7427

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2007

LE POÈTE QUE J'AIMAIS ET QUE J'AIME ENCORE...

20:38 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ARTISTES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne, politique, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

UN ARTISTE NE MEURT JAMAIS.

ca676275c9967019a74cc27c4eb44288.jpg
Il avait une générosité débordante autant qu'une délicatesse le rendant discret. Ceux qui l'approchaient, le disaient mondain. Et Dieu sait qu'ils se trompaient sur sa personne.
Il était noble d'esprit. Son langage exprimait le respect qu'il éprouvait pour les individus.
Jamais, il n'aurait mis l'ironie dans son regard de tendresse.
Il vivait cette noblesse de l'homme qui cache certaines blessures pour ne point les imposer aux autres.
Il aimait la Vie au point de ne pas la brusquer.
Il adorait le Théâtre et ne comptait point le temps à travailler ses personnages.
Il était comédien d'un cinéma dont la qualité des films demeure notre patrimoine culturel.
Toute son existence fut une attention particulière à ses amis ( es ).
Il redonnait au travail constructif, sa valeur première.
L'âge, la maladie ne pouvaient arrêter cet Homme voué tout entier à son Art.
Il cachât son état physique pour ne point peiner ses proches.
Et pourtant, dans la surprise générale, il s'éteignit sans faire de bruit.
Le silence était sa noblesse d'âme face à l'inéluctable.
Il avait pris de futures rencontres amicales pour des repas ou des émissions.
Sa mort fut une surprise pour ceux et celles qui l'aimaient.
Il avait sans doute oublié ce rendez-vous avec la camarde.
Elle ne l'a pas oublié. Elle est venue le prendre silencieusement, délicatement.
Mais, il établit déjà domicile dans nos mémoires.
Son allure et son Témoignage de vie d'homme digne mérite une splendide histoire.
Celle d'un artiste s'appelant Jean-Claude parti rejoindre le paradis où Molière joue toujours.
Où Mozart lui prépare un requiem aux mélodies chantantes.
Pendant ce temps, ses amis nombreux pleurent son absence.
Et pourtant, il est présent ailleurs hors du temps nous jouant sa dernière pièce.
Il sera meurtri si nous n'applaudissons pas.
Il sera outragé par notre indifférence. Lui que rien ne rendait indifférent.
Alors, rendons Hommage au comédien du firmament.
Et disons lui A...Dieu et merci pour les spectacles qui continueront grâce à vous d'enchanter nos journées.
Nous garderons de vous, le souvenir d'un être droit au service de la culture.
Un artiste ne meurt jamais lorsqu'il nous laisse une telle manne d'émerveillements.
La Vie ne s'est pas éteinte. Vous aviez achevé votre chemin pour le laisser à d'autres dont vous êtes le père spirituel sans le savoir, sans le vouloir.
Non, un artiste de votre envergure ne meurt jamais. Il ne fait que s'absenter pour donner sa place irremplaçable.
Et, vous connaissant, vous la donnez bien volontiers, par respect pour les personnes que vous aimez.
Monsieur Brialy, vous allez nous manquer terriblement car, vous étiez le livre de l'histoire culturelle et artistique de notre pays.
Et les successeurs semblent manquer à notre tragédie.
Tous mes respects, Monsieur Brialy.
Bruno LEROY.

13:50 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans ARTISTES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne, politique, poesie |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

30/05/2007

Les nouveaux adhérents s'expriment !

Retrouvez sur ce clip de campagne lancé à l'occasion des élections législatives un panel de la nouvelle population adhérente aux idées de François Bayrou et du Mouvement démocrate ! Ces élections législatives détermineront l'avenir de la démocratie. Nous avons le choix : laisser les clefs de tous les pouvoirs à un parti dominant ou nous emparer d'une partie pour faire valoir les idées du MoDem. Faire entendre notre voix spécifique. Avec eux, avec vous, avec François Bayrou, relevons le défi !
Les nouveaux adhérents s'expriment !
François Bayrou 2007

 

 

À l'attention de : M. BRUNO LEROY

Cher ami,

Vous faites partie des 77 000 personnes qui ont manifesté, depuis un mois, leur volonté de participer à la démarche de rénovation de la vie politique française que nous avons engagée avec le Mouvement Démocrate.

Beaucoup d’entre vous adhèrent pour la première fois à un parti politique. Beaucoup s’engagent pour faire vraiment bouger les choses, pour participer activement à la vie publique, pour bâtir, pour convaincre. La diversité de vos motivations, de vos profils, de vos talents, constitue une richesse précieuse pour le MoDem.

Ensemble, nous allons écrire une nouvelle page de notre histoire politique. Nous allons construire un mouvement capable de prendre en compte vos avis, de vous faire travailler sur les sujets qui vous intéressent et de faire émerger une nouvelle génération d’acteurs politiques.

Dans les semaines qui viennent, après les élections législatives, notre équipe Internet prendra contact avec vous pour étudier de quelle manière vous pourrez participer à la vie de notre mouvement.

Je compte sur votre participation, et vous souhaite d’ores et déjà bienvenue au MoDem !

François Bayrou

16:40 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans POLITIQUE. | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne, politique |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

GUY GILBERT PARLE DES ANGES.

9cc1fffbdf062b614a59347a687556ca.jpg
Adorables ....
Je crois aux anges, il faut le dire.
Et ne pas les voir comme des êtres dodus, gras avec des ailes.
Que dit la Bible : existent-ils ?
Même les musulmans ont la culture de l'ange : l'ange du bien et l'ange du mal.
Dans la bible : Gabriel apparaît comme celui qui souffle sur Marie, et annonce Jésus Christ.
Fils de Dieu, mais né par l'esprit saint.
Dans chaque eucharistie, les anges sont présents
Dans le credo : il est question de l'univers visible et invisible : l'invisible se sont les anges
La haut les anges sépareront les bons et les mauvais
Dans l'adoration du Saint sacrement, ils sont la nombreux pour adorer Dieu
De nombreux saints les ont vus
Un par personne ....
Ils sont là présents c'est évident
Un dogme
Acte de foi, avéré
Du coup nous devons accepter car c'est la Foi
Le Christ est escorté par les Anges, qui sont là pour sa naissance à Bethléem
L'ange maudit de la tentation dans le désert, ange de la haine et de la mort ;
les anges sont présents pendant l'agonie mais le Christ refuse qu'ils interviennent car il ne veut pas que les plans de Dieu soient modifiés ;
intervention par la résurrection : ce sont les anges qui annoncent aux femmes que le Christ est ressuscité
Le Seigneur par l'ange gardien
Veilleurs, protecteurs
Tout homme a son ange gardien
Il nous assiste nous guide
Il agit comme un pédagogue et un pasteur
Ils sont reconnus par l'Eglise pour mener ce rôle
Envoyés par Dieu
Lorsque St François de Salle se déplaçait il saluait les anges du lieu où il arrivait
Pie 11 : avait une grande confiance en son ange gardien qui lui venait de Saint Bernard « que votre ange vous guide » 
Jean 23 : « que le Seigneur vous accompagne sur votre chemin et que les anges vous accompagnent »
Lorsqu'il regardait la place de saint pierre de Rome, il pensait à la multitude des anges réunis
Pie 12 : peu avant sa mort il dit « ils sont vos compagnons de voyage »
Grâce à l'écriture
Présence dans la bible, dans le credo dans l'Eucharistie
Ils nous guident, offrent nos prières à Dieu
Protection
Face à la tentation il faut leur demander protection chaque jour
Stanislas : les anges ont préparé la nourriture
Soucieux d'entraîner notre âme vers la conversion
Las charismes, les dons de prescience, de prévoyance
Viennent de là, soufflés par les anges qui sont les messagers de Dieu
L'ange de lumière apporte paix et sérénité
L'ange des ténèbres la destruction
Passeurs, ils nous aident dans la pureté de nos gestes
Lors de la mort, du passage, ils sont là
Et nous escortent jusqu'au paradis
Soeur Faustine
Gema Galgani
La tradition est importante en plus du dogme
Les anges sont nos frère/soeur jumeau
Pour chaque moment de vie difficile, on peut leur demander de nous devancer dans la négociation
Et les deux anges de lumière se rencontrent alors 
Invoquons nos anges
Chaque jour
Et en cas de difficulté on peut leur demander de nous devancer dans la rencontre avec celui de l'autre, surtout si on l'appréhende.
Messagers
Ils sont chargés d'instruire les prophètes
Vision symbolique
Punissent aussi
Dieu les envoie parfois pour punir
Cf. les Egyptiens
Machinistes de l'univers
Ils assurent la bonne marche des saisons et des astres
Louent Dieu en permanence
Ils sont tout autour de nous
Newmann
325 Concile de Nice
dogme : êtres célestes mais qui existent
3 anges : Michel (comme Dieu) ; Raphael (ange qui guérit) ; Gabriel (force de Dieu)
Problème de la chute des anges
Lucifer était celui qui était le plus brillant
Une intelligence humaine peut être supérieure à celle de Christ
Si près de Dieu qu'il a voulu l'enjamber
Chassé à cause de son orgueil
Un ange prodigieux aux possibilités énormes
Il était l'ange le plus éblouissant
Il est devenu le tentateur, détourner Jésus de sa mission
Un grand mystère Dieu l'a rejeté devant cet orgueil absolu
Un esprit perverti par l'orgueil
Avant d'être des anges ils sont des créatures libres de faire le bien et le mal
Selon certains saints, les démons n'auraient pas accepté la grâce de la divinisation car elle provenait du Christ qui avait une intelligence inférieure à la leur. ....
En résumé
Les anges : nous évitent les tentations, envoient notre prière vers Dieu,  et nous protègent
Alors invoquons les ...
Guy GILBERT.
04f319140b87d935b8a2a61a0dd49340.jpg

13:07 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans MAÎTRES A PENSER ET A VIVRE. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

MAÎTRE DE L'IMPOSSIBLE.

f557b854d0b340955459beca5721c058.jpg

Esprit-Saint,
Toi qui es depuis toujours le maître de l'impossible,
viens réaliser en nous tout ce qui t'est possible :
fais revivre ce qui meurt,
fais éclore ce qui germe,
fais mûrir ce qui est tombé en terre,

Sois en nous l'Esprit du Père ;
viens nous convaincre de donner notre vie
et de collaborer au grand oeuvre de la création,
de la terre à transformer
aux terres à partager entre nous.

Sois en nous l'Esprit du Fils :
viens nous apprendre à passer par la Croix
pour ouvrir le chemin de ton Royaume
et à vivre dans la confiance
les épreuves comme les joies.

Sois en nous l'Esprit de sainteté,
qui nous initie aux moeurs de Dieu,
à la générosité du Père, à la fidélité du Fils,
et aussi au courage des apôtres
et à la louange de Marie.

Sois en nous l'Esprit
qui fait sans cesse une humanité nouvelle,
qui recrée nos libertés quand elles se défont,
qui maintient l'espérance au coeur même des violences,
qui ne désespère d'aucun homme,
pas même de ceux qui n'attendent plus rien de Dieu.

Donne-nous à chacun de trouver notre place
dans ce grand corps du Christ
et de consacrer tout notre être à sa croissance,
pour que le monde ait la Vie, la Vraie Vie,
celle que l'on trouve en perdant la sienne,
avec toi, grâce à toi,

Ô maître de l'impossible !
Amen !

Bruno LEROY.

12:37 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans Prières. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

Prière à Saint Joseph.

Saint Joseph, Fils de David,

Apprenez-nous à reconnaître l’image du Seigneur

dans les jeunes qui nous sont confiés,

et à la respecter en toutes circonstances

comme David a respecté l’onction de Saül.

Saint Joseph, Epoux de Marie,

Apprenez-nous à aimer l’Eglise comme notre propre corps,

et à contempler en elle l’oeuvre de l’Esprit Saint

avec un coeur pur.

Saint Joseph, Averti par les Anges,

et docile à leur message,

Rendez-nous attentifs à leur présence pour accomplir

avec promptitude la volonté du Père.

Saint Joseph, Marcheur dans la nuit,

pour protéger l’Enfant de la méchanceté d’Hérode,

Permettez-nous de ne pas donner prise à l’Adversaire,

soyez bon guide sur un chemin d’invention et de courage.

Saint Joseph, Qui avez exercé sur Jésus,

Notre Seigneur et Maître, l’autorité paternelle,

Apprenez-nous à servir ceux qui nous sont confiés

pour qu’ils grandissent en sagesse, en taille et en grâce

devant Dieu et devant les hommes.

Saint Joseph, Protecteur de notre Communion,

homme que Dieu a trouvé selon son coeur,

pour déposer en ses mains ce qu’Il avait de plus cher

Apprenez-nous à aimer la vérité,

A vouloir le bien d’autrui, à chercher la paix.

Saint Joseph, Homme juste,

Aidez-nous à renoncer à nous-mêmes,

pour rechercher d’abord le Royaume de Dieu et sa justice,

recevoir au centuple, en ce temps-ci,

et dans le monde à venir la vie éternelle.

Amen .

Imprimatur : Paris le 4/12/2001, M.VIDAL, V.é

11:27 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans Prières. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

29/05/2007

PRIÈRE PARFUM DE L'AMOUR.

fc0d9f22f4066f5e5b4f9f2e9a28977e.jpeg
Paul allait puiser sa force intérieure à la source divine. La prière est cette rencontre mystérieuse avec Dieu qui nous répond par des signes quotidiens. La prière est cette certitude que l’Amour détruit toutes les forces de mort qui nous habitent. Cette respiration de l’âme est aussi nécessaire que le besoin de manger. L’Esprit ne peut apporter Ses fruits que si, nous Lui demandons dans un total abandon.

La prière est effectivement la part importante de la personnalité du chrétien. C’est ce qui le différencie du païen qui ne croit qu’en ses propres forces. Regardons autour de nous, certaines personnes semblent habitées par un rayonnement dont nous savons la provenance et que nous envions secrètement. La joie est le fruit délicieux de leur présence. Une joie que nul ne pourrait ravir tant elle demeure ancrée dans les tréfonds de leur âme. Prier, n’est pas anodin, c’est la recharge en énergie divine de l’individu fatigué. A condition de remettre son destin entre les mains de Dieu-Amour. Cela, ne veut pas dire ne plus rien faire et attendre que Dieu agisse à notre place. Cela veut dire que Dieu nous donne Tout Son Amour et Sa force pour que nous transformions le monde. Cependant, il est des situations, je pense aux terribles maladies, où notre action demeure vaine, Dieu intervient alors silencieusement pour nous dicter les gestes et attitudes à faire.

Je fus confronté à cette terrible situation, ma mère étant très malade, je priais pour demander à Dieu la Force de tenir pour l’accompagner vers la demeure du Père. Sa mort à 50 ans fut ressentie par la plupart des membres de la famille, telle une défaite. Je l’ai accompagnée durant un mois, jour et nuit, et j’ai répondu qu’elle était entrée dans la Paix. Cette sérénité que nous cherchons tant sur terre, elle l’a retrouvée dans cette communion avec Dieu. Souvent, nous en voulons à Dieu de nous enlever des êtres chers. Et pourtant, Dieu-Amour nous accompagne dans nos détresses. Notre aveuglement face à la souffrance est compréhensible mais, le chrétien sait que Dieu Lui tend la main. Chaque jour, dès que le soleil se lève, je dis à Christ : Je t’Aime et cette journée est la tienne pour te servir !.

Quelle joie m’envahit lorsque je lis la Bible et tombe sur un passage qui me fait entrer en prière. Sans la prière, notre vie n’aurait aucune saveur, elle n’aurait point le parfum subtil de Dieu à nos côtés. Les premiers chrétiens, tel que Paul, l’avaient bien compris. Frères et Soeurs que nos vies soient un hymne de prières et de grâces. Un indicible Témoignage de Joie et de Force vécues dans le coeur de Christ. L’Amour doit toujours guider nos pas vers l’Éternel, ainsi notre existence aura la beauté d’une symphonie dont on ne peut se lasser d’écouter les harmonies. Oui ! s’abîmer dans la prière c’est se construire, chaque jour dans l’Amour.

Bruno LEROY.

07:53 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

28/05/2007

L'ESPRIT-SAINT DANS NOS VIES.

medium_espritst.2.jpeg
L'Amour est cette sève qui nous vient de l'Esprit-Saint. La pentecôte est là pour nous rappeler l'importance de Son action dans nos vies si misérables, sans dimension spirituelle. Les charismes de l'Esprit sont essentiellement de mettre notre confiance en Dieu et, en Lui seul. Le manque de confiance génère l'angoisse, la peur, l'indifférence et l'insoupçonnable individualisme consistant à se penser indispensable. L'Esprit est ce Souffle qui nous mène sur les chemins divers de l'imprévu.
Tant que notre mystique reste basée sur l'Amour Universel, nos craintes n'ont aucune prises sur les pauvres hères que nous sommes. Souffle qui donne une respiration nouvelle à notre Existence. L'Esprit, nul ne sait où Il va et pourtant, notre devoir de chrétiens ( nes ) est de Le suivre dans ses moindres pas. Il reste notre soleil intérieur, lorsque la tempête veut bouleverser nos horizons paisibles. Il nous bouscule telle une flamme qui nous consume dans la joie de sa présence. Il renverse les tables des marchands pour faire table rase de nos superficialités. Il nous inculque les valeurs existentielles qui nous permettent d'avancer contre vents et marées. La pentecôte n'est pas un jour unique sur un calendrier, une date qui serait vite effacée. Tous les jours que Dieu fait, Son Esprit nous invite au festin de Ses desseins. Bien-sûr, tout cela en fonction de nos dons et de notre intensité de prière. Prier, c'est parler à Celui qui fait battre nos coeurs aux rythmes de Son Amour. C'est Lui dire, je t'Aime, comme un amant qui comble nos jours. L'Esprit nous donne la Force de combattre tout ce qui pourrait entraver notre marche vers le Christ. Le combat spirituel que nous menons afin que notre société recouvre ses valeurs Humaines et non basées uniquement sur l'argent qui, sait toujours diviser les hommes quand ils doivent s'unir.
Oh ! Esprit-Saint, c'est un Hommage que je te donne avec mes Frères et Soeurs souffrants et tous les êtres sur cette terre que j'aime puissamment. Oui, c'est un Hymne à la vie dans l'Esprit, une pentecôte vécue à l'infini de nous-mêmes. Celle qui nous fait dépasser toutes frontières, tous formalismes pour entrer dans la pâte Humaine et donner la Lumière qui habite nos âmes. Puisse la pentecôte nous donner cette éternelle saveur de nous savoir aimés de toutes éternités. Mon Dieu, grâce à Ta présence d'Amour et la persévérance de nos prières, dans cette contemplation-action, nous donnerons un visage habité d'Espérance dans ce monde qui en manque tragiquement.
Heureuse pentecôte, Frères et Soeurs et que Dieu vous ravive de sa fraîcheur aimante !
Bruno LEROY.

12:48 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

27/05/2007

L’éducation, passeport pour la civilisation.

766be3d20e094e81c203374a7bd5f287.jpg

L’éducation, passeport pour la civilisation
Par le Professeur André-Marie Jerumanis

 

  André-Marie Jerumanis  
 

 

C’est ainsi que le Professeur Sabino Palumbieri définit l’éducation. L’absence d’éducation conduirait donc à la barbarie. Cette approche à l’éducation éclaire la signification étymologique du mot e-ducere qui signifie conduire dehors. Il s’agit d’une libération que le mythe de la caverne de Platon illustre parfaitement. Au fond l’éducation porte à la lumière ce qui est caché. Dans l’optique platonicienne et socratique, l’éducation advient à travers la maïeutique, c’est-à-dire à travers un dialogue qui permet d’”accoucher” de la vérité. Dans ce sens l’éducation se distingue de l’instruction. Que pouvons-nous retenir de cette manière de concevoir l’éducation?
Tout d’abord que l’enseignant s’il est vraiment éducateur ne se contentera pas seulement de transmettre un certain nombre de données, mais à travers l’instruction cherchera à conduire son élève à la compréhension en profondeur par l’intérieur des vérités enseignées. Il y a toujours un aspect subjectif dans l’accueil des notions transmises. Cet accueil dépend donc de déterminismes biologiques, culturels, psychologiques, spirituels. Un bon éducateur saura en tenir compte. Il est vrai que pour la transmission de notions en science exacte, on pourrait penser pouvoir se passer de l’aspect subjectif. Et pourtant, même en mathématique la pédagogie de l’enseignant est un élément non négligeable.  L’aspect objectif de n’importe quelle science sera toujours à considérer dans le cadre d’une épistémologie relationnelle.
D’autre part, l’éducateur ne pourra oublier l’aspect objectif de son enseignement. Il est vrai que nous sommes habitués à parler d’objectivité pour les sciences exactes, avec une tendance à relativiser l’objectivité par exemple des valeurs à transmettre dans un cours d’éthique ou encore dans l’éducation que les parents transmettent à leurs enfants. Et pourtant là aussi le bon éducateur tout en tenant compte de son interlocuteur devra transmettre des valeurs, qui ne sont pas seulement des opinions possibles, mais qui dans la mesure des connaissances actuelles sont des vérités. On ne peut éduquer à partir de l’approximatif. La raison nous enseigne l’existence de la vérité. De tout temps la question de la vérité a suscité le questionnement de l’homme. Existe-t-elle? Peut-on la connaître? Doit-on être sceptique? Peut-on vraiment douter de tout? L’époque postmoderne actuelle parle de pluralité de vérités, à cause d’une conception de la raison qui souvent ne croit plus dans ses propres capacités de connaître le vrai, le bien et le beau. Et pourtant nous pensons qu’on ne peut nier l’existence de valeurs universelles comme l’amour, la justice, le pardon, le don de soi. Il est absurde de dire que tout est relatif ou culturel, et dans l’enseignement se comporter comme si la vérité n’existait pas. L’être humain ne peut vivre sur les sables mouvants du scepticisme et du relativisme. Il a besoin de vérité de la même manière que de nourriture! L’éducateur lui-même devra être un chercheur de vérité capable de transmettre la soif de la connaissance de ce qui est vrai. L’honnêteté intellectuelle le requiert. Il s’agit d’une question de justice envers l’élève.
Eduquer sur la base préalable de la vérité, ne signifie en aucun cas exclure la possibilité d’une croissance ultérieure dans la connaissance, ou encore se fermer à tout dialogue. Un bon éducateur saura ouvrir l’esprit de son interlocuteur au dialogue avec la position d’autrui. C’est d’autant plus nécessaire dans le monde multiculturel contemporain. Le fameux dogme de la tolérance ne signifie pas abdiquer devant la vérité ou la recherche de la vérité, mais accepter d’écouter l’autre, essayer de le comprendre, mais aussi si nécessaire chercher à l’éclairer. La tolérance comme respect de la conscience de l’autre est une valeur. Mais la tolérance n’exclut pas le droit à partager “ses” vérités. De même le dialogue doit pouvoir se faire sur une base rationnelle. L’être humain en tant qu’il est homme est doté d’une raison. Et c’est au nom de cette raison, qu’il peut communiquer avec autrui. Exclure la raison, c’est se condamner à vivre dans un monde de “fou” ayant perdu la “raison”.
L’éducateur chrétien dans la mesure où il est vraiment chrétien ne pourra abdiquer devant la question de la transmission de ses valeurs. Le chrétien est convaincu que la raison est un don de Dieu, et qu’il doit s’en servir. Le chrétien pourtant n’oppose pas sa conception de la raison à Dieu qu’il considère le Logos du monde. Dans son dialogue avec d’autres religions, ou avec le monde sécularisé contemporain, l’éducateur chrétien tentera de montrer le bien fondé d’un certain nombre de valeurs fondamentales qui appartiennent à la nature même de l’homme. Au non-croyant, il rappellera la valeur absolue de la vie humaine, la dimension relationnelle de son être, et l’invitera à considérer le monde comme porteur d’un message à déchiffrer. Au croyant d’une autre religion, l’ouverture à Dieu pourra être le point de départ pour un service en faveur de l’humanité. En aucun cas, la religion ne devra porter à la violence. Quelque soit la religion, si elle porte au fanatisme, elle devient contre témoignage. Les exemples dans l’histoire du passé mais aussi contemporaine, nous en montre les effets dévastateurs. A ceux qui voudraient établir une équation entre religion et violence, il convient de répondre que le nazisme et le communisme sont le fruit d’un fanatisme “laïque” qui a conçu l’homme sans Dieu et contre Dieu. La laïcité lorsqu’ elle devient laïcisme, elle aussi est une violence contre l’être humain…
A notre humble avis, il convient de promouvoir dans l’éducation, la valeur de la raison “aimante”. Seule une raison “aimante” sera capable de conduire l’humanité en dehors de la folie meurtrière de l’égoïsme…Une raison uniquement calculatrice conduira l’humanité à un nouveau totalitarisme où l’être humain sera sacrifier sur l’autel du rendement et de l’eugénisme….L’éducation peut dans cette optique être considérée comme  passeport pour la survie de la civilisation future…

Prof. A.-M. Jerumanis

11:57 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans CONSEILS ÉDUCATIFS. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne, education |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |

26/05/2007

La fête de la Pentecôte.

Aux apôtres barricadés dans le cénacle, le Ressuscité était venu apporter sa paix, premier fruit de l’amour inouï de notre Seigneur Jésus. Mais il ne comptait pas en rester là. Vaincre notre Ennemi, nous libérer de notre esclavage ne lui suffit pas. Il veut encore nous transformer de l’intérieur, nous renouveler, nous recréer. Mystère inconcevable pour ses créatures, il veut nous diviniser, nous introduire au cœur de la vie divine. Il le veut, et il le fait.

Ainsi, la merveille que Dieu opère en ce jour n’est pas de faire entendre le message des apôtres par les foules si diverses qui se pressaient à Jérusalem. La merveille que nous accueillons est une œuvre de recréation. Nous l’avons chanté dans le psaume : « Tu envoies ton souffle, ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre » ! Aujourd’hui une humanité nouvelle se lève, définitivement rétablie dans sa dignité, revêtue de la gloire même de Dieu !

Avec le recul que nous avons sur l’ensemble de l’histoire du salut, c’est aujourd’hui facile à lire. Dès le commencement, Dieu avait le projet de nous établir dans son Alliance en tant que ses fils. Le livre des Actes veut le démontrer en inscrivant les événements de la pentecôte dans la continuité de toute l’histoire de l’Alliance. Le « feu », la « voix », et de nombreux indices textuels, font référence au don de la Loi fait à Moïse sur le Sinaï. Aujourd’hui, la Loi Nouvelle qui nous est donnée ne vient pas s’inscrire sur des tables de pierre, mais dans des cœurs de chair. Mais il s’agit bien d’une loi, d’une règle de conduite, que nous ne nous donnons pas à nous mêmes, qui nous vient de notre maître et Seigneur.

Sur cette question, saint Paul est très ferme. L’Esprit qui nous est donné a sur nous une « emprise ». Le terme n’est pas neutre. L’Esprit Saint nous prend en main. Et le Seigneur compte bien que nous nous soumettions à cette loi nouvelle. Oubliée, la sagesse mondaine qui veut absolument qu’on négocie entre deux termes, qu’on essaie de louvoyer ne s’engageant ni à droite ni à gauche, ne s’opposant ni à l’un à ni à l’autre. Cette politique n’a d’autre ambition que de flatter notre désir d’autonomie. Mais il s’agit d’une pure utopie. Nous appartenons à Jésus-Christ car il nous racheté par son sang. Rejeter sa souveraineté, nous explique saint Paul, est se remettre sous l’emprise de la chair, c’est se révolter contre Dieu. Il n’y a pas d’alternative.

Cela est la vérité, et nous la connaissons déjà. Il ne faut pas attendre de l’Esprit Saint une nouveauté qui serait l’acquisition d’une connaissance jusqu’alors inconnue. Mais aujourd’hui ce que nous connaissons est éclairé d’une lumière nouvelle, ce que nous savions de Dieu et de son projet sur nos vies, apparaît dans la bonté et la cohérence de son unité. Cette nouveauté vient donc de l’Esprit, qui nous conduit à la vérité, la vérité tout entière.

Notre condition en effet ne se résume pas à passer d’un esclavage à un autre. Jamais l’Esprit ne contraint notre volonté ; il la sollicite, il l’éduque, il l’oriente. Le Seigneur Jésus ne nous appelle pas ses serviteurs, mais ses amis. L’Esprit de vérité n’est pas un Esprit qui fait de nous des esclaves, mais des fils. Ce jour où Dieu nous donne d’entrer au cœur de la relation d’amour qui unit les personnes divines, l’Esprit sollicite notre libre engagement. Il attend de nous un acte de confiance et d’amour. Il attend qu’on lui laisse enfin les rênes de notre vie.

La fête de la Pentecôte nous pose donc la question de notre engagement dans notre vie spirituelle… Allons-nous continuer à vivre comme si l’on pouvait s’installer sur cette terre ? Allons-nous continuer à nous décider comme si le Seigneur n’allait pas revenir très bientôt ? Allons considérer longtemps encore notre vie ici-bas comme s’il était acquis qu’elle allait durer des années encore ? Regardons les apôtres ! Ils sont déjà partis ! Un incendie embrase Jérusalem, demain il se répand jusqu’en Galilée, et bientôt dans le monde entier ! Il est temps de courir avec Pierre, Jacques, Jean et tous les autres, de courir la course de la sainteté ; il est temps de s’abandonner définitivement à la grâce qui nous pousse à annoncer les merveilles de Dieu.

Certes, cet abandon aussi sera l’œuvre de l’Esprit en nous. Prions le Paraclet de rendre forte et permanente la prière que nous élevons au nom du monde entier ; prions-le d’accélérer pour chacun de nous les temps d'une profonde vie intérieure ; qu’il donne de l'élan à notre zèle à annoncer l’évangile. Il n’est certes pas toujours possible d’annoncer ouvertement l’évangile, mais il est toujours possible de discerner les signes que nous fait le Saint-Esprit qui nous précède dans les cœurs de nos frères et nous pousse à leur annoncer l’évangile, en parole ou en actes.

La grâce de la résurrection a fait disparaître en nous la présomption naturelle, et a détruit tous les liens terrestres que nous empêchaient de faire honneur à notre vocation de baptisés. Saisissons aujourd’hui la grâce de la pentecôte, grâce d’humilité, de véritable crainte de Dieu, et de courage généreux. Ne laissons désormais aucun intérêt supprimer, en raison de notre indolence, les exigences de la justice ; ne supportons qu'aucun calcul ne renferme les espaces immenses de la charité à l'intérieur des angoisses des petits égoïsmes. En ce jour il nous est donné de renaître, il nous est donné que tout soit grand en nous, grand comme Dieu lui-même ! Laissons la recherche et le culte de la vérité prendre toute leur envergure en nous, ne réprimons pas la promptitude au sacrifice jusqu'à la croix que l’Esprit suscite dans nos âmes. Ce jour est grand, ce jour est beau, parce que tout peut enfin correspondre à la prière que le Fils adresse au Père céleste, parce que l’effusion de l’Esprit sur le monde et dans nos cœurs vient renouveler la face de la Terre.

Faisons donc sans tarder le premier pas d’une vie dans l’Esprit, profonde et personnelle, et donnons à Dieu la joie qui le comble au-delà de toute mesure, la seule joie qu’il espère de nous : abandonnons-nous, dans la confiance, à son action créatrice, adressons-lui dans la simplicité les deux mots de notre action de grâce et de notre amour : « Abba Père ».


Frère Dominique.

19:32 Écrit par BRUNO LEROY ÉDUCATEUR-ÉCRIVAIN dans BRIBES THÉOLOGIQUES. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christianisme, foi, spiritualite-de-la-liberation, spiritualite, action-sociale-chretienne |  Imprimer | | | Digg! Digg | |  Facebook |