition subordonnée sans proposition principale. Supposons que quelqu'un dise : « Si aujourd'hui vous semez... » ; que comprend-on ? Rien ! Mais s'il ajoute : « demain vous récolterez », subitement, tout devient clair. Ainsi, si Jésus avait dit simplement : « Heureux les pauvres ! », la phrase semblerait absurde, mais lorsqu'il ajoute « le Royaume des cieux est à eux », tout devient compréhensible.

Mais qu'est-ce que ce fameux royaume des cieux qui a réalisé la vraie « inversion de toutes les valeurs » ? C'est la richesse qui ne passe pas, que les voleurs ne peuvent voler et que la teigne ne peut consumer. C'est la richesse qu'on ne laisse pas à d'autres le jour de la mort mais qu'on emporte avec soi. C'est le « trésor caché », la « perle précieuse » qu'il vaut la peine de tout donner pour avoir, dit l'Evangile. En d'autres termes, le royaume de Dieu est Dieu lui-même.

Sa venue a provoqué une sorte de « crise de gouvernement » de portée mondiale, une réorganisation radicale. Elle a ouvert de nouveaux horizons. Un peu comme, au 15ème siècle, on découvrit qu'il existait un autre monde, l'Amérique, et les puissances qui détenaient le monopole du commerce avec l'orient, comme Venise, se retrouvèrent subitement désorientées et entrèrent en crise. Les anciennes valeurs du monde - l'argent, le pouvoir, le prestige - ont été transformées, relativisées, même si elles n'ont pas été reniées, à cause de la venue du royaume.

Qui est riche, désormais ? Un homme qui a mis de côté une somme d'argent importante ; mais au cours de la nuit une dévaluation de la monnaie de 100% s'est produite ; le matin, il se lève et ne possède plus rien, même s'il ne le sait peut-être pas encore. Les pauvres en revanche sont avantagés par la venue du royaume de Dieu car, n'ayant rien à perdre, ils sont plus prompts à accueillir la nouveauté et ne craignent pas le changement. Ils peuvent tout investir dans la nouvelle monnaie. Ils sont plus disposés à croire.

Nous sommes amenés à raisonner différemment. Nous croyons que les changements qui comptent sont les changements visibles et sociaux, et non ceux qui se produisent dans la foi. Mais qui a raison ? Au siècle dernier, nous avons connu de nombreuses révolutions de ce type, mais nous avons également vu qu'au bout d'un certain temps, elles finissent aisément par reproduire, avec d'autres acteurs, la situation d'injustice qu'elles disaient précisément vouloir éliminer.

Il y a des niveaux et des aspects de la réalité que l'on ne peut pas saisir à l'œil nu, mais seulement avec l'aide d'une lumière spéciale. Aujourd'hui, les satellites artificiels prennent des photographies aux rayons infrarouges de régions entières de la terre. A la lumière de ces rayons, le panorama est complètement différent. L'Evangile, et en particulier notre béatitude des pauvres, nous donne une image du monde sous une « lumière directe », « aux rayons infrarouges ». Elle permet de saisir ce qui est au-dessous, ou au-delà de la façade. Elle permet de distinguer ce qui reste de ce qui passe.


13:33 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

La lèpre ne tue pas. Elle condamne.

À l’heure de la mondialisation, d’Internet et des hautes technologies, comment accepter qu’un fléau, aussi ancien et connu que la lèpre, continue à frapper et exclure tant de personnes dans le monde ?
La lèpre frappe toutes les 3 minutes… Les actions permanentes et persévérantes menées par la Fondation Raoul Follereau ont largement participé au recul spectaculaire de la maladie. Grâce à la générosité et la fidélité de nos donateurs, sur les seules 25 dernières années, nous avons contribué à guérir 14 millions de malades. Des résultats remarquables, qui nous récompensent des efforts consentis... mais qui ne nous font pas oublier la tâche qu’il nous reste à accomplir : toutes les 3 minutes, une personne est touchée par la lèpre dans le monde ; toutes les 30 minutes, c’est un enfant qui est atteint.

…elle ne tue pas, mais elle exclut… La lèpre est une maladie grave qui ne tue pas. Malheureusement, elle reste un facteur d’exclusion sociale. Bien souvent, les lépreux sont rejetés par la société, par leur entourage, parfois même par leur propre famille.

…alors, soigner ne suffit pas… Les remèdes pour prévenir et soigner existent, mais nous devons développer des solutions pour aider les lépreux dépistés trop tard à se réinsérer. Et pour agir, nous avons besoin de votre soutien. La Fondation Raoul Follereau et ses partenaires ont l’expérience, le savoir-faire et les structures pour dépister à temps, soigner, mais aussi rééduquer et réinsérer socialement les malades. Vous, vous pouvez, par vos dons, participer à notre lutte contre la lèpre et aider un lépreux à retrouver sa place au sein de sa communauté.

Vous l’avez compris, pour sauver les lépreux de l’oubli, votre don est précieux. Ce n’est qu’ensemble que nous réussirons à bâtir un monde sans lèpres. Mais, il faut faire vite car la lèpre, elle, n’attend pas.
http://www.raoul-follereau.org/

podcast

11:22 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Il fait justice aux opprimés.


"Et vous, la glace et la neige, bénissez le Seigneur ! " (Daniel 3,70)
Cliquez ici pour envoyer cette image par ecard

Psaume 146(145)
Hymne au Dieu qui créé, aide et règne à jamais

Le psaume :

Le Seigneur fait justice aux opprimés,
aux affamés il donne la paix,
le Seigneur délie les enchaînés.

Le Seigneur ouvre la vue aux aveugles,
le Seigneur redresse les accablés,
le Seigneur aime les justes.

Le Seigneur protège l'étranger,
il soutient la veuve et l'orphelin.
Le Seigneur est ton Dieu pour toujours.

© AELF - Tous droits réservés.

Le commentaire :

Ce psaume est choisi dans les psaumes de la fin du psautier. Il ouvre même le groupe final des psaumes qui débutent tous par un ALLÉLUIA ! Tant il est vrai qu'une dynamique existe dans le psautier et que l’allégresse éclate dans ce dernier crescendo.

Ce poème se caractérise par une louange litanique des douze noms de Dieu. Ce sont, en partie, les versets retenus ce dimanche.
« Dieu est créateur de l’univers et de tout ce qu’il contient ;
Il garde à jamais sa fidélité ;
Il fait justice aux opprimés et donne du pain aux affamés ;
Il délie les enchaîné, ouvre les yeux des aveugles et redresse les accablés ;
Il aime les justes, protège l’étranger, soutient la veuve et l’orphelin, ces personnes les plus fragiles de la société ;
Il égare les pas du méchant ;
Et surtout, il régnera pour toujours ! »
– et c’est là la conclusion.

Le psaume est bien en harmonie avec la lecture de Sophonie qui annonce l'avènement en Israël d'un "peuple petit et pauvre qui aura pour refuge le nom du Seigneur."

Nous pouvons mettre sans difficultés ce psaume dans la bouche de Jésus qui y fait écho par la proclamation des Béatitudes :
"Il fait justice aux opprimés - Heureux les pauvres de cœur !
Il délie les enchaînés - heureux ceux qui sont persécutés pour la justice !
Il redresse les accablés - Heureux ceux qui pleurent !
Il aime les justes - Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice !
Il ouvre les yeux des aveugles - Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu !"

 

Le site :

Sur Internet vous pouvez retrouver les textes et les commentaires pour chaque jour, des articles sur les Psaumes, un petit lexique des mots difficiles à saisir des Psaumes, des forums et des cartes postales électroniques : Accès au site web.

11:13 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

01/02/2008

A la découverte du Diocèse de Lille.

 

Historique
Le diocèse de Lille est un diocèse récent puisqu'il fut créé en 1913.
Le territoire du diocèse de Lille qui comprend les arrondissements de Lille et de Dunkerque relevait autrefois de quatre évêchés : Tournai, Arras, Saint-Omer, Ypres.

Un décret pontifical du 5 février 1913 créa un Vicariat Général de Lille comprenant les arrondissements de Lille, Dunkerque et Hazebrouck avec un Vicaire général qui fut Mgr Charost. A la mort de Mgr Delamaire, archevêque de Cambrai, le Vicariat Général de Lille fut constitué en diocèse par décret du 25 octobre 1913, et érigé par le Cardinal Luçon le 10 décembre 1913. Mgr Charost avait été nommé premier évêque de Lille le 21 novembre 1913 en suite se sont succédés : Achille Liénart, cardinal (1928), Adrien Gand (1968 ), Jean Vilnet (1983) et Gérard Defois ( depuis 1998).

Géographie
La superficie du diocèse est de 2.289 km.
Structures territoriales
Le diocèse de Lille est subdivisé en huit Zones Pastorales :
* 5 zones pastorales à dominante urbaine :Dunkerque - Lille - Périphérie lilloise - Roubaix - Tourcoing
* 3 zones à dominante rurale :Armentières - Flandres - Seclin

Le diocèse en chiffres (chiffres 1999)
• 16 cantons et 379702 habitants pour l’arrondissement de Dunkerque ;
• 28 cantons et 1182026 habitants pour l’arrondissement de Lille.
Soit une population totale de 1561728 habitants sur les 2555020 du département.
 Le nombre de foyers peut être estimé à 575000 environ, dont :
• 375000 foyers se disant catholiques (65%)* ;
• 57500 foyers pratiquants (10%).

Le clergé dans le diocèse de Lille (en 2007) :
• 439 prêtres incardinés dont 183 de moins de 75 ans ;
• 62 diacres permanents.

Sources
Annuaire diocésain de Lille 2007 (p 103-105 : historique, liste des évêques, zones)
Site du diocèse :
http://catholique-lille.cef.fr

19:16 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

28/01/2008

On n'arrête pas de se le répéter...

e3caa40c39717314c90462cf2387af1d.gif

On n'arrête pas de se le répéter, entre nous, mais on ne vous le dit pas assez : vous êtes formidables. Vous, les CityReporters, internautes qui prenez la peine de donner votre avis, c'est à vous qu'on doit cette saveur, ce ton si particulier. Cette semaine, on a décidé de vous mettre à l'honneur.

A vrai dire, on a eu beaucoup de mal à faire notre choix. Quel point commun entre nefes, kohoutek et bigornette ? Au delà de la sonorité - et de la proximité géographique - ces trois là sont incroyablement... populaires. Chacun est suivi par plus de 100 autres membres ! Imaginez l'impact à chaque fois qu'ils s'expriment. Leurs coups de gueule et leurs coups de coeur ne risquent pas de passer inaperçus.

Et que dire de PartyBeast ? Ce Lyonnais globe-trotter donne son avis sur tout, partout. Près de 70 villes visitées et commentées, de
Bordeaux à Levallois, d'Amsterdam à Budapest. Lui qui aime "changer d'habitude" va réussir à faire changer les nôtres, grâce à ses découvertes un peu partout en France et en Europe.

Nos CityReporters sont tous différents, et cela fait aussi notre fierté. Quel point commun entre iamwhatiam, jeune clubber niçois, et Bruno Leroy, éducateur à
Lille ? Entre chaplinphile, Marseillais cinéphile et cotcot01, pure Bressane et vraie gourmande ? Très simple : ils s'expriment, avec talent, humour ou excès. Et c'est ça qui nous / vous plaît.

Il ne faut donc pas s'étonner de découvrir des adresses, des
artistes, des films qui déclenchent les passions, parfois contradictoires. Nous avons déniché les plus polémiques, ceux et celles qui provoquent l'enthousiasme... ou la déception. C'est le moment de prendre votre plume. Pardon, votre clavier. A vous de voter.

21:25 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

27/01/2008

Medjugorje le 25 janvier 2008.


"Chers enfants,
avec le temps du Carême, vous vous rapprochez d'un temps de grâce. Votre coeur est comme une terre labourée et il est prêt à recevoir le fruit qui croîtra en un bien.
Vous, petits enfants, êtes libres de choisir le bien ou le mal. C'est pourquoi je vous invite à prier et à jeûner.
Plantez la joie, et le fruit de la joie poussera en vos coeurs pour votre bien, et les autres le verront et le recevront à travers vous.
Renoncez au péché et choisissez la vie éternelle. Je suis avec vous et j'intercède pour vous devant mon Fils.
Merci d'avoir répondu à mon appel."



MOT D'ORDRE

Nous redoutons généralement le temps du carême avec sa tristesse liturgique, ses ornements violets et l'absence de cloches et d'alléluia !
Personnellement je me dis que la vie dans ce monde est un carême constant où le coeur est labouré par les épreuves. Mais comme le dit David : « d'un cœur brisé et broyé tu n'as pas de mépris » et encore « qu'ils dansent les os que tu broyas. »
Renoncer au péché c'est choisir la joie, la joie du retour vers le Père, la joie de la réconciliation. Tout le livre des psaumes est le cri de l'homme affligé par la vie et par l'adversité mais en se tournant vers Dieu ce cri de douleur devient une louange.
La vraie joie passe par les larmes de la repentance. N'ayons donc pas peur de la souffrance et des renoncements ils conduisent à une joie durable.

Ephraïm



AGENDA

* SESSIONS "Je serai guéri !"
Animé par Thierry et Myriam Fourchaud et les musiciens Philippe, Catherine.

* * MARTINIQUE du 2 au 5 février 2008
Lieu : La retraite aura lieu à la ferme Perrine au Lamentin.
Personne à contacter pour les informations et réservations :
Patricia VILLAGEOIS au tel 06 96 22 52 17
Miguelle HONORE-FONDROSE Tel : 0696 91 27 35 Dom : 0596 77 53 03
E.mail : hfmp2@wanadoo.fr

* PARIS le 23 février 2008.
A l’Eglise Saint Charles – 107 avenue Normandie-Niémen – 93150 Le Blanc-Mesnil
Eglise St Charles
Contact sur place : 06 98 92 97 61 et le 01 43 84 20 42 (Lucien)


*** NORD DE LA FRANCE : Soirée de louange et d'adoration pour entrer dans une relation vraie et personnelle avec notre Dieu...
le SAMEDI 1er MARS 2008 à 20h à l'église Se Thérèse à St Amand les Eaux
Contact sur place 03 27 27 81 39 (Agnès)

**** SESSIONS EN POLYNESIE du 29 mars au 14 avril 2008.
Informations : williamtsing@mail.pf ou
y.chevouline@mail.pf - tel : (689) 78-75-84

*** RETRAITES 2007 à la Cité de l’Immaculée (Mayenne) - Informations : 02.43.26.88.55. ou 02.43.64.23.25 -
Site www.citedelimmaculee.com" target="_blank">wwww.citedelimmaculee.com

* Du dimanche 17 au vendredi 22 Février 2008
Ecole Biblique du avec Doudou Callens.

* Du lundi 24 mars au vendredi 28 mars 2008
La prière de Jésus avec le père Jacques Deschamps prêtre copte orthodoxe.

* EXCEPTIONNEL : week-end école de prophétie
avec Debbie Kendrik et le Père Timothée
du 25 au 27 avril 2008.

- Du 28 avril au 3 mai 2008
L’unité dans ma famille
avec Léandre Lachance.

* 23 au 28 juin 2008
La Tendresse du Pére
avec Sr Stéphanie Marie

* Retraite : Je serai guéri !
par Thierry et Myriam Fourchaud
du 14 au 19 juillet 2008


* * Que Dieu vous bénisse !

Thierry Fourchaud

Cité de l'Immaculée
BP24 - 53170 Saint Denis du Maine (France)
Tel : 02.43.64.23.25.
E.mail : communion@mariereine.com
A bientôt sur : www.mariereine.com
- Notre site d’évangélisation : www.labonnenouvelle.fr
- Notre maison : www.citedelimmaculee.com


* Si vous aimez la Vierge Marie et que vous souhaitez nous encourager, vous pouvez adresser vos offrandes à : www.mariereine.com puis allez dans la case en bas à droite "faire une offrande"

* Abonnez-vous à Cate de Marie + Voici ta Mère ! www.mariereine.com/boutique-cartemarie.php3/


* Rejoignez le réseau des enfants de Marie
Abonnez-vous à la lettre (gratuit) :
site : www.mariereine.com

21:40 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

23/01/2008

La société de consommation.

La société de consommation est considérée par certains comme le moteur de l’économie. Elle permet la liberté de choix et l’expression de la personnalité de l’individu. Pour d’autres, elle représente un danger, empêche l’esprit critique, formate les goûts et crée des besoins artificiels. Eduquer à la consommation responsable revient à s’interroger sur notre rôle de consommateur, sur l’impact de nos achats sur le monde. Et cela peut se faire dès le plus jeune âge.

La société de consommation

Que recouvre ce terme dont on entend si souvent parler ? Il fait référence à un modèle appliqué actuellement qui encourage les individus à acheter toujours plus de choses. Cela peut être des aliments, des vêtements, des appareils, payer des vacances ou encore différents services comme Internet ou le téléphone.

La société de consommation cherche à satisfaire des besoins. Ceux-ci correspondent parfois à des attentes réelles des consommateurs. Mais le plus souvent, ils sont créés de toute pièce. Grâce à la publicité et aux techniques de marketing, les producteurs parviennent à lancer des modes et à rendre leurs produits essentiels.

Consommer pour « exister »

Consommer, c’est à la fois échanger, communiquer et interagir en société. Porter des vêtements de marque, écouter de la musique sur un IPod, se rendre dans une boîte branchée le vendredi soir, manger tel ou tel produit, voilà autant de manières de communiquer une image de soi aux autres, de faire partie de la société. Et ne pas avoir les moyens financiers nécessaires pour acquérir certains biens, pour suivre le mouvement, donne parfois l’impression de ne pas exister. C’est ce que l’on appelle la « mort sociale ».

Jeunes et consommation

Les jeunes sont les premières cibles de ce processus. Les publicitaires en sont d’ailleurs bien conscients et utilisent des méthodes destinées à les séduire. Pour éviter la « mort sociale », bon nombre d’adolescents consacrent une part importante de leur budget à des loisirs (PSP, jeux vidéos, spectacles), des objets, des vêtements qui leur permettent d’être au même niveau que les autres, de correspondre aux normes sociales de consommation.

Eduquer à la consommation

Consommer n’est pas un mal. La consommation est même nécessaire pour faire tourner l’économie d’un pays. Par contre, il est important d’avoir conscience qu’à travers l’achat d’un bien, le consommateur à une influence sur le monde. En effet, derrière le produit final, il existe tout un processus de production qu’on ne peut pas ignorer.

Eduquer à la consommation responsable, c’est attirer l’attention des individus sur la manière dont un produit à été fabriqué, sur les matériaux utilisés et leurs conséquences pour l’environnement, sur les conditions de travail dans les usines de production, etc. Un acte d’achat n’est jamais neutre. Voilà pourquoi il convient de décoder les pratiques commerciales (publicité et marketing), de s’interroger sur leur utilité et leur pertinence, de voir si on est d’accord avec ce modèle de société ou non. Et tout cela, ça s’apprend !

 

Les fêtes de fin d'année sont souvent l'occasion d'acheter de nombreux cadeaux à ceux qu'on aime. Mais, une fois la folie de Noël passée, certains retrouvent leur porte-monnaie complètement vide. Espace-Citoyen.net vous propose de découvrir dans cette newsletter le nouveau dossier publié en Une ce mois-ci : "Les jeunes, l'argent et le crédit".

11:35 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

21/01/2008

Neuvaine à Notre-Dame de Lourdes.


















































Neuvaine du 3 au 11 février 2008

* Comment dire cette neuvaine ?
Chaque jour : une dizaine de chapelet et trois fois les invocations "Notre-Dame de Lourdes, priez pour nous", "Sainte Bernadette, priez pour nous".
- Lire ensuite la prière ci-dessous.
- Messe et communion de préférence le 11 février, jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes



* PRIONS :
Notre-Dame de Lourdes le coeur plein de confiance nous nous tournons vers toi.
Notre prière en ce jour rejoint celle de tous les pèlerins qui de jour et de nuit marchent vers toi. Ils contemplent ton visage de lumière, près des eaux vives de la source de Massabielle.
Ils te chantent dans le grand fleuve de lumière qui le soir se répand dans la nuit. Mère de toute grâce, femme de l'espérance, aube de l'Evangile, guide-nous à la suite de ton fils sur le chemin de l'Evangile !
Tu connais nos marches de nuit, le poids de nos peines, et ce trésor d'espérance qui veille en nous, attendant l'aurore. Garde-nous comme toi disponibles à Dieu chaque jour de notre vie ! Amen !


* Que Dieu vous bénisse !

Thierry Fourchaud

Cité de l'Immaculée
BP24 - 53170 Saint Denis du Maine (France)

- Sur le site : www.labonnenouvelle.fr écoutez le témoignage en ligne !

* Si vous aimez la Vierge Marie et que vous souhaitez nous encourager, vous pouvez adresser vos offrandes à : www.mariereine.com puis allez dans la case en bas à droite "faire une offrande"


* Rejoignez le réseau des enfants de Marie
Abonnez-vous à la lettre (gratuit) :
- Site : www.mariereine.com

14:04 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |