7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2005

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2006 !

medium_vmarie1.2.jpeg

Je vous souhaite une merveilleuse Année 2006. Que celle-ci soit prioritairement au service des autres, tel un combat spirituel contre l'indifférence ambiante.

Nul ne saurait trouver son Bonheur sans les autres qui sont nos frères et Soeurs en Christ !

Si vous ne croyez pas en Dieu, contemplez la splendeur des paysages, la beauté des visages et faites-en des perles de Lumière.

L'Art doit être au service de l'Humanité tout entière sinon, il ne sert à rien d'entretenir une vie intérieure pour soi-même...

Que la Face du monde change progressivement pour recouvrer son visage Humain grâce à nos bonnes volontés réunies. Laissons les égoïstes et les peureux à leurs propres enfers.

L'Année 2006 aura le parfum que nous voudrons bien lui donner.

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2006 DANS LE COEUR DE DIEU AMOUR QUI DONNE SENS A NOS VIES !

CAR LA VIE A UN SENS, IL SUFFIT POUR CELA DE LAISSER PARLER SON COEUR POUR LE TROUVER...

RESTONS DES COMBATTANTS DE LA VIE ET DE L'ESPÉRANCE !

FRATERNELLEMENT !

Bruno LEROY.

21:05 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

30/12/2005

SAVOURER CHAQUE INSTANT DE VIE...

medium__cid_000f01c608a0_dc5efcc0_0100007f_dagorne.gif

Ne te sous-estime pas en te comparant aux autres.

C’est précisément parce que nous sommes tous différents que nous sommes uniques.

Ne fixe pas tes buts en fonction des autres.

Toi seul sais ce qui est bon pour toi.

Sois toujours à l’écoute de tes plus profonds désirs.

Tiens à eux comme à la vie, car sans eux, la vie n’est rien.

Ne laisse pas la vie filer entre tes doigts en songeant au passé ou en rêvant à l’avenir.

Vis ta vie jour après jour, et tu vivras ainsi intensément chaque jour de ta vie.

Ne baisse pas les bras tant que tu as encore quelque chose à donner.

Rien n’est jamais perdu tant que tu continues de lutter.

N’aie pas peur d’admettre que tu n’es pas parfait.

C’est ce lien fragile qui nous relie les uns aux autres.

N’aie pas peur de prendre des risques.

C’est en prenant des risques que le courage s’apprend.

N’écarte pas l’amour de ta vie en prétendant qu’il n’existe pas.

Le meilleur moyen de trouver l’amour est de le donner; le meilleur moyen de le perdre es de le retenir prisonnier; et le meilleur moyen de le garder est de lui donner des ailes.

N’étouffe pas tes rêves.  Ne pas avoir de rêves, c’est être sans espoir; être sans espoir, c’est errer sans but.

Ne fuis pas en avant tout au long de ta vie de sorte que tu oublies d’où tu viens et où tu vas.

La vie n’est pas une course, mais un voyage dont il faut savoir goûter chaque étape.

18:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SPIRITUALITÉ | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

27/12/2005

IL MEURT LENTEMENT...

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas
celui qui ne lit pas
celui qui n’écoute pas de musique
celui qui ne sait pas
trouver grâce à ses yeux

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre
celui qui ne se laisse jamais aider

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins
celui qui ne change jamais de repère
ne se risque jamais à changer
la couleur de ses vêtements
ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les cœurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves
celui qui pas une seule fois dans sa vie
n’a fui les conseils sensés

Vis maintenant !
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux !


Pablo Neruda
Prix Nobel de Litérature (1971)

19:13 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POÉSIE | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

26/12/2005

LES DÉTENTEURS DE LA VÉRITÉ...

Vous connaissez sans doute de ces personnes détentrices de la vérité, pour lesquelles rien n’est compliqué puisqu’elles ont le don (?) de tout régler d’autorité.  Elles connaissent tout, ont la solution à tout et écrasent tout, jusqu’au jour où elles se retrouvent seules devant rien…

Il est étonnant de voir comment de nos jours, on part facilement en guerre à propos de tout et de rien, tout en se réclamant de tolérance.  La « chasse aux sorcières » n’est pas un sport nouveau et les prétendus justiciers trouvent toujours des adeptes sympathiques à leurs causes.  La loi de la jungle revient facilement pour celui qui veut à tout prix convertir de nouveaux candidats, que ce soit dans la grenouillère financière, politique, sociale, morale, voire même dans le monde religieux supposément porteur de charité.  Les fameux pharisiens de jadis ont raccourci leurs franges et leurs phylactères, mais n’en continuent pas moins de ravager le tissu de confiance tant nécessaire à une vie sociale, pour étendre leur pouvoir et leur domination.

Il me revient alors à la mémoire une parole célèbre de je ne sais plus qui, affirmant qu’on ne construit rien sur un cadavre…

10:03 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CONSEILS SPIRITUELS. | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

24/12/2005

DONNE-NOUS UN NOËL QUOTIDIEN.

medium_noel-jo2.gif
Pour que l'Esprit de Noël ne soit pas qu'une date annuelle sur le calendrier des Fêtes mais, une conversion vécue au quotidien dans le coeur d'Amour de Dieu.
 
 
Dire que le Christ sauve l'homme du péché est une affirmation répétée par des siècles de croyants, au point de se vider pour certains de son poids de réalité. Or, le péché a une dimension structurelle et collective. Si donc l'affirmation des croyants est plus qu'une formule creuse, c'est que le salut en Jésus-Christ doit pénétrer jusque dans les structures collectives de l'humanité. Bien plus, tout comme le  "péché originel " interdisait une conception individualiste du péché, en désignant la solidarité première qui marque les êtres humains, l'initiative libératrice de Dieu en Jésus-Christ concerne les hommes, et chacun d'entre eux, dans leur solidarité fondamentale. Le salut de chacun se comprend à l'intérieur d'une histoire de salut qui englobe toute l'humanité.

Or le mal qui ronge le monde des hommes porte des noms aujourd'hui : sous-développement, marginalisation, inégalités criantes, exploitation des pauvres par les riches, chômage, loi du profit, règne de la violence, de la torture, du délit d'opinion, etc...Ce mal, des systèmes et des personnes en sont les auteurs ; d'autres hommes en sont les victimes. Les expressions de ce mal sont sociales et politiques. Si la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ a un sens concret pour les hommes d'aujourd'hui, comment pourrait-elle être étrangère à ces maux ? Comme le mal, dont elle vient sauver les hommes, elle aura nécessairement une portée sociale et politique. C'est dire que les chrétiens, corps contemporain de Jésus, porteurs de la Bonne Nouvelle de libération, ne peuvent éviter d'être partie prenante dans le débat politique de notre temps, ni de prendre parti pour les victimes de ces maux : les petits, les faibles et les opprimés, avec qui Jésus s'est montré solidaire. Sa naissance, tel un paria de notre société, doit nous mettre sur la route du Christ et c'est dans la prière silencieuse, que nous entendrons ses Appels et ses gémissements pour nous dire que Noël n'est pas une simple Fête pantagruélique assouvie dans les beuveries des carencés spirituels mais, le signe d'une mémoire qui se réactualise chaque année pour nous rappeler notre vocation au sein du monde. Suivre les pas du Christ-Amour, c'est vivre Noël chaque jour dans les yeux de Dieu.

Puisse ce Noël être pour vous une conversion festive vers davantage d'Amour, celui qui dépasse les haines, les remords et les rancunes. Notre terre aurait bien besoin d'un Noël quotidien vécu dans une spiritualité authentique faite d'Amour et de compassion. Seigneur, donne-nous ce Noël quotidien pour alimenter notre Foi afin que nos jours aient la fraîcheur des matins dont les parfums sentent bon l'Espérance et la joie de vivre en suivant les pas de ton Esprit de liberté.
  Bruno LEROY.

19:55 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SPIRITUALITÉ | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

NOËL DE PAIX ET D'ESPÉRANCE POUR L'HUMANITÉ.

medium_etoiledenoel.gif
Aucun être Humain sur cette planète et quelque soit son passé ne peut affirmer que sa dignité s'est évaporée au vent de sa propre histoire. Nous sommes responsables de nos actes, certes, et non des éléments extérieurs qui font dévier notre personnalité.
Trop de facteurs entrent en jeu pour réduire un individu quelqu'il soit à ses actes. Cela est trop réducteur et pousse la personne dans une apathie qui l'empêche de progresser et d'aller de l'avant. C'est le sens de notre combat quotidien. Remettre des Jeunes debout en cherchant avec eux leurs potentialités. C'est notre devoir d'éducateurs et de chrétiens.
Tout cela pour vous dire que note équipe est constituée de militants de toutes obédiences. Mais, l'important à mes yeux est qu'ils aient une action militante soit écologique, soit humanitaire, soit syndicale ou politique en vue d'un monde meilleur.
En effet, l'esprit militant donne une énergie combative face aux jeunes de la rue.
Les Jeunes en ont marre des adultes qui ne pensent rien de positif sur notre société. Ils ont besoin d'espérance au point de tout casser si nous ne leur proposons qu'un avenir sans issue. Dans un certain sens, ils ont raison. Regardez autour de vous. Que sont les adultes devenus ?
Des gens qui ont peur de parler, de s'exprimer, de s'imposer, de s'affirmer dans les convictions qui les animent. ils sont une sorte de troupeau informe dont la pensée est d'exclure ce qui dérange leur paysage de vie confortable.
Les jeunes ne trouvent plus que du sable alors, qu'ils rêvent d'adultes forts qui les écoutent. C'est pour cela que l'éducateur militant ne peut en aucun cas, même si les problématiques sont immenses, baisser les bras dès qu'un conflit apparaît. Au contraire, il sera le premier à se mettre en marche et parfois en marge pour aider le jeune à s'en sortir.Il sera combattant auprès du Jeune.
Nous disons souvent que chacun possède son charisme. Ce qui est vrai et faux. Dans l'éducation des ados, tout le monde est concerné. Mais, beaucoup de monde trouve ce prétexte des charismes pour laisser faire les autres.
Qu'elle est la mère qui ne sent pas d'instinct la façon d'éduquer un enfant ? Quel est le père qui ne sent pas d'instinct une carence d'autorité dans une famille ?
Tout le monde devrait être acteur de l'éducation des enfants des autres.
D'ailleurs, les Jeunes ne s'y trompent pas, ils vont d'emblée vers la personne qui leur semble crédible et ce, peu importe son appartenance au cadre familial ou non.
Si chacun prenait sa part de responsabilité et le sens du partage et de l'écoute ; nos banlieues n'auraient pas pris feu.
Ne serait-ce que parler avec eux et expliquer votre vie de tous les jours. Pour qu'ils comprennent un aspect fondamental que tout le monde ignore, c'est que la plupart du temps ils pensent que leurs voisins sont des bourgeois riches au point de pouvoir tout acheter . Pourquoi ? Par manque de dialogues. Les gens se montrent très silencieux sur leurs problèmes. Et chacun s'imagine que l'existence de l'autre est plus envieuse. Bien-sûr, il n'est nullement question de dévoiler son jardin secret. Mais, de leur dire que dans cette société basée sur l'argent, les luttes sont similaires pour affronter les réalités. Leur dire simplement que vous aussi, vous devez mener des combats pour être respectés, pour finir le mois, pour savourer un peu de confort etc...
Tout cela, ils ne le savent pas !
Ils imaginent que tout coule de source même si vous êtes au chômage. Ils pensent que tout est facile pour vous car, vous bénéficiez de lois dont ils se sentent exclus. Ils vous croient plus riches, avec facilité de préférence, que vous ne l'êtes.
Tout cela, génère les malentendus dont malheureusement nos politiciens n'ont pas encore saisis l'impact social.
Le temps approche pour célébrer la venue du Messie, celui qui bouleversa nos Vies en profondeur. Je vous souhaite donc à tous et toutes un Noël où la priorité ne sera pas donnée aux cadeaux et gloutonneries mais, à la disponibilité envers vos enfants et ceux qui vous sont proches. Soyez des cadeaux vivants. Et pour l'année 2006 faites-vous la Promesse de changer en vous ce qui vous empêche d'aller vers autrui en toute simplicité. Rassurez-vous, il ne s'agit pas de morale. Je fais toujours une nouvelle promesse chaque année nouvelle et j'essaie de m'y tenir. Ainsi, va le chemin vers l'épanouissement spirituel.
Je vous assure de mes prières les plus sincères surtout, le soir de Noël où je contemplerai les étoiles en pensant à vous, car vous êtes en tant que Frères et Soeurs, les scintillements qui indiquent que notre mission auprès des jeunes n'est pas inutile.
Vous êtes les messagers de notre Espérance dans l'Humanité.
Bruno LEROY.

12:40 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SPIRITUALITÉ | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

23/12/2005

L'ÎLE DES SENTIMENTS...

Il était une fois, une île où tous les différents sentiments vivaient :  le bonheur, la tristesse, le savoir, ainsi que tous les autres, l’amour y compris. 
 Un jour, on annonça aux sentiments que l’Île allait couler. 
Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.  Seul l’amour resta.  L’amour voulait rester jusqu’au dernier moment. 
Quand l’île fut sur le point de sombrer, l’amour décida d’appeler à l’aide.  La richesse passait à côté de l’amour dans un luxueux bateau. 
L’amour lui dit « richesse, peux-tu m’emmener? »  « Non, car il y a beaucoup d’argent et d’or sur mon bateau.  Je n’ai pas de place pour toi ».  L’amour décida alors de demander à l’orgueil qui passait dans un magnifique vaisseau :  « orgueil, aide-moi, je t’en prie! »  Je ne puis t’aider, amour, tu es mouillé et tu pourrais endommager mon bateau. »  La tristesse étant à côté, l’amour lui demanda :  « tristesse, laisse-moi venir avec toi. »  « Ooh…amour, je suis tellement triste que j’ai besoin d’être seule! »  Le bonheur passa aussi à côté de l’amour, mais il était si heureux qu’il n’entendit même pas l’amour l’appeler!  Soudain, une voix dit : Viens amour, je te prends avec moi. »  C’était un vieillard qui avait parlé. 
L’amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu’il en oublia de demander son nom au vieillard.  Lorsqu’ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s’en alla.  L’amour réalisa combien il lui devait et demanda au savoir :  « Qui m’a aidé? »  « C’était le temps » répondit le savoir.  « Le temps? » s’interrogea l’amour.  « Mais pourquoi le temps m’a-t-il aidé? »  Le savoir sourit plein de sagesse et répondit : « C’est parce que seul le temps est capable de comprendre combien l’amour est important dans la VIE.

Bruno LEROY.

16:20 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CONTES SPIRITUELS. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

11/12/2005

Photo-Prière.

 

L'Amour de Dieu a été répandu dans nos coeurs
Viens Saint-Esprit et visite mon coeur
Toi seul peut donner à mon âme
Fraîcheur et Force
Douceur et Ferveur.
medium_priere.jpg

16:50 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans VIVRE L'ÉVANGILE. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Prière d'Espérance.

O Sagesse, sortie de la bouche du Très-Haut, toi qui embrasses l'univers et qui disposes toutes choses dans la force et la tendresse, viens, Seigneur, nous enseigner les chemins du salut.

      O Adonai, guide et Seigneur de la maison d'Israël, toi qui as manifesté ton nom dans la flamme du buisson et qui as donné la loi sur la montagne, viens, Seigneur, nous racheter par la puissance de ton bras.

      O Rameau de la tige de Jessé, signe dressé pour tous les peuples, devant toi les rois se tiennent en silence et les peuples se prosternent, viens, Seigneur, libère nous, ne tarde plus.

      O Clef de David et sceptre de la maison d'Israël, toi qui ouvres et nul ne ferme, tu fermes et personne n'ouvrira ; viens, Seigneur, pour délivrer ceux qui habitent les ténèbres.

      O Soleil levant, splendeur de la lumière éternelle et soleil de justice, viens illuminer les ténèbres de ceux qui sont assis à l'ombre de la mort.

      O Roi des nations, désiré des peuples et des rois, pierre angulaire, qui des païens et d'Israël fait un seul peuple, viens sauver celui que tu as formé du limon de la terre.

      O Emmanuel, roi qui portes la loi nouvelle, espérance des nations et Sauveur de tous les peuples, toi notre Dieu, viens, ne tarde plus.

[Références bibliques : Dt 8,3, Pr 8,22s, He 1,3 ; Ex 3, Ex 20 ; Is 11,10, 52,15 ; Is 22,22, 42,7 ; Lc 1,78, Ma 3,20 ; Ag 2,7Vlg, Is 28,16, Ep 2,14, Gn 2,6 ; Is 7,14]

15:40 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans VIVRE L'ÉVANGILE. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

CES BIGOTS QUI FONT LE MALHEUR DES AUTRES.

medium_image31.jpg
Il vit dans la plus sotte des lâchetés, sous des airs de prudence. Il se peut, dans des moments d'inspiration, qu'il demande au ciel de détruire par le feu la malice des hommes, mais il n'aura pas la sainte ambition de les sauver tous.
Il y a une vertu Humaine qui leur est inconnue parmi beaucoup d'autres : la vaillance.
Le bigot ne connaît ni l'ambition ni la vue d'ensemble. Il est myope pour les choses de l'esprit. Le bigot manquera toujours d'originalité. Un plagiaire, un peintre débutant ignorant des techniques et de la création. Il essayera peut-être de peindre, dans la solitude et à grands traits, mais ne pénétrera ni ses mobiles ni sa force vivifiante.
Bigots sont donc ceux qui se contentent de vivre, par les formes, une vie intérieure qu'ils ne connaissent pas.
Le bigot est un sentimental à l'intelligence bornée.
Tels sont ces individus : beaucoup de signes de croix, beaucoup de médailles, des images saintes dans tous les livres.
De leur profession ils ne s'embarrassent guère. Pas plus que de se faire des amis. On ne peut pas s'approcher d'eux dans l'espoir d'un peu de chaleur, car ils ont le coeur froid ; dans la conversation, il nous faut prendre garde, parce que nous les scandalisons. Parlez-leur de dévotion, de procession, mais non de leur vie intérieure : ils l'ignorent.
Ils connaissent les offices et l'heure des messes sur le bout des ongles, mais non l'apostolat personnel : ils n'y comprennent rien !
Ils se débrouillent aisément dans le petit monde qui entoure les églises, mais ils ne savent pas se conduirent dans la vie.
Et c'est eux qu'on voit le plus souvent, eux qui passent pour être les bons, eux qui se vantent d'être les meilleurs et qui font partout figure de chrétiens.
Or ce n'est pas la vie de ces gens-là qui peut démontrer que Christ est Vivant, car voici comment sont les bigots : ouvrier, mauvais camarade; employé, mauvais collègue ; étudiant, mauvais condisciple.
Leurs façons rebutent et leur physionomie fait peine à voir. Ils manquent d'assurance et ne savent même pas aimer ce qui est humain. On ne saurait nier que cette vie doit leur paraître bien gênante, factice et douceâtre comme elle est.
Mélange de saint en apparence et de lâche. Fleurs de serre, ils connaissent la tiède lumière des temples, mais ignorent la clarté du soleil qui dispense la Vie.
Bigot, celui qui attend tout de Dieu, et ne fait pas le moindre effort pour accomplir ce qui lui incombe. Et cela, c'est tenter Dieu !
La pensée unique dans laquelle nous vivons au quotidien, n'aurait-elle pas fait naître de ces individus informes, incapables de ripostes ; des bigots et bigotes des temps modernes même s'ils ne croient pas en Dieu. Le fond et le comportement demeurent semblables. Serions-nous dans l'ère de la bigoterie institutionnalisée ?
Malheureusement, je répondrai par l'affirmatif. Mais, nous pouvons nous sortir de ce mauvais pas. La suite que j'écrirais, vous le dira...
Bruno LEROY.

15:01 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans THÉOLOGIE DE LA LIBÉRATION. | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |