7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2012

La beauté de notre Vie nous engendre.

amour poeme.jpg

Dans le silence intérieur se forme notre conscience
La certitude des mots prononcés avec Amour
Et nos secrètes pensées veulent vivre toujours
Cette éternité de l'instant quand nos regards
Attendent un geste de tendresse sans hasard
Mais tracé dans une harmonieuse présence
De nos âmes enlacées et qui savourent
Le bonheur d'être deux en cette humanité
Où la solitude est le souffle de l'homme
Une habitude inventée par des cœurs dispersés
La beauté de notre Vie nous engendre à nous-mêmes
Comme un poème éclaté chaque jour
Au soleil de nos saisons que nous conservons
Jalousement avec une volupté aux yeux d'enfants
Purs et innocents dans sa fraîcheur renouvelée
Au quotidien de nos rencontres
Comme des envolées dans le destin illimité
Et le vent de nos sentiments amoureux
Fait chanter ses accords heureux
Dans nos corps chaleureux et démesurés
Quand le temps nous appartient
L'avenir nous vient tel un navire sans chagrins
Sur les flots de la mer sereine et parle pour demain
De nos matins réinventés au Bonheur
De s'aimer malgré toutes les lames
Que les vagues imaginent pour nous couper
De nos radieux moments médités au fond de notre être
Pour donner une signifiance à notre existence
Plus je m'enfonce dans les profondeurs
Plus je sens la chaleur torride de t'Aimer.
 
Bruno LEROY.

 

22/03/2012

Dans le soleil de votre cœur.

483r0925.gif

Dans le froid glacial de vos cœurs,
J'avance sans tituber dans mes rancœurs,
Malgré vos sourires figés aux grimaces commerciales,
J'avance sur les chemins de la pauvreté non vénale,
Dans le soleil de votre cœur,
Je me repose et me réchauffe de mes peurs,
Malgré vos pleurs suintant de détresse,
J'arrête quelques instants pour calmer vos tristesses,
Rien ne pourra me séparer de vous dans les péripéties,
Les affres de l'existence que nous vivons ensemble,
Nous sommes sur le même navire qui souvent chavire,
Malgré ce Monde pourri par votre égoïsme et votre fric,
J'avance pour ne pas sombrer dans vos indifférences,
Je suis infiniment jeune mon âme n'a que cinquante deux ans,
Face à l'éternité je ne suis que poussière d'étoiles,
Dans les mains de Dieu,
Qui se régale de ne jamais me voir vieux.
Les hommes sont des vieillards dans leur tête,
Il ne savent plus s'émerveiller des signes,
Que l'Esprit projette dans la respiration de nos nuits.
Je ne mourrai pas même mon souffle est dans le souffle,
De Dieu en son Esprit.
Et sur la voie lactée je glisserais comme on fait du ski,
Pour s'amuser, s'émerveiller, se renforcer dans cette certitude,
D'aimer la vie ou la mort et de se sentir aimé à l'infini.
 
Bruno LEROY.

03/03/2012

Un Souffle dans l'Infini.

http://www.coopdonbosco.be/priere/index.html

Cliquez sur le lien ci-dessus et méditez, priez, admirez, émerveillez-vous de la beauté de la vie comme un Souffle dans l'Infini. Merci à mes Amis Salésiens pour ce Diaporama musical et artistiquement bien travaillé. Puissiez-vous partager ce lien avec d'autres qui attendent peut-être un Sens plus profond chaque jour que Dieu fait pour eux, pour nous.

La musique et la poésie sont les substantifiques moelles de l'Existence.

Bruno LEROY.

10/02/2012

Demain, je partirai c'est certain.

2_-le-loup-wolfpurple.jpg

Demain, je partirai,
Est-ce certain ou trop lointain ?
Demain, je partirai c'est certain,
Pour un Bonheur plus éclatant,
Pour un Bonheur plus souriant,
Pour un parfait Bonheur issu des profondeurs,
Je partirai pour surgir de la terre-mère,
Et m'en aller danser vers le ciel cristallin,
Je partirai avec mon âme en bandoulière,
Peut-être un soir ou au réveil d'un matin,
Je m'en irai sans regretter l'air que nous respirons,
Je partirai sans pleurer vous voyant en larmes,
Je partirai sur le chemin de la félicité...
Mais aujourd'hui il me faut vivre pleinement,
Intensément l'instant présent,
Et dénoncer les injustices en tentant de les endiguer,
Demain je partirai,
Mais ce jour il me faut aimer,
Sans retenue au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,
Dans la Joie de savourer chaque moment,
Dans les yeux de l'autre qui reflètent le visage du Christ.
Qui rit au soleil de la vie grâce aux apparences surpassées.
Demain, je partirai,
En attendant je vivrai profondément sous le regard de Dieu.
 
Bruno LEROY.

01/11/2011

AIMER LA VIE DANS SA PLÉNITUDE.

280.png

Dans le soleil de votre cœur,
Je me repose et me réchauffe de mes peurs,
Malgré vos pleurs suintantes de détresse,
J'arrête quelques instants pour calmer vos tristesses,
Rien ne pourra me séparer de vous dans les péripéties,
Les affres de l'existence que nous vivons ensemble,
Nous sommes sur le même navire qui souvent chavire,
Malgré ce Monde pourri par votre égoïsme et votre fric,
J'avance pour ne pas sombrer dans vos indifférences,
Je suis intérieurement jeune mon âme n'a que cinquante deux ans,
Face à l'éternité je ne suis que poussière d'étoiles,
Dans les mains de Dieu,
Qui se régale de ne jamais me voir vieux.
Les hommes sont des vieillards dans leur tête,
Il ne savent plus s'émerveiller des signes,
Que l'Esprit projette dans la respiration de nos nuits.
Je ne mourrai pas même mon souffle est dans le Souffle,
De Dieu en son Esprit.
Et sur la voie lactée je glisserais,
Pour m'amuser, m'émerveiller, me renforcer dans cette certitude,
D'aimer la vie dans sa plénitude et de se sentir aimé à l'infini.
 
Bruno LEROY.

17:28 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CULTURE., LA POÉSIE DE LA VIE, POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

03/09/2011

Là où les mots perdent leur réalité.

Pour te donner le Bonheur j'inventerai des horizons,

Des superlatifs pour enrober de fleurs tes passions,

Des mots réalistes pour rendre au présent tes projets,

Et donner vivants aux ciels tes rêves emmurés,

Je donnerai mon âme aux sourires de ton coeur,

Et le feu de mes flammes pour détruire tes malheurs,

J'entrerai en prières et invoquerai les anges,

Pour qu'ils gardent à jamais ta joie d'exister,

Que tes éclats de rire enchantent et dérangent,

Les Hommes dont le regard fait souvent pleurer,

Je passerai toutes les mers oubliées,

Dans les cimetières de nos pensées,

Et j'inventerai des couchers de soleils,

Où les scintillements deviendront réels,

A force de vouloir t'inventer des histoires,

Je te ferai princesse ou fée selon les bribes,

Qu'il reste en mon domaine de mémoire,

Je te donnerai ce souffle de l'être libre,

Qui vient du profond de moi-même,

Comme une semence qui germe,

Dans cette vérité de notre Amitié,

Rien ne saurait nous séparer pas même,

Les routes et les ruissellements des années,

Non rien ne saurait interdire de s'aimer,

Dans cette pureté cristalline de l'Amour,

Celle qui commet les plus intenses audaces,

Que le temps de sa main jamais ne menace,

Le présent de l'amitié, l'amour, la respiration,

Est l'instant vécu dans l'éternité,

Là où les mots perdent leur réalité,

Pour devenir des hymnes de tendresse,

Que l'espace seul imagine en caresses,

Pour donner du Bonheur à profusion,

Dans les corps consistants de la raison,

J'inventerai un paysage paradisiaque,

Pour te redire à quel point je ne puis mentir,

Les sentiments sont des ombres maniaques,

Qui veulent servir la Vérité sans la trahir,

Cette certitude d'aimer et d'oser le dire,

C'est toujours la Joie réciproque qui entre,

Et ne ferme jamais la porte pour laisser le Vent,

S'imprégner de cette ultime mystique du chantre,

L'Amour est une allégresse qui progressivement,

Enchante le monde en lui offrant tel un Hommage,

La certitude que la vie vaut la peine d'être vécue,

Mais pas sans Toi ma douce et splendide inconnue,

Dont je connais pourtant les plus divins secrets,

Ceux qui font que tu demeures toujours dans la dignité,

Cette force de voir le jour et de regarder ses aspérités,

Ne jamais baisser les bras face aux multiples adversités,

Toi seule est capable de t'inventer un Bonheur,

J'avais imaginé moult desseins pour ton coeur,

Et je sais que ta puissance d'Aimer tout être rencontré,

Donnera à ta Vie tant de Joies que j'avais espérées,

Et qui sont déjà en toi de toute éternité...

je savais que l'Amour te donnerait des ailes,

Tu t'envoles désormais vers les merveilles,

Le tréfonds des bruissements de tes convictions,

Donnent à ton amour oblatif toutes raisons,

Elles font partie de toi comme un battement,

Permanent et harmonieux cependant,

Elles étaient cachées pour ce monde matériel,

Elles se révèlent en ta dimension spirituelle,

Mystiques de l'Amour nous resterons toujours,

Pour Témoigner qu'il existe une Présence d'Amour,

Le Bonheur ne se trouve qu'en Soi au creux des vagues,

Nacrées par les rosées où les pensées semblent divaguer,

L'équilibre d'être en possession de soi-même,

Se trouve dans l'amitié, l'amour , la Vérité,

De s'aimer et se savoir aimé sans intérêt,

Par gratuité savoir que nous sommes précieux,

Nous rend étrangement et invinciblement Heureux.

 

Bruno LEROY.

21:56 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., CONVERSIONS, GOSPEL, LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO., LITTÉRATURE., POÉSIE, POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Comme une douce respiration.

28-message.gif

Je ne suis qu'une braise qui invente le feu,

Je suis la pénombre au fond de tes yeux,

Mon amour la vie est un souffle admis,

Parmi les humains qui me sourient,

Mon amour le vent tu n'es que le temps,

D'un espoir permis et souriant,

Qui ne respirera plus demain,

Mon amour la vie tu es mon chemin,

Où mes interdits me donnent la main,

Pour passer le pont des rêves ensoleillés,

Mon amour la vie tes bras parfumés,

Me donnent envie de toujours t'aimer,

Malgré les soucis, les idées figées,

Que tu n'apprécies presque jamais,

Mon amour la vie j'ai Dieu dans mes poumons,

Comme une douce respiration,

Qui inspire ma raison et croit en mes illusions,

Mon amour la vie comme il est bon,

De chavirer ainsi en freinant ses passions,

Mon amour la vie il pleut ce matin,

La brume semble vouloir t'éteindre,

Mon amour la vie les larmes du ciel,

Sont d'immenses sourires qu'on devine,

Lorsque l'âme est claire et limpide,

Mon amour la vie le soleil est mort,

Mais tombent tes cris tels des remords,

Mon amour la vie tout semble chavirer,

Et pourtant je t'aime en découvrant tes regrets,

Que les hommes ont instaurés,

Pour te défigurer par leurs saloperies,

Mon amour la vie quoique tu deviennes,

Tu demeures sacrée aux soupirs de mes veines,

Mon amour la vie tu sais que je t'aime,

Quand de la Liberté tu fais un mirifique poème.

 

Bruno LEROY.

21:37 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LA POÉSIE DE LA VIE, LE REGARD DE BRUNO., POÉSIE, POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

20/07/2011

Petit oiseau sorti du nid.

citations_diverses_joliecarte8.gif
 

Comme un soleil d'été sur l'hiver qui sommeille,
Les années ne font que passer,
Dans ton cœur en éveil,
Petit oiseau sorti du nid,
Petit animal fragile,
Tremblant de froid dans le regard des grands,
Souvent trop grands pour être convaincants,
Souvent trop hauts pour devenir vivants,
Tous les salauds ne te reconnaissent pas,
Ils voient en toi un pauvre petit clodo,
Un fils du vent, un fils de crados,
Ils passent au devant de toi,
Sans même te regarder,
On ne regarde pas ce qui vient déranger,
Pauvre petit gars tu n'as pas de passé,
L'avenir en toi te fait déjà gerber,
Tous ces bourgeois ont des gueules à claquer,
Tu n'as plus la force de les écraser,
Bois ta vinasse, c'est ton seul pote fidèle,
C'est dans son rubis que tu vois sa tendresse,
Les hommes tu sais t'ont laissés tomber,
Et les chrétiens que font-ils pour t'aimer,
Il n'y a plus rien sur le trottoir gelé,
Sinon l'ombre de ceux qui te jettent une pièce,
Et partent dans le silence pour aller faire la fête,
Oui, c'est Noël un gamin nous est né,
Il voulait tant d'amour pour l'Humanité,
Vois aujourd'hui ce qu'ils en ont fait,
Ils rentrent chez eux pour embrasser leurs mômes,
En  se vantant de t'avoir fait l'aumône,
Ils ignorent tous que c'est Toi Dieu en souffrance,
Mais ils prient le soir pour que vienne la chance,
Le désespoir, ils ne peuvent pas le voir,
D'ailleurs ils évitent tes yeux miroirs.
Bonnes fêtes mon ami, mon poivrot,
Tes blessures cicatrisent à l'alcool,
Je ne suis pas dupe ton cerveau s'envole,
Loin des connards qui n'ont pas même compris,
Que Dieu c'est Toi qui pleure dans la nuit.
Et moi, je reste là et prie.
Épris de Toi.
 
Bruno LEROY.

22:17 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

07/07/2011

Point n'est besoin d'épouser les délires d'une société.

280.png

Il ne sort plus de chez lui,
Le téléphone ne peut le déranger,
Il demeure toujours muet.
 
Il ne sort plus de chez lui,
Ainsi les voisins ne sauront pas,
Il ne fait presque pas de bruit,
Les voisins ne devineront rien de sa vie.
 
Il fait parfois ses courses aux heures,
Où le monde travaille pour son bonheur,
Puis, il rentre vite dans son antre,
Pour que les voisins n'entendent pas chanter
Son ventre affamé...
 
Il s'endort sur le canapé de sa solitude,
Ses yeux trahissent une douloureuse lassitude,
Il ne sort plus de chez lui,
Depuis que ses mains ne servent à rien.
Pour du boulot, il verra bien demain.
 
Dans cette aventure sa femme,
Ne lui a pas tenue la main,
Elle est partie pour un autre destin,
Avec les enfants au petit matin.
 
D'ailleurs il ne saurait plus donner d'amour,
Lui qui se déteste tant depuis que son âge,
A sonné le glas du chômage.
 
Ce n'est pas facile de retrouver,
Et surtout de reconstruire une existence,
Bousillée par les lois économiques,
Des années de labeur parties en fumée,
Sans parler de ceux qui prétendaient l'aimer.
 
Que reste-t-il dans cette putain de société,
L'augmentation des prix n'augmente pas ses indemnités,
Il ne peut rester enfermer à gémir sur son passé,
Il faut se remettre debout ou se tuer,
Là est la question fondamentale.
 
C'est décidé il ira puiser ses forces,
Dans l'ignorance de ce que peuvent penser,
Les autres qui ne sont pas passer sur ce chemin.
Et puis, il goûtera le vent aux parfums mystérieux,
Il s'extasiera devant l'éclatement d'une rose,
Se régalant de joie aux rayons de lumière.
 
Qu'importe les tares de notre monde immonde,
Il scintille en son sein les plus subtiles émeraudes.
Oui, il a décidé que les petites joies quotidiennes,
Assemblées au fil du temps lui fera connaître le bonheur vraiment,
Une sorte d'Espérance de combattant.
 
L'avenir aura le visage qu'il lui donnera,
Un sourire enfanté aux passants qui ne font que passer,
Un éclat de rire pour une blague racontée,
Le fera surgir de sa léthargie sociétale,
Où le travail seul semble recommandable,
Mais qu'ont-ils fait de cette valeur,
Ces assoiffés du pognon ces chacals de malheur.
 
Point n'est besoin d'épouser les délires d'une société,
Pour se sentir exister,
Il suffit dans sa peau de mettre du bon sens,
Pour devenir guerrier d'une soudaine espérance,
Une paix intérieure telle une réjouissance.
 
Bien-sûr, la situation reste dans le même état qu'autrefois,
Mais la façon de l'aborder et de la regarder est différente,
Elle met de la chaleur dans les plaies,
Et une liberté d'esprit de ne pas vouloir être jugé par autrui,
C'est la notion du respect, de la dignité et de la force des projets.
Ne pas être un mouton bêlant face à une situation non voulue.
 
Il sort désormais de chez lui pour aider ses voisins,
Leur montrer que la solidarité est une pépite à partager,
Il s'occupe des autres et s'oublie si souvent,
Les malheurs sont plus grands vécus par les autres.
 
Il se croyait seul à tourner dans sa tête,
Et s'aperçoit que d'autres ne veulent plus même tourner,
Ils veulent sombrer définitivement sombrer,
Dans les abîmes de leur présent imparfait.
 
Il faut les soutenir pour qu'ils ne coulent pas,
Se dit-il dans sa conscience élargie,
Où les joies et les pleurs ont cheminés,
Pour laisser place à un vrai bonheur,
Celui d'aimer et d'être aimé,
N'est-il pas plus authentique vérité ?
Pour avancer et faire avancer cette société,
Loin du paraître impalpable.
 
Bruno LEROY.

20:54 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LE REGARD DE BRUNO., POÉSIE, POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

02/07/2011

Un regard d'Espérance.

 

L'Espérance est la puissance dont respire un esprit libre

Le désespoir est le poison que nos veines transportent

Et notre vision s'en trouve troublée jusqu'à l'aveuglement

Nous devons admirer la beauté cachée des êtres et des choses

Il faut que notre regard donne Vie aux instants présents

Contempler la splendeur d'un paysage ou le vol d'un oiseau

Vivre intensément dans la pureté des événements

Savourer les repas préparés avec Amour

Admirer et se divertir en regardant un film enrichissant

Respirer le parfum de la nature qui parle à notre cœur

Avoir toujours ce regard d'Espérance qui permet d'avancer

Et de continuer sans fatigue et sans lâcheté

Le chemin commencé depuis des années

Et qui trace notre existence sans jamais désespérer

Puisque le soleil et la lumière sont au rendez-vous

Chaque matin que Dieu fait comme une invitation au Bonheur

Notre Bonheur qui demeurera en nous à jamais

Puisque je t'Aime dans cette immensité

Dont tu es l'Unique.

 

 

Bruno LEROY

 

 

11:42 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans GOSPEL, LE REGARD DE BRUNO., LITTÉRATURE., POÉSIE, POÉSIE DE L'INSTANT., POÉSIE SPIRITUELLE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |