7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2010

REVÊTIR LE MANTEAU DE L'AMOUR.

E001446_LRG.gif

 La vie des pauvres est une ascèse continue. Aucun modèle de vie ascétique forgé par les religieux n’atteint le niveau de dépouillement et de privations des pauvres. Ceux-ci appartiennent au royaume de Dieu à cause de leur condition même et n’ont pas besoin de cette voie. De même que le pauvre Lazare de la parabole, leur place dans le futur royaume de Dieu est déjà préparée.

Cependant, les pauvres sont sensibles aux prestiges de la richesse. Lorsqu’ils ont l’occasion de s’approcher d’une culture supérieure, ils sont facilement envoûtés. On observe, par exemple, la fascination qu’exercent sur les pauvres les feuilletons de la télévision. Nombreux sont les endroits où la communauté des pauvres est morte le jour même où la télévision y est entrée. Sacrifier un feuilleton pour participer à une réunion spirituelle, politique ou sociale exige désormais un véritable héroïsme.

On parle d’ascèse lorsqu’il s’agit de gens éduqués pour un niveau de vie supérieur à la pauvreté. Pour ces gens, l’engagement dans la libération des pauvres exige une ascèse. Il n’est cependant pas nécessaire d’inventer des méthodes de détachement, de mortification des passions ou de lutte contre l’égoïsme. La vie commune avec les pauvres réalise tout cela de façon implacable.

La caractéristique de cette ascèse est qu’il ne s’agit pas d’une méthode appliquée par le sujet lui-même mais imposée par le contexte.

Partager la vie des pauvres est une mortification corporelle : problèmes de nourriture, d’eau, de bruit, de manque d’espace, d’excès de chaleur ou de froid, de manque de confort en tous genres. Cela demande une patience et une constance qu’on peut très bien comparer aux exercices des anciens moines du désert.

Le deuxième niveau d’ascèse est mental ou intellectuel lorsqu’on vit avec un peuple d’une autre mentalité, d’autres valeurs, d’autres critères de vie personnelle ou sociale. Les pauvres se construisent une culture propre adaptée à leur condition. Celui qui veut s’engager aux côtés des pauvres devra accepter leur culture et en faire l’instrument de son travail d’évangélisation.

Cette ascèse mentale est plus dure et plus exigeante que la première.

Enfin, celui qui s’engage avec les pauvres subit la persécution des « puissants » et des autorités économiques, sociales et politiques. Celui qui se place du côté des pauvres est victime du mépris permanent de tout ce qui est « important » dans la société, du discrédit et de la méfiance. Il est plus ou moins « excommunié » dont il est issu et qui l’a éduqué. Voilà la forme d’ascèse la plus exigeante et rares sont ceux qui supportent cette condition de « rejetés ».

Ce qui explique aujourd’hui, le refus de certains éducateurs de rue ou de simples chrétiens de vivre leur vocation auprès des plus meurtris de la vie.

Et pourtant, c’est ainsi que s’ébauche un nouveau cheminement, une nouvelle imitation de la croix de Jésus-Christ. Personne ne peut s’imposer ce chemin ; il vient de lui-même, amené par l’Esprit-Saint. Encore faut-il que la prière vraie ne soit pas contrainte mais surgit de la réalité de la vie pour demeurer fidèle à l’Esprit qui nous murmure dans son Souffle de liberté que l’existence chrétienne est au service des plus petits.

N’éteignons point l’Esprit-Saint qui nous demande humblement de revêtir le manteau d’Amour de Jésus-Christ. Pour servir ceux que notre société exclue sur l’autoroute du libéralisme sauvage. Seule, notre vie auprès des plus pauvres témoignera de leurs cris de révolte face à ce monde qui a oublié le message premier du Christ.

Bruno LEROY.

11:53 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

31/08/2010

Réaliser nos rêves.

Frères et Soeurs, il est temps que notre société et notamment, nos Jeunes prennent du temps pour méditer et accomplir leurs rêves. Pour cela, il faut dépasser certains obstacles. Ensemble, chrétiens et chrétiennes que nous sommes, partageons nos rêves et aidons les autres à les vivre. Notre vocation est de transmettre tout ce que Dieu en Son Infini Amour nous a donné en pleine libéralité. Ne conservons pas nos rêves pour nous. Ils deviendraient cauchemars. Offrons au monde les rêves solaires et éclatant de Lumière afin de donner un autre visage à notre Humanité. Une société de violence et de manque de repères spirituels est une société qui a tué ses rêves les plus beaux. Puisse l’Esprit-Saint nous accompagner dans ce rêve d’une Humanité nouvelle !

 

 

Pourquoi parler des rêves avec tant d’insistance ? Simplement, je m’aperçois que notre société prend de moins en moins en considération les rêves humains. La compétitivité, la performance et bien d’autres paradigmes ont fait de nous les esclaves modernes d’un monde de consommation. Qu’importe alors, si les jeunes et moins jeunes se mettent à rêver de leur avenir pour créer des projets. Les projets sont imposés pour faire face à la concurrence. Laissons nos rêves de côté où nous finirons tous et toutes dans la rue à tendre la main en espérant quelques Euros.

 

 

A me lire, peut-être pensez-vous que je décris bien ce qui risquerait de nous arriver si nous suivions nos rêves. Hé bien, cette description est entièrement fausse et véhiculée par les médias à tel point qu’on semble sentir sa réalité. Non, ceux ou celles qui ont des rêves mettent tout en place, jusqu’au bout, pour que ceux-ci se réalisent. Le chrétien doit être le premier à faire confiance en un Dieu d’Amour qui est à l’écoute de nos rêves pour combler Ses desseins. Nous devons tout mettre en place pour acquérir cet esprit critique qui nous réalise en tant qu’Hommes.

 

 

Ne pas sombrer dans le matérialisme le plus bas afin de satisfaire les lobbys industriels. Ce matérialisme dépourvu de sens, sinon celui de s’enrichir, détruit nos rêves les plus nobles. Nous sommes au service de Christ, pas des patrons qui nous considèrent tels des numéros. Nous pouvons connaître le chemin que Dieu nous destine, uniquement dans la prière des profondeurs de l’âme. Il sait que nos rêves de chrétiens désirent un monde où la Haine, l’égoïsme, l’individualisme forcené, le profit soient éradiqués de notre société. Sinon, à quoi nous servirait-il de nous dire chrétiens en lisant la Bible tout en ne la vivant pas ?

 

 

Voilà notre combat spirituel. Remettre sur terre les rêves que Dieu Amour nous donne. Avoir confiance en nos qualités et capacités. Trouver la force dans la prière de chaque instant. Ne plus être les esclaves d’un monde moderne qui tue nos rêves. Et peu importe les conséquences, nous aurons oeuvrés pour Christ et la mise en application de Ses rêves. Nous espérons que d’autres générations se lèveront en disant qu’ils veulent une existence autonome dans les bras de Dieu.

 

 

Ce Dieu Libérateur qui est venu pour les plus petits d’entre nos Frères et Soeurs, ne saurait être contre nos rêves de liberté. Une liberté responsable où la course au profit laissera place à une terre d’Amour.

 

 

Bien-sûr, il nous faut de l’argent pour vivre mais non vivre pour l’argent. L’Esprit-Saint pourvoira à l’accomplissement de notre destin, pourvu qu’il soit vécu dans la prière afin que nous ne confondions point nos propres rêves avec ceux de Dieu.

Réaliser nos rêves, c’est toujours grandir en Humanité selon la Volonté de Christ.

 

Bruno LEROY.

10:21 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

25/08/2010

NOUS TOUS FRÈRES D'UN MÊME PÈRE.

E001673_new_LRG.gif

 

Il existe un lien incontournable entre la qualité de relation que l'on entretient avec soi-même et celle que nous souhaitons établir avec l'Autre. Il n'est pas de relation à l'autre si un minimum vital d'amour pour soi n'est pas assuré.

La spiritualité serait en chacun ce minimum de cohérence et d'amour avec et pour soi-même qui fait qu'un être humain se tient dans son identité. Une sorte de sérénité ou de sécurité fondamentale, d'acquiescement à sa propre singularité, ce par quoi chacun est incommunicable et qui permet pourtant qu'il entre en relation. Du coup, le spirituel serait aussi ce qui en l'homme passe l'homme, l'ouvre à l'Universel, lui permet de prendre du recul, de ne pas s'engluer toujours dans le particulier, de percevoir les enjeux au-delà de l'immédiat, d'inventer avec d'autres, une histoire.

Cette dimension spirituelle appartient à tout homme et ne relève pas d'abord du " religieux ". Le spirituel, entendu en ce sens, n'est pas désincarné. " Car le spirituel est lui-même charnel ", nous rappelait Péguy. Comment en serait-il autrement s'il signifie l'adhésion d'un être avec lui-même, en même temps que son ouverture aux autres, tel qu'il est, tels qu'ils sont.

Nous entrons dans une écologie mentale, l'écologie de l'esprit qui permet de revaloriser le noyau émotionnel et porteur des valeurs de l'être humain, face à la nature. Elle permet de développer l'aptitude à l'intimité, d'être à l'écoute du message que tous les êtres diffusent par le simple fait qu'ils sont là, par leur relation à ce qui les environne, par leur capacité de symbiose avec l'univers pris dans sa complexité, dans sa majesté et dans sa grandeur. Elle conduit au renforcement des énergies psychiques positives de l'être humain pour pouvoir affronter avec succès le poids de l'existence et les contradictions de notre culture dualiste, machiste et consommatrice.

Sans révolution de l'esprit, une révolution de la relation entre l'individu et la nature sera impossible. L'écologie mentale trouve ses racines dans la profondeur humaine. C'est là que s'élaborent les grandes motivations, la magie secrète qui transforme le regard sur la réalité, la transfigurant en ce qu'elle est, un maillon de l'immense communauté cosmique.

Si, l'éthique dégénère en codes de préceptes et d'habitudes de comportement, l'écologie mentale court le risque de se perdre dans la fascinante symbolique intérieure, si toutes deux ne sont pas l'expression d'une spiritualité ou d'une mystique. Quand nous parlons de mystique, nous pensons à une expérience fondamentale englobant toute chose, par laquelle la totalité des choses est captée en tant qu'ensemble organique chargé de signification et de valeur. Quel est le type de poésie qui nous fera redécouvrir le mystère du monde et notre sensibilité, afin que tous les êtres puissent être reliés ? Quelle puissance spirituelle vécue nous engendrera dans cette société dont nous sommes tous frères. Nul n'est étranger sur n'importe quel morceau de terre. Et surtout pas les Roms, ces fils de liberté, les Arabes, ces fils de Lumière, Les Noirs, ces fils de sang battant, les Chinois, ces fils de sagesse et tous les étranges étrangers qui forment les couleurs de notre planète. Tout individu est un frère, un soleil qui éclaire nos valeurs manquantes. Un spirituel Apôtre du Christ se doit, plus que tout autre, retisser du lien social. Il vit l'utopie du Royaume de Dieu sur Terre. Et peu importe qu'il soit ridiculisé, exclu à son tour du regard des bien-pensants.

La prière donne l'oxygène nécessaire aux personnes strangulées par les autres.

Son devoir est de plaire à Dieu plutôt qu'aux Hommes et ceci même si son comportement fraternel et généreux, contredit cette société orgueilleusement égoïste. Nous avons Tous le même Père donc nous sommes tous frères en Humanité. Et cette Vérité évangélique, voire métaphysique ne saurait être contredite, ni souffrir d'exceptions.

 

 Bruno LEROY.

19:56 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chistianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

04/08/2010

Retourner vers l’Essentiel.

vue-sur-le-parc-lafontaine2.jpg

Je veux des Vacances où les paysages me parleront, où les sourires deviendront rires de Joie. Je veux des Vacances ayant l’empreinte spirituelle et non celles de la médiocrité d’une pensée formatée. Je veux des Vacances signifiantes qui enrichissent ma conscience. Je veux des Vacances avec Dieu Amour me tenant par la main. Je veux des Vacances aux senteurs éternelles d’éternité. Des Vacances qui graveront leurs photographies dans ma mémoire. Même si vous demeurez chez vous. Il vous est loisible de vivre cette intériorité. " Je te propose aujourd’hui la Vie et le Bonheur " ( DT, 30,15 ).

Je ne les attendais pas. Elles viennent avec le temps qui passe. Elles nous figent dans l’espace. A nous de faire mouvement pour leur donner vie. Que voulez-vous, je suis ainsi fait, je respire l’instant présent tout en donnant un visage à l’avenir. Ce qui doit venir n’est pas encore présent. Il fait partie d’un futur virtuellement imaginé. Et pourtant, le corps rappelle la source essentielle d’un équilibre imperturbable. Le repos fait partie de cette hygiène indispensable à l’oxygénation de l’esprit. Se retrouver, après une année agitée, auprès de l’être aimé. Retourner vers l’Essentiel qui construit l’Existence au fil des années. Bien-sûr, je parle des Vacances où les tensions intérieures se mettent en grève. Mais, je ne puis m’interdire de penser aux individus qui resteront sur place. Que vais-je donc faire durant ce repos proposé ? La période estivale n’a jamais transformée les convictions profondes d’un Humain. Sinon, cela finirait par se savoir... Non, périodes de contemplation, de prières, d’admiration et de promiscuité avec l’épouse de mon cœur. Don de Soi, par les paroles et les actes envers les gens rencontrées. L’âme donnera sa pleine dimension spirituelle aux paysages admirés. Oui, de splendides Vacances m’attendent avant de reprendre début Septembre. La Lumière de Dieu accompagnera mes pas sur les chemins de la détente. Je m’interdis des Vacances de touriste qui laisse brûler sa viande sur des plages sans espaces. Je m’interdis d’engueuler le conducteur en face qui roule tranquillement. Je m’interdis d’arriver complètement usé au point de me remettre durant plusieurs jours. Je veux des Vacances où les paysages me parleront, où les sourires deviendront rires de Joie. Je veux des Vacances ayant l’empreinte spirituelle et non celles de la médiocrité d’une pensée formatée. Je veux des Vacances signifiantes qui enrichissent ma conscience. Je veux des Vacances avec Dieu Amour me tenant par la main. Je veux des Vacances aux senteurs éternelles d’éternité. Des Vacances qui graveront leurs photographies dans ma mémoire. Même si vous demeurez chez vous. Il vous est loisible de vivre cette intériorité. Un changement de regard qui détruit les habitudes et routines de l’année. Puis, revenir fort, au Mois de Septembre, pour de nouveau mettre du soleil dans les yeux des adolescents.

JE VOUS SOUHAITE A TOUTES ET TOUS DE MERVEILLEUSES VACANCES VÉCUES DANS LES PROFONDEURS DE VOTRE ÊTRE !

Rien ni personne ne pourra vous empêcher de vivre pleinement que vous soyez au fin fond de l’Amazonie ou chez vous à écouter le chant des oiseaux. Ou une musique qui vous plaît. Faites de vos Vacances un Paradis dont l’intensité intérieure laissera des traces longtemps, sempiternellement.

" Je te propose aujourd’hui la Vie et le Bonheur " ( DT, 30,15 ).

Profitons de cette Vie en lui donnant le Bonheur de la Sagesse. A Bientôt, Frères et Sœurs bien-aimés.

Nous nous reverrons au Mois de Septembre pour de nouveau discuter ensemble dans la beauté de notre amitié et convergences d’idées.Et même les divergences pour nourrir nos discours !

Bruno LEROY.

20:57 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

01/08/2010

CHOUETTE JE SUIS MILLIONNAIRE !

Dernièrement ma boîte mail a été prise d’assaut par des e-mails m’annonçant que je serais le bénéficiaire d’une cagnotte de plusieurs millions de dollars. Le plus étrange, c’est que ces envois provenaient de sources différentes. Si je me souviens bien, j’aurais, d’après ces gens, fait un tirage gagnant au Loto anglais—bien que je ne me rappelle pas avoir acheté de billet de Loto et que cela fasse des années que je ne suis pas parti en Angleterre. Écoutez ce que disait celui que j’ai reçu ce matin: « Le tirage au sort pour l’attribution d’une cagnotte de 21.5 millions de dollars a fait apparaître votre nom parmi les gagnants. Veuillez répondre à cet e-mail pour avoir plus d’informations sur la réception de vos fonds. » N’est-ce pas merveilleux ? J’ai aussi reçu, à plusieurs reprises, des emails de personnes inconnues commençant un peu comme ceci : « Salutations dans le glorieux Nom de Jésus … » Il m’était également dit que ces gentilles personnes voulaient investir des millions dans mon ministère. Je ne sais pas quoi dire ! Quand j’aurais reçu tout l’argent que me promettent ces e-mails, je pourrai m’acheter le palais de Buckingham de la reine d’Angleterre et y vivre avec ma femme et deux chiens Chihuahua ! … C’est vrai que je n’ai pas de Chihuahua, mais avec tout cet argent je pourrai en acheter. C’est bien gentil tout ça mais j’ai juste une question : à quel degré de stupidité les personnes qui m’envoient ces e-mails croient t’elles que je me trouve ? D’après ce qu’on m’a raconté, si vous répondez à ces e-mails on vous dira qu’il y a quelques milliers de dollars à payer en frais de transfert, de service, etc. et que vous recevrez vos millions aussitôt que vous aurez verser la totalité de votre gain dans un compte. Ben voyons, et la lune est faite de fromage vert aussi. En réalité, ces  personnes s’évaporent dans la nature avec votre argent en poche et un grand sourire au visage. Je suppose que si des gens s’amusent à envoyer de telles « promesses » par mail, c’est qu’il y a sûrement des personnes assez crédules pour jouer le jeu. Qui n’aimerait pas être riche ? C’est vrai, regardez ces âmes simples en si grand nombre qui jouent régulièrement au Loto. Elles ont bon espoir de gagner des sommes énormes. Après tout, elles ont bien une chance sur 650 millions de gagner, non ! Il se peut que nous ayons une version chrétienne de ce jeu. Nous servons un Dieu qui fait des miracles. -        « Tu crois ça, Bruno? » Oui, de tout mon cœur, je le crois ! Mais le souci c’est que nous voulons voir des miracles se produire à chaque instant de notre vie. Par définition, les miracles ne sont pas la façon normale dont Dieu pourvoit à nos besoins. Quand Dieu agit surnaturellement, il le fait pour deux raisons : -        parce qu’il nous aime et qu’il veut nous aider -        parce qu’il veut que les hommes voient sa gloire et Le cherchent. Si les miracles avaient lieu chaque jour, ils ne seraient plus miraculeux mais banals. Les miracles interviennent jusqu’à ce que la manière normale de pourvoir à nos besoins soit de nouveau « en état de marche ». Dieu a nourri Israël avec la manne pendant 40 ans dans le désert mais son intention n’a jamais été que cela dure à toujours. Quand ils entrèrent enfin dans le pays promis: « Ils mangèrent du blé du pays le lendemain de la Pâque, des pains sans levain et du grain rôti; ils en mangèrent ce même jour. La manne cessa le lendemain de la Pâque, quand ils mangèrent du blé du pays; les enfants d'Israël n'eurent plus de manne, et ils mangèrent des produits du pays de Canaan cette année-là. » (Josué 5:11, 12) Eli a fait un miracle pour la veuve et son fils. Sa ration d’huile et de farine s’est renouvelée en continu durant la famine, mais cela cessa dès que les pluies furent revenues. Ce qu’il y a de bien en ce qui concerne la provision surnaturelle, c’est qu’elle nous aide entrevoir Dieu d’une manière plus profonde. Je crois que cela augmente notre appréciation de la façon naturelle dont il pourvoit quotidiennement à nos besoins. Ce serait chouette si 20 millions d’euros nous tombaient sur la tête, mais savez-vous quoi ? Dieu pourvoira toujours à nos besoins, soit de façon surnaturelle au moyen de miracles, soit de façon naturelle. Il aime ses enfants, alors regardez vers Lui et il pourvoira à votre besoin.
 
Bruno LEROY.

20:02 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., CHRONIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/07/2010

LA BONNE NOUVELLE DU SALUT A UN SENS CONCRET.

1662822888.jpg
Dire que le Christ sauve l'homme du péché est une affirmation répétée par des siècles de croyants, au point de se vider pour certains de son poids de réalité. Or, le péché a une dimension structurelle et collective. Si donc l'affirmation des croyants est plus qu'une formule creuse, c'est que le salut en Jésus-Christ doit pénétrer jusque dans les structures collectives de l'humanité. Bien plus, tout comme le "péché originel " interdisait une conception individualiste du péché, en désignant la solidarité première qui marque les êtres humains, l'initiative libératrice de Dieu en Jésus-Christ concerne les hommes, et chacun d'entre eux, dans leur solidarité fondamentale. Le salut de chacun se comprend à l'intérieur d'une histoire de salut qui englobe toute l'humanité.

Or le mal qui ronge le monde des hommes porte des noms aujourd'hui : sous-développement, marginalisation, inégalités criantes, exploitation des pauvres par les riches, chômage, loi du profit, règne de la violence, de la torture, du délit d'opinion, etc...Ce mal, des systèmes et des personnes en sont les auteurs ; d'autres hommes en sont les victimes. Les expressions de ce mal sont sociales et politiques. Si la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ a un sens concret pour les hommes d'aujourd'hui, comment pourrait-elle être étrangère à ces maux ? Comme le mal, dont elle vient sauver les hommes, elle aura nécessairement une portée sociale et politique.

C'est dire que les chrétiens, corps contemporain de Jésus, porteurs de la Bonne Nouvelle de libération, ne peuvent éviter d'être partie prenante dans le débat politique de notre temps, ni de prendre parti pour les victimes de ces maux : les petits, les faibles et les opprimés, avec qui Jésus s'est montré solidaire. Sa naissance, tel un paria de notre société, doit nous mettre sur la route du Christ et c'est dans la prière silencieuse, que nous entendrons ses Appels et ses gémissements pour nous rappeler notre vocation au sein du monde.
Suivre les pas du Christ-Amour, c'est vivre chaque jour dans les yeux de Dieu.

Puissions-nous agir pour davantage d'Amour, celui qui dépasse les haines, les remords et les rancunes. Notre terre aurait bien besoin de chrétiens ( nes ) vivant une spiritualité authentique faite d'Amour et de compassion.

Seigneur, donne-nous ce pain quotidien pour alimenter notre Foi afin que nos jours aient la fraîcheur des matins qui sentent bon l'Espérance et la joie de vivre en suivant les pas de ton Esprit de liberté.


Bruno LEROY.

20:07 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

23/07/2010

La timidité est-elle une faute ?

La timidité : certains ne savent même pas ce que c'est. Mais combien nous sommes nombreux à en être victimes ! C'est si dur à vivre. Pourtant on peut s'en sortir ! Explications...


Parmi les définitions que le dictionnaire donne à la timidité, nous retiendrons : manque d'aisance et d'assurance en société, confusion, embarras, gaucherie, gène, honte. Le terme timidité nous fait entrer d'emblée dans le domaine des relations humaines. C'est dans ce contexte qu'il se manifeste, étant vécu comme un handicap, une souffrance, parfois même comme une faute ou une inadaptation aux relations inter-personnelles.

Alors que le timide se sent facilement isolé, séparé des autres, "anormal", mis à part, de trop, alors qu'il se sent être "un cas", il est pourtant loin d'être seul dans la prison de sa timidité. Il est seul dans sa cellule mais nombreux sont les prisonniers ! La timidité est en effet un fléau qui touche beaucoup d'humains. D'où vient-elle ? Comment peut-on en sortir ? Tel est le sujet de cet article.

D'où vient la timidité ?

La timidité se construit dans l'enfance. Elle est liée à un manque de confiance en soi, un manque d'assurance en la valeur qu'on a. L'enfant construit son image et son estime de lui-même à partir de ce qu'il perçoit de son environnement (et en particulier des gens importants pour lui : parents, fratrie, copains...). S'il se sent aimé sous condition (à condition d'être sage, d'obéir...) ou s'il se sent rejeté (par une bande de copains à laquelle il n'arrive pas s'intégrer...), il peut se replier sur lui-même et s'emmurer dans la timidité. Une accumulation d'expériences de ce genre le rendra méfiant, peu ouvert aux autres. Cela produira davantage de rejets et la timidité s'installera peu à peu.

Ce rejet social qu'est la timidité est en fait un appel au secours : "aimez-moi !. Si vous venez vers moi alors je saurai que j'ai de la valeur pour vous. Si vous ne faites pas le premier pas, je le perçois comme de l'indifférence et ça renforce le sentiment que je ne compte pas, que je n'ai pas ma place".

Le problème est que cette stratégie du repli (non pensée) ne marche pas. En effet, rares sont les personnes qui vont spontanément aller vers l'autre et s'intéresser à lui. Et encore plus rares sont celles qui persévèrent pour donner le temps au timide de se laisser apprivoiser.

Alors comment faire ?

Comment sortir de sa timidité ?

Une chose qui me semble importante à dire est la suivante : timide, c'est toi qui a les clefs pour sortir de ta timidité. Personne ne peut faire cet apprentissage à ta place. Par contre, voici quelques pistes pour t'aider sur ce chemin :


Comme je l'ai dit, à la source de la timidité, il y a des blessures. Pour guérir de ces blessures, il est nécessaire d'y faire face, d'accepter de ressentir la souffrance liée à elles. Puis il y a un chemin de pardon à parcourir. Si tu es croyant, c'est en compagnie de Jésus que tu peux faire ce parcours. Il veut te guérir et te délivrer.
C'est dans le contexte de relations que tu as appris la timidité, afin de te protéger. C'est également dans le contexte de relations que tu peux la désapprendre. Est-ce qu'il y a ne serait-ce qu'une personne auprès de qui tu te sens bien, avec qui tu te sens aimé tel que tu es ? Attache-toi à voir et à recevoir l'amour qui t'est donné (tout en sachant que ce ne sera jamais parfait en ce monde).

Tu as appris à te replier sur toi. Apprends à sortir de toi-même par des actions simples. Comme je te l'ai dit la timidité fait souffrir beaucoup de gens. Et timide ou pas chacun a besoin de recevoir attention et amour. Peut-être y a-t-il dans ton entourage quelqu'un qui aurait besoin de quelques services (personne âgée...). Si tu prends des initiatives pour t'intéresser aux autres (en posant quelques questions, par de petites attentions, des services...), tu feras du bien aux autres et en retour, il y a de fortes chances que tu aies leur appréciation. Et même si ce n'est pas dans 100% des cas, tu auras au moins la satisfaction d'avoir mené ta vie d'une manière dont tu peux être fier. Par de petits gestes simples, tu apprendras une autre manière de vivre, hors de la prison de ta timidité.
Un dernier point, important, est le suivant : ta valeur, tu ne peux pas te l'attribuer à toi-même. De même pour l'amour, tu as besoin de le recevoir de quelqu'un. Sais-tu que justement il y a quelqu'un qui t'aime ? C'est Dieu. Comment puis-je affirmer cela ? "Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais qu'il ait la vie éternelle" (Evangile selon Jean ch. 3 v. 16). À la place de quiconque, tu peux mettre ton nom. Dieu a estimé que tu valais assez le coup pour qu'il envoie son Fils Jésus-Christ afin que tu aies la vraie vie. L'amour dont tu as besoin, la valeur que tu as te sont déjà acquis. Ce sont des ressources disponibles, dans lesquelles tu peux puiser constamment pour faire face aux défis de la vie.

La timidité est-elle une faute ?

Certains le pensent ou le ressentent ainsi. Ce n'est pourtant pas le cas. En effet, dans la Bible, le célèbre apôtre Paul confie la responsabilité d'une église à Timothée, son disciple timide. Si Timothée était en faute, Paul ne lui confierait pas cette responsabilité. Il l'inviterait plutôt à se repentir. Au lieu de cela, il l'encourage à ne pas se laisser paralyser par cette timidité. Il l'invite à en sortir. Pour cela il lui rappelle qu'il n'est pas seul, lui, Timothée à livrer le combat : "Ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné. Au contraire, son Esprit nous remplit de force d'amour et de sagesse" (2ème épître à Timothée ch.1 v. 7). Comme tout chrétien véritable, il a en lui l'Esprit-Saint, l'Esprit de Dieu. Et cet Esprit le rend capable d'aller au-delà de son handicap, afin de servir les autres et de servir Dieu. Et toi, as-tu fait cette rencontre personnelle avec Dieu qui peut transformer ta Vie ?



Bruno LEROY.

13:16 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

20/07/2010

ILS REGARDENT LES AUTRES.

21912_1_FR_600_500.jpg
Ils regardent les autres partir pour des rivages qu'ils ne connaîtront point. Les mois défilent comme d'immondes secondes interminables. Ils ont travaillés toute leur vie pour en arriver là. Ne jamais partir ou attendre le départ définitif sans broncher. Peu importe, les voisins leurs raconteront bien leurs vacances tel un film inédit. Ils voyageront dans leur imaginaire et s'inventeront des paysages magiques. Même s'ils ont les moyens, leur santé ne permet plus qu'ils bougent.


Les enfants sont partis, les commerçants aussi dans ce désert caniculaire. Ils ne parlent qu'au silence qui semble ne rien comprendre. Et puis, ils se taisent vaincus par tant d'indifférences. Pourvu que le soleil ne soit pas trop ardent, il risquerait en plus de leur donner un aller sans retour. Il dérangerait la Famille si joviale de prendre un repos bien mérité...
Ils attendent leurs cartes postales qui les feront rêver, quelques instants. Parfois, ils se sentent de trop en cette société individualiste. Ils ont lu dans le journal que des amis étaient morts lors, d'un certain été. Maintenant, même le facteur prend de leurs nouvelles quand ils ont du courrier. Malheureusement, en cette période particulière, les lettres se font rares.


Autrefois, trop pauvres pour vivre des jours heureux. Aujourd'hui, trop vieux pour s'en aller vers des rivages mystérieux. Quel dilemme leur offre cette existence. Et pourtant, leurs enfants et amis, les aiment mais ces mois sont vides de leurs présences.
Les journaux écrivent que l'égoïsme tue les personnes âgées. Les journalistes mentent toujours, c'est bien connu. Les enfants et petits enfants les aiment mais, ils ont leur vie. Comme nous avons eu la nôtre. Alors, que faire face au néant ?


Retrouver plus intensément encore celui qui nous aime plus que tout. Oui, prier Dieu pour vivre nos Vacances avec Lui. Dans le coeur de Sa Présence. Ah ! comme nous plaignons ses générations sans spiritualité. Nous serons tellement dans la joie de l'Esprit que nos enfants nous trouverons transfigurés. Non, la solitude n'est pas si lourde, lorsqu'elle est habitée. Bonnes et mirifiques Vacances à Tous et Toutes. Dieu en Son suprême Amour est à nos côtés. Quand vous rentrerez, notre sourire sera l'expression du bonheur de nous sentir aimés inconditionnellement. Alors, partez tranquilles et de simples gestes de tendresse nous feront plaisir. En attendant votre retour... 


                             Bruno LEROY.
 
 


* En cette période de Vacances approchantes, ne mettons pas lâchement nos personnes âgées dans les poubelles putrides de notre coeur !

17:45 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

16/07/2010

Publications de Bruno LEROY.

13:06 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY., LE REGARD DE BRUNO. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chistianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

15/07/2010

DE LA MÉFIANCE A LA CONFIANCE.

21d439ef75403e1eb6f757377e9c8dc2.gif

« En toute condition, soyez dans l’action de grâces. C’est la volonté de Dieu sur vous dans le Christ Jésus » (1 Th 4, 18). Cette exhortation de saint Paul aux Thessaloniciens reprend l’invitation si fréquente à la louange que nous trouvons dans les Psaumes : « Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sans cesse en ma bouche » (Ps 34, 2). L’action de grâces n’est pas une forme de prière à pratiquer seulement de temps en temps ; elle doit devenir une attitude de cœur, une disposition de vie, une manière de nous positionner dans l’existence.

Je suis très frappé par le fait que, dans l’évolution de notre culture, l’homme occidental a de plus en plus tendance à se positionner dans une attitude de victime. On passe son temps à se plaindre, à exiger, à revendiquer. Comme il n’y a plus de foi et de confiance en Dieu, toute difficulté et toute souffrance est vécue comme une anomalie, voire comme une injustice. On rêve d’une vie de gratifications permanentes, sans souffrances et sans combats. On n’accepte aucune douleur, et chaque fois que l’on est touché par une épreuve, on cherche quelqu’un à accuser, à qui faire porter la responsabilité et à qui faire payer sa souffrance. On l’a bien vu en France. À la moindre inondation ou canicule, c’est une levée d’accusations et de réclamations contre le gouvernement qui n’a pas fait ce qu’il aurait dû faire pour prévenir le fléau. Comme si l’État avait le devoir et la possibilité de garantir à tous les citoyens une existence sans problèmes et devait assurer le bonheur de tous ! Quel infantilisme !

Ce type d’attitude est évidemment très destructeur pour la vie sociale. Au lieu de mettre à la base des relations humaines une disposition d’acceptation et de confiance, on instille partout le poison de la méfiance et de la revendication. Pour rester dans le domaine médical, il est bien sûr légitime de protéger les patients et de demander justice à des médecins qui, de manière consciente et grave, ont été négligents, mais exiger d’eux l’infaillibilité relève de l’infantilisme. Ils finiront par ne plus vouloir exercer la médecine, et personne n’y gagnera, surtout pas les malades !

La louange et la gratitude sont un grand remède à ce positionnement victimaire et destructeur que je viens de décrire. Elles nous amènent à nous situer face à la vie dans une attitude tout autre : au lieu de réclamer, de nous plaindre, de revendiquer, elles nous conduisent à accueillir avec confiance la vie telle qu’elle se présente, même avec son poids de douleur et de difficultés. Elles nous évitent de nous enfermer dans une attitude accusatrice envers ceux qui nous déçoivent ou nous font souffrir, à chercher en permanence des boucs émissaires sur qui décharger nos ressentiments et nos amertumes. Elle nous fait comprendre qu’il ne s’agit pas d’abord de « changer la vie », selon le slogan illusoire d’un certain parti politique il y a quelques années, mais de changer notre attitude face à la vie. Passer de la peur, de la méfiance, de l’accusation… à l’acceptation et à la confiance. Accueillir avec foi la vie comme un don, même si elle se présente différente de nos attentes. Si nous pratiquons cette confiance, nous ferons bien vite l’expérience qu’en fin de compte, la vie réelle est bien plus belle et riche que la vie dont nous rêvons dans nos attentes irréalistes !

Il y a là un principe spirituel fondamental, dont nous trouvons l’expression dans l’évangile. Jésus prononce cette parole mystérieuse : « À celui qui a on donnera, à celui qui n’a pas on enlèvera même ce qu’il a ! » (Lc 19, 26). Le Christ énonce ainsi une des lois les plus importantes qui gouverne l’existence humaine : à celui qui se met dans une attitude de revendication, de mécontentement, se plaint que la vie ne soit pas ce qu’elle devrait être, la vie se révèlera comme décevante. Par contre, celui qui est heureux de ce qu’il a reçu, qui remercie Dieu pour ce qu’est son chemin recevra encore davantage et sera comblé ; celui qui se plaint de ne pas avoir reçu suffisamment et qui s’enferme dans la revendication sera de plus en plus déçu.

Si la gratitude devient la disposition la plus fondamentale de notre cœur, nous guérirons de bien des amertumes et des déceptions, et nous serons en fin de compte comblés.

Bruno LEROY.

12:18 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |