7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2010

S’engager à sa suite.

Alors que Jésus vient d’évoquer sa Passion, les moqueries et les crachats, les disciples restent dans l’incompréhension. Ils s’inquiètent des places d’honneur. Adressant leur requête à Jésus, ils montrent combien leur inconscience est grande ; pire, ils avouent implicitement qu’ils ne croient pas que la gloire vienne du Père, mais de Jésus. Pour eux, partager la gloire du Fils de l’homme se limite à recevoir des fonctions temporelles d’importance.

Jésus les invite alors à se prononcer pour lui, à s’engager à sa suite. En leur proposant la coupe à laquelle il boira lui-même, le Seigneur reste dans la logique de son annonce de la Passion. Dans l’Ancien Testament, la « coupe » désigne en effet un avenir de souffrances ; les disciples ne l’ignoraient pas. Quand ils lui répondent « nous le pouvons », ils affirment donc crânement qu’ils suivront Jésus jusqu’au bout, même dans la souffrance, pour arriver leurs fins. Le récit est sur ce point très ironique. Non seulement les apôtres abandonneront tous le Seigneur Jésus, les deux frères comme les autres, mais ceux qui l’accompagneront dans ses souffrances, jusqu’à siéger à sa droite et à sa gauche, ne seront pas deux disciples mais deux brigands.

Seigneur Jésus, que cette leçon d’humilité nous fasse sortir de nos inconsciences. Ne permets pas que nous poursuivions de vaines ambitions ni que nous tentions de t’y associer. Au contraire, ouvre nos cœurs à l’intelligence de ta Parole pour que nous collaborions aux projets que tu formules pour notre bonheur, pour que nous te suivions sur les chemins de la vie, où que tu nous entraînes, jusqu’au bout.



Frère Dominique.

21:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans BRIBES THÉOLOGIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

24/05/2010

S'ENGAGER A LA SUITE DU CHRIST.

Face à l’exigence d’abandonner tous ses biens pour recevoir en partage la vie éternelle, le jeune homme riche vient de s’en aller. Pierre se tourne alors vers Jésus : « Voici que nous, nous avons tout laissé et nous t’avons suivi ». Autrement dit : ‘Seigneur, pour nous, la vie éternelle est assurée puisque nous avons renoncé à tout ce que nous possédions pour te suivre !’
Il est vrai que pour s’engager à la suite de Jésus les premiers disciples ont consenti à un véritable détachement d’avec leur milieu familial et professionnel. Mais, la vie éternelle est un don, une grâce. Pour l’obtenir, il ne s’agit donc pas d’accomplir des choses extraordinaires mais de recevoir et d’accepter tout ce qui est donné.
Jésus le montre bien lorsqu’en réponse au détachement, il promet de donner exactement les mêmes choses et, qui plus est, au centuple : « En vérité, je vous le dis, nul n’aura laissé maison, frères, sœurs, mère, père, enfants ou champs à cause de moi et à cause de l’évangile, qui ne reçoive le centuple dès maintenant, au temps présent, en maison, frères, sœurs, mères, enfants et champs, avec des persécutions, et, dans le monde à venir, la vie éternelle ».
S’agirait-il de laisser tout ce que nous possédons, les personnes qui nous sont les plus chères, pour les recevoir du Seigneur dans le cadre de nouvelles relations, transformées par sa grâce ?
En fait, ce qui nous prive de la vie éternelle ce ne sont pas tant nos biens que les relations que nous entretenons à leur égard. Trop souvent, nous croyons qu’ils sont le fruit de notre seul mérite et que nous avons des droits sur eux alors qu’ils sont d’abord et avant tout un don de Dieu.
Entrer dans un tel détachement « à cause de Jésus et de l’évangile » ne pourra être perçu que comme une provocation par un monde trop lié à lui-même, trop replié sur lui-même. Sa réaction ? La persécution qui pour Jésus n’est pas de l’ordre de la possibilité mais bien de la réalité. La persécution nous permettra de vérifier notre fidélité dans notre marche à la suite du Christ. Dans ce contexte, elle ne se présentera pas comme un obstacle mais comme le lieu où nous pourrons éprouver de façon anticipée la puissance transformante de la Résurrection qui nous donne part à la vie même de Dieu.
Suivre Jésus, provoque un renversement des valeurs qui conduit au détachement du monde et débouche sur des persécutions. Mais cela donne aussi d’entrer dès ici-bas dans le Royaume de Dieu dont on ne s’empare pas à la force du poignet. Les derniers mots de Jésus dans notre péricope le rappellent comme pour insister : « Beaucoup de premiers seront derniers et les derniers seront premiers ».
« Seigneur, ne permets pas que l’héritage que tu nous réserves nous échappe à cause d’un attachement désordonné aux biens de ce monde qui passe ou par la peur des épreuves destinées à purifier notre foi. Mais accorde-nous, tout au long de notre route ici-bas, de garder les yeux fixés sur toi qui est à l’origine et au terme de notre foi, afin de te saisir, toi l’objet de la promesse, comme nous avons nous-mêmes été saisi par toi (cf. Ph 3, 12-14). »



Frère Elie.

22:00 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

20/05/2010

Le Saint-Esprit, artisan de relations.

colombe.jpg


Qui est l’Esprit Saint ? La réponse est capitale puisque l’Écriture atteste que « celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas ». Ainsi, l’homme sans l’Esprit n’est pas véritablement chrétien. Rien de plus direct ! Être chrétien, c’est donc vivre « poussé par l’Esprit ». La troisième personne de la Trinité révèle que notre identité est d’être non seulement « enfant de Dieu » mais mieux encore aussi tel un « fils » qui crie « vers le Père en l’appelant ‘Abba’. » Allons plus loin : l’Esprit Saint est-il une personne avec qui nous pouvons entrer en relation ? Cette question est piégée, car nos catégories individualistes ne peuvent se projeter sur Dieu. En fait, qu’y a-t-il de commun entre la personne divine et nous si ce n’est l’importance d’être toujours en “relation” avec la source de l’Amour (le Père) et la Vérité de sa Parole (le Fils) ? En Dieu les personnes divines se définissent par la qualité de leurs relations. Dès lors le chrétien authentique est appelé à être toujours en relation avec Dieu par l’Esprit qui lui révèle la Vérité. Les deux attributs de l’Esprit sont aussi le “don” et “l’amour”. Exégète du Fils, l’Esprit, qui est sans visage propre, révèle à nos coeurs le vrai visage du Père qui est Jésus-Christ.

Invoquons l’Esprit ! De même qu’il n’agit pas pour son propre compte, demandons-lui la grâce de nous apprendre à ne pas agir pour le nôtre seulement. Demandons-lui aussi d’être plutôt des serviteurs de Dieu pour faire grandir en vérité la qualité de nos relations humaines.

 

 

 

 

 

P?re Tanguy Marie
Père Tanguy-Marie
Prêtre de la Cté des Béatitudes
Auteur des livres : La parole, don de Vie, EDB, 2006
Libres en Christ, EDB, 2008.


 

 

 

 

 

 

17:35 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

LORSQUE DIEU SEMBLE SE TAIRE...

bon dimanche.jpg
 
Dieu vous a-t-il témoigné sa confiance en gardant le silence - ce silence qui a un sens si profond ? Les silences de Dieu sont ses réponses. Représentez-vous ces jours de silence absolu, dans la maison de Béthanie. Connaissez-vous actuellement, dans votre vie, quelque chose de semblable ? Dieu peut-il vous témoigner de cette manière-là sa confiance, ou réclamez-vous encore une réponse manifeste ?

Dieu vous accordera sans doute les bienfaits que vous réclamez, s'il vous semble impossible de vous en passer; mais son silence est la preuve qu'il veut vous faire parvenir à une plus merveilleuse connaissance de lui-même. Vous plaignez-vous à Dieu de ce que vous n'avez pas reçu de réponse ? Vous verrez Que Dieu vous a, par son silence, manifesté une plus grande confiance, parce qu'il a vu que vous étiez capable de supporter une révélation plus sublime.

Il ne voulait pas vous plonger dans le désespoir, mais vous rendre plus heureux. Si Dieu vous a répondu par le silence, louez-le, car il veut vous entraîner vers de plus hautes destinées. Le moment où il vous manifestera qu'il a entendu vos prières viendra ; c'est lui qui, dans sa souveraine sagesse le détermine. Pour lui, le temps ne compte pas. Vous vous dites peut-être : " J'ai demandé à Dieu du pain, et il m'a donné une pierre." Mais vous vous trompez, et aujourd'hui vous vous apercevez qu'il vous a donné le pain de vie.

Ce qui est merveilleux, lorsque Dieu se tait, c'est que ce silence est contagieux. Vous devenez vous-même pleinement calme et confiant: " Je sais que Dieu m'a entendu. " Son silence même le prouve. Aussi longtemps que vous pensez que Dieu doit vous bénir par une réponse à votre prière, il le fera; mais il ne vous accordera pas la grâce du silence. Si Jésus-Christ travaille à vous révéler le but véritable de la prière, qui est de glorifier son Père, il vous donnera le premier signe de son intimité: le silence.
 
 
Bruno LEROY.

12:31 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

17/05/2010

RACHETEZ LE TEMPS !

 Rachetez le temps !

« Enseigne-nous à compter nos jours... » Psaume 90. 12

Nos jours ressemblent à des valises, toutes identiques. Mais certaines personnes parviennent à mieux les remplir que d'autres, parce qu'elles ont appris la meilleure manière de faire leurs valises ! Tout le monde jouit des mêmes vingt-quatre heures chaque jour, mais tout le monde n'en profite pas de la même façon. En vérité vous ne pouvez pas gérer votre temps, mais vous pouvez apprendre à gérer votre vie. Le temps est incontrôlable. Il s'écoule tout simplement, quoi que vous fassiez. Personne, quelle que soit son intelligence, n'a jamais réussi à épargner une seule seconde d'une journée pour l'utiliser le lendemain. Aucun savant n'a jamais pu « créer » une seule minute nouvelle.

Malgré toute sa fortune, Warren Buffet est incapable d'acheter une seule heure supplémentaire pour l'une de ses journées. Les gens disent parfois qu'il leur faut « trouver » le temps de faire ceci ou cela. Mais cela est tout à fait futile : il est impossible de trouver la moindre minute abandonnée quelque part ! Vingt-quatre heures par jour est la meilleure offre que nous pourrons jamais obtenir.

Les gens doués de sagesse savent que le temps est la plus précieuse des commodités. Et par conséquent ils savent où disparaît leur temps. Ils analysent sans cesse l'utilisation qu'ils font de leur temps et se demandent constamment : « Est-ce la meilleure utilisation que je puisse faire de mon temps ? »

Dans son livre Que faire entre le jour de votre naissance et celui de votre mort, Charles Spezzano écrit : « Vous ne payez pas vraiment l'acquisition de biens avec votre argent mais avec votre temps. Nous disons par exemple : « Dans cinq ans j'aurais économisé suffisamment pour m'acheter cette maison de vacances dont nous rêvons, puis je ralentirai mon rythme de travail. » Cela signifie que cette maison vous coûtera cinq années, ou le douzième de votre vie d'adulte.

Traduisez en valeur temps le prix donné en euros de la maison, de la voiture ou de toute autre chose que vous souhaitez acquérir et vous jugerez mieux si cette acquisition en vaut vraiment la peine ! »

Bob Gass

20:01 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

ET CELA SUFFIT !

Et cela suffit !

« Je te rebâtirai... et tu seras rebâtie... » Jérémie 31.4

Ne permettez à personne de vous dire ce que vous valez. Dieu est le seul à pouvoir le faire. Accorder un tel pouvoir à un autre humain est de la pure folie. Si les gens sont capables de vous coller une étiquette, ils pourront aussi vous imposer leurs limites. Tant que vous ne saurez pas ce que Dieu ressent à votre égard, vous ne saurez pas ce que vous valez en tant qu'individu et vous passerez à côté du sens de votre vie. Vous vous soucierez de votre apparence physique, de ce que pensent les autres de vous et de votre potentiel de réussite dans la vie. Mais si vous croyez en la promesse de Dieu : « Je t'aime d'un amour éternel... Je te rebâtirai et tu sera rebâti(e)... » (Jérémie 31.3-4), vous serez libre de vous améliorer chaque jour pour atteindre, un jour, le but que Dieu vous a fixé, et de développer tout votre potentiel. Ce que la vie vous a enlevé, Dieu est à même de vous le rendre.

Aujourd'hui, si vous manquez d'estime de vous-même, voici une prière qui vous aidera peut-être : « Père, il me semble parfois que je ne suis bon à rien, que je ne peux jamais rien réussir, que mes efforts ne sont jamais assez valables. Mais je sais que lorsque Tu me regardes tel que je suis et que Tu envisages la personne que je peux devenir, Tu vois en fait Jésus. Et cela suffit car Lui est assez bon pour réussir là où je ne peux pas. Le sang précieux qu'Il a versé pour moi suffit à couvrir mon manque de valeur. Le prix qu'Il a payé pour chacun de mes péchés est suffisant. Comme est suffisant le travail qu'Il accomplit en moi chaque jour pour m'amener à la perfection. Suffisant aussi pour que Tu me considères comme étant juste « en Christ ».

Suffisantes aussi les prières d'intercession qu'Il présente pour moi, à la minute même, devant Ton trône. Suffisant encore le travail de restauration qu'Il est en train de mener dans ma vie pour guérir les blessures et les déchirures du passé. Son amour, Son amour éternel et inébranlable à mon égard, est suffisant pour moi. Merci Père, car tout ce que Jésus a fait est largement suffisant. Merci parce que, à travers Lui, tout en moi est suffisant pour que Tu m'aimes... »

Bob Gass

19:59 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

LA SPIRITUALITÉ DU CONFORT.

340_1000_-nichefiscale.jpg
Dans notre société actuelle, il existe une spiritualité dominante que l'on pourrait qualifier de confort.
Cette expression " spirituelle " cherche une Harmonie ontologique se servant des approches psychologiques de base afin d'acquérir une sorte de relativisme avec le relationnel divin.
Tout cela n'a strictement rien à voir avec l'engagement chrétien prôné par la Bible.
Nous assistons à un fast-food spirituel dans lequel les efforts se doivent d'être limités afin de ne pas déstabiliser l'existence même de l'individu.
C'est une spiritualité aux pourtours d'une paix intérieure, celle des cimetières.
Le moindre effort est requis pour obtenir la véritable harmonie " cosmique ".
Ce syncrétisme est dangereux dans le sens où la personne n'affronte pas réellement les réalités parfois hostiles.
Et lorsque surviennent des problèmes graves et sérieux nous voyons l'individu sombrer dans une profonde dépression. La sérénité n'était que vernis de surface.
Il en va tout autrement de la Foi en Christ qui demande un combat spirituel de chaque instant.
La résistance spirituelle du chrétien le fait grandir en maturité. L'Amour de Dieu accompagne ses pas sur ce chemin escarpé.
C'est dans cette expérience d'un Dieu évangélique à la fois aimant et exigeant que se construit la conscience chrétienne.
La prière étant la manne qui nourrit le combattant tout au long de sa vie.
La Foi, l'espérance et l'amour sont les triptyques qui permettent au chrétien de savourer la présence de l'Esprit-Saint.
En tant qu'éducateur de rue, je puis affirmer que ces valeurs manquent cruellement à bon nombre de Jeunes.
J'ai écrit de multiples articles pour alarmer les chrétiens de la nécessité du Témoignage par l'exemple.
Il est temps et grand temps que des adultes authentiques et vivant leur Foi telle une lumière dans leur cœur, se lèvent pour affirmer, confronter leurs repères spirituels aux ados.
Il faut des chrétiens n'ayant pas peur de clamer leur Amour de Dieu à la face du Monde.
Il serait temps de ne plus être frileux dans notre existence chrétienne.
Dire aux autres sans la violence du prosélytisme, les valeurs qui nous animent et nous mettent debout.
Expression de Dieu dans nos gestes, sur notre visage rayonnant et notre langage de sagesse.
Puis, montrer la source dans laquelle nous puisons cette Force d'aimer envers et contre-tout.
L'Amour venant de Dieu est toujours contagieux.
Soyons des combattants de l'Amour et de l'Espérance avant que le monde ne soit plus qu'un vaste champs de morts-vivants cherchant vainement le sens intrinsèque de l'existence. Il serait temps...!


Bruno LEROY.

19:54 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CHRONIQUE DE BRUNO LEROY. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

13/05/2010

L’appel décisif à l’unité.


 


Qui ne rêve pas de relations parfaitement harmonieuses ? Qui ne veut pas unifier ses aspirations avec ses décisions ? Personne. Le constat est clair. Chacun peut prendre conscience de sa dualité personnelle et des divisions qui traversent son proche environnement. Un récent fait d’actualité vient appuyer nos pressentiments. Dans son rapport annuel, le Médiateur de la République constate l’émergence dans la société française d’une tendance dépressive généralisée. La cause : la perception par les citoyens d’un isolement douloureusement senti à cause d’un manque de projet collectif. En fait, un manque d’unité sous couvert de fracture sociale et d’individualisme généralisé. De fait, le confinement de la religion à la sphère privée dépossède la socié té de points de repères stables désignant le but de la vie. Un des objectifs de la religion : relier les personnes les unes aux autres par des valeurs qui accomplissent non seulement leur bien propre mais également le bien commun. C’est dans cette perspective communautaire que se situe la foi chrétienne. Elle vise à créer une fraternité universelle en aidant les personnes à puiser l’unité dans la source qui réside en Dieu : cette source est relation d’amour, car le Père, le Fils et le Saint Esprit sont Un dans l’Amour.

C’est cette unité – qui s’appelle « Gloire » – que le Dieu trois fois Saint veut nous partager : « Moi en eux et toi en moi » dit Jésus. Prions jusqu’à ce que cette présence d’amour fasse sa demeure en nous, notamment en allant à la messe le plus souvent possible.

 

 

 

 

 

P?re Tanguy Marie
Père Tanguy-Marie
Prêtre de la Cté des Béatitudes
Auteur des livres : La parole, don de Vie, EDB, 2006
Libres en Christ, EDB, 2008.


 

 

 

 

 

 

17:56 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans LES BLOGS AMIS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

TON REGARD ME PARLE.

9f9b885ac86d904a41be44c1eb6da67e.jpg
Dans tes yeux la mort me regarde,
Tu pleures des illusions de bonheurs perdus,
Ces instants que tu inventes pour te sentir vivre,
C'est l'enchantement trompeur de l'esprit ivre,
Ton regard me parle de tes angoisses,
Que jamais le temps n'efface,
Mon Dieu la Joie n'a pas désertée la maison,
Et pourtant même les murs semblent vides,
Que dois-je faire pour redonner l'éclat,
Un peu de lumière dans cet Univers froid,
Mon sourire ne semble plus pénétrer l'Aimée,
Ni même la rassurer,
Je ne puis que prier, supplier,
Pour que le bronzage de ton Amour,
Revienne sur son visage de velours,
Où sont donc les soleils accrochés à nos nuits,
Que tu nous inventais pour adoucir nos vies,
Je sens la froidure du vent,
Venir comme une ultime blessure,
Entretenir la plaie purulente,
Et je prie...
Je continue de prier dès le matin venu,
Puis le soir quand je vois le désespoir,
Loger dans son miroir qui la fait pleurer,
Et je prie...
Pour que tu interviennes,
Avant qu'il ne soit trop tard,
L'Espérance aurait-elle désertée,
Pour dormir au creux de la souffrance,
Je ne puis me résoudre à de tels faits,
Alors, je prie...
Et je sais pertinemment que tu viendras,
La prendre par la main,
En lui disant l'amour est prêt de toi,
Oui, j'espère Seigneur, infiniment,
Ne plus voir son coeur aux larmes d'enfant,
Et je prie...
Dans le silence insondable,
Où Tu as fait ta demeure,
Pour que nous venions tous deux,
Apaiser ses sanglots intérieurs,
Et pourtant dans ses yeux la mort me parle,
Encore comme une amie trop proche,
Alors, je prie...
Sachant que tu es le chemin, la Vérité, la Vie.
Bruno LEROY.

12:21 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POÉSIE DE L'INSTANT. | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite, poesie |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |

ASCENSION.

En cette fête de l’Ascension, nous célébrons le moment où, comme nous le rappelle la première lecture, le Christ « fut enlevé au ciel après avoir, dans l'Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu'il avait choisis ». L’évangile nous rappelle ces recommandations : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils chasseront les esprits mauvais ; ils parleront un langage nouveau ; ils prendront des serpents dans leurs mains, et, s'ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s'en trouveront bien. »

Ainsi, après avoir donné aux Apôtres la grâce de l’intelligence des Ecritures et les avoir enseignés pendant quarante jours sur le mystère de sa mort-résurrection qui venait accomplir le salut promis à Israël, Jésus leur confie maintenant, dans le prolongement de sa propre mission à lui, de témoigner de la miséricorde du Père qui vient libérer, guérir et sauver.
Pour cela, il leur promet l’assistance de l’Esprit Saint qu’il leur enverra d’auprès du Père, une fois qu’il sera monté auprès de lui : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. »

Grand prêtre victorieux, Jésus retourne vers le Père (Cf. 2ème lecture). Il est conduit à l’accomplissement de sa vie filiale. Désormais un des nôtres vit devant le Père. Par lui, avec lui et en lui, Jésus nous introduit au sein de la Trinité. Cela, il a pu le réaliser parce que tout en montant vers le Père il ne s’est pas éloigné de nous. Comment ? En raison de l’unité qui existe entre lui, qui est notre tête, et nous, qui sommes son corps. Voilà comment nous sommes déjà avec lui auprès du Père même si cela n’est pas encore pleinement réalisé.

C'est ici que réside le secret de la transfiguration de notre quotidien. Notre mission de chrétien portera du fruit dans la mesure où nous ne nous couperons pas de notre Source : le Père des miséricordes auprès de qui nous demeurons si nous restons unis à son Fils bien-aimé notre Seigneur Jésus-Christ en accueillant l’Esprit Saint qu’il nous envoie.

Saint Paul nous enseigne dans la lettre aux Ephésiens que le seul moyen pour rejoindre Jésus, assis à la droite du Père, c’est de reprendre le chemin de notre vie, conduits en tout par son Esprit : « Ayez beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez à cœur de garder l'unité dans l'Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il n'y a qu'un seul Corps et un seul Esprit. Il n'y a qu'un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous » (Ep 4, 2-6).
Par la foi, l’espérance et la charité reçues à notre baptême et que l’Esprit Saint vient fortifier, nous sommes unis au Christ et en lui nous reposons auprès du Père dans les cieux. Saint Augustin, dans une de ses homélies pour l’Ascension, le dit clairement : « Pourquoi ne travaillons-nous pas, nous aussi, sur la terre de telle sorte que par la foi, l’espérance, la charité, grâce auxquelles nous nous relions à lui, nous reposerions déjà maintenant avec lui, dans le ciel ? Lui, alors qu’il est là-bas, est aussi avec nous ; et nous, alors que nous sommes ici, sommes aussi avec lui. »

Mais saint Paul nous rappelait aussi que, si cette route sur laquelle l’Esprit nous conduit vers le Père s’accomplit dans l’amour, on ne peut y entrer que par le porche de l’humilité : « ayez beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour », nous disait-il. Le disciple n’est pas au-dessus du maître. N’oublions pas qu’avant de monter vers le Père et d’être glorifié à sa droite, Jésus a d’abord emprunté le chemin de l’humilité et de l’amour jusqu’au don total de soi.

"Seigneur, en ce jour, augmente en nous le désir du ciel et, pour pouvoir y parvenir, accorde-nous la grâce de consentir à reprendre, dans le quotidien de nos vies, le chemin d’humilité et d’amour que tu as toi-même emprunté. "


Frère Elie.

12:19 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans BRIBES THÉOLOGIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, action-sociale-chretienne, spiritualite |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg | |  Facebook | | | Pin it! |