7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2008

“ Sérénité. — Pourquoi te mettre en colère?”

Sérénité. — Pourquoi te mettre en colère, si ta colère offense Dieu, agace ton prochain, te fait passer un mauvais quart d'heure... et si, à la fin, il faut que tu te calmes? (Chemin, 8)

Ce que tu dis, dis-le sur un autre ton, sans irritation; ton raisonnement y gagnera en force et, surtout, tu n'offenseras pas Dieu. (Chemin, 9)

Ne réprimande pas sous le coup de l'indignation de la faute commise. — Attends le lendemain, ou plus longtemps encore. — Puis, une fois apaisé et ton intention purifiée, ne manque pas de faire ton observation. — Tu obtiendras davantage par un mot d'affection qu'en trois heures de dispute. — Maîtrise ton tempérament. (Chemin, 10)

Quand tu t'abandonneras vraiment entre les mains du Seigneur, tu apprendras à te contenter de ce qui arrive, et à ne pas perdre ta sérénité si tes activités ne prennent pas la tournure que tu souhaites malgré ton acharnement et les bons moyens que tu as employés... C'est qu'elles auront pris la "tournure" que Dieu voulait qu'elles prennent. (Sillon, 860)

S'il s'agit du bien du prochain, tu ne dois pas te taire, mais parler d'une façon aimable, sans intempérance ni colère. (Forge, 960) 


        http://www.opusdei.fr/art.php?p=15705

21:12 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

07/06/2008

“Avec Lui, l'échec n'est pas possible”

"Je peux tout en celui qui me rend fort." Avec Lui, l'échec n'est pas possible. Et de cette conviction naît le saint "complexe de supériorité" qui nous permet de faire face à nos tâches avec un moral de vainqueurs, car Dieu nous accorde sa force. (Forge, 337)
Si tu ne luttes pas, ne me dis pas que tu veux t'identifier davantage au Christ, Le connaître, L'aimer. En empruntant cette voie royale — suivre le Christ, nous comporter en tant que fils de Dieu —, nous savons bien ce qui nous attend: la Sainte Croix, où nous devons voir le point central sur lequel prend appui notre espérance de nous unir au Seigneur.

Ce programme, je te le dis à l'avance, n'est pas une entreprise facile, car le fait de vivre comme nous l'indique le Seigneur suppose de l'effort. (…) Ce que nous rencontrons, c'est la bassesse de notre égoïsme, les coups de griffe de la sensualité, les tracas d'un orgueil inutile et ridicule, et bien d'autres encore, qui sont autant de faiblesses. Faut-il se décourager ? Non. Répétons au Seigneur avec saint Paul: Oui, je me complais dans mes faiblesses, dans les outrages, les détresses, les persécutions, les angoisses endurées pour le Christ; car lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort.

(…) Je vis persuadé que je ne parviendrai à rien sans regarder vers le haut; sans Jésus. Je sais que la force dont j'ai besoin pour me vaincre et pour vaincre naît de la répétition de ce cri: je peux tout en Celui qui me rend fort. Ce cri en appelle à la promesse ferme de Dieu de ne point abandonner ses enfants, si ses enfants ne L'abandonnent pas. (Amis de Dieu, nos 212-
213)


        http://www.opusdei.fr/art.php?p=15704

09:21 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

04/06/2008

“C'est l'héroïsme que l'on attend d'un chrétien”

Combien qui se laisseraient clouer sur une croix, devant des milliers de spectateurs stupéfaits, ne savent pas supporter chrétiennement les piqûres d'épingle quotidiennes! — Juge, par là, ce qu'il y a de plus héroïque. (Chemin, 204)

Aujourd'hui comme hier, c'est l'héroïsme que l'on attend d'un chrétien. Héroïsme dans les grandes luttes, s'il le faut. Héroïsme — et c'est cela qui est normal — dans les petites batailles de chaque jour. Quand on lutte continuellement, avec Amour, de cette façon qui paraît insignifiante, le Seigneur est toujours aux cotés de ses enfants, comme un pasteur plein d'amour: Moi-même, je paîtrai mes brebis; moi, je les ferai reposer. Je chercherai celle qui était perdue, je ramènerai celle qui était égarée; je panserai celle qui est blessée, et je rendrai force à celle qui est infirme... Ils seront en sécurité sur leur terre, et ils sauront que je suis Yahwé, quand je briserai les barres de leur joug, et que je les délivrerai de ceux qui les asservissent.

Je fais appel à sa miséricorde, à sa compassion, pour qu'Il ne regarde pas nos péchés, mais les mérites du Christ et ceux de sa sainte Mère, qui est aussi notre Mère, ceux du Patriarche saint Joseph qui lui tient lieu de Père, ceux des saints.

Le chrétien peut vivre avec l'assurance que, s'il désire lutter, Dieu le saisira de sa main droite, comme on peut le lire à la Messe d'aujourd'hui. Jésus, qui entre à Jérusalem en chevauchant un pauvre âne, est le Roi de paix qui nous dit: le royaume des cieux est emporté de force, et ce sont les violents qui le conquièrent. Cette force ne doit Pas se traduire par la violence envers les autres: c'est la force qui s'exerce à combattre nos propres faiblesses et nos misères; c'est la vaillance qui nous empêche de déguiser nos infidélités personnelles; c'est l'audace qui nous fait confesser la foi, même quand l'ambiance lui est contraire. (Quand le Christ passe, 82) 


        http://www.opusdei.fr/art.php?p=15700

10:42 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/05/2008

“La routine, voilà le danger”

« Nonne cor nostrum ardens erat in nobis, dum loqueretur in via? » — Notre cœur n'était-il pas tout brûlant au fond de nous, quand Il nous parlait en chemin? Si tu es apôtre, ces paroles des disciples d'Emmaüs devraient venir spontanément aux lèvres des compagnons de travail qui t'ont rencontré sur le chemin de leur vie. (Chemin, 917)

J'aime à parler de chemin, parce que nous sommes des voyageurs, en route vers la maison du Ciel, vers notre Patrie. Mais souvenez-vous qu'un chemin, même s'il comporte des passages plus difficiles, même s'il nous oblige parfois à passer à gué une rivière ou à traverser un petit bois presque impénétrable, est le plus souvent quelque chose de courant et sans surprises. La routine, voilà le danger: imaginer que Dieu ne se trouve pas là, dans l'activité de chaque instant, parce que c'est tellement simple, tellement ordinaire !

Les deux disciples se dirigeaient vers Emmaüs. Leur allure était normale, comme celle de tant d'autres personnes qui passaient dans ces parages. Et c'est là, avec naturel, que Jésus leur apparaît et qu'Il marche avec eux, engageant une conversation qui leur fait oublier leur fatigue. J'imagine la scène, la soirée déjà bien avancée. Une douce brise souffle. Autour d'eux, des champs semés de blé déjà levé, et les vieux oliviers aux branches argentées sous la faible lumière.

Jésus sur le chemin. Seigneur, tu es toujours grand ! Mais tu m'émeus quand tu condescends à nous suivre, à nous chercher dans notre va-et-vient quotidien. Seigneur, accorde-nous la simplicité d'esprit; donne-nous un regard pur, une intelligence claire pour pouvoir te comprendre lorsque tu viens sans aucune marque extérieure de ta gloire.

A leur arrivée au bourg, le trajet s'achève et les deux disciples qui — sans s'en rendre compte — ont été blessés au plus profond de leur cœur par la parole et par l'amour de Dieu fait homme, regrettent qu'Il s'en aille. Car Jésus prend congé d'eux en faisant semblant d'aller plus loin. Il ne s'impose jamais, Notre Seigneur. Une fois que nous avons entrevu la pureté de l'Amour qu'Il a mis dans notre âme, Il veut que nous l'appelions librement. (Amis de Dieu, nos 313-314) 

       
http://www.opusdei.fr/art.php?p=13746

22:13 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

15/05/2008

La beauté de la sainte pureté”

Sans l'aide divine, comment mener une vie droite? Dieu veut notre humilité. Il veut que nous lui demandions son aide, par l'entremise de notre Mère, qui est aussi la sienne. A l'instant même, dans la solitude "accompagnée" de ton cœur, tu dois dire à la sainte Vierge, avec des paroles silencieuses: ma Mère, mon pauvre cœur se rebelle parfois... Mais si vous m'aidez... — Et Elle t'aidera pour que tu le gardes pur, ce cœur, et pour que tu poursuives ce chemin sur lequel Dieu t'a appelé: la Vierge t'aidera toujours à accomplir la Volonté de Dieu. (Forge, 315)

Nous devons être aussi purs que possible; et sans crainte en ce qui concerne le corps, parce que le sexe est quelque chose de saint et de noble en tant que participation au pouvoir créateur de Dieu, et de ce fait destiné au mariage. Et c'est ainsi que, purs et sans crainte, vous donnerez par votre conduite le témoignage des possibilités et de la beauté de la sainte pureté ! (…)

Prenez un soin tout particulier de la chasteté et des autres vertus qui forment sa suite — la modestie et la pudeur — et qui en sont en quelque sorte la sauvegarde. Ne négligez pas si légèrement ces règles qui sont si efficaces afin d'être toujours dignes du regard de Dieu: la surveillance attentive des sens et du cœur; le courage — le courage de la couardise — de fuir les occasions, la fréquentation assidue des sacrements et, en tout premier lieu, de la confession sacramentelle; la croyance pleine et entière dans l'efficacité de la direction spirituelle personnelle, la peine, la contrition, puis la réparation des fautes, tout cela étant imprégné de l'onction d'une tendre dévotion pour Notre Dame, afin qu'elle nous obtienne de Dieu le don d'une vie sainte et pure. (Amis de Dieu, 185) 
       
http://www.opusdei.fr/art.php?p=13884

11:44 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

13/05/2008

Seigneur, avec ton aide, je lutterai”

Humble et joyeux, le chant de Marie dans le "Magnificat" nous rappelle l'infinie générosité du Seigneur envers ceux qui deviennent comme des enfants, envers ceux qui s'abaissent et qui, en toute vérité, se savent peu de chose. (Forge, 608)

N'oubliez pas que le saint n'est pas celui qui ne tombe jamais mais celui qui se relève toujours, humblement et avec une sainte opiniâtreté. S'il est écrit au livre des Proverbes que le juste tombe sept fois par jour (cf. Pr 34, 16.), toi et moi, pauvres créatures, nous ne devons pas nous étonner ni nous décourager devant nos misères personnelles, devant nos faux pas. Nous continuerons toujours plus avant si nous cherchons la force d'âme auprès de Celui qui nous a promis : Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et ployez sous le fardeau, et je vous soulagerai. Merci, Seigneur, quia tu es, Deus, fortitudo mea (Mt 11, 28.), car Tu as toujours été, Toi, et Toi seul, mon Dieu, ma force, mon refuge, mon appui.

Sois humble, si tu veux vraiment progresser dans la vie intérieure. Aie recours avec constance, avec confiance à l'aide du Seigneur et de sa Mère bénie, qui est aussi ta Mère. Avec sérénité, tranquillement, si douloureuse que soit la blessure encore ouverte de ta dernière chute, étreins une fois encore la croix et dis: Seigneur, avec ton aide, je lutterai pour ne pas m'arrêter, je répondrai fidèlement à tes invitations sans crainte des pentes abruptes, ni de la monotonie apparente du travail habituel, ni des chardons et des cailloux du chemin. J'ai la certitude que ta miséricorde m'assiste et qu'à la fin je trouverai le bonheur éternel, la joie et l'amour pour les siècles sans fin. (…) (Amis de Dieu, 131) 

       
http://www.opusdei.fr/art.php?p=13882

08:47 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

06/05/2008

TÉMOIGNAGES...

Trois questions à Sophie
Sophie, 32 ans, est professeur d'histoire



Bruno Leroy, éducateur de rue
Éducateur de rue, écrivain. Bruno Leroy, qui n’est pas membre de l’Opus Dei, nous explique comment saint Josemaria l’aide dans son travail quotidien au service des plus démunis.

Trois questions à Virginie 
Virginie, 34 ans, est professeur d'anglais dans un lycée parisien
 

Un Pasteur hors du commun
A l'occasion des funérailles du Cardinal Jean-Marie Lustiger à Notre Dame de Paris, Mgr Augustin Roméro nous a livré ses souvenirs. Il a été un proche collaborateur du Cardinal pendant dix ans.

Comment réussir ses vacances ?

Trois mamans présentent leur projet : découvrir un nouveau lieu ou retrouver ses racines ? Comment profiter de ce temps de retrouvailles ? Quelle place donner à Dieu ? 

- Apolline et Olivier, cinq enfants de 8 ans à 4 mois.

- Laure et Laurent, sept enfants de 11 ans à 7 mois. 

-  Catherine et Xavier, six enfants de 15 ans à 3 ans et demi.

Rendre la société plus solidaire
Ex-militants du Parti Communiste, Anna et son frère Fabio sont aujourd'hui membres de l'Opus Dei. À quelques jours de l'ordination sacerdotale de Fabio, Anna nous livre ses impressions.

 De la cellule communiste « Ho Chi Min » au diaconat
Fabio Quartulli est l’un des 38 fidèles de l’Opus Dei à être ordonné diacre à Rome le 25 novembre prochain. Six mois plus tard, il recevra l’ordination sacerdotale. Né en France il y a 37 ans, il est fils d’un maçon italien émigré à Paris pour y trouver du travail.

 A 20 ans, j’ai décidé de faire partie de l’Opus Dei 
Arnaud est surnuméraire, étudiant en droit. Un entretien sur sa vocation à l’Opus Dei, l’Église, les jeunes…


 J'ai découvert "Les Écoles" par Internet 
« Chacune est prise comme elle est, et reçoit ce dont elle a besoin », raconte Helena qui habite Les Ecoles, à Paris, une résidence pour jeunes filles dont les activités de formation chrétienne ont été confiées à l’Opus Dei.

 Vivre le Carême en famille
Charlotte et Hervé ont 5 enfants, âgés de 17 à 5 ans. Nous leur avons demandé comment ils vivent, au quotidien, le temps du Carême.

 Concilier vie de famille et vie professionnelle  

Entretien avec Apolline, mère de 5 enfants et chargée de communication dans une mairie de la région parisienne. 

Une résidence d’étudiants à Paris.
  

11:25 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

02/05/2008

“Marie est près de toi”

1066182884.gif
Tu n'es pas seul. — Supporte avec joie la tribulation. — Pauvre enfant, tu ne sens pas dans ta main la main de ta Mère, c'est vrai. — Mais... as-tu vu —les mères d'ici-bas, bras tendus, suivre leurs petits quand ils s'aventurent tout tremblants à faire leurs premiers pas —sans l'aide de quiconque? — Tu n'es pas seul: Marie est près de toi. (Chemin, 900)

Le cœur se réjouit de constater combien la dévotion à la Vierge est toujours vivante, et réveille dans les âmes chrétiennes l'élan surnaturel qui les fait agir comme domestici Dei, comme des membres de la famille de Dieu.

Vous aussi sûrement, lorsque vous voyez, en ce mois, tant de chrétiens exprimer de mille manières différentes leur affection pour la sainte Vierge Marie, vous sentez mieux et votre appartenance à l'Eglise et votre fraternité avec tous ces chrétiens qui sont vos frères. C'est comme une réunion de famille, lorsque les aînés, séparés par la vie, se retrouvent auprès de leur mère à l'occasion d'une fête. Et s'ils se sont parfois disputes, s'ils se sont maltraités, ce jour-là, on n'en parle plus; ce jour-là, ils se sentent unis, ils se retrouvent tous avec une affection commune.

Marie édifie continuellement l'Eglise, elle la rassemble, elle en assure la cohésion. Il est donc difficile d'avoir une véritable dévotion à la sainte Vierge sans se sentir plus uni aux autres membres du Corps Mystique et également à sa tête visible, le Pape. Voilà pourquoi j'aime redire sans cesse: Omnes cum Petro ad Iesum per Mariam!; tous, avec Pierre, vers Jésus, par Marie. (Quand le Christ passe, 139)

       
http://www.opusdei.fr/art.php?p=13834

11:05 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

01/05/2008

“Votre vocation humaine est une partie de votre vocation divine”

Jésus, notre Seigneur et notre Modèle, nous révèle, pour avoir grandi et vécu comme n'importe lequel d'entre nous, que l'existence humaine — la tienne —, que tes occupations courantes et ordinaires ont un sens divin, un sens d'éternité. (Forge, 688)

Notre foi et notre vocation de chrétiens déterminent entièrement, et pas en partie seulement, notre existence. Nos relations avec Dieu sont nécessairement des relations de générosité, et elles assument un sens plénier. L'attitude de l'homme de foi est de considérer la vie, avec toutes ses dimensions, dans une perspective nouvelle, qui est celle que Dieu nous donne.

Vous, qui célébrez avec moi aujourd'hui cette fête de saint Joseph, vous exercez diverses professions, vous formez différents foyers, vous êtes de nations, de races, de langues très variées. Vous vous êtes formes sur les bancs d'un collège, dans une usine ou un bureau, vous avez exercé pendant des années votre profession, vous avez noué des relations de travail et d'amitié avec vos compagnons, vous avez contribué à résoudre les problèmes communs de votre entreprise et de la société dans laquelle vous vivez.

Eh bien, je vous rappelle, une fois de plus, que tout ceci n'est pas étranger au plan divin. Votre vocation humaine est une partie, et une partie importante, de votre vocation divine. C'est pourquoi vous devez vous sanctifier, en aidant en même temps à la sanctification des autres, vos égaux, en sanctifiant précisément votre travail et votre milieu: cette profession ou ce métier qui occupe vos journées, qui donne à votre personnalité humaine sa physionomie particulière, qui est votre manière d'être dans le monde, ce foyer, cette famille qui est la vôtre, ce pays où vous êtes nés et que vous aimez.(Quand le Christ passe, 46) 

       
http://www.opusdei.fr/art.php?p=13823

12:21 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

30/04/2008

“Seigneur, que je ne recommence pas à voler au ras du sol !”

Jésus, mon Seigneur: fais que je ressente ta grâce et que je la seconde de telle manière que mon cœur se vide..., afin que ce soit Toi qui le remplisses, Toi, mon Ami, mon Frère, mon Roi, mon Dieu, mon Amour! (Forge, 913)

Je me considère comme un pauvre oisillon, habitué à voler d'arbre en arbre, ou tout au plus jusqu'au balcon d'un troisième étage... Or voici qu'au cours de sa vie ce petit oiseau s'est trouvé un jour suffisamment fort pour arriver jusqu'au toit d'une maison d'une hauteur modeste, qui n'avait rien d'un gratte-ciel...

Mais soudain notre oiseau est emporté par un aigle, qui l'a pris pour un petit de sa race. Et, entre ses serres puissantes, le petit oiseau monte haut, très haut, au-dessus des montagnes de la terre et des sommets enneigés, au-dessus des nuages blancs, bleus et roses, et plus haut encore, jusqu'à ce qu'il arrive à regarder fixement le soleil... Alors l'aigle, lâchant le petit oiseau, lui dit: Vas-y! Envole-toi!

— Seigneur, que je ne recommence pas à voler au ras du sol! Que m'illuminent toujours les rayons du Soleil divin — le Christ — dans l'Eucharistie! Fais que mon vol ne s'interrompe pas, tant que je n'aurai pas trouvé le repos en ton Cœur! (Forge, 39) 


        http://www.opusdei.fr/art.php?p=13822

20:46 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans SAINT JOSÉMARIA. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |