7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2007

“Je T'adore, je T'aime ; augmente en moi la foi”

Quand tu Le recevras, dis-Lui: Seigneur, j'espère en Toi ; je T'adore, je T'aime ; augmente en moi la foi. Sois un appoint pour ma faiblesse, Toi qui as voulu demeurer dans l'Eucharistie, sans défense, pour apporter un remède à la faiblesse des créatures. (Forge, 832)

En assistant à la Sainte Messe, vous apprendrez à approcher chacune des personnes divines: le Père qui engendre le Fils; le Fils qui est engendré par le Père; et l'Esprit Saint qui procède des deux. En nous adressant à l'une des trois Personnes, c'est à un seul Dieu que nous nous adressons; et en nous adressant aux Trois, à la Trinité, nous nous adressons également à un seul Dieu, unique et véritable. Aimez la Messe, mes enfants, aimez la Messe. Et communiez avec ferveur, même si vous vous sentez froids, même si l'émotivité ne répond pas: communiez avec foi, avec espérance, avec une charité ardente.

Celui qui n'aime pas la Sainte Messe, qui ne s'efforce pas de la vivre avec sérénité, avec ferveur, avec amour, n'aime pas le Christ. L'amour rend les amoureux fins, délicats; il leur fait découvrir des raffinements et des attentions, parfois infimes, mais qui sont toujours l'expression d'un cœur épris. C'est ainsi que nous devons assister à la Messe. C'est pourquoi j'ai toujours pensé que ceux qui veulent entendre une Messe courte et dite avec précipitation démontrent, par cette attitude peu élégante, qu'ils ne sont pas encore arrivés à comprendre ce que signifie le Sacrifice de l'autel.

Notre amour pour le Christ qui s'offre à nous, nous pousse à savoir trouver, à la fin de la Messe, quelques minutes pour une action de grâces personnelle, intime, qui prolonge dans le silence du cœur cette autre action de grâces qu'est l'Eucharistie. (…) (Quand le Christ passe, nos 91-92)

11:03 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans COMBAT SPIRITUEL. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

19/11/2007

"Sois calme: laisse d'abord passer le temps"

Tu es inquiet. — Ecoute: quoi qu'il advienne dans ta vie intérieure ou dans le monde qui t'entoure, n'oublie jamais que l'importance des faits ou des personnes est très relative. — Sois calme: laisse d'abord passer le temps. Tu verras alors événements et gens avec recul et sans passion, et mettras chaque élément à sa place et avec ses dimensions véritables. En agissant de la sorte, tu seras plus juste et tu t'épargneras beaucoup de soucis. (Chemin, 702)


N'ayez pas peur, ne craignez aucun mal, même si les circonstances dans lesquelles vous travaillez sont terribles, pires que celles de Daniel dans la fosse avec ces animaux voraces. Les mains de Dieu sont aussi puissantes et, si besoin était, elles feraient des merveilles. Fidèles! Avec une fidélité aimante, consciente, joyeuse, à la doctrine du Christ, persuadés que les années actuelles ne sont pas pires que celles d'autres siècles et que le Seigneur est toujours le même.

J'ai connu un vieux prêtre qui affirmait de lui-même en souriant: je suis toujours tranquille, tranquille. Nous devons nous trouver toujours ainsi, au beau milieu du monde, entourés de lions affamés, mais sans perdre la paix: tranquilles. Avec amour, avec foi, avec espérance, sans oublier jamais que, s'il le faut, le Seigneur multipliera les miracles. (Amis de Dieu, 105)

07:30 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans COMBAT SPIRITUEL. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

18/11/2007

“Nos forces nous sont prêtées”

TEXTES DE SAINT JOSEMARIA
Ne sois pas mou, indolent. — II est temps que tu repousses cette étrange compassion que tu éprouves pour toi-même. (Chemin, 193)

 La lutte exige de l'entraînement, une alimentation adéquate, une médecine urgente en cas de maladies, de contusions, de blessures. Les sacrements, médecine principale de l'Eglise, ne sont pas superflus: quand on les abandonne volontairement, on ne peut plus suivre le chemin du Christ. Nous en avons besoin comme de la respiration, comme de la circulation du sang, comme de la lumière, pour bien évaluer à tout moment ce que le Seigneur veut de nous.

Pour mener une vie ascétique, le chrétien a besoin de force; et cette force, il la trouve dans son Créateur. Nous sommes l'obscurité, et Lui est la plus brillante des lumières; nous sommes la maladie, et Lui est la santé robuste; nous sommes la pauvreté, et Lui est l'infinie richesse; nous sommes la faiblesse, et Lui est le soutien, quia tu es, Deus, fortitudo mea, parce que Tu es toujours, ô mon Dieu, notre force. Rien sur terre ne peut s'opposer à l'ardent désir du Christ de répandre son sang rédempteur. Mais notre petitesse humaine peut nous voiler les yeux au point de ne plus apercevoir la grandeur divine. D'où la responsabilité de tous les fidèles, et spécialement de ceux qui ont la charge de diriger — de servir — spirituellement le Peuple de Dieu, de ne pas obturer les sources de la grâce, de ne pas avoir honte de la Croix du Christ. (Quand le Christ passe, 80)

12:14 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans COMBAT SPIRITUEL. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

26/10/2007

QUE L'AMOUR SOIT TON BOUCLIER.


Regardez attentivement et surtout, contemplez les mots exprimés sur cette Vidéo.
Puis, diffusez-la, autant que faire se peut, pour donner de la Lumière au Monde !
Le ruissellement de l'Amour envahissant toutes âmes...
Très Fraternellement, Bruno.

12:25 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans COMBAT SPIRITUEL. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

08/09/2007

Engagement de prière.

 

 


UN " JE VOUS SALUE MARIE "

POUR LA FRANCE


L'association FRANCE FIDELE PAR MARIE vous propose de dire un simple
' je vous salue Marie ' chaque jour pour demander à la bienheureuse Vierge Marie
aussi bien notre propre conversion que celle de notre pays.

Cela se concrétise par un engagement de prière qu'il suffit d'envoyer à :
FRANCE FIDELE PAR MARIE, 34 rue La Fontaine, 75016 PARIS.

Pour en savoir plus, consultez le site :
www.francefideleparmarie.com

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je soussigné.…………………………. adresse …………………………………..

m'engage à dire chaque jour un ' je vous salue Marie' pour ma propre conversion

et celle de la France.

Fait à…………………………. Signature : …………………

J'envoie mon engagement de prière à :
FRANCE FIDELE PAR MARIE, 34 rue La Fontaine 75016 -Paris

------------------------------------------------------------------------------------------------------


 

 

09:53 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans COMBAT SPIRITUEL. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

10/04/2007

PRIÈRE DES COMBATTANTS DE L'ESPÉRANCE.

Seigneur,
Il nous faut des bras solides,
Pour soulever nos montagnes de pauvretés,
Du rmiste, en passant par le chômeur et le meurtrier,
De la Femme vivant seule dans le coeur de son enfant,
Du jeune dont la drogue lui procure l'illusion d'exister,
Du déprimé qui pense perdre la raison,
Et tous les Vieux qui crèvent de solitude,
Les suicidés du Temps qui ne trouvent plus le Sens,
Et toutes ces blessures jamais cicatrisées,
Donne-nous Seigneur,
La force de les porter, les combattre dans la Dignité,
Pour redonner cette Dignité aux êtres qui croient l'avoir perdue,
Donne-nous Ton Esprit pour illuminer notre regard,
Et voir dans les petits des christs meurtris à vie,
Pour qu'ensemble nous façonnions ce monde,
En Univers plus juste selon Tes desseins d'Amour,
Une Terre qui espère mettre les Hommes debout,
Cette Espérance brûlante qui nourrit l'arbre de nos luttes,
Ce robuste chêne au sein de la forêt,
Qui demande aux êtres de bonnes Volontés,
De suivre sa marche et détruire nos pauvretés,
Celles qui jamais ne permettront de nous reposer,
Tant que nous saignerons pour tant de plaies,
Tant que l'Espérance ne sera pas logée,
Dans l'âme de tous les désespérés,
Oui, Seigneur, le combat ne peut que continuer,
Pour tous les Humains qui cherchent à espérer,
En ce jour pas demain dans l'éternité,
Mais éternellement dans la valeur sacrée
De notre Humaine Humanité.
Bruno LEROY.

09:05 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans COMBAT SPIRITUEL. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

16/03/2007

DEVENIR SEMEURS D'ESPÉRANCE.

medium_esperer.jpg
En tant qu'éducateur ou simple Citoyen, je me plains, comme beaucoup, du manque de repères de nos sociétés modernes. Les Jeunes et moins jeunes d'ailleurs, éprouvent un total et Absolu désarroi face à un monde qui a perdu ses valeurs spirituelles. Quand, je parle de spiritualité, j'évoque aussi bien l'Art, la poésie, la musique et diverses perceptions de notre environnement qui nous permettent de nous ressourcer en son sein.

Qui nous donnent aussi l'opportunité de mettre de la légèreté dans nos vies. Nos sociétés contemporaines sont en manque de repères et c'est un euphémisme de le dire.

Je ne suis pas contre les combats qui grandissent l'Homme, puisque je suis le premier à me lever.

La Foi en Dieu-Amour n'est liée à aucune idéologie : elle se vit pour en donner Témoignage ! Que nous ayons des sensibilités différentes sur les politiques de notre Pays, très bien, c'est le mécanisme de la démocratie en marche.

Pendant que nous tergiversons, les Jeunes nous regardent. Ils se disent que les adultes se battent entre-eux pour des futilités. Et comme, ils ont raison, ne trouvez-vous pas ?

L'important, voire l'essentiel est de vivre notre Amour de Dieu dans la prière afin de devenir des combattants de l'Espérance en ce Monde. La Bible n'est pas un programme politique au sens où nous l'entendons. Remettons de l'Amour, de la la Liberté avec pour épouse la Vérité du Christ, au coeur de nos existences.
Cessons, Frères et Soeurs de combattre le vent qui s'échappe entre nos doigts. Soyons rayonnants de la Lumière de Dieu auprès de tous ceux et celles qui nous rencontrent. Notre Amour ne saurait subir nos incohérences.
Les Jeunes et les plus meurtris de notre société attendent de nous que nous vivions librement notre Foi sans faillir. Sans prosélytisme, évidemment. Ils attendent que nos convictions traversent leurs coeurs. Dès qu'un Homme, affirme haut et fort ses principes qui lui permettent de donner sens à sa vie ; nous hurlons qu'il est conservateur et ne l'acceptons pas. Dès que nous évoquons les problématiques de violences, d'incivilités de nos sociétés, nous hurlons que nous sommes en manque de repères. Tout cela, n'est-ce point le summum de notre individualisme qui veut s'affirmer ?

Il est urgent de montrer l'exemple aux Jeunes d'une cohérence de vie collée à la peau de notre Foi. Nous sommes en train de montrer le contraire...

Nos Jeunes se fichent pas mal de nos idéologies, ils veulent vivre dignement, tout simplement. La question que je me pose est celle du petit enfant qui dit à sa maman : pourquoi, toi et papa vous vous battez tout le temps ? Pourquoi, nous adultes, ayant l'ossature d'un vécu riche en expériences, ne sommes nous point des transmetteurs de Paix et de cohérence ? Tout simplement en vivant dans les bras de Dieu pour entendre les gémissements de l'Esprit-Saint qui nous indique le chemin au quotidien. Pour le bien-être de notre Humanité. Plus jamais la guerre mais, la construction d'une vie donnée aux autres par la force de convictions qui nous habitent et le la tendresse d'Amour du Christ qui loge dans nos moindres respirations.
Donnons une âme à ceux et celles qui croient l'avoir perdue alors qu'elle sommeille seulement. Donnons un Souffle à notre militantisme chrétien pour exprimer la Beauté de la vie!
Oui, donnons le Don de nous-mêmes aux autres et nous serons dans la droite ligne de l'Évangile qui nous donne en retour des valeurs immuables ! Merci pour tous les pauvres de la Terre et les jeunes qui se demandent qui pourra leur indiquer, leur dévoiler le sens de leurs propres existences. Non, plus jamais la guerre mais, l'Amour entre nous, dépassant nos différences !

Bruno LEROY.

15:30 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans COMBAT SPIRITUEL. | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, social, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

08/11/2006

Briser le filet du destin.

medium_christt1.jpeg
Toi qui aujourd'hui es tenté de capituler, toi qui veux cesser de lutter contre tout ce qui écrase l'homme, ne désespère pas, lève-toi et marche. L'oiseau ensanglanté a brisé le filet du destin.
Non, la crise n'est pas fatale ! Non, la guerre n'est pas fatale ! Non, le suicide planétaire n'est pas fatal !
Jésus ressuscité nous libère de la fatalité. Croire en un destin auquel il faudrait nous résigner, contre lequel il n'y aurait rien à faire, ce serait retourner vingt siècle en arrière, ce serait nier la Résurrection.
Jésus vivant au-delà de la mort, ouvre une brèche dans nos dernières limites. Il nous dit qu'un monde nouveau est possible. Il nous appelle à lutter contre toutes les forces de mort, à inventer la vie, à construire ensemble un avenir nouveau, inattendu et radieux.
Nous avions cru que l'essentiel de la Foi était de supporter avec patience et résignation les misères de ce monde. Et voici que nous sommes invités à ne jamais nous satisfaire d'un ordre établi et à faire prendre corps à l'espérance en luttant contre tout ce qui empêche l'homme de vivre et de grandir.
Bruno LEROY.

09:34 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans COMBAT SPIRITUEL. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

05/11/2006

La liberté dans la foi.


une nouveauté « qui vaut le détour »

 La liberté dans la foi : Le temps est venu, pour tous les croyants et croyantes, de vivre ce bonheur et d’assumer cette responsabilité, voilà le titre du dernier volume de Jean-Paul Lefebvre, un des co-fondateurs du Réseau Culture et Foi.

La nouveauté tient au fait que ce livre, publié sur internet en trois formats (html, word et pdf), devient accessible à toute personne qui désire en faire la lecture ou même l’imprimer pour le distribuer ou le travailler en équipes...   En voici l’adresse internet : www.lalibertedanslafoi.org.  Allez-y jeter un coup d’œil, vous ne le regretterez pas.

Jean-Paul Lefebvre est un homme de foi, un homme d’Église. Il a mal à l’âme en voyant les sentiers tortueux qu’elle emprunte ces derniers temps.  La centralisation à outrance, l’émasculation des Églises locales et des conférences épiscopales, les énoncés inopportuns sur la moralité conjugale et plusieurs autres sujets sont traités avec beaucoup d’amour pour son Église et beaucoup de peine parce qu’il la voit dépérir.

À ses réactions personnelles, Jean-Paul Lefebvre ajoute des commentaires et confidences  de personnes bien au fait de la vie ecclésiale tels l’évêque brésilien dom Pedro Casaldáliga, Ivone Gebara, théologienne du Brésil, tels ses bons amis au Québec: Mgr Valois, évêque de St-Jérôme, Jacques Grand’Maison, théologien et sociologue, le curé Gabriel Gingras, Rémi Parent, théologien, Roland Leclerc, communicateur très populaire du Jour du Seigneur, les théologiennes Lise Baroni et Marie Gratton, Léo Dorais... Tous ces témoignages, parfois très émouvants, offrent beaucoup à notre réflexion…

Nous vous invitons cordialement à lire ces pages, à les faire connaître autour de vous…

Jean Trudeau

19:15 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans COMBAT SPIRITUEL. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

27/10/2006

« Voir, Juger, Agir »

 « Pour mettre en pratique les principes sociaux, on passe, en général par trois étapes : l’étude de la situation concrète ; l’examen sérieux de celle-ci à la lumière des principes ; enfin la détermination de ce qui peut ou doit être fait pour les appliquer suivant les circonstances de temps et de lieu. Ces trois étapes sont couramment exprimée en ces termes : voir, juger, agir. » (Jean XXII Encycl. Mater et Magistra)

Le document romain de 1998 sur l’étude de la D.S.E. (1) nous commente rapidement cette méthode :

  • Le voir est la perception et l’étude des problèmes réels et de leurs causes, dont l’analyse relève de la compétence des sciences humaines et sociales. 
  • Le juger est l’interprétation de la même réalité à la lumière des sources de la doctrine sociale qui déterminent le jugement prononcé sur les phénomènes sociaux et leurs implications éthiques. En cette phase intermédiaire se situe la fonction propre du Magistère de l’Église qui consiste précisément dans l’interprétation de la réalité du point de vue de la foi et dans la proposition " de ce qu’il a en propre : une conception globale de l’homme et de l’humanité ".21 Il est clair que dans le voir et le juger de la réalité, l’Église n’est pas ni ne peut être neutre, car elle ne peut pas ne pas se conformer à l’échelle des valeurs énoncées dans l’Évangile. Si, par hypothèse, elle se conformait à d’autres échelles de valeurs, son enseignement ne serait pas celui qui est effectivement donné, mais se réduirait à une philosophie ou à une idéologie de partie. 
  • L’agir est ordonné à la réalisation des choix. Il requiert une vraie conversion, c’est-à-dire cette transformation intérieure qui est disponibilité, ouverture et transparence à la lumière purificatrice de Dieu

Nous pouvons diviser cette méthode en cinq points :

  1. Pourquoi la question se pose-t-elle ? On établit la liste des questions et des objections et on met en évidence les difficultés rencontrées. 
  2. Que constatons-nous dans la réalité ? On relève le plus possible de faits présents et passés, puis on classe ainsi les renseignements obtenus (Cf. Q.Q.P.A.C.O.Q.P. : Quoi, Qui, Pour qui, Avec qui, Comment, Où, Quand, Pourquoi.). 
  3. Cette réalité met en relief une vérité importante. Laquelle ? On étudie ces faits et on essaye d’exprimer les vérités et les principes qui s’en dégagent. On formule des hypothèses et on élabore une problématique. Le recours aux sciences humaines est important. 
  4. Que nous dit l’Église ? On recherche tout ce que dit le magistère de l’Église, la Tradition et les Saintes Écritures. Puis on compare les résultats de la recherche avec les conclusions élaborées précédemment pour permettre d’éclairer le sujet, et ainsi conclure que la doctrine sociale de l’Église ne contredit pas l’observation des faits mais en donne l’interprétation exacte, l’analyse ainsi que des directives d’action. 
  5. Et enfin, on répond aux questions et objections posées au début, et on cherche les moyens à mettre en œuvre pour agir. On élabore un plan d’action après avoir soigneusement hiérarchisé les objectifs et bien réfléchi sur les moyens à mettre en œuvre.

Cette méthode n’a rien d’extraordinaire puisqu’elle est logique : on regarde la réalité puis on en tire des conclusions qui normalement devraient être conformes à la doctrine sociale de l’Église. Cette Méthode suit notre mode de connaissance, suivant lequel il faut d’abord appréhender le réel avant de réfléchir. Elle permet aussi de ne pas réagir à chaud sans réflexions, mais de bien considérer tous les points du sujet.

  b. Les erreurs classiques en méthodologie de l’action

Il existe une série d’erreurs classiques en méthodologie de l’action :

(Pour aller plus loin dans le détail se reporter au livre « Construire la civilisation de l’Amour, de Marc-Antoine Fontelle, ob, Pierre Téqui Éditions, 1998, pp 151-159).

   Tout problème a une solution. Attention ! Tout problème n’a pas forcément de solution immédiate. Il faut se méfier des solutions faciles où il suffit d’appliquer des principes généraux, car la réalité est plus complexe que ce que nous pouvons en percevoir. Pour cela il faut tenir compte des différents points de vues possibles, prendre conseil, et examiner attentivement la situation.

   Tout problème à une cause. Attention ! Tout problème n’a rarement qu’une seule cause, mais plusieurs causes ayant de multiples interactions. Il faut faire une radiographie de la situation, remarquer les jeux d’influence réciproque, etc. S’entenir à une seule cause est rassurant car on croit maîtriser la situation.

   Il suffit d’observer la réalité pour résoudre une difficulté. Attention ! La réalité est bien plus complexe que ce que nous pouvons en percevoir. Il ne suffit pas de s’en tenir à une simple analyse du présent, il faut aussi tenir compte du passé (problème de l’enracinement, de la culture, de la religion, etc.). Il faut toujours intégrer les aspects historiques et les conséquences possibles d’un acte.

   Tout comportement est prévisible, il faut simplement l’analyse adéquate. Attention ! La connaissance ne suffit pas. Il ne faut pas se laisser enfermer dans un système théorique rigide. Dès qu’il s’agit de personnes, les comportements sont rarement prévisibles. C’est pourquoi il faut être attentif à leur évolution, à leur faiblesse et à leur force.

   Les situations problématiques sont toujours maîtrisables : c’est une question de coût. Attention ! Attention aux visions technocratiques du monde qui réduit un problème au coût ! Cela aboutit à une organisation disproportionnée. Il faut d’abord mettre en évidence les aspects modifiables et les différentes causes afin de prendre les moyens proportionnés.

   L’acteur compétent parvient à mettre chaque solution en pratique. Attention. Par conséquent, si l’acteur n’arrive pas à une réalisation, c’est parce qu’il est mauvais.

   L’application d’une solution signifie que la solution est définitivement classée. Attention ! Une difficulté n’est jamais définitivement classée, elle peut revenir sous une autre forme. Une solution vaut pour un temps donné et pour certaines personnes. C’est pourquoi, il est nécessaire d’aménager des solutions flexibles afin de s’adapter à tous.

  c. Conseils afin d’éviter ces erreurs

  1. Trois qualités de l’esprit à développer

Afin d’éviter ces erreurs classiques, il est nécessaire de cultiver trois qualités propres à une intelligence équilibrée, c’est-à-dire un esprit large qui permet d’être attentif au réel, un esprit ayant une hauteur de vue qui permette de faire le lien entre les événements et d’y voire l’œuvre de la divine Providence, et enfin un esprit profond qui permette de remonter au principe des choses.

Ces trois qualités correspondent aux trois dimensions de notre intelligence. Il ne s’agit pas de les posséder l’une de ces trois qualités ; mais de les posséder toutes le trois afin d’acquérir avec le temps une intelligence équilibrée. Chaque personne possède plus ou moins telle ou telle de ces trois qualités, mais rarement les trois.

  • La largeur d’esprit. Avoir un esprit large, ce n’est pas avoir un esprit libéral et laxiste, mais avoir un esprit qui prenne en compte toute la réalité et qui ne réduise pas la réalité à ce qu’il perçoit et à ce qu’il comprend. Tout n’est pas noir, tout n’est pas blanc. Il y a du bien partout et en toutes choses. Il y a aussi du mal qui vient vicier ce bien mais sans pour autant le pervertir complètement. La réalité étant très complexe, il ne faut pas la réduire à des schémas simplistes. En d’autres termes, il faut bien étudier et se renseigner sur un sujet ou une personne, prendre en compte tous les éléments possibles, avant de porter un jugement et être prêt à le réformer dès que les informations nouvelles nous parviennent. Un esprit large est aussi un esprit qui ne se limite pas à son cadre de vie habituel, mais qui s’intéresse à tout. Pour élargir notre esprit, il faut une intelligence qui aime et qui vive dans l’instant présent en étant attentive à l’ensemble de la réalité.

  • La hauteur de vue. La hauteur de vue, c’est l’intelligence qui voit loin, c’est l’intelligence qui voit les choses, les événements avec du recul selon le plan divin. Le déroulement du temps, l’enchaînement des faits ont un sens et ne sont pas l’œuvre du hasard. Avoir la hauteur de vue c’est toujours rechercher le sens providentiel des choses. La divine Providence agence de la façon la plus parfaite, et ne permet une épreuve qu’en vue d’un plus grand bien pour le salut de notre âme et du monde entier. Pour avoir la hauteur de vue, il faut vivre des vertus de foi et d’espérance, il faut pratiquer la béatitude des pauvres en esprit. Selon l’enseignement de saint Ignace de Loyola (fondateur de la compagnie de Jésus), cette béatitude correspond à la sainte indifférence : c’est le primat de l’amour de Dieu sur les affections humaines. La hauteur de vue permet d’agir selon la vertu de prudence et d’associer la vie spirituelle avec la vie active. Ce qui nous empêche d’avoir un regard surnaturel sur nous mêmes et sur le monde, c’est notre émotivité qui nous fait réagir de façon trop humaine, sans esprit de foi et d’espérance. Nous avons peur de l’avenir, nous nous décourageons et nous nous replions sur nous-mêmes à la première épreuve.

  • La profondeur d’esprit. La profondeur d’esprit est le propre d’un esprit qui atteint la réalité dans ses principes, qui en recherche les causes afin de les expliquer puis de remonter à la source et ainsi de tout ramener à Dieu. La profondeur d’esprit consiste à comprendre les choses comme Dieu les comprend.

La profondeur d’esprit permet de voir les principes qui gouvernent notre vie. L’esprit profond rechercher a toujours à faire le lien entre les choses. L’esprit profond cherchera à expliquer pourquoi quelque chose est bien ou mal afin d’en tirer les conclusions adéquates.

  2. Conseils pour effectuer un bon discernement

Le document romain e 1988 sur l’étude de la D.S.E. nous dit à propos du discernement : 
  « On ne peut mettre en pratique des principes et des orientations éthiques sans un discernement adéquat qui porte toute la communauté chrétienne et chacun en particulier à scruter " les signes des temps " et à interpréter la réalité à la lumière du message évangélique. Bien qu’il ne revienne pas à l’Église d’analyser scientifiquement la réalité sociale, le discernement chrétien, comme recherche et évaluation de la vérité, conduit à rechercher les causes réelles du mal social et spécialement de l’injustice et à admettre les résultats certains, exempts d’idéologie, des sciences humaines. Le but est de parvenir, à la lumière des principes permanents, à un jugement objectif sur la réalité sociale et à concrétiser, selon les possibilités et les opportunités offertes par les circonstances, les choix les plus adéquats qui éliminent les injustices et favorisent les transformations politiques, économiques et culturelles nécessaires en chaque cas.

Dans cette perspective, le discernement chrétien aide non seulement à clarifier les situations locales, régionales ou mondiales, mais aussi et principalement, à découvrir le dessein salvifique de Dieu, réalisé en Jésus-Christ, pour ses fils aux diverses époques de l’histoire. Il est clair que ce discernement doit se placer dans une attitude de fidélité non seulement vis à vis des sources évangéliques, mais aussi vis à vis du Magistère de l’Église et de ses pasteurs légitimes. »

Toute personne se trouve, à un moment ou un autre de sa vie, devant une difficulté ou la réponse n’est pas évidente, où il n’y pas de solution toute faite qu’il faudrait appliquer. Nous devons opérer un discernement avant de proposer une solution et agir.

La première chose à considérer au moment où la personne doit prendre une décision, c’est son état d’âme psychologique et spirituel. En règle générale, il ne faut jamais prendre de décisions hâtives lorsque nous sommes troublés. En effet, suivant notre état spirituel, telle décision sera prise plutôt qu’une autre. Le piège est de prendre une décision suivant cet état d’esprit et non de façon objective. De plus, l’antique ennemi du genre humain, le démon emploie constamment son énergie afin d’écarter l’homme de Dieu. Pour cela, il essaye d’influer notre esprit à agir de telle sorte que Dieu n’ait plus de place dans notre vie. Sa méthode est simple, il agit sur nos passions comme s’il jouait du piano et met dans notre imagination des pensées et des images nous poussant à aller dans telle direction. Il nous propose souvent de suivre un bien, mais en définitive cela nous détourne de notre vrai bien, Il prend l’apparence de la lumière pour mieux nous attirer et ainsi mieux faire chuter l’humanité. Il sait parfaitement agir sur les causes secondes.

En plus de la disposition d’esprit au moment du choix, il y a des critères objectifs de discernements. Il faut bien considérer les relations cause/effet ; moyen/but ; moralité de l’objet, des moyens, du but et de l’intention, des circonstances. Pour cela il faut envisager tous les choix possibles un par un sans les comparer, mais pour eux mêmes. Le moindre mal ne sera jamais la réalisation d’un bien objectif.

19:05 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans COMBAT SPIRITUEL. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |