7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2005

UNE PROMESSE SPIRITUELLE POUR NOËL !

medium_certificat_exemption_de_cadeau.jpg
Un merveilleux certificat de nos Amis et Frères de Montréal contre le consumérisme forcené et un retour au véritable sens de Noël par une approche Humaine de la Fête dans un partage d'Amour Vrai.

21:35 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SPIRITUALITÉ | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

MES COMBATS D'ESPÉRANCE...

medium_livrebruno.jpeg

Je suis éducateur spécialisé. Ma spécificité ainsi que celle de mes adjoints est de travailler dans le rue. Notre pratique éducative, je la nomme " pratique de désinstitutionalisation ". Nous sommes amenés à rencontrer les jeunes les plus marginalisés parmi ceux qui vivent dans la rue : ce sont ceux qui refusent, n’osent pas, ne peuvent plus aborder les institutions, y compris celles qui pourraient leur venir en aide.

Cette " désinstitutionalisation " signifie : c’est en tant qu’individu que je vais au devant d’eux, sans masque, sans me réfugier derrière ma fonction d’éducateur. Ce n’est pas parce que je suis mandaté pour m’occuper d’eux. Je travaille avec eux sur le principe de la libre adhésion, de la disponibilité, et une forte éthique qui vise à créer une relation de confiance.

La disponibilité signifie que la galère ne s’arrête pas à 19 heures pour reprendre à 8 heures le lendemain, mon action non plus. Cela signifie que galère et coups durs peuvent arriver le week-end !

La relation de confiance est primordiale, base constitutive de la relation éducative qui permet au jeune de progresser. Cette relation de confiance en rue, doit être totale. C’est pour cela que dans le temps passé avec un jeune, il ne s’agit pas d’une relation d’un éducateur avec ses " clients ". C’est la rencontre d’un homme adulte avec un garçon ou une fille désemparé ( e ), victime de son comportement de violence et de son rejet des autres. C’est une relation entre deux êtres humains, entre deux noms, entre deux reconnaissances de l’autre. Ce qui détermine l’évolution des actes éducatifs, ce sera la relation entre deux amis, seul type de relation qui vaille la peine d’être vécue pour celui ou celle qui doute de tout.

Nous sommes loin des éternels débats sur : " Faut-il dire ou non que nous sommes éducateurs ? ... cacher que nous touchons un salaire ? ". Quand la relation de confiance est née, elle balaie ces préoccupations qui ne sont souvent que prétextes à ne pas s’engager. Même problème avec les débats : Vie privée, vie professionnelle ou disponibilité, jusqu’où ?.

Souvent, il nous faut des mois pour entrer en contact avec les jeunes, tant est grande leur méfiance, tant est solide leur système bien compréhensible de défense. Par notre présence quotidienne, discrète, par notre absence de questions, par notre acceptation de ce qu’ils sont, la relation se crée à l’étonnement des jeunes et de nous-mêmes. Ce n’est pas avec un jeune délinquant , un jeune toxicomane que je parle, que je mange, que je bois un coup ou que j’invite à une fête entre amis, c’est à Pierre, Paul, Alim.

Ces actes éducatifs peuvent paraître simples quand on parle à l’heure actuelle de réinsertion, travail, de cette normalité, but suprême à atteindre dans notre société. Mais ces actes éducatifs simples sont primordiaux, ils sont là avant le reste ( par exemple l’entrée dans un dispositif de réinsertion ) et garantissent peut-être sa réussite.

Ce travail éducatif simple, c’est le partage vécu, la création de souvenirs positifs, bêtement heureux, la constitution d’une autre histoire qui ne sera pas faite que d’échecs. C’est la valorisation des capacités du jeune, surtout celles les plus endormies. Il s’agit de casser les barrières faites de peur et de méfiance, souvent légitimes, ne serait-ce qu’en montrant qu’un adulte " normal " peut casser les siennes pour aller au devant de lui sans s’arrêter aux étiquettes qui jalonnent le discours du travail social.

Notre présence active c’est la reconnaissance de l’autre, c’est ce qui fait grandir un être qu’il ait douze ou trente ans. Il faut aller au devant d’eux, se mettre en situation difficile de déséquilibre, de violence d’où surgira la réflexion à deux, adulte et jeune. Cette reconnaissance intégrale des jeunes, je la vis au quotidien depuis plus de 28 ans. Elle devrait règner partout où les relations humaines semblent amputées par des tabous, des silences malsains, des situations inextricables de ressentis etc...Elle n’est pas la spécialisation officielle de l’éducateur. Cette reconnaissance de l’autre est une façon de vivre en acceptant et surtout en intégrant les différences. Toutes les différences qui pourraient gêner notre bonne conscience.

Demain sera la société du rejet ou de l’acceptation inconditionnelle de l’autre à la seule condition que cette relation soit basée sur le respect. Accepter ne signifie pas tout accepter mais se mobiliser pour que la tolérance ne demeure point un vain mot dans un vieux dictionnaire. Nous sommes responsables des relations que nous entretenons avec autrui et notamment les jeunes. Lorsque nous aurons compris cela, nous aurons tout compris ! Les éducateurs n’ont pas le monopole de la prise en considération des jeunes, c’est l’affaire de tous, là où nous vivons, de porter un autre regard sur leur réalité et leur univers afin de mieux nous intégrer. Oui, il s’agit de nous intégrer à leurs paradigmes sinon, nous sommes les inadaptés sociaux qu’ils n’attendent plus et qu’ils ne veulent pas reconnaître. L’insertion n’est pas toujours là où on l’attend puisqu’il s’agit aux adultes de faire le premier pas pour leur accorder de la reconnaissance. Car être reconnu sans condition, c’est commencer à exister !.

Bruno LEROY.

( Présentation écrite par mon éditeur )medium_postface.3.gif

21:10 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SCIENCES HUMAINES | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/11/2005

AMOUR FRATERNEL ET UNIVERSEL...

"Savoir vivre fraternellement avec les personnes qui nous entourent, c'est une richesse, car chacun avec son visage, ses yeux, sa voix, sa pensée, apporte quelque chose de vivant, de chaleureux, dont tous peuvent se nourrir. Si vous saviez comment recevoir ces bénédictions, vous attireriez tellement d'amour de la part de tous que vous vous sentiriez comblés. Qui vous en empêche? Vous direz: «Mais ça va être la révolution dans les couples. Qui va accepter que la personne dont il partage la vie reçoive l'amour d'un autre homme ou d'une autre femme?» Vous me comprenez mal, il ne s'agit pas de l'amour d'une femme ou d'un homme, mais de l'amour de tous les êtres humains. Que peut-on reprocher là? Il n'y a pas de jalousie à avoir, car chacun recevra cet amour. Mais les gens ne savent pas vivre avec l'amour, ils ne savent pas être heureux avec l'amour, ils s'isolent à deux dans un petit trou, et ils croient la question résolue. Non, ils ne savent pas ce qu'est la vraie vie parce qu!
'ils ne savent pas ce qu'est le véritable amour. La vraie vie, c'est la vie fraternelle, la vie universelle, en communion avec tous les êtres."

Omraam Mikhaël Aïvanhov

20:50 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans MAÎTRES A PENSER ET A VIVRE. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

LA PARESSE SPIRITUELLE.

medium_1092312092jesus_liberer.4.jpeg
Nous sommes tous tentés d'être spirituellement paresseux ; nous fuyons volontiers , les tracas et l'agitation de la vie, notre seul objectif étant d'assurer notre tranquillité. Un passage de l' Épître aux Hébreux nous exhorte à nous stimuler les uns les autres, et à nous serrer les coudes. Cela demande de l'initiative, la recherche des intérêts de Christ et non des nôtres.
 La vie proposée par Jésus-Christ est exactement le contraire d'une vie d'isolement, de retraite, de séparation.

La vraie spiritualité se révèle par la lutte contre l'injustice, la bassesse, l'ingratitude et le désordre, toutes choses qui tendent à entretenir en nous la paresse spirituelle. Nous invoquons la nécessité de la prière et de la lecture de la Bible comme prétextes à l'isolement. Nous nous servons de Dieu, en somme, pour nous assurer la paix et la joie. Ce que nous recherchons, ce n'est pas le règne de Christ, c'est le contentement qu'il peut nous procurer. Nous nous engageons par là dans la mauvaise direction. Nous prenons les effets pour tes causes.

" Je crois de mon devoir, dit Pierre, de vous tenir en éveil, et de ranimer vos souvenirs... " Il est très désagréable d'être bousculé ainsi par quelqu'un dont Dieu se sert pour nous aiguillonner, par un chrétien plein de vie. Ne confondons pas vie spirituelle et activisme; il peut être la contrefaçon de la vraie spiritualité. C'est la paresse spirituelle qui entretient en nous l'envie de ne pas être dérangés et le désir de chercher la solitude.
Jésus n'encourage jamais la pensée de l'isolement: " Allez dire à mes frères... ", dit-il.


BRUNO LEROY.

20:45 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CONSEILS SPIRITUELS. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Le progrès ne doit pas masquer nos désordres.

"La médecine fait beaucoup de progrès, c'est vrai, mais ce n'est pas une raison pour se montrer insouciant, imprudent. Si les humains ne s'instruisent pas dans la science de la vie, la médecine malgré tous ses progrès restera impuissante. Pendant qu'elle s'efforcera de guérir certaines maladies, les désordres que, par leur vie déraisonnable, ils continueront à produire dans leur organisme en feront apparaître de nouvelles. Vous percez une balle de caoutchouc: il se forme un creux. Vous essayez d'y remédier, mais le creux va se former ailleurs.
Donc, je peux vous dire que, même si la médecine a fait d'immenses progrès et continue à en faire de plus grands encore, cela ne donnera pas aux humains la faculté de vivre selon leur bon plaisir, sans tenir compte des règles. Et aucun psychologue, aucun psychiatre ou psychanalyste n'arrivera non plus à redonner l'équilibre à quelqu'un qui croit pouvoir transgresser impunément les lois des mondes moral et spirituel."

Omraam Mikhaël Aïvanhov

11:59 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans MAÎTRES A PENSER ET A VIVRE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

TOUT COMMENCE AVEC L'ESPRIT...

"Même si de nos jours le progrès technique a fait considérablement reculer l'usage du bois pour le chauffage et la cuisson des aliments, vous savez tous comment on allume un feu. On commence par placer un peu de papier, puis au-dessus, des brindilles sèches, et au-dessus encore du bois plus gros. Enfin, avec une allumette, on met le feu au papier, le papier le communique aux brindilles, et les brindilles enflamment les branches.
Maintenant, prenons l'être humain avec ses différents corps: physique, astral, mental, causal. Le feu de l'allumette correspond au plan causal, le monde de l'esprit qui est à l'origine de tous les phénomènes. L'allumette enflamme le papier (le plan mental, l'intellect), qui enflamme les brindilles (le plan astral, le coeur), qui enflamment le gros bois (le plan physique). Tout commence donc en haut avec l'esprit, puis de corps en corps le feu finit par atteindre le plan physique. Aucune véritable réalisation n'est possible dans le plan physique tant qu'on n'a pas commencé par travailler avec l'esprit qui, d'en haut, donne l'impulsion."

Omraam Mikhaël Aïvanhov

11:20 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans MAÎTRES A PENSER ET A VIVRE. | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

27/11/2005

La prière une manne nécessaire.

medium_1088090099texte-1.jpeg
Paul allait puiser sa force intérieure à la source divine. La prière est cette rencontre mystérieuse avec Dieu qui nous répond par des signes quotidiens. La prière est cette certitude que l'Amour détruit toutes les forces de mort qui nous habitent. Cette respiration de l'âme est aussi nécessaire que le besoin de manger. L'Esprit ne peut apporter Ses fruits que si, nous Lui demandons dans un total abandon. La prière est effectivement la part importante de la personnalité du chrétien. C'est ce qui le différencie du païen qui ne croit qu'en ses propres forces. Regardons autour de nous, certaines personnes semblent habitées par un rayonnement dont nous savons la provenance et que nous envions secrètement. La joie est le fruit délicieux de leur présence. Une joie que nul ne pourrait ravir tant elle demeure ancrée dans les tréfonds de leur âme. Prier, n'est pas anodin, c'est la recharge en énergie divine de l'individu fatigué. A condition de remettre son destin entre les mains de Dieu-Amour. Cela, ne veut pas dire ne plus rien faire et attendre que Dieu agisse à notre place. Cela veut dire que Dieu nous donne Tout Son Amour et Sa force pour que nous transformions le monde. Cependant, il est des situations, je pense aux terribles maladies, où notre action demeure vaine, Dieu intervient alors silencieusement pour nous dicter les gestes et attitudes à faire. Je fus confronté à cette terrible situation, ma mère étant très malade, je priais pour demander à Dieu la Force de tenir pour l'accompagner vers la demeure du Père. Sa mort à 50 ans fut ressentie par la plupart des membres de la famille, telle une défaite. Je l'ai accompagnée durant un mois, jour et nuit, et j'ai répondu qu'elle était entrée dans la Paix. Cette sérénité que nous cherchons tant sur terre, elle l'a retrouvée dans cette communion avec Dieu. Souvent, nous en voulons à Dieu de nous enlever des êtres chers. Et pourtant, Dieu-Amour nous accompagne dans nos détresses. Notre aveuglement face à la souffrance est compréhensible mais, le chrétien sait que Dieu Lui tend la main. Chaque jour, dès que le soleil se lève, je dis à Christ : Je t'Aime et cette journée est la tienne pour te servir !. Quelle joie m'envahit lorsque je lis la Bible et tombe sur un passage qui me fait entrer en prière. Sans la prière, notre vie n'aurait aucune saveur, elle n'aurait point le parfum subtil de Dieu à nos côtés. Les premiers chrétiens, tel que Paul, l'avaient bien compris. Frères et Soeurs que nos vies soient un hymne de prières et de grâces. Un indicible Témoignage de Joie et de Force vécues dans le coeur de Christ. L'Amour doit toujours guider nos pas vers l'Éternel, ainsi notre existence aura la beauté d'une symphonie dont on ne peut se lasser d'écouter les harmonies. Oui ! s'abîmer dans la prière c'est se construire, chaque jour dans l'Amour.
Bruno LEROY.

17:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CONSEILS SPIRITUELS. | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

VAINCRE L'IGNORANCE.

medium_reflechir.gif

Un professeur universitaire a défié ses étudiants avec cette question. 

Est-ce que Dieu a créé tout ce qui existe ?

Un étudiant a bravement répondu, oui, Il l’a fait !

Le professeur a dit, Dieu a tout créé ?

Oui, monsieur, a répliqué l’étudiant.

Le professeur a répondu,  si Dieu a tout créé, Il a donc aussi créé le mal puisque le mal existe et selon le principe de nos travaux qui définissent ce que nous sommes, alors Dieu est mauvais.

L’étudiant était silencieux devant une telle réponse.
Le professeur était tout à fait heureux de lui-même et il se vantait aux étudiants qu’il avait prouvé encore une fois que la foi était un mythe.

Un autre étudiant a levé sa main et a dit,

Puis-je vous poser une question professeur ?

Bien sûr, a répondu le professeur

L’Étudiant a répliqué, professeur, le froid existe-t-il ?

Quel genre de question est-ce, cela ?
Bien sûr qu’il existe.  Vous n’avez jamais eu froid ?
A répliqué le professeur.

Le jeune homme a répondu, en fait monsieur, le froid n’existe pas.
Selon la loi de physique, ce que nous considérons le froid, est en réalité l’absence de chaleur.  Tout individu ou tout objet possède ou transmet de l’énergie.  La chaleur est produite par un corps ou par une matière qui transmet de l’énergie.  Le zéro absolu (-460oF) est l’absence totale de chaleur; toute la matière devient inerte et incapable de réagir à cette température.  Le froid n’existe pas.  Nous avons créé ce mot pour décrire ce que nous ressentons si nous n’avons aucune chaleur.  L’étudiant a continué.  Professeur, l’obscurité existe-t-elle ? Le professeur a répondu, bien sûr qu’elle existe ! l’étudiant a répondu, vous avez encore tort monsieur, l’obscurité n’existe pas non plus.

L’obscurité est en réalité l’absence de lumière.  Nous pouvons étudier la lumière mais pas l’obscurité.  En fait, nous pouvons utiliser le prisme de Newton pour fragmenter la lumière blanche en plusieurs couleurs et étudier les diverses longueurs d’onde de chaque couleur, vous ne pouvez pas mesurer l’obscurité.  Un simple rayon de lumière peut faire irruption dans un monde d’obscurité et l’illuminer.  Comment pouvez-vous savoir l’espace qu’occupe l’obscurité ?  Vous mesurez la quantité de lumière présente.  N’est-ce pas vrai ? L’obscurité est un terme utilisé par l’homme pour décrire ce qui arrive quand il n’y a pas de lumière.

Finalement, le jeune homme a demandé au professeur, Monsieur, le mal existe-t-il ?

Maintenant incertain, le professeur a répondu, bien sûr comme je l’ai déjà dit.  Nous le voyons chaque jour.  C’est dans les exemples quotidiens de l’inhumanité de l’homme envers l’homme.  C’est dans la multitude des crimes et des violences partout dans le monde.  Ces manifestations ne sont rien d’autre que du mal.

L’étudiant a répondu, le mal n’existe pas monsieur, ou au moins il n’existe pas de lui-même.  Le mal est simplement l’absence de Dieu.  Il est comme l’obscurité et le froid, un mot que l’homme a créé pour décrire l’absence de Dieu.  Dieu n’a pas créé le mal.  Le mal n’est pas comme la foi ou l’amour,  qui existent tout comme la lumière et la chaleur.  Le mal est le résultat de ce qui arrive quand l’homme n’a pas l’amour de Dieu dans son cœur.  Il est comme le froid qui vient quand il n’y a aucune chaleur ou l’obscurité qui vient quand il n’y a aucune lumière.  Le professeur s’est assis.

(Le nom du jeune homme ?  Albert Einstein…)

* Moralité : Dans la Vie il ne faut cesser de se poser des questions pour progresser, avancer, se situer face à sa propre existence par rapport aux autres. C'est une autre façon de s'affirmer et de construire sa personnalité...Essayez, vous verrez que vos pas iront vers la sagesse. Seuls, les ignorants ne voulant pas savoir sont intolérants et ont des jugements hâtifs et primaires sur les gens, l'art, et la société en général.
Bruno LEROY.

( Ce texte n'est pas de moi et figure déjà sur de nombreux sites. Je l'ai repris car, je lui trouve indéniablement une valeur pédagogique. Il est d'un célèbre inconnu et s'il se manifeste, merci de bien vouloir me donner son nom. La pensée peut traverser toutes les frontières sans pour autant que l'auteur soit connu, la preuve. Les pensées sont les traces que nous laisserons après notre mort. Elles survivent toujours au temps qui passe...).

12:15 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CONSEILS ÉDUCATIFS. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

26/11/2005

PARLEZ AVEC VOS ENFANTS !

Quels mots cocheriez-vous pour décrire d'une manière générale votre relation avec votre progéniture ?
Provocatrice - excitante - irritante - menaçante - impossible - tendue - amusante - impatiente - aventureuse - douloureuse - plaisante - affairée.
Si vous voulez avoir les yeux ouverts sur la situation réelle, interrogez vos enfants ce soir, à table. Demandez leur de décrire ce qu'ils ressentent à votre égard et à l'égard de votre foyer. Je préfère vous prévenir, cela peut faire mal ! Cependant il pourrait s'agir d'un premier pas vers la restauration de l'harmonie et de l'amour véritable sous votre toit. Il se peut toutefois que vous ayez une agréable surprise, les parents portent souvent sur eux-mêmes un jugement plus critique que nécessaire. 

 Regardez la vérité en face. Arrêtez-vous tout de suite et pensez à votre foyer. Pourquoi ne pas grignoter un peu de temps au cours des prochains mois dans le but d'évaluer l'état actuel de votre foyer, puis de déterminer les étapes nécessaires pour combler les faiblesses que vous découvrez.
Cependant une estimation ne sert à rien si elle conduit simplement à la culpabilité et à la souffrance. S'arrêter à ce stade ce serait agir comme un chirurgien qui interromprait une opération aussitôt après avoir pratiqué l'incision. Le résultat, ce serait l'évolution du mal, beaucoup de souffrances et une vilaine cicatrice.
 Permettez-moi de vous encourager à saisir ce laps de temps comme une occasion de vous rapprocher de vos enfants, pour vous  attaquer aux barrières qui retiennent le flot de votre amour, de votre affection, constater que le développement de la maturité stagne, regardez les faits en face avant d'empêcher qu'une irritation ne dégénère en une maladie domestique chronique.
Gardez votre cœur de toute  négligence !
Bruno LEROY.

19:05 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CONSEILS ÉDUCATIFS. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

HISTOIRE DE RIRE...

J'étais debout dans un avion récemment, attendant qu'ils ouvrent les portes pour que nous puissions sortir quand quelque chose m'a surpris. Une dame devant était en train de raconter l'histoire de sa vie à un autre passager, évidemment un étranger. Elle parlait surtout de son merveilleux chat. J'écoutais parce qu'il n'y a pas grand-chose d'autre à faire, en attendant de sortir d'un avion à minuit. Soudain la femme a ri -non, elle a jacassé- et c'est cela qui m'a surpris. On aurait dit la méchante sorcière de l'Ouest dans le film " Le magicien d'Oz ". J'écoutais en silence et elle recommença à rire. Ma femme m'a chuchoté : " On dirait la méchante sorcière de l'Ouest ". Ah ! Ce n'était pas seulement mon imagination. Plus tard, je me suis demandé si ce fameux chat dont elle parlait était noir. Quelqu'un devait lui dire que si elle changeait de rire, sa vie sociale s'améliorerait sans doute. Je ne crois pas que c'était à moi de le faire alors j'ai pris mes bagages et je suis rentré à la maison. Le jour suivant, alors que je me promenais près de la maison, j'ai vu une personne assez forte parlant avec un ami. Soudain il s'est mis à rire fort et c'était de bon coeur. Vous devez avoir une bedaine appréciable pour rire comme ça. Il commence au plus profond de la personne et résonne vers l'extérieur. Le gras amplifie le son et il vibre dans l'air pour alerter tout le monde dans le voisinage. Ils sourient en entendant cela. C'est sûr. Je crois qu'un rire comme ça, vient d'un bon coeur. Comme je méditais sur ce grand mystère, il m'est venu à l'esprit que notre façon de rire nous est aussi personnelle que nos empreintes digitales. Alors, j'ai rigolé, seulement pour entendre de quoi j'avais l'air. J'avais peur d'avoir le rire de la méchante sorcière de l'Ouest sans le remarquer. Ca va. Ce n'est rien de spécial, mais au moins ce n'est pas bizarre. J'ai entendu de grands hommes rirent comme des petites filles. D'autres explosent de rire. Attention : il ne faut pas se tenir devant ceux-là ou vous risquez d'être " arrosé ". Certains sont détendus et sophistiqués. Ils émettent un baryton bien maîtrisé : " ha, ha, ha ". Ce n'est pas grand-chose, ça, parce qu'il ne vient pas du coeur. Il est trop conscient de son image. Pour être efficace, un rire doit jaillir de l'âme. Je me souviens des fois où j'étais si conscient de l'importance du rire dans ma vie, qu'un grand sourire s'est écrasé dans le lac de mon coeur, puis ses ondulations montaient jusqu'à mon visage où elles se voyaient partout sur celui-ci. Une fois, j'ai passé trois jours effroyables, pleins de stress. Il y avait beaucoup trop de choses à faire, et en plus deux membres de ma famille étaient sérieusement malades. D'autres complications s'ajoutaient. Le vendredi soir, j'étais KO. Je crois que Dieu a fait une " intervention chirurgicale " pendant que je dormais, parce que je me suis réveillé avec la joie et la louange qui jaillissaient de mon coeur. La situation n'avait pas changé mais cette oppression qui m'avait affligé s'était enfuit. Quelques-uns d'entre nous ont peut-être abandonné l'espoir de rire de nouveau. Tournez-vous vers le Seigneur dans votre désespoir. Dites-lui du fond de votre coeur ce qui se passe. Bien sûr qu'il le sait, mais vous avez besoin de le faire. La nuit peut durer encore un peu mais tôt ou tard une étincelle de joie commencera à germer dans votre âme.
Bruno LEROY.

10:45 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |